Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Dissidences Pyrénéennes.

Dissidences Pyrénéennes.

Infos,patrimoine, politique locale, environnement,

Publié le par puyvalador-rieutort
Publié dans : #Actualité

Droite maladroite, borgne d'un coté, sourde de l'autre !

Si c'était un savon que Martine AUBRY avait lancé, il y aurait bien des glissades, mais ce n'est que le constat d'une dérive scandaleuse qui se forlonge et que jusques là, tous ont laissé se réaliser...

Malheur à celui par qui le scandale arrive !

Or ce sont toujours les victimes qui sont scandalisées et qui contribuent à communiquer le scandale...

Si ces victimes sont sans cesse rejetées, ce n'est pas par hasard !

Le scandale est cette pierre, cet obstacle écrasant sur le quel l'on trébuche, qui contamine et peut tout détruire sur son passage. En retour, les belligérants feront tout pour l'étouffer quitte à ne pas réagir...

Cependant, le scandale est révélateur plus que de la dérive, il permet de matérialiser un mécanisme basé sur le rejet et qui trouve son fonctionnement autant par un pouvoir fortement centralisé que par par la symétrie des doubles inversés qui l'entretient par un désir inavoué d'imitation.

A droite, l'amnésie, les miroirs de la défaite et toujours l'ogre décérébré !

Le reste du paysage politique ?

Que peuvent donner les répliques d'un séisme sinon de moindres secousses !

En fait rien ne peut réellement évoluer car d'un coté comme de l'autre c'est l'enfermement dans les lettres du passé qui empêchent de voir l'avenir ou l’obsession de l'avenir qui refuse de lire le passé autrement que par la symétrie du duel stérile.

Si l'on prend un peu de recul pour tenter de comprendre ce à quoi l'on nous assaisonne depuis trop longtemps, le mécanisme destructif est facilement identifiable sauf pour tous ceux qui refusent l'évidence !

Nous sommes dans un système basé sur la symétrie. Les réponses d'un coté venaient en répliques inversées de l'autre. Or la répétition finit toujours par s'épuiser par la diminution de la force exercée du fait que temporellement en s'éloignant de son origine elle en perd la référence et l'intensité.

C'est une dilution qui s'accélère au fur et à mesure que les doubles inversés finissent tellement par se ressembler que toute différentiation en devient impossible. Par la perte de références distinctes, c'est l'ensemble des repères qui perdent leur valeur et donc nous sommes dans une crise identitaire pouvant se matérialiser par une violence jamais produite avec une telle intensité. Actuellement, si la droite venait à repasser, elle aurait peut être du mal à faire plus à droite que ce que la gauche libérale pratique !

Le désir de l'un grandissant par la braise de l'autre, la confusion arrive à son paroxysme et l'incompétence généralisée ne peut se crédibiliser que par le sacrifice de victimes "innocentes"...

Attention donc à tous les scandalisés !

Combien de fois, le PC ou les Verts ont ils été sacrifiés au nom d'un "programme commun" ?

Que penser de la droite qui en fit autant avec son centre et ses allèles ?

Tout pousse à l'extrême uniquement que pour mieux l'exaspérer par un système qui confisque l'électorat et donc continue de monopoliser le pouvoir !

Ce système dualiste, cette mécanique de la violence sacrificielle n'est que la résultante de notre histoire la plus ancienne et il faut remonter au premier meurtre collectif sans cesse reproduit pour comprendre ce cheminement répétitif.

Il suffit de se rappeler ce qui se produisit en 1793, la terreur jacobine et montagnarde...

Dans le même lignage aussi se remémorer les guerres de religions et tant d'autres épisodes dont le fil de l'épée fit couler maintes fois le sang d'innocentes victimes pour soi disant retrouver un semblant d'équilibre...

La symétrie entretient le conflit identitaire des doubles opposés par le désir exponentiel de dominer tout en tentant d'imiter l'autre, de se l'approprier. La démarche de la "Gauche libérale" actuelle le démontre on ne peut mieux !

Les partis des extrêmes ne sont qu'illusions maintenues en contrepoids d'un désengagement de la grande majorité du peuple Français écœuré par cette configuration décidément exaspérante qui provoque bien plus d'abstentions qu'on n'eut pu jamais l'imaginer.

Loin de ce que l'on pourrait prétendre comme théorie du complot, ce n'est en fait que résultante de cette symétrie confiscatoire, héritage du premier meurtre collectif !

Cependant, il serait quasiment impossible de quitter du jour au lendemain ces réflexes de mort et pour les désapprendre il faudra certainement encore un certain temps.

Mais l'avons nous encore ?

A ce mécanisme communautariste, centralisateur au possible, le seul remède de transition ne peut passer que par une réforme progressive vers un fédéralisme décentralisateur s'adaptant en fonction des particularités des difficultés rencontrées en lieux et temps.

Nul n'a entièrement raison, donc tous n'ont pas forcément tort !

Ce qui veut dire qu'au lieu de frapper à des portes closes derrière les quelles il n'y a que les cadavres d'un passé mal interprété, il serait temps d'ouvrir les yeux vers celles qui sont ouvertes et d'en tirer la substantifique essence, le sens véritable d'une réelle Démocratie !

G.

Commenter cet article