Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Dissidences Pyrénéennes.

Dissidences Pyrénéennes.

Infos,patrimoine, politique locale, environnement,

Publié le par puyvalador-rieutort
Publié dans : #réflexion

L'Amour et la violence abolissent les différences...

Si l'Amour indifférencié permet le respect des différences dans le fait qu'il ne les oppose plus, la violence entraîne la haine qui exclue et écrase au nom d'un pouvoir absolu et centralisé.

Le langage rejeté par l'autre, ce diable qui divise et oppose, c'est le message naturel sans cesse repoussé par la violence.

Ce langage, ce verbe, ce logos, se différencie dans son concept parce qu'il est source de vie et respect universel des différences. Or, c'est la parole perdue dans le sens où elle est sans cesse rejetée par un système basé sur la violence, l'exclusion, qui se matérialise par la projection vers une entité centralisatrice à la quelle la facilité confère et délègue un pouvoir décisionnel absolu, d'autant qu'il symbolise la somme de l'autorité et forcément de tous les interdits...

Dans ce carnaval perpétuel, la violence latente sous les masques de l’anonymat finit toujours par rejeter sa haine de soi et des autres dans ce que l'on ne supporte plus en soi pour la matérialiser temporairement vers ce qu'elle élit comme homme de paille ou représentant de ce pouvoir. Cette projection ne vise finalement qu'à mieux s'accepter dans une identité soi disant débarrassée de ses travers les plus vils...

Là réside le royaume de l'ombre et la vallée de la mort !

Par le feu qui sacrifie les travers, l'illusion finit par l'emporter sur la réalité et se fait force de vérité.

Or la vie est la lumière des humains et les hommes ne l'ont pas compris !

Dans la destruction par le feu, l'homme sacralise ce qui le détruit dans son humanité. Or, la géhenne est omniprésente dans le fait qu'elle brûle à plusieurs niveaux...

Tant d'apocalypses couvent sans cesse que nous feignons d'ignorer en les rejetant ou simplement en tentant de les repousser illusoirement.

Le feu couve autant sous nos pieds, sur nos têtes, qu'en nous mêmes...

Du monde en fusion où se sont perdues toutes les différences dans les entrailles de la terre à celui d'une technologie atomique qui pèse lourdement sur nos vies à chaque instant, le feu couve tant par le climat de notre planète qui s'échauffe par notre bêtise, que par nos vies qui se consument irrémédiablement !

Enfermés dans et par nos certitudes, nous rejetons et repoussons toutes les différences qui sont notre richesse par leur complémentarité.

Or, si nous le voulions, nous sommes en capacité de comprendre ce que nous amène la parole de vie, ce langage de lumière dont nous sommes issus mais que nous rejetons sans cesse.

Le jour où nous nous délivrerons de ce carnaval dramatique, le pouvoir ne sera plus l'exclusivité des médiocres préjugés érigés en statues inamovibles sur le socle des interdits !

Autant nous avons besoin de la somme de tous les clichés pour comprendre le mouvement, autant nous avons besoin de nous séparer du monde pour mieux le comprendre dans son universalité et sa continuité infinie. De là à produire l'inverse dans la démarche, il n'y a souvent que ce tout petit pas qui par le "ne pas" fige l'évolution dans un éternel retour à la bestialité.

Rien ne sert de se défausser sur des rois, des dieux ou des boucs émissaires de cette pleine responsabilité qui fait de nous des hommes libres de nuire à notre destin !

Prisonniers de nos "certitudes" ou plutôt apeurés par nos doutes, nous avons érigé le socle de notre culture sur le rejet, l'exclusion et le pouvoir centralisé.

Tout autour de nous, laisse pourtant filtrer la parole de vie et nous nous sommes faits sourds et aveugles à son entendement. Les tolérances entretenues à grand coup de médias cachent volontiers cette incompatibilité résiduelle que nous entretenons entre deux concepts totalement différents. Dans une société aussi permissive à l'égard de bien des défauts, l'idée même de Liberté parait intolérable.

C'est la peur de réaliser cet "irréalisable" qui nous paralyse dans de vieux réflexes de primates prédateurs...

Abandonner, se nier, jusqu'à se renier et se suicider plutôt que d'admettre la Liberté de la parole de vie !

Nous en sommes rendus à déstructurer notre identité faute de la faire évoluer !

Alors que nous étions sur le chemin du progrès, nous voici sur la pente médiévale de toutes les absurdités. D'une démocratie qui n'a jamais pu accoucher d'elle même, nous nous sommes enfermés dans une oligarchie républicaine et jacobine de surcroît soumise au joug de fanatismes religieux !

A l'heure où la Paix n'a jamais été autant menacée, nous sommes incapables de mener le véritable combat que nous nous devons pour survivre en tant qu'espèce et en tant que somme de bien des cultures qui sont les nôtres !

Au lieu de combattre, nous nous soumettons à des rites moyenâgeux venus d'autres concepts sacrificiels totalement incompatibles avec l'idée même de Démocratie !

La république des interdits nous interdit d'évoluer vers un fédéralisme respectueux de nos différences internes pour nous soumettre à une "mondialisation" écrasante de la moindre notion de respect. Le plus absurde est qu'elle contribue à réveiller le vieux démon de l'absolutisme religieux qui fait des fanatiques l'autre bombe symbole de l'exclusion, montrée comme référence unique d'un monolithisme débile.

Ni l'une, ni l'autre de ces deux formes de totalitarisme ne feront évoluer l'homme vers l'humain !

Dans l'heure de tous les dangers, entre chiens et loups, alors que le ciel s'embrase dans un climat que nous avons contribué à dérégler, que sont nos petites morts individuelles sinon de piètres révélations d'une apocalypse grandiose qui ne tardera pas à nous anéantir si nous ne réagissons pas rapidement ?

"Un piètre bestiaire !"

Comment ne pas être déçus, lorsque nous voyons les "moutons enragés" d'une soi disant gauche progressiste s'affronter à des républicains avoués se posant en lions faméliques, le tout engendrés par de vieux idéaux jacobins, autant que manipulés par l'absolutisme de soi disant écologistes plus avides de pouvoir que préoccupés par la situation désastreuse de la planète ?

D'autant que ces "écolos" y contribuent encore plus absurdement en s'associant avec le pouvoir qui nuit en complice d'un capitalisme soi disant libéral alors qu'il n'est que liberticide !

Le temps des partis nous montre bien son incompétence à gérer ce que finalement il contribue plus à détruire qu'à faire évoluer !

En tentant une fois de plus de niveler les différences internes qui font notre identité en les écrasant, ils ont contribué à dynamiser la haine par le rejet de tout ce qu'ils tentent maladroitement d'imposer !

Ce monde est devenu le creuset abominable de toutes les abominations. Les hyènes ricanent sous le couvert d'une bonne conduite qu'elles simulent pour ne mieux que nous soumettre à leur haine viscérale.

Nul espoir évidemment de voir un jour les tenanciers du pouvoir faire humble ouverture vers ce qu'ils rejettent par dessus tout. Ce n'est ni sur eux, ni sur un quelconque dogme religieux qu'il faille compter pour retrouver la parole de vie perdue sur l’échafaud de la bêtise jacobine !

Le temps des girondins se fait languir d'autant que le temps nous est compté !

Là où le maire devrait être le conciliateur, l'accoucheur de la pluralité, il n'est plus que ce maître imbu d'un pouvoir illusoire dominant et écrasant les différences sous le soi disant prétexte d'une majorité !

Puisqu'on nous a parlé de "démocratie participative" où en est t' elle réellement sinon en pantin de paille de ce pouvoir qui l'agite dans la culture d'une médiocrité entretenue à coup de virtuel et d'abrutissement des masses ?

Alors que l'intérêt de la dette dépasse le budget de l'état, que l'on a déstructuré le pays en exportant les sources de productivité, l'on continue à massacrer le peu qu'il nous reste de notre agriculture et de notre humanité en nous isolant de plus en plus sous un flot de cultures qui ne sont pas les nôtres !

Tuer l'esprit Gaulois ne fera certainement pas émerger la bonne parole de vie du sarcophage jacobin dans lequel sont immolées les véritables valeurs de l'humanité...

Diviser pour mieux régner, quitte à ce que la minorité agissante se crédibilise par une abstention organisée de la grande majorité devenue silencieuse par l’écœurement comportemental de ceux qui sont sensés nous représenter et qui plus est nous donner le bon exemple à suivre !

Multiplier les représentants onéreux et consuméristes d'une fiscalité sans cesse plus écrasante sous prétexte d'altruisme déplacé, alors qu'il faudrait réduire les dépenses et le véritable gaspillage mené en grande pompe par des élus qui se prennent pour des princes !

Modifier une constitution pour n'y ajouter qu'un peu plus d'exclusion alors qu'il faudrait la revisiter profondément pour la doter d'un nouvel esprit démocratique fondé sur le respect des différences et ériger un fédéralisme organisateur contre l'anarchie aberrante du renoncement, de la lâcheté déguisée en bienveillance !

Fortifier et renforcer les niches d'un pouvoir assis sur la division par ses deux "antichambres" assemblée, sénat et son conseil constitutionnel érigeant en maison de retraite à deux vitesses le prolongement de l'une par l'autre. Semblant de démocratie opposant peuple et collectivités alors que si représentants il y avait, une seule assemblée suffirait amplement à mener les travaux d'une législation intelligente tentant d'humaniser les Lois et de les faire appliquer avec une réelle bienveillance humaine et une adaptabilité basée sur la sagesse de l'expérience réelle !

Tentatives de plus en plus flagrantes d'asservir la Justice à la botte du pouvoir alors qu'elle manque cruellement de tous les moyens budgétaires et matériels lui permettant de mener sa mission de régulation des injustices et de délivrance de tous les maux !

Il y aurait fort à dire, à écrire et à réfléchir sur le système qui nous propulse à grande vitesse vers le mur de l'absurdité. Nous sommes devant un livre ouvert dont la page de gauche empêcherait de lire celle de droite en l'excluant sans cesse et par la même ne faisant que la révéler de plus belle !

Alors qu'en lisant celle de droite nous comprenons ce qui est inductif dans celle de gauche et qui annonce celle de droite !

Cependant, s'il y avait une chose essentielle à retenir, elle réside dans cette parole perdue, toujours rejetée comme une vulgaire pierre, alors qu'elle est la seule à pouvoir nous faire évoluer en devenant la véritable clef de voûte d'une nouvelle société au visage résolument humain !

G.

Commenter cet article