Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Dissidences Pyrénéennes.

Dissidences Pyrénéennes.

Infos,patrimoine, politique locale, environnement,

Publié le par puyvalador-rieutort
Publié dans : #Actualité

Le village patchwork étale ses "pédas" (rapiéçages).

Alors que fébrilement les paysans viennent d'attaquer la fauche et que bon nombre de touristes et résidents secondaires ont le nez qui coule par voie de conséquence (rhume des foins), la chaleur accablante s'installe.

C'est l'été des choses précipitées. Vite, vite, vite...

Sur les routes peu fréquentées et dans les commerces pas plus achalandés, c'est plutôt le ralentissement. Les visiteurs s'attardent devant les paysages superbes et en oublient ceux qui vont au travail.

Deux mondes se côtoient en s'évitant.

Les uns se dépêchent car l'orage peut venir ruiner les récoltes de foin et les autres ne savent pas encore que faire sans trop dépenser...

Alors pendant qu'il est temps, les tracteurs vont à plein régime avec leurs faucheuses conditionneuses et les voitures de tourisme déversent leur flot indolent de gens hésitants ou d'autres pressés par un conditionnement citadin qui ne les a pas encore lâché.

Juillet, c'est le mois des "colos" et des passages de scouts. Si les structures sont souvent abandonnées, fermées ou finalement moins fréquentées, les scouts cherchent un abri gratuit pour dormir. Ils essaient de rencontrer un "Maire" qui n'est pas là, vu qu'il est ailleurs en vacances ou un adjoint qui n'est pas plus permanent lui aussi...

Des granges, il n'y en a plus comme avant et dans ce monde mercantile tout se monnaye.

Que reste t'il sinon de bricoler quelque chose d'éphémère ?

Tout est un peu à l'image des rues rapiécées d'urgence qui parlent du manque de moyens !

Les uns sont trop occupés au travail et les autres ne veulent pas voir le désastre. C'est plus facile, plus confortable et puis la neige finira bien par tout recouvrir...

Ce linceul qui précipite les paysans à se hâter de faire provisions de fourrage, ce linceul qui masque un cadavre qui s'ignore !

Ce linceul qui plonge dans l'oubli des saisons et qui gèle les esprits tout en faisant ronfler les poêles...

Pourtant ce ne sont pas les mêmes visiteurs qui arpentent les montagnes en été, ceux de l'hiver ne marchent guère. Ils sont si dépendants des remontées mécaniques !

Ceux là s'agglutinent sur les spots mercantiles où ils regardent et ne consomment plus comme avant. Ils tentent de se souvenir d'un temps révolu, de moyens envolés et cherchent désespérément quelque animation gratuite...

Comme une volée de moineaux ils n'attendent que le prétexte d'une ondée pour sen aller ailleurs...

Au mois d’Août, ils seront plus nombreux, mais rien ne sera plus comme avant !

Les paysans achèveront de rentrer leurs balles rondes et certains feront les moissons.

Puis il y aura le 15 Août, et les départs, quelques repas en guise d'au revoir, une finitude qui se prolonge encore un peu avant la rentrée...

Les rues poussiéreuses seront rincées par les orages et les rapiéçages étaleront à nouveau leur flagrante misère.

Un été patchwork, un village rapiécé et combien de maisons dont les volets seront restés clos...

G.

Commenter cet article