Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Dissidences Pyrénéennes.

Dissidences Pyrénéennes.

Infos,patrimoine, politique locale, environnement,

Publié le par puyvalador-rieutort
Publié dans : #Actualité

Tentative d'attentat déjouée, échec des terroristes amateurs ?

La folie meurtrière mène ces hommes dénués de cette intelligence qui fait d'eux des humains.

En tentant de s'attaquer à des bases militaires, outre le motif de la vengeance de "œil pour œil, dent pour dent", ils recherchent ce chemin de violence collective qui ne s'entretient que par une symétrie de réponse qu'ils tentent de créer en se posant en victimes qu'ils sont réellement mais dont ils refusent d'identifier les véritables bourreaux dans leur propres rangs !

La réponse de Caroline Fourest après l'attentat de "Charlie hebdo" est significative d'un mécanisme faussé volontairement par des commanditaires en survie.

[...] La victime assassinée devient celui qui a provoqué, et qui par son dessin a été violent, la violence symbolique, le droit à la caricature devient la violence suprême, l'humiliation du faible, et le faible devient celui qui tire à la kalashnikov, le terroriste, que l'on confond par un amalgame assez douteux avec l'ensemble des musulmans; et les mêmes crient à l'amalgame, ce qui est quand même assez fort intellectuellement».

Caroline Fourest ( Extrait d'un article paru dans "Slate" le lien : http://www.slate.fr/

Même formés militairement aux techniques de guérilla, ils s’empêtrent dans un mécanisme stratégique les avilissant au point que chacune de leurs actions ouvre leur flanc à la vengeance qui se fait attendre...

En fait, leur objectif vise à obtenir une symétrie identifiable pour élaborer dans un coup pour coup une tragédie génératrice de violence dans le but d'unifier sous la même bannière tous les musulmans de la terre contre le reste du monde. C'est un échec cuisant des fourmis enragées contre un fantôme d'illusions puisées dans un passé revisité par l'obscurantisme d'un dogme qui voudrait survivre alors qu'il s'entête à se suicider !

Notre société occidentale infiltre ses poisons et ses remèdes depuis fort longtemps à travers le monde. Lorsque pour cristalliser l'ennemi, les ultra conservateurs radicaux du "djihad" tentent de focaliser toute la haine, la violence, les ressentis inassouvis d'une misère bien réelle, c'est en projetant l'image du "Croisé" autrefois rejeté à la mer et condamné par tous qu'ils utilisent.

Or ce croisé n'est plus chez nous qu'un épouvantail pour des moineaux qui comprennent de plus en plus qu'il n'est qu'un homme de paille sans plus de consistance que celle du vent qui l'agite !

Alors que se profile l'ombre illusoire d'un moyen age révolu, c'est bien le prototype du premier meurtre collectif ourdi dans la caverne de la préhistoire qui revient inlassablement nous hanter...

Le mécanisme du sacrifice pour régénérer une société en crise d'identité est toujours à la base cette recherche de violence dont on a si peur qu'on tente vainement de repousser en la projetant ailleurs sur des victimes innocentes.

La lâcheté qui fait d'un ressenti blessant un ego le moteur du premier meurtre au sein de la tribu appelle toujours à cette crise identitaire dans laquelle plus personne ne se reconnaît, où l'ordre s'effondre dans un chaos et qui génère une réponse fondatrice d'une Paix si désirée.

Or cette Paix ne vient que par la violence collective envers une victime focalisant sur elle tous les ressentis de chaque composant du groupe...

Si notre système judiciaire vise à châtier les coupables, le réflexe d'origine les a bien identifiés tout comme cette possibilité d'un retour de bâton par une vengeance personnelle faisant entrer durablement le risque d'une "vendetta" inépuisable dans les mœurs pouvant entraîner par la symétrie tragique la totale disparition de la communauté...

Donc, les yeux se porteront plus particulièrement vers un proche de l'assassin que l'on immolera pour faire ressentir personnellement au meurtrier, mais par victime interposée, ce qu'il a provoqué individuellement chez les autres.

Sagesse ou lâcheté ?

Prudence en tous cas des anciens qui ont construit les premiers bavardages humains sur justement une crise de confiance et l'éternel soupçon d'une possible agression pendant le sommeil ou dès que l'on a le dos tourné...

Pour éviter cet enfermement tragique dans la perte de confiance par un meurtre qui en appelle un autre, le sacrifice d'un bouc émissaire édifié à partir d'une "innocente victime" est un processus toujours en vogue. Sacrifice camouflé certes sous une symbolique rituelle subjacente dans un quotidien qui en est si avide tout en le niant, ou par le subterfuge d'un système judiciaire communautaire, il nous revient dans sa tentative brutale par les actions du terrorisme qui n'est pas si aveugle que ça !

Car, c'est le but double qui est recherché. Celui de la victime expiatoire des maux d'un collectif à reconstituer et la recherche d'une victoire mythique sur un monde dont les réalités tendent à "effacer les différences" et surtout étouffer le moteur de la haine fondatrice d'un dogme qui se meurt !

Or, la Laïcité n'efface pas les différences, elle les cultive.

Chacun peut pratiquer le culte qu'il veut de façon personnelle et donc cette tolérance des différences ancre les identités dans une tempérance qui offre la Paix à tous !

Pour que les dogmes vivent, ils créent la guerre, le conflit dualiste et symétrique qu'ils projettent sur d'autres afin d'y focaliser tout le malaise poussant au doute et donc à la remise en question de leur crédibilité intrinsèque.

Djihad ou croisade, mêmes combats que ceux qui ont versé tant de sang dans les tranchées de 14-18 sous des motifs de revanche qui cachaient des enjeux financiers...et de pouvoir terrestre !

Alors que le culte amenait aussi la culture, il se trouve démuni devant cet hiver glaçant qui détruit l'exclusivité par l'ouverture et forge la tolérance par la tempérance !

Ce qui les gène réellement c'est de voir s'échapper ce pouvoir terrestre si attractif des égos surdimensionnés qu'il les fortifie en avilissant la nature humaine autant de ceux qui en profitent que de ceux qui en sont victimes.

Le véritable ennemi des alimentateurs de ce terrorisme soi disant aveugle, ce n'est pas ces "Croisés", ni leurs descendants, non, c'est la tolérance, la tempérance qui tiédit une foi qu'ils voudraient un brasier enrichissant le pouvoir terrestre et qui ne couve plus que sous la cendre de foyers en voie d'extinction.

Il est une réalité qui est la misère d'un monde face au gaspillage d'un autre. Il est cette misère qui réduit en asservissement autant en affamant de rêves de frigos bien remplis, que de films édulcorants un triste mais paisible quotidien anesthésiant...

Le seul but véritablement recherché, c'est la Paix !

Tandis que les uns en sont privés par le ventre et par l'esprit conditionné, les autres en dépérissent par le cœur...

Or, ceux qui gémissent de faim et ceux qui étouffent de suffisance et d'égoïsme sont les victimes du même processus qui s'inverse selon le lieu et le temps.

Lorsque la lâcheté se fond avec la prudence, c'est ce mécanisme démoniaque de la projection qui bâtit autant des dieux fictifs que des victimes sacrifiables en lieu et place des plus mauvais penchants de l'homme.

Pourtant, sur l'évidence que rien ne se fait par hasard et que les mêmes causes entraînent les mêmes conséquences, l'Univers tout entier est né d'un principe créateur s'étant auto créé autant qu'il s'entretient de lui même dans toute la richesse infinie de sa diversité.

Donc ce principe étant en chaque chose, considérer que chaque chose est sacrée ne devrait entraîner que le plus grand respect de ce qui nous entoure, d'autant plus de ce qui est différent de nous en apparence est pourtant bien semblable, puisque créé et issu du même principe créateur...

C'est bien là que se "fourvoient volontairement" autant les fourbes égocentriques des dogmes religieux que les mécréants matérialistes rejetant tout aussi volontairement l'évidence du principe créateur sous des relents d'une science dénuée d'impartialité par un égocentrisme forcené !

En refusant l'évidence et le bon sens, ils entretiennent les uns et les autres la passivité inhibitrice d'un coté et de l'autre ce moteur auxiliaire de leur crédibilité par la violence fondatrice d'un "sacré" artificiel par des rites conditionneurs et esclavagistes d'une population qu'ils veulent plus soumettre que fédérer dans la diversité de leurs identités individuelles.

La véritable guerre n'est peut être pas celle que l'on voudrait nous faire croire, mais celle d'un communautarisme matérialiste combiné et confronté à un communautarisme radical religieux contre la dimension du progrès humain par la reconnaissance Laïque et le respect des identités et croyances individuelles.

L'homme des cavernes, assassin créateur de dogme religieux et le "scientiste égocentrique forcené de matérialisme" bercés d'Utopies, contre l'humain en devenir !

La lutte n'est pas prête de s'arrêter tant que ces deux bourreaux ne seront pas rejetés de nos réflexes par un conscient volontaire et des actions volontaristes !

Il serait temps de sacrifier non seulement les bourreaux mais surtout leur mécanisme essentiel destructeur de l'avenir de l'humanité et de notre planète !

Il est vital de conjuguer le verbe "travailler ensemble" à l'élaboration d'un nouveau système fédéral respectueux de ce que veut détruire ou anesthésier l'une ou l'autre forme de communautarisme forcené.

Être indigné ne suffit pas, il faut vite réagir avant qu'il ne soit trop tard...

(Je vous réinvite à lire ou à relire "La violence et le Sacré" de René Girard")

Bonne réflexion !

G.

Commenter cet article