Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Dissidences Pyrénéennes.

Dissidences Pyrénéennes.

Infos,patrimoine, politique locale, environnement,

Publié le par puyvalador-rieutort
Publié dans : #réflexion

Finalement, seul ?

Associé, opposé, toute confrontation ne renvoie qu'à soi même !

Ce qui en est étranger ne relève que d'autrui...

Alors si tu fais à autrui ce que tu ne voudrais qu'on te fasse plutôt que ce que tu aimerais qu'on te fit, ne t'étonnes pas du retour, car ce que tu fais aux autres, finalement, c'est comme si tu le faisais à toi même !

Donc, un double retour...intérieur et extérieur !

Le fait d'être sensible à ce que font les autres révèle autant ce qui est en nous, que l'on identifie comme malsain que ce besoin de le projeter vers eux pour s'en débarrasser.

Or, rendons à César ce qui appartient à César et sachons nous rappeler que cette paille est surtout notre poutre !

Bien que le déni tissé de longue date par la dénégation empêche de lever le voile sur la réalité, il n'en demeure pas moins que les moulins à vent ne sont pas des géants !

Alors, Si l'on ouvrait les yeux de l'intérieur avant ceux de l'extérieur, peut être y verrions nous plus clair...

Bien que douloureuses, certaines actions extérieures ne le sont d'autant plus qu'elles trouvent en nous un écho favorable à leur amplification.

Donc, en relativisant entre ce qui nous concerne véritablement et ce sur quoi aucune prise ne peut être exercée, ce qui finalement est totalement extérieur ne nous concerne qu'en infime partie et dans la mesure où nous lui donnons une certaine importance...

Le jugement ne concerne que celui qui le fait !

Or, l'usage répétitif du jugement et du déni font de nous des "lotophages" (consommateurs de graines de Lotus qui font oublier la réalité...). Il n'y a qu'à voir "l'éternel bonheur" affiché par des inconscients de leur médiocrité et qui se sont persuadés qu'ils étaient les "meilleurs" et que tous les autres étaient forcément des cons...

Par prudence, chaque fois que nous sommes sensibles à quelque chose d'extérieur, nous devrions être alertés sur un possible déni intérieur que nous entretenons depuis fort longtemps !

Ce qui nous ramène souvent à la source des problèmes que nous avons enfouis, occultés, faute d'avoir voulu y amener une solution ou d'en avoir adopté une qui nous convienne...

Attention à ce miroir qui ne nous renvoie seulement que notre image inversée ou plus réelle que celle dont nous habillons la réalité par "nos vérités" !

Bonne réflexion !

G.

Commenter cet article