Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Dissidences Pyrénéennes.

Dissidences Pyrénéennes.

Infos,patrimoine, politique locale, environnement,

Publié le par puyvalador-rieutort
Publié dans : #Actualité

Comme dans les années 30, une minorité tente de dicter aux autres minorités qui constituent la majorité !

Une minorité de gens très riches tiennent les cordons de la bourse, de celle des "élus" qui eux mêmes ne sont qu'une minorité qui s'appuie sur une minorité de conseillers pour aiguiller leur politique...

Minorité de Juifs, de Bretons, de Catalans, de Basques, de Corses, minorités de gens constituant des partis eux mêmes minoritaires...

Minorité de CGT'istes, de grévistes, de revendicatifs, de râleurs, minorités de Droites, minorités de Gauche, minorité d'humanistes...

Majorité de cons ?

Il n'y a que des minorités et pourtant elles constituent cette majorité qui ne veut pas s'entendre !

La crise permanente réside plus dans cette mésentente et ce qui l'entretient c'est bel et bien un système pensé et voulu par une minorité pour écraser la majorité...

Tout doit il être quantifiable pour autant ?

Qualitativement, c'est la reconnaissance qui permet à ces identités multiples et complexes de se retrouver dans un intérêt commun.

Or, notre gestion politique "communautariste" ne peut fournir un véritable espace de respect mutuel car aucune de ces minorités ne semble vouloir céder pour une autre. La lutte, moteur de la crise permanente s'auto entretient justement dans la culture d'opposition basée sur une symétrie sourde et muette qui prêche la transparence et en fait qui ne décide que dans l'obscurantisme !

Ce qui est décidé se fait dans l'irrespect de toutes les minorités, c'est à dire dans l'irrespect de la majorité !

Le système de "représentativité" ne construit que des clivages et dans le même temps voudrait tout niveler en tondant l'ensemble des moutons constituant le troupeau.

Cependant, il y aura toujours un mouton noir. C'est bien pratique car, comme tous les bons bergers le savent, lorsque l'été déploie sa force, les mouches sont plus attirées par les couleurs sombres...

Pendant que ces maudits insectes se ruent sur le mouton noir, les autres peuvent paître et produire tranquillement...

Chaque minorité représente un mouton noir et il est si facile d'en sacrifier un de temps en temps.

Mais parfois, le mouton noir devient enragé et se venge des autres moutons, rarement du berger ou du propriétaire du troupeau...

De toute façon, tous les moutons finiront à l'abattoir ou à l'équarrissage !

Les humains ne sont pas des moutons, quoique, parfois...

Il ne le sont pas lorsqu'ils ne se comportent pas en moutons !

La différence vient du fait qu'ils sont conscients du rôle du berger, de celui du propriétaire et de celui des chiens de troupeau et donc qu'ils aspirent à autre chose que de bouffer du foin...

En général, dans un troupeau, l'exploitant a délibérément choisi une race particulière qui répond aux contraintes climatiques et aux impératifs du marché. Notre société est constituée d'une multitude de races et de cultures différentes et le vivre ensemble tient plus de l'intelligence, c'est à dire des liens tissés entre les différentes composantes que de la tête du berger ou du propriétaire...

Cependant, nos politiques, c'est à dire ceux qui se prennent pour les bergers et les familles de financiers, c'est à dire ceux qui se prennent pour les propriétaires, ne veulent pas admettre que ces minorités additionnées multiplient la richesse et ne sont pas des moutons !

Alors quoi de plus naturel pour les bergers et les propriétaires que de soustraire et de diviser ?

Donc, l'état de gestion monopolisé par ces tenanciers d'une vérité minoritaire ne peut plus répondre aux besoins réels de l'ensemble des minorités constituant la majorité.

A quand donc un véritable changement vers une véritable Démocratie ?

Il semble bien qu'à force d'échecs, peut être verrons nous quelques initiatives allant vers une écoute fédérale, respectueuse de chaque composante de la société humaine.

Cependant rien n'est moins sur car les réflexes de soumission sont profondément ancrés dans le conditionnement aveugle des moutons !

G.

Commenter cet article