Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Dissidences Pyrénéennes.

Dissidences Pyrénéennes.

Infos,patrimoine, politique locale, environnement,

Publié le par puyvalador-rieutort
Publié dans : #Actualité

L'attentat vise les innocents plus que les coupables !

Ne confondons pas Justice et sacrifice meurtrier !

Les médias faussent la vision des choses en nous mentant délibérément, mais aussi par le fait de décentraliser l'origine des événements en faisant de chaque point d'écoute pénétré le centre d'un intérêt particulier. Cette machine de contamination fonde ainsi un double rôle applicatif.

En complément de tueries "légales" à leurs yeux, justifiées sur leur sol par ceux qui y exercent le pouvoir, l'action lointaine sur les innocents ne vise qu'à éloigner tout en la rapprochant médiatiquement une déportation d'une violence ainsi exorcisée sur autrui plutôt que subie intérieurement.

Le jeu de dupe présente ainsi des facettes différentes qui répondant à une même motivation, s'exerce cependant par des actions complémentaires ne visant qu'à une "certaine paix sociale" fondatrice et justificatrice, dont l'objet lui même est la survie d'un mode de penser ou de vivre basé sur le meurtre érigé par l'effacement puis la symbolisation en mythe fondateur et stabilisateur.

La culture du sacrifice de boucs émissaires ouvre la chasse aux "innocentes victimes" en ayant la conviction de moins avoir à subir une vengeance en retour qui enfermerait la société dans une violence fatale parce que réciproque, généralisée et perpétuelle.

La victimisation servant autant aux parties atteintes qu'à leurs auteurs, il n'y aurait à priori rien qui puisse véritablement de part et d'autre faire évoluer les comportements.

Rien peut être, si ce n'est l'appropriation et le sentiment qu'en ressentant comme personnelle l'atteinte sans pour autant être touché directement, le deuil n'en soit que plus ouvert à un oubli plus ou moins rapide, non pas celui des victimes, mais celui d'une violence diffuse et toujours potentiellement présente autant en chacun que prête à de nouveau contaminer l'ensemble de la société.

Ceci qui devait engendrer une Paix dans un passé le glorifiant comme acte fondateur et repoussant la violente et donc le danger intérieur, ne fonctionne que par le rappel. Donc une certaine ritualisation de l'acte premier en répétions servant à le commémorer vise à le sacraliser comme initiateur de la "Paix sociale".

Un remède tragique à cette dimension prédatrice de vie et qui pourtant tout en se nourrissant d'elle ne vise qu'à la glorifier...( archaïque réflexe de prédateur-proie...)

Chaque attentat perpétré isolément ou en série ne vise qu'à renforcer le premier sang versé. En déplaçant le théâtre des crimes en d'autres lieux. L'effet second, unificateur et identitaire ne s'en renforce que d'autant.

Les racines du mal ne sont pas extérieures à ce tronc commun de violence. C'est bien en chacun qu'il faut en chercher l'origine et certainement le remède.

De même que les terroristes projettent leur violence à la face du monde, il serait peut être salutaire de cristalliser la notre intérieurement afin de mieux l'identifier pour l'extérioriser autrement que par un nouveau bain de sang en appelant forcément d'autres.

Terroriser les terroristes ne sert à rien si tout n'est pas fait pour que nous fassions mourir en nous mêmes les victimes sacrificielles que nous entretenons autant par la colère que par notre passivité.

Agir ne peut en conséquence se limiter à quelques missiles, mais à une profonde réforme de nos concepts qui ne peuvent réellement changer que par l'implication personnelle de chacun.

Or, en niant l'individu, nous retombons dans le même schémas que ceux qui nous agressent par victimes innocentes interposées...

Il est temps de changer de société car ce qu'elle est devenue n'est que le pendant symétrique et inversé attirant forcément la réplique dans la destruction sanglante.

Or à ce jeu de miroirs, nul ne sort vainqueur.

Les héros seront tous sacrifiés à leur tour afin que seule une certaine morale puisse s'en échapper pour fonder un nouveau mythe "des temps modernes" !

G.

Commenter cet article