Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Dissidences Pyrénéennes.

Dissidences Pyrénéennes.

Infos,patrimoine, politique locale, environnement,

Publié le par puyvalador-rieutort
Publié dans : #réflexion

A quoi sert la lumière ?

A voir, mais pour bien voir, il faut savoir fermer les yeux !

Entre ouïr et entendre, la différence, c'est le silence car l'on n'entend bien que dans le silence...

Ce qui veut dire que l'on doit faire taire cette voix intérieure qui parle tout le temps !

Entre sentir et ressentir, entre goûter et savourer, entre toucher et recevoir, il est toute la différence de l'égoïste et du vivant.

Cette partie de nous mêmes dont le gardien est "notre logique personnelle" nous empêche d'accéder à nos autres paysages.

De même, l'instinct démuni d'intuition libre devient un esclavagiste forcené.

L'idéal serait d'avoir un œil ouvert et l'autre non et inversement...

Dans ce monde obnubilé par son nombril et par l'immédiat, chacun croit détenir une vérité alors qu'il est plongé dans "les ténèbres" illusoires de sa suffisance.

C'est en somme ce qui nous propulse vers toujours plus de superficiel et de médiocre.

En fermant les yeux sur ce que nous préférons voir, s'estompe ce que nous projetons comme clichés envers ce qui nous entoure. En fermant les yeux se dévoile la réalité !

Or, il est difficile de se détacher du mensonge que l'on conçoit en déni volontaire. Être là, réellement c'est ne plus être en tant que personne raisonnante mais résonnant de ce qui nous entoure, parce que poreux, réceptif, avec une attention réellement portée en dehors du "soi" vers et dans ce dont nous faisons partie et non plus seulement sur ce que nous croyons être...

Cependant, si le rêve est d'avoir les yeux ouverts et que fermés, la "lumière" nous aveugle, l'on ne peut que se résigner à n'être ce que l'on est, c'est à dire tantôt aveugle volontaire à nos illusions et tantôt attentifs à ce qui est...

Donc, plutôt les yeux ouverts sur la réalité que sur nos vérités...

Désapprendre ce dont nous nous sommes formatés par les dogmes est un cheminement long et si personnel qu'il ne peut se transmettre. Ce chemin de vie se vit et ne s'apprend pas.

Là est le secret de se "re créer" dans cette récréation du "je" qu'il faut dépasser pour devenir le "nous" qui noue...

G.

Commenter cet article