Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Dissidences Pyrénéennes.

Dissidences Pyrénéennes.

Infos,patrimoine, politique locale, environnement,

Publié le par puyvalador-rieutort
Publié dans : #Actualité

- "L'agence immobilière X ?"

-"Oui, bonjour, que peut on pour vous ?"

-" Je désirerais vendre ma résidence secondaire."

-"Où est elle située, pied de pistes ?"

-"Non, dans le village de Puyvalador."

-"Aaaah !"

-" Pourquoi cette exclamation ?"

-"Je ne vous dis pas que ce soit impossible de vendre, mais...Il va vous falloir sérieusement réviser votre prix."

-"C'est à dire ?"

-"Nous venons de vendre un chalet avec quatre chambres, pied de pistes, aux Angles, 280 000 €. Chez vous, un bien équivalent, c'est 150 000 € Max... Et encore, si vous êtes pressés, 130 000 €, pas plus."

-"Vous parlez sérieusement ?"

-"Vous devez savoir que les acheteurs se font rares et que tout le monde est au courant du taux d'imposition fiscale de votre commune..."

-"Bon, et si je voulais louer, que me proposez vous ?"

-"Nous ne prenons plus de biens sur votre commune, l'hiver, c'est très mal déneigé."

-"Bon, merci quand même de votre sincérité."

-"Bonjour, l'agence immobilière Y, je voudrais vendre ma maison de Puyvalador."

-"Aaaaaaaaaaaaaaaaaaah !"

Cette conversation n'est hélas pas tirée du domaine de l'imagination. Elle vient de m'être rapportée par un habitant du village et ce n'est pas le seul à venir m'exposer cette dure réalité. De plus avec la Loi sur la plus valu...bonjour les dégâts !

Soit disant dans 6 ans, la dette sera résorbée, si elle ne s'amplifie pas en relation au fonctionnement d'une station de ski dont la gestion est aujourd'hui assumée directement par la commune "réunifiée".

Pour l'investissement...même pas en rêve, sinon peut être par la Com-Com...

Bref, la dégringolade continue de plus belle !

Baisser les impôts ?

Pensez donc, pour quoi faire ?

De toute façon, c'est pas possible, vu que nous en avons pour plus de 20 ans à rembourser les emprunts...

Eh,oui, s'il n'y avait que la dette !

Ne parlons pas des charges...

G.

Commenter cet article