Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Dissidences Pyrénéennes.

Dissidences Pyrénéennes.

Infos,patrimoine, politique locale, environnement,

Publié le par puyvalador-rieutort
Publié dans : #réflexion

La peur, l'incompréhension, la colère... L'état de guerre !

Un djihadiste, Kalachnikov en main, tout s'écroule... sinon, les affaires reprennent !

L'un par intérêt financier parce que la guerre c'est bon pour les affaires, l'autre par rebond politique ou les autres encore qui se retrouvent dans une identité malmenée au point qu'ils se demandent qui ils sont et pourquoi on leur en veut tant... Même s'ils ne se l'avoueront jamais, ils sont finalement tous prêts à remercier de leur attention celui ou celle qui les sort de leur banalité quotidienne en leur donnant un nouveau souffle...

La bulle médiatique explose alors comme une ceinture d'explosifs, tous en profitent !

Pourtant, lui, le terroriste, cause du cortège immédiat de la souffrance n'est qu'un effet de la misère du monde.

Pendant que les véritables auteurs le montrent du doigt, en condamnant "l'abominable", les hypnotisés miséreux tremblent dans une incompréhension qui les dépasse au point de culpabiliser ou de transcender en redécouvrant qu'ils existent puisqu'ils sont des cibles potentielles, mais bien réelles !

La misère aime la misère et ceux qui dirigent, orchestrent le quotidien, ne s'y trompent pas !

Ouvrez les yeux, vos véritables yeux, pas ceux de la superficielle apparence qui ne voient que les effets !

Croyez vous qu'une femme "s'explose" juste pour le plaisir d'en finir ?

Il n'y a point d'extase dans la mort sinon que la délivrance d'en finir avec une vie devenue insupportable.

Croyez vous que l'on puisse en arriver à ce que rien n'ait d'importance que justement plus rien ne vous atteigne parce que justement vous n'avez plus rien sinon la douleur, la colère, la haine et cette volonté de nuire à ceux qui vous dépossèdent de vos biens, de vos espoirs, de votre culture, de votre identité ?

Radicalisation sectaire, l'effet d'un monde en mal de souffrance par excès face au monde de la misère qui souffre profondément de sa réalité quotidienne !

La misère est partout, autant dans les pays soumis à la dictature de riches, de dogmes politiques ou religieux, que dans les banlieues surpeuplées. Elle est autant présente dans des porte-feuilles vides que dans les têtes et les cœurs qui le sont tout autant !

Le véritable auteur des attentats, c'est la misère et ceux qui en vivent en exploiteurs bien au chaud dans leurs salons parisiens ou d'ailleurs, toujours protégés dans un bien être de profiteurs aux aguets d'une nouvelle explosion enrichissante !

Ceux qui créent la misère, ceux qui en profitent autant que ceux qui s'y complaisent sont les ennemis de la Paix !

Pas besoin d'être marchand d'armes, ni "fou de Dieu", le lobotomisé incrusté devant son vide tête favori est aussi nuisible que le politique qui ne représente que ses propres intérêts au lieu de l'idée supérieure, de l'abnégation face à lui même dont il devrait faire preuve pour assumer sa charge altruiste !

Tenanciers de la finance, vendeurs de mort, abrutisseurs des masses et tous ceux qui se laissent prendre au "miroir des illusions perdues", tous complices des tueurs de la rue, assassins sanglants et impitoyables !

Il n'y a pas qu'une seule cause, la misère aux multiples visages sait bien s'insinuer dans chaque quotidien sans que l'on n'y prête attention.

Celle qui se sent au creux de l'estomac par le vide et la douleur qu'elle engendre est plus identifiable que cette paresse qui allume son ordinateur, son poste de TV plutôt que d'ouvrir la porte au voisin ou de chercher les vérités au lieu de gober "la vérité" que les médias et leurs commanditaires servent hypocritement au nom des profits qui les motivent réellement !

Pour tuer le tueur, il faudrait peut être commencer par tuer le tueur qui est en soi !

Celui qui vit par le glaive, périt par le glaive et ça, lorsque cela devient urgent ou utile, nous savons faire !

Mais, domestiquer son vide pour en faire une plénitude riche d'humanité...

Il faut avoir non seulement le courage, mais avant tout la conscience qu'il n'y a pas d'irréparable, que chacun à son niveau peut réellement agir et évoluer dans et par ses propres moyens !

Les intellos pêchent par l'absence de pratique et qui n'a pas son point faible ?

Il faut de tout pour faire un monde et pas seulement des idées qui de toute façon ne remplaceront jamais le pain substantifique qui lui seul nourrit les ventres creux, les affamés d'espoir...

A la croisée des mondes, il y aura toujours ce conflit dont la misère se nourrit à chaque fois que nous baissons les bras, à chaque fois que l'indifférence croise la faim, la soif et ce besoin impérieux de vivre !

A chaque fois ou nous nous retranchons derrière la banalité du quotidien, de nos habitudes, il se dressera toujours un fou de douleur pour ensanglanter, pour déranger, pour apeurer les enfants sous leur lourde couette et les adultes écrasés par leur orgueil d'esclaves.

Charité bien ordonnée commence par soi même. La Liberté, ce n'est pas un droit, c'est un devoir de se faire violence face à la misère de chacun autant que face à sa propre misère !

A force de lâcher prise ou de "zapper" chaque fois qu'il faut tenir bon et de tenir bon à ses acquis de confort, l'on finit dans la lâcheté de se remettre en cause, dans la peur de se faire face et de regarder au plus profond de soi pour ne voir que la paille dans l’œil du voisin et non pas la poutre dans le sien !

Plus que le courage, c'est la misère qui guide les balles autant que les doigts sur le clavier de la télécommande, en faisant du malheur une jouissance autant que l'illusion de l'identité retrouvée pour les lâches...

Le cauchemar ne s'achèvera qu'après le réveil effectif des consciences, certes avec une gueule de bois, mais plus certainement avec une véritable motivation d'en finir ou du moins de lutter contre la misère sous toutes ses formes et visages...

Mais, il n'aura certainement pas lieu tant que nous cultiverons cette crédulité qui voue plus abandon que confiance en ceux qui nous dirigent pour notre plus grande misère !

Réveillez vous, regardez vous autrement et agissez sur vous même !

Plus que la Liberté, c'est l'impérieux devoir que vous vous devez ne serait ce que pour exister et vivre réellement...

G.

Commenter cet article