Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Dissidences Pyrénéennes.

Dissidences Pyrénéennes.

Infos,patrimoine, politique locale, environnement,

Publié le par puyvalador-rieutort
Publié dans : #réflexion

Là où le bas blesse...

La réforme territoriale est en cours et ne semble pas s’infléchir par la confirmation de ce que disait notre cher Français de la Haye à la "bundesfürrer" germanique. La confiance "relative" n'excluant pas le contrôle, allez savoir pourquoi certains se sentent obligés de se justifier, s'ils n'étaient pas tout à fait surs de tenir leurs engagements...

La France est sous la coupe de cette nauséeuse nébuleuse "Europe" des intérêts et des autres Nations. Alors comme l'élève obéissant, elle répète et tente d'appliquer la leçon que ses maîtres lui ont imposée.

Pourtant si l'on avait voulu éviter ce clash d'un éloignement encore plus marqué des pôles de décision et d'écoute de la population, il eut fallu que disparaisse ce clientélisme qui fit tant donner à ses proches et si peu aux autres...

Là où le bas blesse, c'est justement dans l'inégalité voulue par ces esprits restreints et malsains qui plus que tout ne voient leur intérêt "électoral" se matérialiser qu'autour de leur nombril. Nous en constatons les dérives qui ont plongé le pays entier dans des sur endettements disproportionnés et par le noyautage du népotisme renforçant ce caporalisme de bas étage au nom d'une soit disant "sacro-sainte" confiance indispensable au bon fonctionnement des institutions !

La surcharge, le manque de qualifications et la corruption nous ont conduit à la médiocrité et à l'absence de motivation qui ne soit pas elle même "motivée"...

Alors que par ailleurs les emplois manquent là où le besoin est réel, ici l'on embauche les copains et proches parents sur le dos du contribuable.

Le problème de tous ces "jacobins" de droite ou de gauche, c'est la porosité de leurs discours qui d'un bord à l'autre se contamine des mêmes attitudes avec des formations pourtant différentes.

Il faudrait revisiter l'Histoire de France (la véritable) et la constitution des assemblées pour trouver le fil conducteur des véritables origines et le pourquoi de telles différences.

Difficile de s'y retrouver aujourd'hui au point d'y perdre la tête comme ce bon vieil "horloger" (en deux mots) de Louis...

Girondins, Montagnards, jacobins, de drôles de noms qui situaient des philosophies stratégiques différentes par des noms les rattachant à des lieux communs...

Bien des têtes roulèrent au point que l'essentiel n'y survécu qu'en vague souvenir sinon en "filigrane" de discours démagogiques.

Ce qu'il nous en reste au fond c'est l'absence réelle d'opposition entre les communautaristes et les fédéralistes qui ont oublié que chacun avait tort d'avoir raison selon le niveau ou se situe le problème à résoudre. En conséquence ce sont souvent les inverses qui furent mis en place aux lieux où la raison aurait répondu pragmatiquement aux réalités des besoins. Si l'écoute et la compréhension avaient pris le dessus sur l'intérêt partisan le monde eut une autre figure...

En s'éloignant de la plèbe, ils se sont mis à l'abri de la vindicte populaire et de couperets qu'ils avaient eux même trop affûtés. Bien au chaud (et loin des échafauds) dans leurs "hémicycles" insonorisés, avec des marches si basses que le pas si lourd de conséquences ne peut y rencontrer d'obstacle, ils somnolent ou jouent une comédie dont seuls les sots s'y laissent prendre.

Ces assemblées ne servent plus qu'à faire semblant de s'occuper de l'intérêt des Français tout en se partageant le bout de gras entre complices de tout bord.

Départementales, régionales, mais aussi inter-communautaires, d'agglomérations, sans oublier tous ces outils télescopiques des "pays", "PNR" et autres chambres sont devenues aussi prétextes que "pompes" funestes de l'argent public ainsi que créatrices de créneaux de placement pour les proches...

La France souffre de ces trop nombreux représentants qui ne représentent surtout plus qu'eux même !

Plutôt que de s'enfermer dans des clivages extrêmes, ne serait il pas meilleur de dégraisser intelligemment le mastodonte et de trouver à chaque niveau de besoin les réponses les plus judicieuses ?

C'est ce qu'attendent tant de ces concitoyens lassés et en colère contre une dictature déguisée en costume de "démocratie".

Comment joindre proximité et juste redistribution équitable sans passer par le clivage des partis et alliances de circonstances ?

Le peuple est au dessus des partis dans son essence puisque le peuple fait le pays et qu'il en fonde la Nation lorsque il est considéré dans sa totalité et non plus dans un sectarisme diviseur.

Or si à quelque chose malheur est bon ce devrait être dans la complémentarité plus que dans la stérile bataille du pouvoir que se construirait le débat public et la source du progrès.

Ce coté "communautariste" issu du "club des Jacobins" pêche par un centralisme forcené qui va à l'encontre de la logique, car pour partager il faut être proche de ceux dont on (et non pas Danton...) se dit représenter l'intérêt et vouloir le bien commun.

Malheureusement, au bon peuple de France, nos décideurs ont substitué des conseillers indépendants plus souvent complaisants et lobbyistes...

Si une certaine "professionnalisation" de la politique est due à la complexité de la tache et demande une "préparation" des candidats et des élus, c'est sans doute sans compter que l'Administration dans tous ses corps et services était sensée y palier. Mais, lorsque celle ci n'est ni complaisante, ni génératrice de subsides matériels...alors, elle devient le bouc émissaire si riche en lampistes de toute sorte.

Que ne voit on pas trop souvent cette tentation de briser l'indépendance pour mieux placer ses tendances en références absolues de toute possibilité de décision.

Totalitarisme flagrant de ceux qui se disent "Républicains" et "Démocrates" !

La communication publicitaire a envahi nos espaces et nos temps. C'est la campagne électorale permanente qui fait fond de stratégie alors que l'étude des réels problèmes est laissée entre les mains des conseillers rémunérés grassement pour leur soi disant pertinente intelligence !

Bref, totalement sourds et aveugles, nos élus se cachent derrière des "élites" et sacrifient les fusibles et les moyens d'administrations qu'ils ont contaminé de leurs déviances.

Ils sont à la source de problèmes dont ils sont dans l'incapacité d'apporter de réelles et humaines solutions.

Pour que cette situation puisse évoluer, il ne va pas sans dire qu'ils faudrait qu'ils changent et ce n'est pas gagné tant ils se complaisent dans cette utopique bien aisance que leur confère le détachement des choses basses qui sont notre quotidien.

Dés qu'une ombre passe ils deviennent frileux et lâches face à la hauteur de l'engagement que représente la lourdeur de ce qui les dépasse, tant ils s'en tiennent au dessus.

C'est dés l'enfance que devrait se situer la construction des humains sur des valeurs si absentes aujourd'hui. Trop d'égocentrisme et d'indifférence ont détruit les vertus essentielles au devenir non seulement des individus mais du Pays tout entier.

Il manque une certaine hauteur du regard et de l'intérêt à l'autre qui plus qu'un détachement serait une implication de vouloir mieux voir pour mieux agir et faire que l'on puisse un jour mieux vivre ensemble.

Si ce ne peut se produire dans un avenir immédiat, tout un chacun tentait d'y amener sa modeste contribution, ce serait déjà une première marche considérable vers un futur résolument plus humain !

Alors, plus que d'espérer, ne devrait on pas se mettre à la tache ?

Bonne réflexion et plus si vous y croyez !

G.

Commenter cet article