Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Dissidences Pyrénéennes.

Dissidences Pyrénéennes.

Infos,patrimoine, politique locale, environnement,

Publié le par puyvalador-rieutort
Publié dans : #Actualité

Sacrifier pour ne pas être sacrifié ou sacrifier pour retrouver une entité dans la diversité identitaire salvatrice et donc l'origine plurielle réconciliée ?

Lorsque deux concepts s'affrontent, chacun veut l'unanimité de chacun des individus de sa société pour crédibiliser son action toute entière et ressouder une communauté malade de ne pas reconnaître l'identité plurielle de ses différences individuelles propres.

Le mal du chaos originel parait indispensable à toute refondation en quête de survie face à cet éternel danger justement de ne pas y arriver et qu'en quelque sorte se brisa la roue du destin.

Dans le processus du cycle annuel, la succession saisonnale retraduit cette alternance de mort et de reconstruction donnant à l'hiver le Rôle mortifère aussi détesté que glorifié car il en résulte les bienfaits du printemps et donc du renouveau.

Cette dualité complémentaire basée sur le mythe de la mort salvatrice est profondément et insidieusement ancrée dans la culture des communautés au point qu'elle continue de survivre jusques dans les sociétés dites laïques.

Ces réflexes fondateurs de la société, de sa culture puisent dans la répétition de l'immolation collective par le sacrifice d'un bouc émissaire toute la force de se renouveler.

Or, s'il est une chose redoutée c'est bien celle d'être immolé à son tour comme la victime innocente d'un rite pratiqué par d'autres !

En cela, lorsque la victime n'est plus un individu ou un subterfuge animalier ou encore un objet symbolique, la dimension peut recouvrer l'ensemble d'un peuple, d'une religion ou d'une philosophie.

Les persécutions prennent alors l'allure de l’holocauste cristallisant l'ensemble des haines, de la violence de chacun réunies en une ruée évacuant ses douleurs sur ce qu'elle identifie comme l’exutoire de son propre malaise.

Guerres et croisades en tout genre ne fonctionnent cependant que si elles font l'unanimité de tous leurs participants contre le bouc émissaire.

Lorsque prônant "la guerre sainte", une fraction de l'humanité se rue sur le reste du monde, il est cependant une peur qui grandit dans le fait que ces attentats ou cette guerre ne provoque chez la partie désignée comme sacrifiable un réflexe refondateur et unificateur de même nature.

La grande peur est celle de la globalisation et le danger est que ces attentats ne puissent faire l'unanimité dans le camp des sacrificateurs. Car, il en résulterait en retour l'effet inverse d'une unanime condamnation faisant choir les différences et les oppositions adverses dans une coalition dépassant tout potentiel initial !

En faisant la différence entre religion musulmane et islamisme terroriste ainsi que sous l'aiguillon de la douleur combinée à la peur d'être frappé individuellement, la notion de refondation de la "société occidentale" est en train de se renforcer.

Lorsque le processus sera à son apogée, gare à tous ceux pouvant cristalliser l'objet de la condamnation et donc d'une action unanime !

Les Nazis en ont fait l'ultime expérience...

Il est évident que la peur tenaille ceux qui n'adhèrent pas forcément en totalité à la volonté sacrificielle voulue par une minorité de même origine que la leur, mais grandissante sous le joug de la terreur. La tentation d'assimilation indifférenciée par les futurs "sacrificateurs vengeurs" fait craindre qu'elle ne se cristallise aussi sur leurs têtes innocentes...

L'effet pervers est qu'en voulant détruire une société occidentalisée, les assassins ne provoquent son renforcement et sa régénérescence élargie par tous ceux qui n'ont pas adhéré au sang versé !

C'est pourquoi les yeux se tournent vers les dissidents en espérant leur adhésion et une action unanime vers le camp du rejet de l'une ou de l'autre des parties.

En fait, les futures victimes choisiront elles même d'être sacrifiables ou non...

Si ni un camp, ni l'autre, ne peuvent cristalliser l'Union Sacrée, alors le conflit a toutes les chances de s'éterniser. Dans cette course frénétique à la mort, seule la mort triomphe, notamment celle des deux parties opposées et peut être celle de la planète toute entière !

Ce d'autant qu'en ayant une dimension mondiale de par la multiplication des foyers, il deviendra de plus en plus difficile aux uns d'éradiquer totalement les autres et vice versa...

Plus les actes sacrificiels des uns continueront de s'amplifier, plus la réponse en retour risque d'être disproportionnée en débordant le cadre simple d'une dualité de départ.

C'est bien aussi sur cela que comptent les immolateurs perfides cultivant la violence et la haine en moteurs auxiliaires !

Faut il pour autant tendre l'autre joue et faire la sourde oreille ?

Un autre aspect tant espéré également par commanditaires et acteurs de cette tragédie déshumanisante qui ne sont pas prêts de se lasser tant qu'ils trouveront ou s'inventeront des victimes sacrifiables...

G.

Commenter cet article