Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Dissidences Pyrénéennes.

Dissidences Pyrénéennes.

Infos,patrimoine, politique locale, environnement,

Publié le par puyvalador-rieutort
Publié dans : #réflexion

Face à nos travers, le plus vieux rêve de l'homme : la réalisation de son humanité !

Quoi de plus naturel, pardon, je veux dire de plus humain, que de vouloir le graver dans l'éternelle évolution ?

Chaque age a connu ses crises profondes génitrices de douleurs mais révélatrices de ce que l'homme a en lui de plus noble face à ce qu'il transpire de plus vil.

Que ce soit dans la pierre dure d'Egypte, par les runes antiques, sur les marches de l'Olympe, dans les tables du mont Sinaï, dans les évangiles ou plus tard dans la "magna carta" pour continuer par la déclaration des droits de l'homme, plus que des mots sans cesse trahis, il demeure l'essence qui en est à l'origine.

Sans cesse revisités et bien que les valeurs d'origine évoluent autant que les formes adaptées aux politiques et aux religions des pays et des siècles, ils restent toujours à redécouvrir et à réécrire dans un présent aussi impératif que peut l'être la survie de l'humain dans un monde agressif et injuste.

Cette essence galvaudée trace le chemin de valeurs érigées en repères fondamentaux. Chaque étape temporelle y apporte sa pierre menant de la tribu aux complexes assemblées de soi disant représentants du peuple...

Chaque fois que ces repères s'effondrent sous le joug de ceux qui accaparent le pouvoir, chaque fois survient une crise profonde noyée dans le sang d'innocents sacrifiés en boucs émissaires. La duperie fonctionne en perdant de la force au fur et à mesure que les siècles estompent son efficacité.

Mais siècle après siècle, alors que nous devrions nous rapprocher de la réalisation, les obstacles se font à chaque fois plus grands sinon plus pernicieux encore.

Aucune technologie ne peut remplacer ce qui est écrit dans le cœur des hommes. Si la pierre s'use, que les paroles s'envolent et que les livres brûlent tant du feu de l’autodafé que de piètres traductions assassines, l'intention demeure !

Les vainqueurs ont beau réécrire l'histoire en leur faveur, leurs vérités sonnent faux face à la réalité.

Nous entendons parler les imbéciles prétentieux qui tentent de s'accaparer ce dont ils ont confisqué le sens d'origine ainsi que leurs piètres adversaires qui n'ont pas plus la raison ni l'intelligence de lancer de nouveaux ponts au dessus des fleuves qu'ils ont déchaînés.

Il est temps de réécrire la "magna carta" dans un sens qui ne laisse plus fuir la réalité là où elle se trouve en adaptant chaque chose à son niveau afin que chaque niveau retrouve une équité réellement adaptée à sa réalité.

Plus qu'une nouvelle république, la sixième nous laisse t' on espérer, c'est d'une nouvelle constitution dont nous avons réellement besoin !

Une constitution non plus basée sur des concepts cloisonnés et un pouvoir confisqué par une meute de parasites "bien intentionnés", une constitution de La Véritable Démocratie, enfin réalisée !

Face à l'intérêt partisan, voir au népotisme permanent, le civisme devrait redonner vie, sens et stabilité à l'action citoyenne dans un respect redéfini par de nouvelles règles fédérant chaque composante dans le respect des autres.

Dans les premières ébauches, le tirage au sort impliquait chaque citoyen, pas de "professionnels" du mensonge, de la corruption...Faudrait il y revenir pour redonner l'essence de vie au vieux rêve mythique de l'homme ?

Si des formes primaires de la monarchie nous sommes passés à celles de dynasties puis quelques révolutions plus tard à un Jacobinisme centralisateur, le système républicain nous a démontré au delà de ses limites les injustices et l'inadaptation de ses rouages pernicieux.

L’Ère nouvelle doit ouvrir à une véritable Démocratie ou sombrer dans le chaos infernal du grand Armageddon. Bien plus proche qu'il ne parait, chaque jour sonne sa trompette en tromperies, en illusions, en mensonges tentant de dissimuler le grand fiasco climatique sous prétexte de ne pas paniquer le peuple !

Plus que de raison, il s'agit bien de survie, car lorsque tombera le bandeau de toutes les apparences, nul ne trouvera refuge derrière son compte en banque ou quelque "grandeur" achetée au rabais d'insignifiantes valeurs.

L'Etat d'urgence ne doit pas faire oublier l'urgence de l'état dans lequel nous sommes !

Continuer de plus belle dans la même déconfiture, sombrer dans l’extrémisme ne sont pas les seules solutions. Seule la concertation peut accoucher de nouvelles évolutions et permettre de développer d'autres stratégies respectueuses tant de notre planète que de tous ceux qui la peuplent.

Or cette concertation ne peut dépendre du racket exclusif ni d'une droite moribonde, ni d'une gauche obsolète et encore moins d'une réplique adoucie d'obscurantismes liberticides.

L'avenir n'appartient qu'à ceux qui l'embrasseront à bras le corps en faisant fi des tentations du pouvoir et des travers les plus bas de ce qui nous confine dans la bêtise.

La concertation est dans l'ouverture que ce soit de sa porte, de son cœur, ou de son écoute à tous ceux et celles qui nous entourent. Elle est ici et là où nous le voulons, où nous le pouvons, à chaque fois que nous tournons nos regards vers autrui sans y rechercher l'image monstrueuse de notre nombril !

De cette concertation permanente naîtra la motivation de vouloir enfin changer, d'évoluer et de créer de nouveaux outils sur les quels s'appuyer tout en nous permettant de prendre la mesure de toute réalité sans le bandeau opaque des préjugés et des dogmes politiques ou religieux.

Oui, nous sommes dans l'urgence !

Éveillez vous avant qu'il ne soit trop tard, car il est déjà peut être trop tard...

G.

Commenter cet article