Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Dissidences Pyrénéennes.

Dissidences Pyrénéennes.

Infos,patrimoine, politique locale, environnement,

Publié le par puyvalador-rieutort
Publié dans : #Actualité

Midi Libre publie un article et, évidemment, Puyvalador est cité.

Languedoc-Roussillon : douze communes en déséquilibre depuis 2011

OLIVIER SCHLAMA

Le président de la chambre régionale des comptes, André Pezziardi, fait le bilan.

"Depuis 2011, nous avons été saisis pour le budget en déséquilibre de douze communes (*)", explique André Pezziardi, président de la chambre régionale des comptes (CRC). Le dernier cas est celui de Marvejols sur lequel "nous ferons des propositions d'ici un mois que nous désirons les moins traumatisantes possibles", dit-il. Depuis le début de l'année, c'est la 3e commune en déséquilibre dans la région, avec Le Perthus (P-O) et Juvignac (Hérault).

Pour cette dernière, "nous rendrons nos préconisations en juin. Il lui faudra plusieurs exercices pour revenir à l'équilibre", confie André Pezziardi. À chaque fois, la commune délibère sur les propositions de la CRC. S'il le faut, c'est le préfet qui tranche. Douze communes mais dix-neuf saisines (certaines ont fait l'objet de deux examens). "Sur ces 19 saisines (...), rien de comparable au cas de Marvejols, note André Pezziardi. Néanmoins, celui de Pont-Saint-Esprit (Gard) en 2011 faisait apparaître un besoin de trésorerie de près de 4 M€. Dans une autre problématique, il y a Puyvalador (P-O).

"La station de Puyvalador aurait pu fermer ses pistes.

Le budget principal 2014 de la commune de Puyvalador-Rieutort accusait un déficit de 463 000 €, hors de portée de la centaine d'habitants. Ce n'est pas un cas isolé en montagne. En Rhône-Alpes, où a officié André Pezziardi, à Bride-les Bains, "village olympique des Jeux d'hiver d'Albertville de 1992", la commune avait beaucoup investi mais quand il a fallu débloquer l'argent - 70 MF pour à peine 606 habitants... - les banques n'ont pas voulu le faire, le risque étant trop grand. Il a fallu plusieurs années pour remettre la petite collectivité à flots. Autre exemple, Modane, à la frontière avec l'Italie. Pour sa station de Val-Fréjus, un contrat d'affermage est signé avec un privé qui fait faillite après avoir contracté des emprunts. La commune est alors en cessation de paiement. Grâce à une mobilisation générale, du préfet de Savoie au Département qui se porte garant, la chambre régionale négocie avec succès avec les banques. Plus près de chez nous, Langogne (Lozère) a été mise sous tutelle en 2001. La faute à des investissements trop lourds : rachat d'un lycée privé, construction et entretien d'une piscine, etc. 6,5 M€ de dettes pour 3 000 habitants. Et recettes insuffisantes. "On a été obligé d'augmenter les impôts, de ne plus faire aucun investissement, explique Guy Malaval, maire PS. Au-delà du traumatisme, la commune n'a pas bénéficié de l'entretien régulier de la voirie, bâtiments, réseaux, écoles...» La commune n'est sortie des écrans radars de la CRC qu'en 2010. Le maire veut aller de l'avant. Et transformer par exemple le fameux très cher lycée privé en appartements et commerces.

(*) Servian, Arques, Le Poujol-sur-Orb, Pont-Saint-Esprit, Junas, Pia, Saussines, Puyvalador-Rieutort, Juvignac, Le Perthus, Marvejols et Gallargues-le-Montueux.


Commenter cet article