Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Dissidences Pyrénéennes.

Dissidences Pyrénéennes.

Infos,patrimoine, politique locale, environnement,

Publié le par puyvalador-rieutort
Publié dans : #réflexion

Et si ?

Comme si ?

Réalisme ?

(Je vous recommande particulièrement la lecture et la réflexion sur le livre de Quentin DELUERMOZ et Pierre SINGARAVELOU, "Pour une histoire des Possibles". Editions UH SEUIL.)

Outre sa capacité mémorielle et celle de pouvoir oublier, l'être humain se trouve dépendant de la "mimésis" ainsi que de son potentiel à imaginer, à supposer ce qu'il aurait pu advenir si,...

Dans "Pour une histoire des possibles" les deux auteurs font une analyse de l'incidence et des processus de la "vérité" contre factuelle dans différents domaines qui débordent largement du seul contexte historique pur ou de la pure fiction récréative.

Il n'est pas inintéressant de prendre conscience de ces procédés se substituant à une réalité de faits établis qui permettent de mettre en évidence les points de divergence, les incidences possibles et les mécanismes inductifs.

Prenant exemple des sciences étudiant différents procédés et des constats établis, les implications sociologiques, économiques, psychologiques mises en évidence ont transformé en laboratoires du possible les démarches d'analyse partant de l'hypothèse, du si virtuel, qui permet la mise en relief des origines comme des effets possibles.

Psychologiquement, le constat d'une moindre satisfaction vis à vis d'une situation donnée est plus évidente chez des cadres visant vers le haut que chez des exécutants envisageant le pire.

En Catalan, il est un proverbe qui dit "Contentement passe richesse !"

Si l'un se déprime de n'avoir pas pu obtenir mieux et que l'autre se satisfait du moindre plus que du pire, le constat de la réalité permet la conscience de l'addition, de la soustraction réelles, sans aucune supposition.

Dans les possibles non advenus mais qui auraient pu se produire, le point de divergence et le procédé peuvent être dégagés par deux attitudes relevant du "Et si..." ou du "Comme si".

Or, si des leçons peuvent être tirées de ces enseignements, ce qui permet d'établir une motivation durable trouve son énergie dans le défi, dans le projet.

Comme la nature arrivant au printemps, beaucoup s'empressent de se lancer de nouveaux défis pour l'année. Cette même démarche temporelle peut aussi se produire chaque jour, au matin, à l'éveil de celui ou celle qui le fait.

Or, tant de belles résolutions ne peuvent trouver leur cheminement et encore moins leur aboutissement sans une maturation précédant l'éveil.

Dans la nature, l'hiver du monde prépare l'éveil des forces par leur organisation précédant la germination. Chez les êtres humains, la nuit porte conseil...

Outre le repos corporel et la récupération possible dans l'effacement du pur conscient, les mécanismes physiologiques démontrent une supériorité de leur "intelligence" dépassant les facultés cognitives conscientes.

De même, le subconscient permet d'associer, dissocier et de classifier l'ensemble des perceptions enregistrées au cours de la journée précédente. Si le lever du soleil est le temps des projets, le soir vient celui des bilans positifs, de la réalité éclairée.

Inverser l'ordre naturel des choses conduit à passer de bien mauvaises nuits et à l'échec de tant d'utopies conçues sans une certaine structuration. Le pessimisme finit par envahir l'espace de la logique et la motivation de se désagréger...

Découvrir l'importance des parallèles et des convergences au travers de ce livre "Pour une histoire des possibles", peut enrichir de nouvelles perspectives dans la mesure où l'on a pleinement pris conscience des faits.

Le réalisme, plus que les "vérités" ne se trouve que plus renforcé de part le constat des implications et de la causalité mises en relief par l'uchronie, le contre factuel.

Donc, un livre à investir qui offre un potentiel d'outillage intéressant !

Bonne lecture, bonne réflexion et bon travail !

G.

Commenter cet article