Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Dissidences Pyrénéennes.

Dissidences Pyrénéennes.

Infos,patrimoine, politique locale, environnement,

Publié le par puyvalador-rieutort
Publié dans : #réflexion

Cette douleur que l'on appelle Mal !

Ressentir la douleur nous empêche souvent de nous ouvrir sur ce qui nous entoure. Elle constitue un cercle infernal de "centration" qui obnubile toute notre attention.

Pour la dépersonnaliser, nous avons tendance à la projeter soi sur autrui, soit sur et au travers d'un être sensé la symboliser, c'est à dire rassembler un ensemble de choses dissociées et pas forcément identifiables...

Cette douleur empêchant de rassembler l'ensemble des choses nous constituant en fait divise et sépare. "Diabolum" en latin, c'est ce qui sépare.

Or, ce fameux "Diabolum" nous le matérialisons sous sa forme du diable multiforme identifiant "l'inidentifiable" plus facilement projetable depuis nos tréfonds sur l'extérieur. C'est un ensemble de causes dont nous ne percevons que des effets et dont nous sommes incapables ou, dont nous nous refusons inconsciemment de déceler les véritables mécanismes d'origine...

Il faudrait que nous arrivions à faire la différence entre un principe créateur et les divinités (artificielles) que nous projetons dans les cieux, tout comme entre la douleur et ce malin divisant et occultant la liaison entre tout ce qui nous compose...

Plutôt que de croire bêtement comme les hommes, il faut voir pour comprendre et devenir plus humains en se sentant impliqué à tous niveaux et angles de vue différents tout en respectant la diversité pour que ne mieux profiter de la complémentarité !

Or, la douleur marque aussi la limite des états entre ce qui allait bien et ce qui ne va plus. En quoi cette limite peut nous permettre soi de tenter la dépasser ou par la prudence de savoir s'en tenir éloignés...

Bonne compagne, si l'on sait l'apprivoiser et développer cette tolérance ou, diabolique maîtresse accaparant tout en le divisant, en le séparant !

Multipliant en divisant, additionnant en séparant...

En tous points le contraire de ce qui sépare l'homme de l'humanité !

Savoir "se soustraire" ne revient pas à fuir ni nier l'évidence mais à s'adapter tant qu'il nous est donné de supporter ce que nous pouvons en conservant notre identité...

Au delà, seule la mort nous en délivre en séparant ce qui était réuni en une entité identifiée et donc identifiable.

Contrairement aux idées reçues que l'on nous transmet et dont on nous demande de croire expressément l'authenticité de la supercherie sous peine d'exclusion en cas d'attitude contraire, tout commence par la découverte de ce qui nous révulse le plus !

Cette douleur et la nature même de la mort peuvent nous amener à comprendre les mécanismes de nos conditionnements et donc si ce n'est de pouvoir totalement y échapper, en tout cas d'essayer d'en mieux maîtriser ou de simplement en comprendre les effets... Faute de ne pouvoir en modifier les causes ! Quoique...Tout est possible !

Ô douleur, compagne et initiatrice de tant de vérités, nous t'avons donné un si déplaisant visage sinon pour te brûler que pour t’idolâtrer...

Ainsi, les flammes de l'enfermement sont elles froides de ta morbide présence qu'en ton absence se révèle la porte d'un paradis artificiel...

Bonne réflexion !

G.

Commenter cet article