Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Dissidences Pyrénéennes.

Dissidences Pyrénéennes.

Infos,patrimoine, politique locale, environnement,

Publié le par puyvalador-rieutort
Publié dans : #Humour

Poison d'Avril ?

Après la débâcle, les flops !

C'est tendance, le désintéressement s'installe depuis la fin de saison et les élections départementales. Les résidents secondaires de la station boudent les urnes et même le conseil municipal se réunit à deux, le maire et un adjoint. Robinson et Vendredi ?

Depuis, la seconde réunion il ne nécessitaient pas le coq rhum et ont vu doubler le cap à...4 !

Le poison d'Avril avait il de malte déjà commencé d'agir pendant cet hiver mensonger...

Confondant peut être chiffre de fer et benêt d'office, l'un pas glorieux et l'autre douteux, le "remaniement" de la "future" DSP s'impose sans doute pour que ne mieux l'adapter à un favori choisi d'avance...

Surprise alors si un Saoudien mélancolique des déserts venait à postuler !

Si un Russe en quête de blancheur se proposait ou peut être un chinois en manque de chinoiseries se penchaient sur cette opportunité, le "remaniement" serait il "re-manillé" ?

Nous avons l'habitude de ne plus croire les chiffres aussi glissants que peau d'anguille et si en plus la lettre faisait défaut, nous n'y perdrions pas notre Capcinoise coutume de naufragés exploités par la gente colonialiste !

Station, rieutort, puyvalador, traites noires et commerce triangulaire ?

Ça continue ?

Qui sait, si par immobilisme nous ne dussions encore voir augmenter une si salée facture que seules les morues s'y retrouveraient.

Ça évolue, rien ne change, nous sommes en cale sèche !

Le frai des glissants est en avance sur la prochaine saison et certains se voient déjà attablés autour de ce menu plateau de fruits de neige qu'ils espèrent juteux plutôt qu'avariés.

En guise de citrons pressés, nos pommes, bien sur !

La commune à marée basse de toute possibilité d'investissements et d'emprunts montre que le bac s'est échoué lamentablement sur l'île des mats thématiques et de la raie torique...

Nul n'est dupe que nos sous marins ont des oursins dans les poches et que fiscalement, ils soient toujours en train de nager entre deux eaux.

S'ils sont violets, c'est de savoir qu'ils ont touché le fond et que bien des capitaines ont abandonné le navire en les laissant à fond de cale. Ça continue ?

Le dernier se "sacrifiera" t'il aussi ?

Alors que l'on nous ressort le mirage du bédouin en plein dessert qui voit l'eau à Ziz s'éloigner au fur et à mesure qu'il use sa salive et rame à avancer, la cerise sur le pompon du marin n'est autre que ce diluvien projet de surfer sur le vague "projet bateau" inter ports et forcément d'un saute "moutons" qui écument d'impuissance et dont le mare est bas. D'une station à l'autre, le bas de laine se cache à l'eau de devoir plonger un peu plus dans cette virée en eaux troubles.

Liaisons impossibles ?

Il faut avoir le dos fin pour ne pas s'échouer de rire en sachant bien que nous ne sommes pas encore rendus au port de cette traversée de solitaires abandonnés à devoir ramer encore et encore dans cette galère ponton sans gouvernail.

Rien n'est moins sur d'ailleurs qu'il y ait eu vraiment de véritables capitaines à bord !

L'éclate de moules sent bien le pain qui se consume sous une vérité réduite par ris de dévots qui faseyent sans portance à des vents désormais déficients. Alors, pour boire la tasse nous sommes servis et si le tas des bars lit nauséeux, l'indep aussi échoue comme barge dans ses articles vaseux...

Il fut un conseil si généreux que le prés fait (salé) remonta les comptes du mont des cristaux (de neige) sans cap, car déboussolé des relevés et rapports du court décompte !

Est ce pourquoi le sexe s'tend tant que dure l'amure au bas bord de la ligne de flottaison ?

Si certains requins ont fui comme des raz (de marée basse), le De ferre lent fut à l'origine de leur migration saisonnière qui nous chavira en berniques collés au récif de ce triste naufrage.

Il fallait être résistants pour que le passe plat UTN échoue aux îliens, faisant plein filets de coquilles vides tandis que la salle des machines tournait à pleine vapeur.

A qui a réellement profité ce faux trésor de pirates, car le corps serre ses lettres de courses en écopant une baisse de niveau de sa ligne de vie ?

Quand aux crabes, toujours en biais de fuyantes explications qu'ils se cachent à l'eau...

Ho, marre de bisquer de nos bouilles en baisse plus que de riants bouquets ( de creux vêtus) !

Le printemps est las, lui aussi, de la scène fileuse de bis corniauds en cornets et de moules adhérant aux parties.

Les grandes démarrées ne nous ont pas fait changer de bord et finalement l'horizon vient de perdre un peu plus de son altitude qu'ils feront au lot, tuerie de nos cas pelant.

Poison d'Avril !

G.

Commenter cet article