Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Dissidences Pyrénéennes.

Dissidences Pyrénéennes.

Infos,patrimoine, politique locale, environnement,

Publié le par puyvalador-rieutort
Publié dans : #réflexion

Le regard posé sur les marches d'un escalier d'où le pied est absent...

Intentions avortées avant que de n'avoir pris réalité, ou, pire celles qui par malheur font d'une idée le ferment d'un enfer...

Ici, nous en savons quelque chose !

Belles intentions qui ne se suivront jamais du moindre fait, les donneurs de leçon se pressent au portillon des diablotins.

Couvant une pierre en guise de sagesse, ne rien faire en fait les maintient dans cet état d'éternité d'où ils jugent, prospères, la misère de l'humanité. Bien sur ils ne sont pas humains à tel point qu'ils ont créé un dieu qui leur ressemblait...

Bon sang, décidément ils ne comprendront jamais !

Ce qui les importe avant tout c'est ce confort rassurant d'un fauteuil de cuir sur le quel leurs fesses molles posent un poids étouffant tout esprit de jeunesse.

De l'action, pardi !

Hé bien non, justement...

De quelle lassitude des jours se nourrissent ces "âmes bien nées" ?

Certainement de celle qu'ils ne comprendront jamais, car ils n'ont pas encore essayé !

Ils sont lâches, ils sont veules et détournent le regard de la réalité.

Ils ont assassiné l'espoir juste pour ne pas le voir et par dessus tout l'honneur dont ils font le paillasson de leurs excuses inavouées.

Rien n'y changera.

Tous ces croisés s'en vont papoter contre la "lie du monde", j'ai nommé la pauvreté !

Si par un curieux sort, l'histoire se tordait, imaginons ce juif persécuté, qui revenant parmi nous, serait bien étonné...

Il dit qu'il faut chasser les marchands du temple, que Dieu et l'argent sont incompatibles et donc plutôt que de le consacrer il faut rendre au pouvoir imbécile l'arme de "l'absolu crétinisme" que l'on baptise à tort du nom de chrétienté !

Que voit il, ce doux homme, en arrivant sur terre ?

Hé bien... Tout le contraire de ce qu'il enseignait !

Ses paroles ont été déformées par des menteurs patentés, qui plus est par ceux qui ne l'ont jamais connu !

Comment saurait il retrouver "heureux les hommes à l'esprit simple" aujourd'hui déguisé en "heureux les simples d'esprit" ?

Dieu, dans tout ça ?

Un principe que l'on expose au dessus de tout !

Quelque chose d'indéfinissable qui permet de tirer un regain d'intention, une force inépuisable dans la quelle l'on renonce à soi pour finalement en mourant à ses travers, devenir "meilleur" de son vivant.

Or, de ces formes de divinités, s'il existe un principe commun, il n'y a qu'un pas à faire pour qu'aussitôt ils se retrouvent à plusieurs...

Divinités, saints et dollars...

Identifier un état particulier dans l'immense étendue de ce que constitue la vie, lui octroyer un "caractère" et pourquoi pas un symbole matérialisant une vertu, voilà qui rappelle au quotidien limité par "la faible mémoire du conscient" la réalité impérieuse, celle par qui s'inscrit la démarche à suivre ou à l'opposé, celle du déchu qu'il faudrait éviter...

L'évidence de ces "plusieurs" composants d'une seule et même entité devrait ramener à l'unité, à l'harmonie, tout simplement au respect de la vie dans ce qu'elle est plurielle, faisant partie d'un tout !

L'essence de la vie nous enseigne que la complémentarité devrait éclairer nos pas dans la difficulté du quotidien et de nous réjouir plutôt de ce qui est que de ce que nous n'avons pas !

Mais le seul "représentant" qui domine est pourtant inférieur, car il s'agit de l'argent, diable dénoncé, dont en toute complicité les tenanciers des temples se font autant les serviles serviteurs que les publicistes enragés.

Ce mirage tueur n'est en fait que la forme matérialisée de la cupidité, de l'avarice et de cette vanité qui impose aux miséreux toute la pesanteur et les maintient à genoux !

Avides de non sens autant que de pouvoir, ne voit on pas de nos jours cohorte de félons prêts à s'entre dévorer derrière le mot Démocratie dont ils feignent d'ignorer le sens et par là même de confisquer toute décision à ceux dont ils seraient sensés représenter la multiplicité, cette chose inabordable, tellement personnelle aux pauvres, faite d'humilité, ce trésor dont aucune intention ne vient troubler l'attitude et qui ne doit son existence qu'à l'amour et au respect !

Choses inutiles, là où l'on ne sait que compter !

Ne parlons donc pas de ces "fraternités" quelque peu inclinées à prêcher ce qu'il faut faire et dont très peu peuvent donner l'exemple personnel !

Certains de ces réseaux vont au delà de leur vanité jusqu'à la prétention orgueilleuse de vouloir imposer un modèle au monde alors qu'ils n'en connaissent qu'une infime parcelle.

"Quoi, vous ne savez donc rien !

Nous, nous savons mieux que vous ce dont vous avez besoin !"

Non ce n'est pas ironique, c'est ce qu'ils font tout en se gardant bien de l'avouer.

Voilà sans doute pourquoi nos coquins partent en croisade contre les pauvres plutôt que contre la pauvreté. Le Nazaréen est banni de leur monde et le "poverello" doit impérativement se résigner, prendre patience, son heure viendra... Surement ?

L'heure des pauvres viendra à coup sur pourtant, car à force de consommer et de produire, voir d'acheter des consommateurs, l'heure de la grande pénurie sonnera le glas de l’opulence et forcément il faudra partager !

A moins que définitivement lacés, les pauvres ayant enfin compris s'emparent eux mêmes de ce que les "riches" ont confisqué...

Alors, les derniers seront les premiers et les premiers seront les derniers...

Bien fait !

A moins qu'une fois encore, les premiers ne déciment les derniers...

Mais, si en combattant les pauvres, l'on accroît la pauvreté, le fait de prôner la pauvreté comme vertu n'en soulage pas pour autant de la famine, des maladies et des douleurs.

Ceux qui prêchent "la via dolorosa" sont souvent bien replets et complices des "marchands du temple". Alors, la promesse "d'un après la mort radieux et apaisant" n'engage que ceux qui veulent bien y croire...

Facile manœuvre "électorale" dont un certain Mr Raffarin nous servit quelques temps le subside moqueur...

Rien à voir avec le Nazaréen !

Il n'était pas masochiste. Lui, aimait la vie et ce sont bien les marchands du temple et leurs sbires qui l'ont assassiné !

Donc au vu de cette lourde ardoise, ne serait il pas tenté, le doux Jésus, que de tout effacer ?

S'il n'y avait en chacun la vie, un autre l'eut déjà fait !

Que reste il aux pauvres sinon ce contentement qui fait la richesse des... sages ?

"Patience et longueur de temps font plus que force ni que rage..."

Alors, croissez et multipliez, à force la marée humaine aura tôt fait de tout dévorer, même si par le "plus pur des hasards", il survenait quelque épidémie, quelque guerre "sainte"...

Là encore, à l'origine les paroles étaient "Croissez en accroissant (vos qualités humaines), additionnez en multipliant (vos points de vue respectueux les uns des autres)"...

Il y avait cet éclairage ouvrant vers un fonctionnement réellement démocratique, respectueux de la vie et donc de notre planète.

Décidément, les verseurs de mensonges étaient déjà à l'ouvrage pour sauvegarder leurs privilèges, bien avant que ne paraissent les missels et les "tabloïds" !

En détournant les paroles, en crucifiant l'intention, ils ont transformé un œuf bien vivant en un vulgaire caillou qu'ils serrent entre leurs fesses !

Un "Jésus Catalan" aurait peut être dit "Entre poc y massa, la vida passa" !

Mais, il ne devait pas être Catalan, car à faire des gens moyens, tout finit par devenir médiocre !

Or, la vie par elle même, si on l'aime, c'est grandiose et en tous cas pas médiocre du tout !

Si par quelques pas de recul l'on regardait "l'ouvrage" de ce monde, il nous apparaîtraient peut être deux composantes. L'une constituée de ceux qui aiment la vie, la cultivent et la respectent.

L'autre partie n'étant que le contraire, ceux qui consomment, ravagent sans vergogne et n'ambitionnent que la destruction de ce qui s'y oppose au pouvoir centralisé, à la verticalité d'une hiérarchie ignorante des besoins de la base !

Deux principes ?

Alors tout serait dit, l'un bon, l'autre mauvais (mais pour qui ?), au point que tout ce qui est apparent ne serait issu que de ce qui est mauvais ?

En cela, certaines sectes chrétiennes se trompaient également en réduisant à cette "simplicité" forcément ignorante de la complexité de la vie.

Ce "dualisme" simpliste n'est encore qu'une prison de plus !

Il suffirait pourtant, plus que d'ouvrir les yeux, simplement de regarder avec amour le monde. Il faudrait s'ouvrir amoureusement à chaque chose le composant, de la plus petite, de la plus "insignifiante" à l'immensité profonde de laquelle nous sommes issus. Certains avides considèrent tout comme leur appartenant alors que ce sont eux qui appartiennent à ce monde qu'ils assassinent impunément !

Méprise des gens méprisables ?

Non, peut être cette sordide intention d'une éternité artificielle jetée comme une insulte à la face de la vie ! Peut être parce qu'ils ne veulent se résoudre à accepter la mort comme une fin. Est aussi pour cela que d'autres ont inventé une "suite" tout aussi dérisoire ?

Si ce "Valentin" serait le "patron" des amoureux, plus que de ceux qui se bécotent sur les bancs publics, il devrait être avant tout l'exemple des amoureux de la vie !

Or une fois encore, le mercantile réflexe des abominables en détourne à son profit l'argent que génère cette fête du portefeuille qui supplante en lieu et place celle du cœur !

Il y aurait de quoi faire pleurer le Nazaréen et tous ceux dont la sagesse vivante est enfouie sous ces intentions "civilisées"...

Si par hasard, l’œuf de pierre couvé venait un jour à éclore, quelle gargouille bizarre pourrait il révéler ?

Bonnes réflexions.

G.

Commenter cet article