Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Dissidences Pyrénéennes.

Dissidences Pyrénéennes.

Infos,patrimoine, politique locale, environnement,

Publié le par puyvalador-rieutort
Publié dans : #réflexion

Violences en réponse d'autres violences, ou simplement lorsque les repères sont perdus ?

Une fois encore je vous conseille la lecture et la réflexion sur les livres de René GIRARD.

Après "La violence et le sacré", "Des choses cachées depuis la fondation du monde", sont des ouvrages qui permettent de comprendre les mécanismes agissants sur notre évolution et ce qui la maintient...

Un travail indispensable à qui veut essayer de comprendre et peut être d'agir sur ce qui fait de notre vie un enfer avec son lot quotidien de crises, de violences, d'attentats et d'insécurité.

Si les problèmes sont analysés avec une optique acérée, les solutions restent à s'approprier personnellement en recherchant au fond de soi et alentours ce qui fait la différence entre l'enfermement dans un cycle de violences et l'ouverture vers une humanité en évolution...

Les comportements sont souvent les reflets de mécanismes et donc aussi de dysfonctionnements particuliers. Nous sommes plus amenés de par nos capacités à constater les effets plutôt que les causes réelles ainsi que la logique mécanique originelle.

En amont de ce que l'on voit éclairé, s'exerce le rayonnement qui en fait n'est lui aussi qu'un effet. Certains effets sont liés à d'autres effets dans une chaîne implacable difficilement perceptible lorsque l'on s'en tient uniquement aux apparences ou pire au préjugé construit artificiellement qui nous tient lieu de jugement arbitraire non fondé, si ce n'est en ersatz de toute logique naturelle abordable...

Lorsque des lésions cérébrales sont profondes et irréversibles, le miracle seul peut faire évoluer vers une guérison... Ou, une thérapie innovante...

Lorsqu'elles sont présentes par origine, par maladies ou que le stress de situations anxiogènes vient endommager notre cerveau, la crise comportementale devient permanente.

La différence entre la pathologie présente et la crise identitaire se pose sur la perte de repères naturels et fondés.

Or, la Sagesse antique de civilisations passées nous a laissé en héritage un ensemble d'outils permettant d'éviter l'enfermement dans les cycles de violences et de crises sacrificielles par l'immolation d'un bouc émissaire.

Ce qui fonde la logique et assoit la stabilité repose sur les liens existants entre les choses ainsi que ce qui permet de les révéler, de les mesurer, de les contrôler dans la mesure du possible, donc de retrouver une harmonie de Paix pour les Âmes et de Justice pour les hommes.

Pour construire son avenir, l'être humain a besoin de se projeter tout comme il est sensible aux reflets de réalités qu'il ne peut s'approprier de par ses capacités...

Il est donc fondé que ces comportements éducatifs ont contribué à l'évolution de l'espèce et à la stabilité de mondes bâtis sur une règle communément admise et respectée par tous !

C'est particulièrement là où le bas blesse, justement lors que ces repères sont brouillés par ceux qui ne respectent plus la règle naturelle et qui par leur comportements portent préjudice à l'harmonie de la société, d'autant plus s'ils sont sensés être référents et donc donner l'exemple à suivre !

Même si les perspectives évoluent dans le temps et en fonction de l'endroit, la réalité est dans le fondement et pas dans l'effet constaté.

A la Règle naturelle, les hommes ont substitué leurs lois avec cette traduction adaptative qui ne les rend ni claires, ni parfaites...

Cependant, qu'il s'agisse des tables de Moïse ou d'autres livres "sacrés", même s'ils sont inspirés de la règle originelle, ils ne sont que des interprétations de fondements dissimulés sous les apparences de textes traduits les uns des autres et donc pas toujours clairs en matière de pratiques au fil des ages ou des lieux...

La règle de MAAT, symbole de la sagesse du monde et de son fondement est non seulement une réflexion mais aussi une projection du fondement humain par cette personnalisation souvent indispensable à la compréhension des choses, des événements et donc des conduites à tenir.

La divinisation anthropomorphique, si elle permet une identification plus aisée, leurre cependant sur la nature exacte de ce qui la fonde.

L'on peut comprendre donc le soucis de s'en écarter en remplaçant cette projection médiocre par celle de symboles universels...

Or, les outils qui prolongent la main prolongent également et fondamentalement l'esprit. Ce n'est pas par hasard que nous les retrouvons dans les frontons de bien des temples...

L'écriture et la culture ne sont aussi que des outils parmi d'autres...

Lorsque nous vivons aujourd'hui une crise identitaire importante car multipliée dans l'espace et entretenue dans la durée et que son origine réside aussi dans le comportement déréglé de ceux qui sont sensés montrer l'exemple, comment ne pas se trouver désorientés d'autant que l'on ne sait plus vers qui se tourner...

Les yeux fermés sur ce mode d'apparences trompeuses, mais ouverts vers le ciel autant que conscients de notre infiniment petite personne, la règle de MAAT demeure en chacun comme dans l'infini sans qu'il ne la perçoive pourtant !

Elle est fondement et remède aux souffrances que nous projetons en permanence que ce soit pour s'en libérer ou pour une violence que nous devons contrôler et canaliser sous peine un jour proche de totalement disparaître...

Quelques ouvrages de Christian JACQ ne peuvent pas nuire à la redécouverte des fondements de notre monde ainsi qu'au soulagement par la compréhension et donc la maîtrise de ce qui nous met en souffrance...

Bonnes lectures donc !

G.

Commenter cet article