Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Dissidences Pyrénéennes.

Dissidences Pyrénéennes.

Infos,patrimoine, politique locale, environnement,

Publié le par puyvalador-rieutort
Publié dans : #réflexion

Faisant défaut, le bon sens paysan est il totalement oublié ?

Au voir de tant de gaspillages, surtout lorsqu'il s'agit de l'argent et des biens d'autrui, l'on en vient à le déplorer tout en regrettant la sagesse des anciens.

Si tout tend à nous faire croire que tout va plus vite, la terre tourne pourtant à la même vitesse sur elle même et autour du soleil !

En fait, ce sont ces croyances qui induisent en erreur ceux qui le veulent bien ou ceux qui n'ont jamais médité sur l'invisible apparence des réalités.

Au delà de l'apparence que l'on nous désigne comme vérité et qui souvent n'est qu'un leurre, il est la réalité de ce qui tend à l'emprise sur le monde.

Nous voyons aujourd'hui les chimères s'agitant sur fond d'écran ou d'affiches et qui par la contrainte veulent nous faire croire à la Liberté.

Menteurs professionnels et manipulés faisant office de faux témoins qui croient d'autant plus à leurs propres mensonges qu'ils leur sont propres plus qu'à tout autre...

Lorsque les religions se sont substituées à ce qui n'en étaient surtout pas, ce fut par la terreur et le mensonge. Lorsque la politique politicienne fit son apparition, naturellement il en fut de même.

Pourquoi s'étonner alors lorsque jonglant avec des chiffres non sincères l'on voudrait nous faire croire qu'un déficit permanent et entretenu serait "rentable" ? (peut être pour ceux qui le prêchent et pas pour ceux qui en font les frais...)

Lorsque la soi disant main gauche tente de copier une droite qui elle même louche, ce n'est pas clair !

Ne parlons donc pas des extrêmes qui ne font que prolonger ce qui déjà s'égare depuis le début.

Il manque donc au tableau quelque chose qui dépasse le cadre, en fait il manque l'esprit et l'âme de cette vieille croûte fade que l'on nous sert en pitance.

Tant de maux dont le sens échappe aux gens de mots, tant l'attribut en est fossoyé par une menteuse rhétorique.

Lorsque le libéralisme ensevelit la Liberté, que le communisme assassine ce qui est de commun , c.à.d les différences, pour prôner la dictature du nivellement par l'uniformisation, lorsque le syndicalisme ne défend plus les travailleurs mais les soumet à la politique ou à quel qu’autre intérêt, nous devrions en tirer leçon pour toute chose !

Il manque peut être un parti politique qui n'en soit pas un, une religion qui n'en soit pas une et surtout une Liberté sans l'emprise mégalomane de ces gens de pouvoir.

Si la démocratie était réellement le pouvoir par, pour et avec le peuple, ça se saurait !

Donc, nos "démocrates" qui ne le sont pas plus que nos "républicains", oublient volontairement la donnée fondamentale qui n'est autre que l'Esprit, l'Âme de la Nation, c'est à dire son Peuple !

Un peuple ambidextre, dont la complexité donne à faire mentir les droitiers autant que les gauchers et qui prouve que la vérité si elle n'est multiple n'est qu'un mensonge consenti.

Mais pour représenter faut il encore avoir le courage et l'honnêteté plus que d'écouter mais de comprendre ceux que l'on oublie volontiers d'autant qu'ils ne pensent pas comme vous...

Là où le "communautarisme" s'érige en dictature des partis pris, il manque ce fédéralisme si propre aux peuples de Gaule.

Comment d'ailleurs voir le monde autrement qu'en borgne, si non seulement l'on plonge dans l'obscurité égoïste , mais de surplus l'on assassine toute ouverture ?

Depuis la terreur de 1793, fi donc des Girondins et du pluralisme si ce n'est que dans une boiteuse république décidément Jacobine qu'elle qu'en soit la tendance.

Il manque donc ce parti qui n'en est pas un et qui défende la pluralité en la fédérant.

Plus que la sectorisation lobbyiste ou la vectorisation hiérarchisée qui rend amnésique ceux qui sont au sommet, un système matriciel à géométrie variable serait enfin le bien venu.

La place d'un chef n'est pas plus en haut qu'en bas, elle est bien au milieu et dans le cœur de ce qui l'anime.

Il n'est pas utopique pourtant de l'espérer malgré que ceux qui sont contre soient justement ceux qui sont au pouvoir et qui forcément ne feraient rien pour que ça arrive...

L'inertie étant la plus grande des forces, le phénomène est amorcé car profondément ancré dans ce subconscient de la mémoire collective que l'on appelait parfois "le bon sens paysan".

Même un Parisien a le cul terreux, s'il veut bien se souvenir qu'avant que ne soit Paris, la Terre était un jardin !

A fortiori, les provinciaux qui font du parisianisme sans le savoir sont ils encore plus éloignés de leurs origines gauloises ?

Redonner du bon sens aux maux de la tribu passe par changer le sang des mots sans attribut que celui du mensonge renouvelé.

Alors, le bon sens devrait éclairer d'un jour nouveau un tableau dont le cadre tiendrait compte de la toile (du tissus local), du Pays où il se situe, ainsi que de ce qui l’anime réellement, à savoir, ce peuple de Gaule que l'on assassine impunément au nom d'une "pluralité" qui n'est pas la sienne !

Bonne réflexion dans le miroir de l'essentiel...

G.

Commenter cet article