Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Dissidences Pyrénéennes.

Dissidences Pyrénéennes.

Infos,patrimoine, politique locale, environnement,

Publié le par puyvalador-rieutort
Publié dans : #réflexion

Entre le pouvoir de la foudre et l'influence de l'ombre, celui qui voit clair dans son passé et qui justifie son avenir par la foi de "bonnes intentions" nous dirige et nous écrase...pour soi disant le plus grand bien commun !

Hard power et soft power de concert agissent sur ces "concurrents-alliés potentiels" mais vassaux avant tout !

"First América", tout est dit dans ces deux mots qui justifient tant de pragmatisme despotique déguisé sous de pieuses "bonnes intentions".

Le malheur de l'Europe réside autant dans la faiblesse de ses intentions et sa démographie compensée par de l'immigration forcée que par l'aveuglement de ses dépendances sournoises à ce petit frère devenu un géant aussi ombrageux que nuisible.

Les Européens semblent croire, en réaction, avoir choisi le modèle du communautarisme face au fédéralisme si répandu dans les pays démocratiques.

Or, il n'est pas de hasard dans la cour des pantins qui se prennent pour les concepteurs de leur avenir alors qu'ils ne sont que les retransmetteurs de mouvements induits outre Atlantique.

"Manipulés à l'insu de notre plein gré", nous obéissons par ce "seppuku" dans ce que nous croyons être la seule forme de salut.

Pour autant, copier ne sera jamais la forme qui nous protégera. Ce système est pernicieux, car il porte en lui les miasmes d'une maladie mortelle, sinon handicapante.

Pour qu'il puisse fonctionner il faut une présence réelle de volonté guidée par une foi sincère qui justifie tout acte même répréhensible par la morale et d'autre part les moyens colossaux pour mener les actions décisives et imparables dans tous les domaines quels qu'ils soient.

Sans une démographie cohérente et liée par une volonté identitaire motivant la dynamique, le système tombe en panne et ses ressources deviennent celles du "Big Brother" étoilé...

Le "néocolonialisme" ne touche pas que les "pays émergents" ou en voie de développement. Il s'attaque surtout à tout concurrent potentiel dans le but de la maîtrise totale de l'ensemble des ressources possibles et des marchés potentiels.

Tout est bon pour crétiniser et abrutir les masses, y compris le recours aux féodalités les plus extrêmes que la diffusion des savoirs et des valeurs démocratiques avaient repoussé au fin fond d'une histoire poussiéreuse.

La "montée" de fanatismes religieux est autant instrumentalisée que l'immigration métissant la société d'incompatibilités culturelles qui l'appauvrissent considérablement par un effet de kaléidoscope noyant toute volonté commune et entente réciproque. Diviser pour mieux régner !

Bien des "personnages" comme le soi disant "père de l'Europe", Jean Monnet (1888-1979), furent plus les leviers de l'asservissement et les concepteurs de chevaux de Troie que les véritables instigateurs de l'émancipation Européenne. Lié aux milieux financiers et politiques américains, il n'aura cesse d'agir pour interdire la formation d'alliances européennes que ne contrôlaient pas les États Unis...

Face au pourvoyeur de fond, l'obéissance fut "intéressée" des deux cotés...

On n'a rien sans rien ! (soi disant...).

Si culturellement et historiquement nous sommes liés, nous ne demeurons pas moins des concurrents économiques à maîtriser par tous les moyens possibles...

"Avant de produire, il faut avoir vendu". Ce principe de base pragmatique implique l'asservissement non seulement des marchés mais aussi des populations par un modèle abrutissant les coupant de leur mémoire culturelle. La "mondialisation" n'est que ce miroir à alouettes qui permet de "flinguer" en plein vol les satellites hypnotisés par de simples facettes de verre...

Entretenir le trouble permet la suprématie de vision et d'action sur le reste du monde en se justifiant des plus nobles intentions pacificatrices. En fait de Paix, c'est la dictature de la terreur organisée !

Si toutefois nous continuons de jouer la carte du communautarisme, nous perdrons toute licence justificative de l'écoute réciproque pour ne devenir que les valets servants et esclaves du "Big Brother Américain".

Bons poissons, nous avons mordu à tous les hameçons qu'il a bien voulu nous tendre, jusqu'à cet "Euro" générateur d'injustices sociales et économiques qui fit chuter autant notre pouvoir d'achat que la compétitivité de nos industries.

Les fuites de ces dernières vers des cieux plus cléments ne sont que la conséquence directe de la grande illusion hourdie savamment par ceux dont on croyait ainsi se protéger...

Même la "mafiocratie" supplantant les principes démocratiques fondamentaux est soumise à la bonne volonté de Lois dictées par les tenants du marché mondial.

Lorsque l'on s'aventure à gratter sous la croûte de l'affiche américaine, apparaissent alors les véritables lobbyistes de cette dictature planétaire.

Les familles de banquiers prennent une savoureuse revanche sur les cultures qui les ont si fréquemment ponctionnées tout au long de l'histoire politique et religieuse de l'ancien monde. L'outil est devenu le maître de l'ouvrier !

L'on pourrait longtemps se poser la question d'un acharnement si particulier contre le fondement Indo-Européen de notre culture originelle, si l'on n'était encore aveuglés par les principes d'utopies orientales hourdies que pour ne mieux juguler la nature humaine fondatrice de réels progrès.

L'intérêt est Capital !

Si nous pensons que l'essentiel est d'être, la réalité d'avoir, prime sur toute logique qui permet de se réaliser. La Loi du plus fort s'impose donc à tous sous le couvert de "tendres attentions humanistes" que l'on nous sert en guise de morale fondatrice de stabilité sinon de "croissance".

Or la "croissance" est devenue ce piège utopique qui pousse toujours à plus de destruction et d'asservissements par toujours plus de consommation. La démographie artificiellement expansive en est le levier incontournable . Même les anciennes populations dont la sagesse induisait la stabilité voir la baisse de natalités liberticides et parasitaires de la planète sont désormais en danger majeur de noyade sous le Tsunami qu'elles organisent pour le plus grand profit de leurs nouveaux maîtres.

Lorsque le verbe "intégrer" ne se conjugue plus à la forme pronominale (s'intégrer), il n'est que celui de "s'inoculer" les germes d'un suicide involontaire, cultivés de longue haleine par ceux qui nous veulent tant de bien.

Le "Melting-Pot" américain n'est pas transposable à nos banlieues surchargées de cultes et de superstitions abrutissantes d'une "a-culture" bruyante, dont aucune ne fédère vers une quelconque harmonie volontaire, ni de la conjugaison du verbe "travailler ensemble". Ce d'autant qu'il n'y a plus de travail pour tous !

En croyant une fois de plus copier le "big brother" nous n'avons pas anticipé que nous prenions la toxine du malaise sans le remède de la cohésion par la volonté supérieure.

Il n'y a qu'à se tourner vers l'échec américain et les émeutes de plus en plus "florissantes" dans le pays de l'oncle Sam , pour s'apercevoir de l'incohérence du système.

Pourtant, s'il reste un avenir à la cohésion Européenne élargie, il ne peut se concrétiser que par l'asservissement des banques à l'intérêt commun et l'organisation du système boursier autour d'une fédération de pays résolument à l'écoute respectueuse des populations des uns et des autres.

Encore une dictature pour s'en sauver d'une autre !

Bonne réflexion...

G.

Commenter cet article