Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Dissidences Pyrénéennes.

Dissidences Pyrénéennes.

Infos,patrimoine, politique locale, environnement,

Publié le par puyvalador-rieutort
Publié dans : #Actualité

Puyvalador . Rapport de la cour des comptes : résumé en langage clair…
Tout va mal, la situation empire, les prévisions ne sont pas respectées, mais en fait tout va quand même pour le mieux, la commune adopte sagement les prescriptions de la cour, qui se renouvellent chaque année sans que rien ne change vraiment. L’amélioration se poursuit dans la dégradation. C’est comme la courbe du chômage : l’accentuation de l’augmentation diminue..
Surtout ne pas les vexer, après tout ce travail et ces « considérant.. » Attendons patiemment le prochain rapport qui doit définitivement nous conforter sur l’efficacité des mesures prises... Pour autant, il devient de plus en plus urgent d’attendre (l’apuration des dettes par exemple…)

Faut-il que le contribuable soutienne l’économie ?
A Puyvalador comme dans bien d’autres secteurs ce sont les impôts qui maintiennent sous perfusion des industries à bout de souffle. La question que l’on peut se poser dans la logique capitaliste : si la demande n’est pas là, à quoi bon soutenir l’offre ?
Dans les Pyrénées aucune des 38 stations n’est rentable. Pour plein de raisons facilement compréhensibles. Climat, investissements de plus en plus onéreux, infrastructures désuètes, clientèle exigeante, trop de concurrence etc… Peut-être qu’en divisant leur nombre par deux et encore ! Mais pour autant aucune ne disparaît, renflouées, subventionnées, aidées de toutes parts elles survivent tant bien que mal.
Il y a plein de domaines où l’offre reste possible d’une manière rentable. Les nouvelles technologies, l’économie durable, la culture bio etc… parfaitement compatibles à des milieux montagnards ou désertés sans parler évidemment des activités traditionnelles ancrées dans le patrimoine et qui sont en situation de désuétude.
Adapter le tourisme et entrer dans une logique où l’économie se suffit à elle-même sans faire appel à la générosité publique est le défit à relever. Evidemment il faut réfléchir, s’investir, prendre des risques, avoir le courage de résister aux solutions de facilité ce qui n’est malheureusement pas l’apanage de la majorité de nos élus trop préoccupés par des intérêts partisans ou
personnels.
JAV

Commenter cet article