Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Dissidences Pyrénéennes.

Dissidences Pyrénéennes.

Infos,patrimoine, politique locale, environnement,

Publié le par puyvalador-rieutort
Publié dans : #Fables

Livre Rouge...

Il y a fort longtemps pendait sous une poutre maîtresse tordue, un livre enchaîné.

Celui qui le détenait ainsi était de l'antique lignée de ces bons hommes sans cesse en quête d'un idéal humain. Paix aux âmes et Justice pour les hommes en était leur essence motrice. Ce Livre Rouge apparaissait un matin auprès de celui à qui il était destiné. Ensuite, longues années de domptage pour dominer en somme ce qui en faisait contenu. Ce livre quoique enchaîné, résistait et dés qu'il en avait l'occasion, il menait grand tapage...

Or, donc, ce livre étrange qui se débattait au point que l'on entravait de lourdes chaînes, tenait en son sein nombre de pages rouges couvertes d'une écriture noire.

Sitôt que dépendu, l'écriture apparaissait à qui savait le lire.

Les lettres traçaient les noms de tous les démons de la terre. Sept principaux et leur suite clinquante se déclinaient en une multitude formant un texte vivant de leurs atrocités perfides. A leur invocation, ils venaient immédiatement chercher quelque pitance et livraient en retour les noms de ceux qui étaient damnés. Ensuite, ce qui se faisait en un sens, se défaisant dans l'autre, l'ancien rappelait les démons un à un depuis le dernier venu jusqu'au premier. Leur remettant à chacun une menue graine. Ils disparaissaient alors, engloutis à nouveau parmi les pages.

Cependant, cet ouvrage pesant tomba quelques fois en des mains profanes inexpérimentées.

Grand danger et vie difficile et lourde à qui l'ouvrait sans connaître son véritable usage. Comme les anciens devinaient à l'odeur de soufre ceux qui détenaient ce genre de bestiaire et que souvent ils étaient isolés des restes de l'humanité, ils venaient le moment venu soulager le profane de ce pesant fardeau.

Au temps de rendre l'âme, ils entendaient les dernières paroles et volontés de celui ou celle qui allait trépasser. Ensuite, se saisissant du Livre, ils le brûlaient pour en faire cendre. Celle ci devait accompagner le défunt dans son dernier voyage.

Plus que devant le notaire, ce testament profond, ainsi recueilli et assumé, ouvrait une autre voie que celle d'ici bas le quotidien réserve.

Joan était de ceux qui un matin trouvèrent cet ouvrage sur leur table de chevet.

Sitôt qu'il ouvrit les yeux, la lutte commença.

Il voulut l'enterrer, mais le Livre resurgit à chaque tentative.

Il voulut le noyer, mais même l'eau n'en voulait pas.

Il le jeta du haut d'une falaise, mais peine perdue, le Livre revenait aussitôt.

Il le mit au feu, mais rien à faire, il ne pouvait brûler.

Durant trois années, il visita une à une les pages et tout en y puisant, il forgea de lourdes chaînes pour mieux le maîtriser. Cependant, ce livre était si lourd qu'il lui fallait de l'aide et aussitôt le voici à parcourir la terre en un sens particulier que plus il s'éloignait, plus le livre était prés pour le lui rappeler.

Ce n'est qu'en l'enserrant au plus prés qu'il put seulement trouver un peu de Paix.

De ses expériences il se mit à méditer et changeant ainsi d'apparence, un jour il s'éveilla comme un nouveau né.

Depuis, Joan parcourt terre et ciel pour aider ses semblables et leur donner message que nul ne se connaît si bien que par soi même. Et, s'il est un destin que de trouver ce livre en soi, il est tout florilège d'en faire l'usage qui allège les hommes de part une attitude autre que d'apparat ainsi que de ces certitudes orgueilleuses qui emplissent d'esclaves les pages d'écritures...

Parfois sur le chemin, on croise ce destin vêtu de robe blanche, un bâton à la main, suivi par un livre enchaîné qui remue la poussière.

Rares sont aujourd'hui ceux qui le suivent et en tirent ainsi le sens des expériences qu'il est donné de vivre.

Ce Joan est il un des derniers ?

Pourtant tout pense à voir qu'il y en aura d'autres qui trouveront aussi ce Livre du Destin un jour à leur côté...

Attention, braves gens que d'en faire bon usage car les diables qui sont en pages ont tôt fait de sortir pour déchirer les corps des imprudents, renverser les Rois, leurs tenants et apanages.

Méfiez vous donc de ce Livre qui pourrait apparaître un jour à vos côtés...

Effacez ce sourire, car il est déjà là où vous ne regardez !

Vous ne le voyez pas, alors, c'en est peut être pire...et vôtre âme est damnée tenue entre les griffes d'un de ces démons là, qui en lettres noirâtres écrivent et signent à vôtre place au bas d'un parchemin.

Restera t'il encore le temps que de vous retourner, non pas pour fuir, mais bien pour assumer ?

Priez pour qu'il reste de ceux là, qui depuis les temps anciens viennent au secours des âmes égarées. Ils changent d'habits si souvent et si bien qu'ils sont sans qu'on les soupçonne, là, sur votre chemin. A vous de les chercher en vous cherchant vous même et peut être qu'alors ce Livre du Destin en sera plus léger et plus maniable en sorte.

Voilà, ce conte est terminé. Si vous tournez la page, autant recommencer car, ce qui a un sens aussitôt se défait s'il n'est point de pratique pour le voir confirmer.

G.

Commenter cet article