Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Dissidences Pyrénéennes.

Dissidences Pyrénéennes.

Infos,patrimoine, politique locale, environnement,

Publié le par puyvalador-rieutort
Publié dans : #Histoire Patrimoine

Le mot religion vient de relier...

Le mot intelligence se définit comme le potentiel à créer des liens, notamment pour établir des rapports...

Une religion devrait être en conséquence "intelligente" et évolutive pour s'adapter au fil du temps aux diverses circonstances de la vie en découvrant les rapports entre toutes choses, en les révélant et donc, dans le respect de la vie, orienter les consciences vers de nouveaux comportements...

Comment rester figé sur des mots prononcés il y a fort longtemps, qui plus est souvent déformés autant par la plume des traducteurs, des scribes que par l'évolution dans la signification qu'ils portent, notamment du fait d'une rhétorique qui leur fait dire exactement le contraire de ce qu'ils étaient signifiants ?

Le contexte évoluant, les canons devraient changer de poudre, car souvent humide, ils finissent par exploser à la figure de ceux qui allument la mèche.

Partant du constat que tout ce qui a été créé vient de la même origine, tout est lié et donc tout fait partie du principe créateur. Pour autant chaque partie ne peut être qu'une partie sans être la totalité du principe créateur.

Là demeure la différence fondamentale dans le concept de ce qui est et dans ceux qui projettent un concept anthropomorphe ou un substitut symbolique comme référence personnelle, souvent en oubliant que cette représentation n'est pas pour autant le principe créateur universel !

Dans la perspective que tout est lié, non seulement tout est forcément "sacré", mais se pose surtout la différence par l'acceptation de la responsabilité de ce que font les hommes et qui nuit à la vie et de ce qui relève de la création, qui est naturel et lié à une logique qu'il faut découvrir pour la respecter et donc adopter la meilleure attitude pour éviter le pire...

En conséquence, comment se tourner sans cesse vers un créateur dont on bafoue le principe par la destruction de la vie, que l'on ne respecte pas l'essence de la nature et ce exclusivement par l'action ou l'inertie des hommes ?

Comment oser prétendre lui faire porter la responsabilité qui nous échoie de par notre conduite irrespectueuse de la vie ?

Le propre de la vie, c'est d'évoluer par des adaptations génétiques adoptées suite à une sélection naturelle, soit à des stratégies comportementales tenant compte des problématiques et du contexte.

Or, tout au long de l'histoire de l'humanité, les religions se sont bornées à graver dans la pierre ou sur le papier un ensemble de contraintes figées et de comportements bien définis dans le contexte de l'époque où ils ont été conçus dans le but de les imposer par un pouvoir hiérarchisé et centralisé à toutes leurs ouailles !

Dans certaines religions, à coté de "la loi fondamentale", il y avait une interprétation mûrement réfléchie selon les domaines de préoccupation...

Hélas, cette recherche permanente trouvait sa limite dans les conflits internes ou s'épuisait faute de participants véritablement intéressés...

L'on comprend bien l'attachement des sociétés à la codification et à la force des Lois de par le constat empirique de situations de conflits pouvant les conduire à l'anéantissement.

Les us et coutumes révèlent ce coté dont une certaine superstition obture le raisonnement en le noyant sous les effets constatés sans en découvrir réellement les causes...

Qui plus est, l'on avait en conséquence une tendance fâcheuse à attribuer la responsabilité à un concept supérieur nous échappant et donc à le "diviniser"...

Une religion intelligente devrait donc s'attacher à distinguer ce qui relève de la responsabilité de l'homme en l'accompagnant dans la compréhension de celle ci, de ce qui est naturel sans en imputer systématiquement la responsabilité au principe créateur. Ces églises se sont séparées du principe créateur en confondant de plus en plus le pouvoir temporel au profit d'un système ecclésiastique, avec sa mission de réflexion, d'adaptation, de soutient moral et matériel aux populations démunies devant les grands périls de leur cheminement vers une humanisation de la société respectueuse de la vie.

En justifiant la violence et les sacrifices, en légalisant les massacres par des décisions terre à terre, ces religions sont devenues le tombeau de la vie et donc celui du principe créateur.

Elles finissent par finaliser la vie et la justifier uniquement par la mort. Toute la démarche vers un au delà appuyant encore plus des comportements irrespectueux de la vie...

Cependant, selon que l'on reste attaché à la lettre, ou que l'on tente d'en retrouver l'esprit, les effets de l'écriture peuvent révéler bien des origines quant au principe créateur dans ce qu'il est et non pas dans ce que l'on voudrait qu'il soit !

Retrouver les lignes de vie entre bien des maux écrits demande une démarche résolument tournée vers la vie. Lorsque l'on parcours des textes comme les deux testaments, même dans les écrits les plus divergeant du respect de la vie, ils finissent par révéler leur opposé, car sans l'un il est difficile de percevoir l'autre...

Si aucune religion ne peut être parfaite car conçues par des hommes, elles contribuent néanmoins à entretenir des mécanismes fondateurs de la société et ne peuvent justifier leur crédibilité que par l'adaptation du fait d'une réflexion qui ne bute pas sur le scandale de l'oppression qu'elles organisent elles mêmes.

Plutôt qu'une réécriture des textes anciens, c'est une nouvelle démarche de lecture et de vie à laquelle elles devraient s'attacher pour que le monde évolue enfin dans le respect de la vie et donc du principe créateur !

En recentrant leurs fonctionnements autour de ce respect, de cet amour, elles ont la chance de pouvoir changer le monde avant qu'il ne soit trop tard...

L'adaptation étant le maître des mots, une nouvelle religion n'amènerait rien de nouveau, c'est aux anciennes d'évoluer en se rapprochant les unes des autres autour de la même motivation de vie !

G.

Commenter cet article