Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Dissidences Pyrénéennes.

Dissidences Pyrénéennes.

Infos,patrimoine, politique locale, environnement,

Publié le par puyvalador-rieutort
Publié dans : #Actualité

Le roi se meurt...

Drapés dans leurs toges de suffisance, enroulés dans une fausse modestie qui leur donnerait encore la crédibilité de ce qu'ils sont, plutôt que par ce qu'ils font et surtout ne font pas. Ils fuient la peste qui les frappe en se réfugiant dans l'éthique de la déliquescence, ils disent non à la présidence !

Combien de refus en cette fin de règne d'un Roi "pépère", du "moi Président" élu sur un programme bien moins qu'en aversion d'un "shark" affamé de pouvoir et ivre de "bling-bling" ?

Tant "d'énergie" perdue en volonté d'exclure alors que tout un pays se désespère de voir enfin évoluer vers une démocratie réaliste, vers une compréhension et une écoute jusqu'alors toujours plus monopolisée par la caste de cette catastrophique oligarchie qui détricote le pays, ses usines, son identité, toujours pour se satisfaire de fausses victoires et de magouilles bien juteuses.

Remanions, remanions, une maille à l'endroit et ici tout à l'envers !

Triste mardi gras et valse des pantins autour du roi mourant, piètre spectacle de notre politique agonisante, résignée dans la médiocrité qu'elle cultive depuis trop longtemps pour s'en apercevoir.

Les rats quittent le navire en perdition et peu se partagent la dernière curée sur ce radeau de la méduse abandonné à l'aveuglement de l'orgueil.

Pat, c'est presque Mat et pathétique, c'est mathématique !

Une gauche mythique, en lambeaux d'un programme commun qui n'a jamais été qu'un chiffon rouge agité d'un coté et d'une écharde verte de l'autre...

Le roi se meurt comme se meurent tous les rois ne ne pas avoir compris ce qu'en attendent leurs peuples.

Petits roitelets d'une république abominée, soins palliatifs d'une moribonde démocratie en mal d'accouchement, escalier brisé avant d'avoir pu arriver plus haut, la mort tend son linceul noir aux portes des cités et jusques dans le cœur des vieux. L'espoir assassiné aux marches de l'assemblée, traîné en oripeau vers celles du sénat, que tant de salive, de faux semblants de gloire en amendements hypocrites aussitôt retirés, ridicules mendiants de mandats cumulés, argonautes helvétiques à la toison enfouie sous d'étranges numéros...

Pathétique fin de règne d'une suite ridicule faisant d'une France meurtrie le"Shark-holland" maudit vaisseau fantôme du libéralisme infernal !

Piètres gesticulateurs du déni permanent, Don Qui chochottes professionnels de la déraison qui amputez demain simplement par votre présence, n'avez vous point honte de ne pas avoir mis en chantier non pas la fin d'un règne, mais ce qu'on attendait ?

Plus que cette ruine, c'est tout ce gaspillage d'intelligence perdue au profit du profit personnel, alors qu'elle eu put changer l'histoire d'un pays et de ses habitants.

Peu glorieux finalement vos travaux qui ont concentré l'emploi juteux au centre de la ville en désertant les campagnes et bondant les banlieues de toujours plus de populations désœuvrées, sans espoir que celui de trafics illicites, là où la colère radicale sourd sous le voile médiéval d'autre culture que la nôtre !

Vous qui vous offusquez devant l'extrémité et qui pourtant cultivez de nouveaux camps concentrant ceux que vous évitez du regard de ne pas avoir anticipé !

Que de temps gaspillé en redondantes fadaises et discours soporifiques, juste pour faire croire que vous travaillez bienveillants à épanouir le pays et tous ses habitants !

Il y en aurait de quoi en vouloir à la démocratie que de ne pas en être une et de livrer à demain pieds et poings liés le monde à son destin !

Fin de règne donc qui se drape de noir et abominables ricanements de hyènes au bout du couloir...

Si notre "Pépère" national reprenait ses esprits et qu'il vire incessamment malandrins et voleurs pour ouvrir un chantier salvateur, une véritable réforme courageuse mettant en branle les énergies ultimes pour éviter le drame...

Non pas pour sauver les meubles qui sont déjà mités, mais en faire de nouveaux bien mieux adaptés !

Peut on encore rêver ?

G.

Commenter cet article