Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Dissidences Pyrénéennes.

Dissidences Pyrénéennes.

Infos,patrimoine, politique locale, environnement,

Publié le par G.
Publié dans : #réflexion

Un petit livre pour grandir !

Alors que nos esprits s'égarent vers le futile du rentable...

( Lorsqu'il s'agit de culture, de science, d'art... Ne parlons pas de la "gestion" catastrophique de PUYVALAMORT ! )

Pour le peu consacré à la lecture, à la culture, aux arts, à la science spéculative, il y a toujours et de plus en plus cette obsession de l'utile, du rentable.

Le mercantile finit par nuire à l'humain en le transformant en un décérébré incapable de jouir des fruits de ses "progrès"...

Ce qu'il en est de vertueux n'enrichit pas matériellement le cherchant, mais, cet indispensable "inutile", c'est ce qui le rend plus "humain" !

Aujourd'hui le cliché, la focalisation sur un point, nous fait oublier la courbe sa dynamique et le mécanisme qui la produisent.

Cette petite merveille, c'est une invitation à l'éveil ! 

G.

Voir les commentaires

Publié le par G.
Publié dans : #Actualité

Le "grand classique"...

Tout comme l'Etat et certains élus se servent de "l'été" pour faire passer les mauvaises pilules, car l'attention de français est ailleurs et que les dérèglements du service de légalité rendent perméable un système, à l'inverse, lorsque les résidents secondaires risquent d'être là, il ne faut pas que cette population entre en émoi...

Donc, silence sur les "intentions réelles" !

Là, on attend la rentrée, c'est à dire le départ vers d'autres préoccupations, pour annoncer la "courageuse" décision de CONTINUER malgré TOUT ! 

Après tout, loin des yeux, loin du coeur !

Sauf que, même loin des yeux, la feuille d'impôts, toujours augmentée, finira par arriver...

Mais, il sera TROP TARD !

Si nous avions des "représentants" dignes de ce nom, ils auraient communiqué à la population la réalité que nous traversons et ne s'entêteraient pas dans cette meurtrière UTOPIE.

Mais, le malheur des uns fait le "bonheur" des autres !

Vous payerez toujours plus, parce que vos contraintes servent la rapacité de certains.

Le fond de la réalité est bien simple : "A qui profite le crime" !

Il est évident que nous ne sommes pas réellement tous égaux selon nos "intérêts"...

Alors, si nos "représentants" ne nous représentent plus, il faut en changer.

Mais, force est de constater que les "changements" n'ont amené qu'une continuité !

L'important n'est pas le lieu de domicile ou de résidence, l'important, c'est l'état d'esprit et les intérêts !

Alors, même si ce "conseil" démissionnait devant la reconnaissance de leur échec flagrant, qui monterait en lice ?

Pour ma part, ni l'envie, ni la santé pour le faire.

La notion de pouvoir me révulse dans le fait qu'elle exprime ce penchant d'inégalités.

Même si c'est une réalité temporelle, la forme ne me satisfait point. 

J'avais proposé de constituer un ou des comités citoyens pour contrebalancer et anticiper des décisions trop unilatérales et désamorcer des conflits d'intérêts personnels face à la réalité des besoins collectifs.

Nous savons ce qu'il advint de ces propositions laissées en lettre morte par de petits dictateurs en herbe !

Tout comme nous voyons les résultats catastrophiques de leur politique qui ne solutionne en rien et je dirai même qui aggrave les problématiques !

La DSP, c'était encore une solution possible, elle ne l'est apparemment plus aujourd'hui !

A qui la faute ?

Peut être pas individuellement à l'un ou à l'autre de ces "élus", mais à un système pernicieux qui reproduit sans cesse les mêmes effets.

Il ne s'agirait pas aujourd'hui de "convoquer les états généraux" sur un fond qui se voudrait dualiste au possible, les uns contre les autres" . Ce qui manque, c'est l'espace et le temps de la concertation. Or nous avons un vide sidéral sinon sidérant !

Les hommes passeront, nous mourrons tous, n'est ce pas pour cela que la réalité perdure ?

Ce qui manque, c'est cette Humanité à construire et bien sur, elle ne peut naître sans la concertation, sans la diversité et la complémentarité.

Pour cela il faut du temps et ce n'est pas dans "l'omerta" qu'il sera possible de créer une dynamique d'évolution ! 

G.

 

Voir les commentaires

Publié le par G.
Publié dans : #Actualité

Pas de stress, c'est un passage à Vide !

2017...2018... et toujours plus !

Nous passons en "mode furtif", grâce à la hausse de la part inter communale et évidemment non répercutée sur l'assiette communale !

Ne croyez vous pas qu'il serait temps d'arrêter les frais !

http://www.proxiti.info/impots-locaux.php?o=66154&n=PUYVALADOR

G.

Voir les commentaires

Publié le par G.
Publié dans : #Actualité

Répondant à vos nombreuses demandes, voici le document !

Chambre régionale des comptes

 Occitanie Formation plénière

DOSSIER CB N° 2017-66-022

 

Régie municipale des sports et loisirs de Puyvalador-Rieutort
N° codique : 066011 154

 

Département des Pyrénées-Orientales

 

Articles L. 1612-5 et L.1612-20
du code général des collectivités territoriales

AVIS

 

 

LA CHAMBRE RÉGIONALE DES COMPTES
D'OCCITANIE,

Vu le code général des collectivités territoriales, notamment son article L. 1612-5 ; Vu le code des juridictions financières ;

 

Vu le code des transports, notamment l'article L. 1221-12 ;

 

Vu les lois, décrets et règlements relatifs aux budgets des communes et de leurs établissements publics ;

 

Vu les arrêtés du 14 décembre 2016, du président de la chambre régionale des comptes d'Occitanie, n° 2017-02 relatif aux formations de délibéré et n° 2017-03 relatif aux attributions des sections et autres formations délibérantes ;

 

Vu le courrier du 2 mai 2017, enregistré au greffe le 11 mai 2017, par lequel le préfet du département des Pyrénées-Orientales a saisi la chambre régionale des comptes d'Occitanie du budget primitif 2017 de la régie municipale des sports et loisirs de Puyvalador-Rieutort, au titre de l'article L. 1612-5 du code général des collectivité" territoriales ;

Entendus le maire et l'adjoint aux finances de la commune de Puyvalador-Rieutort le 7 juin 2017 ;

 

Vu le courrier du 16 mai 2017 par lequel le maire de la commune, conformément aux

dispositions du code des juridictions financières, a été informé de la saisine de la chambre et invité à formuler ses observations avant le 26 mai 2017 ;

​​​​​​​

Vu l'ensemble des pièces du dossier ;

Après avoir entendu M. Alain SERRE, premier conseiller, en son rapport, et M. Jean-Luc LE MERCIER, procureur financier, en ses conclusions ;

 

  2/4

ÉMET L'AVIS SUIVANT :

Sur la recevabilité 

 

CONSIDÉRANT qu'aux termes de l'article L. 1612-5 du code général des collectivités territoriales :

« Lorsque le budget d'une collectivité territoriale n'est pas voté en équilibre réel, la chambre régionale des comptes, saisie par le représentant de l'État dans un délai de trente jours à compter de la transmission prévue aux articles L. 2131-1, L. 3131-1 et L. 4141-1, le constate et propose à la collectivité territoriale, dans un délai de trente jours à compter de la saisine, les mesures nécessaires au rétablissement de l'équilibre budgétaire et demande à l'organe délibérant une nouvelle délibération.

La nouvelle délibération, rectifiant le budget initial, doit intervenir dans un délai d'un mois à partir de la communication des propositions de la chambre régionale des comptes.

Si l'organe délibérant ne s'est pas prononcé dans le délai prescrit, ou si la délibération prise ne comporte pas de mesures de redressement jugées suffisantes par la chambre régionale des comptes, qui se prononce sur ce point dans un délai de quinze jours à partir de la transmission de la nouvelle délibération, le budget est réglé et rendu exécutoire par le représentant de l'État dans le département. Si celui-ci s'écarte des propositions formulées par la chambre régionale des comptes, il assortit sa décision d'une motivation explicite. » ;

 

CONSIDÉRANT que le projet de budget primitif 2017 de la régie municipale des sports et loisirs de la commune de Puyvalador-Rieutort, dotée de la seule autonomie financière et donc simple budget annexe de celui de la commune, n'a pas été présenté en équilibre réel ; qu'il présente un déficit de 225 458,06 € après report du résultat de clôture de 2016 ;

 

CONSIDÉRANT que la saisine du 2 mai 2017 du préfet des Pyrénées-Orientales est complète à compter de l'enregistrement au greffe de la dernière réponse de la commune, soit le 29 mai 2017 ; qu'elle est donc recevable à compter de cette date ;

 

 

Sur les précédents avis de la chambre

 

CONSIDÉRANT que la commune de Puyvalador-Rieutort a fait l'objet de saisines multiples de la chambre régionale des comptes au cours des dernières années ; que la quasi-totalité d'entre elles a eu pour origine le déséquilibre financier du service en charge de la station de ski ;

 

CONSIDÉRANT que la commune a cependant fait le choix de poursuivre l'exploitation de l'activité de ski, en procédant à la liquidation de la régie autonome d'exploitation touristique  (RAET) au 31 octobre 2012 par délibération du conseil d'administration du 26 octobre 2012 ; que ce même jour, elle a créé une régie municipale des sports et des loisirs (RMSL) ; qu'à l'issue des opérations de liquidation, l'actif et le passif de la RAET ont été repris dans le budget principal de la commune ;

 

 

Sur le budget primitif 2017 de la régie municipale des sports et loisirs (RMSL)

 

CONSIDÉRANT que le projet de budget 2017 ne comporte pas de section d'investissement, les opérations correspondantes étant inscrites au budget principal de la commune ;

 

  3/4

CONSIDÉRANT que le résultat du budget annexe de la RMSL est à nouveau déficitaire pour un montant de 225 458,06 € en 2016, soit en progression de 105 543,29 € par rapport à 2015 ; que ce résultat est à reprendre au budget primitif de la régie ;

 

CONSIDÉRANT que les recettes de la section d'exploitation, correspondant quasi exclusivement au produit de la vente des forfaits de ski pour un montant de 601 000 €, présentent un caractère manifestement insincère au regard de la réalité de l'exploitation de l'activité de ski ; que le chiffre d'affaires moyen annuel à Puyvalador-Rieutort depuis 2009 est de l'ordre de 460 000 € ; que le forfait moyen par journée-skieur est inférieur à celui de la saison 2014/2015 pour lequel le produit des ventes de forfaits de ski s'est élevé à 531 800 € ;

 

CONSIDÉRANT que la proximité immédiate d'autres stations dans un périmètre de 20 km ne permet pas à la commune de procéder à une augmentation significative des forfaits sans conséquence négative sur la fréquentation ; que la prévision des recettes doit, dans ces conditions, être établie par référence à la moyenne du nombre de journées skieurs relevée sur les trois dernières saisons avec un forfait moyen en augmentation de 1 % par rapport à la saison 2016/2017 ; que dès lors, ces recettes doivent être limitées à un montant de 530 000 € ;

 

CONSIDÉRANT que la section d'exploitation pourrait présenter, dans ces conditions, un nouveau déficit de 69 677 € auquel s'ajoute le report à nouveau déficitaire de 225 458,06 €, soit, au total, un déséquilibre de 295 135,06 € représentant plus de 54 % des recettes d'exploitation estimées ;

 

CONSIDÉRANT qu'aucune économie d'envergure ne peut être proposée sauf à porter atteinte aux conditions techniques de fonctionnement des remontées mécaniques et aux obligations de sécurité ; que le relèvement du produit des forfaits, tant par l'augmentation des volumes attendus que par l'augmentation des prix unitaires de vente, n'apparaît pas réaliste compte tenu de l'érosion observée du nombre de journées skieurs et du caractère concurrentiel de l'activité de ski ; que dans ces conditions, le budget de la régie des remontées mécaniques ne peut pas s'équilibrer par ses propres moyens ;

 

CONSIDÉRANT que la commune qui peut, en droit, financer son activité de remontées mécaniques dans le respect des dispositions combinées de l'article L. 1221.12 du code des transports et des articles L. 2224-1 et L. 2224-2 du code général des collectivités territoriales, ne dispose manifestement pas des moyens budgétaires suffisants pour résorber le déficit chronique de sa régie ; qu'en effet, les finances communales sont caractérisées  par une fiscalité déjà élevée et par un niveau d'endettement important ; que le coût des opérations d'entretien des installations de remontées mécaniques, prévues pour être réalisées en 2018, est estimé à 230 000 € ; que son financement n'est pas satisfait ; que le recours à une subvention communale ne peut pas être financièrement envisagé ;

 

CONSIDÉRANT que le déficit du budget de la régie devrait atteindre, fin 2017 (résultats antérieurs et de l'année 2017), 375 000 € environ ; que dès lors se pose la question de la pérennité administrative et financière de la régie ;

 

CONSIDÉRANT que les propositions budgétaires susceptibles d'être formulées par la chambre ne sont pas de nature à résorber un tel déséquilibre budgétaire ; que dans le temps, ce déséquilibre ne peut que s'accroître ; que le passif accumulé à terme par la régie, devra, sauf interventions externes, être apuré par le seul budget communal ;

 

  4/4

PAR CES MOTIFS :

 

  1. DÉCLARE recevable la saisine du préfet des Pyrénées-Orientales sur le fondement de l'article L. 1612-5 du code général des collectivités territoriales ;
  2. CONSTATE la poursuite de la dégradation financière de la régie en 2016 et son incapacité structurelle à mettre en oeuvre les mesures successives de redressement proposées ;
  3. CONSTATE l'impossibilité de formuler des propositions budgétaires pour le règlement sincère du budget 2017 de la régie compte tenu de l'importance du déficit d'exploitation comparé à la faiblesse des recettes ;
  4. DIT qu'indépendamment des réflexions en cours pour assurer un financement pérenne de l'activité de la régie, aucune perspective de décision tangible ne permet à ce jour de garantir la viabilité économique de la station ; qu'à défaut, l'arrêt de l'exploitation dès cette année apparaît comme la solution à privilégier ; que l'arrêt de l'exploitation de la régie avait été déjà envisagé dans les avis n° 2010-66-022 et n° 2011-66-002 de la chambre ;
  5. DIT qu'il appartient à la commune de délibérer pour se prononcer sur la cessation de l'exploitation de la régie, et que cette délibération est à transmettre à la chambre pour qu'elle puisse rendre son deuxième avis par référence à l'article L. 1612-5 du code général des collectivités territoriales ;
  6. RAPPELLE que selon les dispositions du code général des collectivités territoriales, les conséquences du déficit accumulé par la régie devront être supportées, à terme, par le budget de la commune de Puyvalador-Rieutort ;
  7. DEMANDE qu'une réflexion globale sur l'équilibre économique de la station soit menée rapidement ;
  8. RAPPELLE au maire qu'en application de l'article R. 1612-18 du code général des collectivités territoriales, le présent avis de la chambre doit être publié, dès sa réception, sous sa responsabilité, par affichage ou insertion dans un bulletin officiel ; qu'en application du ler alinéa de l'article L. 1612-19 du code général des collectivités territoriales, le conseil municipal doit être tenu informé, dès sa plus proche réunion, de l'avis rendu par la chambre ; qu'en application du 2nd alinéa du même article, l'avis fera l'objet d'une publicité immédiate sans attendre la réunion de l'assemblée délibérante.

Le présent avis sera notifié au préfet du département des Pyrénées-Orientales, au maire de la commune de Puyvalador-Rieutort, et une ampliation sera adressée au directeur des finances publiques du département des Pyrénées-Orientales.

 

Délibéré à Montpellier le 20 juin 2017

 

Présents : M. Dominique JOUBERT, président de la 3ème section, président de séance, M. Jean-Paul SALEILLE, président de la 1ère section, 

M. Xavier BAILLY, premier conseiller,

M. Adrien GAUBERT, premier conseiller,

M. Alain SERRE, premier conseiller, rapporteur.

 

Le premier conseiller, rapporteur

Alain SERRE

 

Pour le président et par délégation,
le président de section

Dominique JOUBERT

Voir les commentaires

Publié le par G.
Publié dans : #Actualité

Au delà des apparences !

Inéluctablement, par dessus tous les mensonges et les fausses déclarations sur une "embellie", il n'en demeure pas moins que ce qui touche la commune de Puyvalador dépasse largement le cadre de son territoire.

Le lien vers un article explorant les pourquoi d'une décrépitude fondée sur l'irrespect des populations locales. Un silence évocateur d'une représentativité bien éloignée de ce qu'elle se devrait d'être...

https://rga.revues.org/1815

 

Voir les commentaires

Publié le par G.
Publié dans : #Actualité

La cour Régionale des Comptes...

... ( je vous passe les CONSIDERANT et autres redites connues depuis fort longtemps, hélas !

2) Constate la POURSUITE de la dégradation financière de la régie (ne parlons pas de la commune... forcément c'est pas mieux), son INCAPACITE structurelle à mettre en oeuvre les "mesures" successives de redressement proposées (forcément bidons...).

3) Constate l'IMPOSSIBILITE de formuler des "propositions" budgétaires (à court de pognon, à court d'idées...) pour le redressement SINCERE du budget 2017 de la régie, compte tenu de l'IMPORTANCE du DEFICIT d'exploitation comparé à la FAIBLESSE DES RECETTES.

4) Dit qu'indépendamment des réflexions en cours (en court aussi...) pour "assurer un financement pérenne de l'activité de la régie, AUCUNE perspective de "décision" tangible ne permet à ce jour de garantir la viabilité économique de la station; qu'à défaut, l'ARRÊT de l'exploitation dès cette année apparaît comme LA SOLUTION à PRIVILEGIER (aucune autre de raisonnable, cela s'entend !); que l'arrêt de l'exploitation de la régie avait déjà été envisagé dans les avis n° 2010-66-022 et n° 2011-66-002 de la chambre ( ce n'est pas un parapluie, c'est un paratonnerre !)...

5) DIT qu'il appartient à la commune de délibérer pour se prononcer sur la CESSATION de l'exploitation de la régie (et des contribuables...) et que cette délibération est à transmettre à la chambre pour qu'elle puisse rendre son deuxième avis par référence à l'article L. 1612-5 du code général des collectivités territoriales.

6) RAPPELLE que selon les dispositions du CGCT, les CONSEQUENCES du DEFICIT ACCUMULE par la régie (Là encore, l'on ne parle pas de celles que supporte la commune en raison de "vases communicants", d'emprunts et de pratiques détournées, dont avances de trésorerie, etc) DEVRONT ÊTRE SUPPORTEES, à terme, par le BUDGET de la Commune de "PUYVALADOR" !

7) DEMANDE qu'une réflexion GLOBALE sur "l'équilibre" économique de la station (Là encore il ne faudrait pas oublier l'ensemble des contribuables...) soit menée RAPIDEMENT !

8) RAPPELLE au maire qu'en application de l'article R. 1612-18 du CGCT, le présent AVIS de la chambre doit ÊTRE PUBLIE, dès sa réception, sous sa responsabilité...

(Bien sur, un coté mesquin fit qu'en minimisant la taille à sa moitié, l'on tenta encore de minimiser la portée du désastre !

Etc.

Les choses sont CLAIREMENT dites !

Or, par la faute du temps perdu à s'obstiner sur une forme NON VIABLE, voici que toute DSP est également compromise !

Aucune forme juridique de gestion n'étant plus possible, soit il faut cesser l'exploitation, soit nous allons au suicide !

De toute manière, il faut déjà envisager la revente des équipements, des téléportés et liquider ce qui le peut pour tenter de "diminuer" un tant soit peu la DETTE et par là même concourir aux remboursements des emprunts !

Une solution de "viabilisation" de l'espace "station" et de son urbanisation serait dès que possible de se résoudre à une autre stratégie en se réorientant vers des activités de pleine nature. Puisque l'espace est devenu un luxe, qui plus est quant il est "NATUREL", la préservation des forêts et des milieux sauvages devient un impératif !

De même, l'urbanisation doit devenir une dynamique attractive non plus par la quantité, mais par la qualité.

A ces conditions nous permettant de nous démarquer des autres collectivités territoriales, nous pourrions jouer une "carte identitaire" respectueuse de l'environnement ainsi que de ses habitants.

Dans un monde résolument tourné vers "l'utile" et le "rentable", ce qui peut lui manquer et devenir par là même un atout, c'est une ouverture culturelle aux différences, ainsi qu'aux anciennes traditions revisitées.

Dans notre malheur, nous pouvons saisir la chance d'être différents et donc aussi complémentaires du reste du plateau du Capcir et bien sur de la communauté de communes "Pyrénées Catalanes" !

Cependant, si nous poursuivons obstinément avec le même état d'esprit qui nous a conduit à tant de ruine, nous n'avons aucune chance de sauver ce qui peut encore l'être...

G.

 

 

Voir les commentaires

Publié le par G.
Publié dans : #Actualité

REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL DU 07 JUILLET 2017

Le sept Juillet deux mille dix-sept à dix-huit heures, le Conseil Municipal s'est réuni, au lieu

ordinaire de ses séances, sous la présidence de Mr GIL, Maire.

Présents : Mr AGUZOU Jean Luc, Mme BOCCARDI Marie Françoise, Mr GIL Rolland, Mr

MARIN Daniel

Absents : ROSART Sylvain et M. ROSSI

M. AGUZOU Jean-Luc a été élu secrétaire de séance et Mme BOCCARDI suppléante.

Début de séance à : 18 h 08

 

1 Convention de servitudes N°P07395 : ENEDIS/COMMUNE DE PUYVALADOR concernant la

parcelle : Section A N°361.

Le Maire explique qu'une convention de servitudes N° PO 7395 a été signée entre la

Sté dénommée ENEDIS (anciennement ERDF) et la Commune de Puyvalador, en date des

23 juin 2015 et 03 novembre 2016, permettant la réalisation d'ouvrages de distribution

électrique. Ladite convention concerne un bien sis à Puyvalador, lieudit Le Village,

cadastré Section A numéro 361.11 y a lieu d'authentifier ladite convention en vue de sa

publication au service de la Publicité Foncière compétent.

Après en avoir délibéré, Le Conseil Municipal DECIDE :

D'approuver cette convention de servitudes dénommée ci-dessus De donner tout pouvoir à

monsieur Le Maire ou à défaut à ses adjoints pour signer l'acte authentique et tous

documents se rapportant à cette affaire.

Vote : 4            Pour 4             Contre 0 Abstention 0

 

  1. Convention de servitudes N°P07396 : ENEDIS/COMMUNE DE PUYVALADOR concernant la parcelle : Section C N°853.

Le Maire explique qu'une convention de servitudes N° PO 7396 a été signée entre la Sté dénommée ENEDIS (anciennement ERDF) et la Commune de Puyvalador, en date des 21

octobre 2015 et 03 novembre 2016, permettant la réalisation d'ouvrages de distribution

électrique.

Ladite convention concerne un bien sis à Puyvalador, lieudit Caramatx, cadastré Section

C numéro 853.

Il y a lieu d'authentifier ladite convention en vue de sa publication au service de la

Publicité Foncière compétent.

 

 

Après en avoir délibéré, Le Conseil Municipal DECIDE :

D'approuver cette convention de servitudes dénommée ci-dessus De donner tout pouvoir à

monsieur Le Maire ou à défaut à ses adjoints pour signer l'acte authentique et tous

documents se rapportant à cette affaire.

Vote: 4 Pour 4                   Contre 0 Abstention 0

 

3. Forêt Communale de Puyvalador ; Forêt Sectionale de Rieutort :

Inscription à l'Etat d'assiette 2018 et vente de coupes de bois -Inscription à l'Etat d'assiette

des parcelles :

  • Puyvalador : 21.2 ; 22.1
  • Rieutort : 2.2

-Suppression des coupes prévues en parcelle 2.2 et 13.1 (Puyvalador) pour volume

insuffisant.

Le Conseil Municipal

prend connaissance de la proposition du technicien responsable de la forêt communale

pour l'inscription à l'état d'assiette (état des coupes à marquer pour vente) de l'exercice

2018 par l'ONF des coupes ci-dessous : inscription à l'état d'assiette des parcelles :

. Puyvalador : 21.2 ; 22.1 . Rieutort : 2.2

suppression des coupes prévues en parcelles 2.2 et 13.1 (Puyvalador) pour volume

insuffisant.

Après en avoir délibéré, le Conseil Municipal :

accepte le projet d'inscription des coupes ci-dessus,

demande que ces coupes soient mises en vente en 2018, sur la base des recommandations

du responsable commercialisation des bois de l'ONF, confie à l'ONF la fixation du prix de

retrait,

donne pouvoir au maire de fixer, en relation avec l'Agent Responsable de la Coupe, la

destination des produits accidentels mobilisables dans les coupes en cours (acheteur de

l'article principal ou affouage) et d'approuver le prix moyen unitaire de vente des bois à

l'acheteur proposé par l'Office.

Vote : 4 Pour 4                        Contre 0 Abstention 0

 

4. vote de la convention de gestion de la compétence « tourisme, dont la création d'office

de tourisme », missions d'accueil et information :

Le Maire explique qu'il y a lieu d'établir une convention entre La Communauté de Communes Pyrénées Catalanes et La Commune de Puyvalador pour définir les conditions de gestion de l'accueil et de l'information auprès des visiteurs par La Communauté de Communes avec la Commune.
Cette convention est intitulée : Convention de Gestion de la Compétence « Tourisme dont la

création d'office de tourisme », missions d'accueil et d'information

 

Après en avoir délibéré, Le Conseil Municipal DECIDE :

D'approuver cette convention de gestion de la compétence « Tourisme dont la création

d'office de tourisme » missions d'accueil et d'information.

De donner tout pouvoir à monsieur Le Maire ou à défaut à ses adjoints pour signer la convention et tous documents se rapportant à cette affaire.

Vote: 4 Pour 4                        Contre 0          Abstention 0

 

5. Convention de récolte de plantes à parfums aromatiques et médicinales et de sève de

bouleau : Association Groupe d'Economie Solidaire Relais Cerdagne Capcir Le Maire

explique qu'il y a lieu d'établir une convention entre L'Association Groupe d'Economie

Solidaire Relais Cerdagne Capcir et La Commune de Puyvalador pour définir la récolte et la

cueillette des plantes à parfum aromatiques et médicinales et à récolter la sève de bouleau

suivant les modalités contenues dans l'annexe des espèces pour l'année

Après en avoir délibéré, Le Conseil Municipal DECIDE :

D'approuver cette convention pour définir la récolte de la cueillette de plantes à parfum

aromatiques et médicinales et la sève de bouleau pour l'année 2017/2018.

De donner tout pouvoir à monsieur Le Maire ou à défaut à ses adjoints pour signer la

convention et tous documents se rapportant à cette affaire.

Vote : 4           Pour 4             Contre 0          Abstention 0

 

6. Communication du rapport de la Chambre Régionale des Comptes (CRC) du Languedoc-

Roussillon :

Monsieur Le Maire présente le rapport de la Chambre Régionale des Comptes (CRC) du

Languedoc- Roussillon, transmis aux élus lors de la dernière réunion du Conseil Municipal

du 30 juin 2017.

Vote : 4           Pour 4             Contre 0          Abstention 0

Le rapport de la Chambre régionale des comptes dit :

5) qu’il appartient à la commune de délibérer pour se prononcer sur la cessation de

l’exploitation de la régie, et que cette délibération est à transmettre à la chambre pour

qu’elle puisse rendre son deuxième avis par référence à l’article L. 1612-5 du code

général des collectivités territoriales

ILS ONT VOTE QUOI ??????

 

7. Questions diverses :

Rencontre avec le Souvenir Français pour l'inauguration du monument aux morts qui aura normalement lieu le 7 ou 8 juillet 2018.

 

Fin de la séance à 19h20

Voir les commentaires

Publié le par G.
Publié dans : #Actualité

La dictature, c'est toujours mieux sans opposition !

4

C'est le chiffre de la honte !

Nous vous laissons le soin d'aller consulter ce plagiat de "démocratie" qui s'affichera peut être en tout petit dans un recoin d'un ténébreux tableau...

Un exemple de mauvaise foi !

Ils ont tout voté à quatre, même le fait qu'ils ont lu l'accablant rapport de la cour régionale des comptes, sans d'ailleurs n'avoir pris AUCUNE décision en encore moins de fermeture !

Les pouvoirs publics apprécieront certainement...

La presse "républicaine" et "indépendante" aussi !

Dans trente ans, alors qu'il n'y aura plus de neige sur tout le massif pyrénéen, les contribuables payeront encore un "impôt neige" en se demandant peut être :

-" La Neige, qu'est que c'est que ce binze ?"

G.

Voir les commentaires

Publié le par G.
Publié dans : #Cuisine
Une petite merveille !

Le Silure, un combattant qui mérite.

Je dédie cette recette à mon copain Gérard de Counozouls.

Une rencontre initiatique. 

Avec mon copain Gérard, nous allons taquiner les eaux profondes de Montbel et de la retenue de l'Agly. Là, entre mer Méditerrannée et Pyrénées, dans les replis montagneux sont ces grands lacs poissonneux.

Combien de fois les pêcheurs de rencontre nous ont dénigré le Silure !

Jusqu'au jour où nous rencontrons un grand chef étoilé de Franche Conté.

Le Silure est à sa carte et il nous explique son petit secret pour le réussir.

Il nous fallait une recette qui exprime ce terroir méditerranéen, une recette avec du soleil et moins de crème que dans le Nord Est de la France.

Donc, voilà ma façon de fêter ce moustachu farouche combattant.

Les ingrédients :

Deux oignons, un poivron vert, un cocktail de fruits de mer, tomate triturée, bisque ou soupe de poisson, un bouchon de pastis 51 élaboré à Thuir, un bouchon d'eau de vie de marc, paprika, poivre, frigoule des Corbières, safran, trois étoiles de Badiane et de belles darnes de Silure !

En pratique :

Trancher les oignons et les faire dorer sur un filet d'huile d'olive. Y rajouter le poivron vert et saupoudrer de thym. Pas de sel !

Ensuite, rajouter le sachet cocktail de fruits de mer.

Lorsque les morceaux de seiche et de calmar sont devenus blancs, ajouter la tomate triturée.

Une pointe de paprika, ajouter la bisque et une fois son volume en eau, lorsqu'elle est à température versez le bouchon de 51, le bouchon de Marc, puis le safran et la badiane.

Laissez mijoter à feu très doux.

Faites dorer les darnes de Silure avec un filet d'huile d'olive.

Puis, les incorporer dans la préparation méditerranéenne. Poivrez.

20 minutes à feu doux et servir avec un riz basmati !

Pour le vin frais, un petit rosé léger de Bizanet, sinon un rosé plus corsé, d'Ansignan ou de Caramany...

Régalez vous !

G. 

Franchement délicieux !
Franchement délicieux !
Franchement délicieux !
Franchement délicieux !
Franchement délicieux !
Franchement délicieux !
Franchement délicieux !
Franchement délicieux !
Franchement délicieux !
Franchement délicieux !
Franchement délicieux !
Franchement délicieux !
Franchement délicieux !
Franchement délicieux !

Franchement délicieux !

Voir les commentaires

Publié le par G.
Publié dans : #Actualité

Alors que l'affaire du petit Grégory défraie à nouveau la chronique...

Ici, l'on ne veut pas se souvenir des sabotages, des balles de fourrage précipitées nuitamment à la rivière, des serres brisées, des pneus dégonflés, de l'incendie du mobilier d'une conseillère et j'en passe des pires !

Pour autant, quelques doutes certains sur quelques "actions malveillantes" si pratiques pour remplacer des pneus usagés ou quelque outil déficient... 

La dualité entretenue au travers de rivalités villageoises ont toutes un point commun : la station de ski !

Que ce soient des privés ou plus tard des "élus", la constante demeure la même.

Il est scandaleux qu'autant de méfaits aient pu demeurer impunis, avec ce doute sur une complicité des pouvoirs publics de "laisser faire", sinon de contribuer par des pressions et des sanctions déguisées à tenter de déstabiliser ceux qui se sont toujours opposés à la folie démagogue d'un véritable gang mafieux !

ça continue !

La cour régionale des comptes dans son dernier rapport dit  clairement que la commune est dans l'impossibilité matérielle et financière de continuer à faire fonctionner la station de ski !

Un déficit annuel qui varie de 250.000, 00 € à plus de 350.000, € par an est récurrent !

C'est d'une telle évidence qu'il faut véritablement cultiver le plus évident des dénis pour ne pas en être persuadé !

Là haut, rien n'est viable avec la mentalité de ceux qui ont causé, participé, ou profité de la décrépitude communale !

Faut il rappeler le nombre de faillites prononcées et la "perspective" économique et climatique actuelle et future pour faire le douloureux constat ? 

Nous avons ce triste record National du nombre de maires successifs sur une mandature.

5 !

(Le nombre actuel qu'il faut retenir c'est 4, comme le "gang des quatre", d'ailleurs suite à démissions il ne reste plus qu'un seul conseiller en opposition...pour le reste, les résultats annoncés par la CRC parlent d'eux mêmes !) 

La réaction de la sous préfecture aurait pu ramener à la raison, et bien non !

Un peu plus d'huile sur le feu avec la disparition de la section électorale de Rieutort, le transfert illégal de la mairie pour "compenser" et finalement son retour "forcé"...

Vu de loin, ce serait d'un burlesque désopilant, mais pour ceux qui vivent à l'année, c'est une tragédie ! 

Maintenant, parlons fiscalité...

Avec plus de 135% de hausse, nouveau record !

Une des conséquences et non des moindres est la dévaluation immobilière et la désertification des jeunes sans compter un effondrement de la population permanente ainsi que la "vente précipitée" de résidences secondaires... 

Alors que la commune ne peut plus investir notamment à cause d'un endettement record, le transfert de compétences vers la communauté de communes aurait du impliquer une baisse de l'assiette communale.

Mais il n'en est rien !

C'est à nouveau une "hausse déguisée" tout comme la valse des chiffres ont pu illusionner quelques temps l'organisme chargé de "surveiller" les comptes des collectivités territoriales et autres établissements publics ainsi que les représentants de l'Etat... 

Bilan : Aujourd'hui ouverture des parapluies et demande d'afficher publiquement le dernier avis de la CRC !  

Bien sur à l'extérieur, sur les panneaux d'affichage coté rue, le silence pesant continue d'étouffer la triste réalité !

Mais, surprise ! et alors, munissez vous d'une énorme loupe car coté parking privatif, en tout petit ( format demi feuille A4), je dirai même en minuscule, minuscule, vous trouverez peut être cet avis illisible pour la plupart des personnes âgées !

C'est tout dire de la mauvaise foi ! 

Tout semblant de "re dynamisation" par l'équipe actuelle est vouée à l'échec, d'autant que la crédibilité n'est plus au rendez vous !

Alors, comment un "projet" de 100 "containers vacance" au pied des pistes peut il attirer une clientèle qui n'a plus les moyens de pratiquer une activité désormais réservée aux riches ?

Ce n'est plus de l'obsession, c'est de la folie pure et dure !

Devant tant de ravages, l'on aurait pu croire à la voix de la sagesse venant des collectivités voisines. Il n'en est rien et c'est même avec une certaine complaisance complice qu'une avance de trésorerie fut commise.

Comment "contourner les Lois" et une impossibilité d'investissement due à la pire des gestions communales que l'on puisse constater !

Bien sur cette "bienveillance" n'est pas gratuite et l'on devine très bien ce qui se cache derrière !

Bref la commune est endettée pour très longtemps et comme personne ne veut "fusionner" avec ce territoire sinistré par la bêtise humaine...

Alors que certains affichent "Le tourisme" (un certain tourisme basé sur la consommation) serait "notre force", la réalité est tout autre.

Des baisses de -18% du CA, une fuite d'une certaine clientèle vers le massif Alpin (notamment la bonne clientèle de Montpellier), une régression de celle aux revenus moyens qui venaient d'Espagne, une inadéquation du parc locatif, le tout conjugué au dérèglement climatique avec cette perspective de ne plus avoir de neige d'ici moins de trente ans sur tout le massif pyrénéen !  

Il faudrait être totalement inconscient pour investir sur cette commune, à moins que les intérêts ne fussent ailleurs... 

Qu'en est t' il de ce lotissement qui effaça le terrain de foot de Puyvalador ?

Les emprises goudronnées sont là avec ces lampadaires qui n'éclairent pas plus les allées que "les représentants" qui en auraient tant besoin !

Nous avions un territoire boisé, sauvage, une mine naturelle pour permettre aux futures générations d'accéder à l'un des plus rares luxes d'aujourd'hui : L'ESPACE NATUREL !

Nos forêts sont massacrées, éventrées, pillées tout cela dans le seul but de "renflouer" un immense trou béant et qui finalement ne peut cesser de s'agrandir tant que la station sera gérée de la sorte ! 

Nous avions soumis notre proposition de transférer par une délégation de service public la gestion du domaine Alpin au secteur privé et de commencer à réorienter la stratégie communale vers une optique plus naturelle, responsable et s'inscrivant dans une perspective durable.

Lettre morte devant l'imbécile obstination de fous qui se prennent pour des professionnels et croient qu'ils ont "forcément" raison parce que simplement ils sont élus... 

La chose est répandue, certes, mais ce n'est pas une excuse !

Pas plus que nous n'avons vu affiché clairement, lisiblement, ce énième rapport de la cour régionale des comptes, nous n'espérons un retour à la sagesse ! 

La situation est scandaleuse au vu du désastre commis et entretenu !

Cependant, à cause des Lois de décentralisation, toute action de la préfecture comme des organismes chargés de "surveiller" nos comptes ne demeure que consultative faute "d'ingérence" ! 

Or, ce seuil "d'ingérence", nous l'avons déjà vu franchir et toujours dans l'intérêt d'une véritable mafia dont certains prolongements politiques ne sont pas à exclure...

Alors, lorsque la cour régionale des comptes incite à la fermeture définitive de la station et préconise la publicité de son avis avant toute réunion du conseil, comment ne pas être surpris d'un effet contraire !

Si la population diminue, que certains nouveaux arrivant n'ont pas encore compris l'étendue des dégâts, il ne saurait tarder d'ailleurs que tels les abusés d'une farce connue "ils jurèrent mais un peu tard qu'on ne les y reprendraient plus" !

Au vu de ce rapport accablant, nous verrons bien si la "presse locale" continuera une "publicité" douteuse où si la réalité s'affichera enfin à la une des chroniques catalanes.

G. 

 

 

 

 

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 > >>