Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Dissidences Pyrénéennes.

Dissidences Pyrénéennes.

Infos,patrimoine, politique locale, environnement,

Publié le par puyvalador-rieutort
Publié dans : #Actualité

Cacophonies, incohérences, déliquescence...

Sont ce les signes de la nature profonde de cette république bananière, ou encore ceux d'un manque d'envergure et de sincérité, ou encore de ce destin inévitable ? 

Alors que les forces de l'ordre sèment le "désordre" en s'exprimant, ce que la république leur a toujours refusé, les guignols se tirent dans les pattes. Quoi de plus naturel !

Il va souvent de pair chez les staliniens et leurs rejetons d'avoir cette lucidité matérielle, implacable et cette lâcheté de ne vouloir assumer les actes accomplis.

(Il faudrait se rappeler le massacre de Katyn.)

N'est ce pas ce réflexe engendré par la "représentation électorale" qui pousse ses acteurs à n'être que des pitres, sinon à se protéger derrière le rideau de ce morbide théâtre délabré ?

Les "Verts" viennent de sanctionner, sans ce courage d'ailleurs de ne l'avoir fait alors qu'elle était au pouvoir, son ex ministre complaisante et complice jusqu'à un certain point de ce gouvernement qui fit tant de choses à l'envers.

Pourtant, ils n'osent pas... 

Ils n'y croient pas !

Savent ils seulement que ce système républicain est stérile, d'autant que trop passionné par cet égoïsme qui voue toute énergie à une solution maintes fois génitrice de l'échec.

Le culte de "l'homme providentiel" fait recette depuis fort longtemps qu'il faudrait être sot de ne pas vouloir comprendre ce qu'il cache.

Cigale pendant la belle saison, vient inexorablement le temps de la "froidure". Certains réussissent ce tour de force de continuer à s'imposer alors que leur rôle ne sert qu'à matérialiser la projection d'un peuple en mal de lui même. Ils deviennent des rois et s'ils échappent au rejet des consciences peut être enfin des dieux...Enfin immortels ! 

​​​​​​​Illusions, illusions... 

Ce n'est pas que telle ou telle "intelligence" soit remarquée chez ce genre de phénomènes, mais il en va d'abord d'un besoin de "grandir" l'objet pour mieux le rejeter. 

En quelque sorte, le "représentant élu" n'est autre que ce "carnaval" adulé puis incendié et par le quel l'on se débarrasse sournoisement de tout ce qui nous gène en nous.

Sachant bien ce qui les attend, ces piètres pitres en ont fait un métier !

Comédiens permanents à la charge d'un public soudoyé d'avance par ce mauvais penchant... 

​​​​​​​D'un coup, ils ont pris possession de la guillotine et ne vivant que d’expédients, ils sont expéditifs de toute liberté réelle. Dans cette comédie plutôt tragique d'ailleurs, ils en sont arrivés à se protéger tacitement entre eux, jusqu'à constituer un sanctuaire dans le quel ne sont assis que leurs représentants en "semi retraite" !

Car, ces gens sont les représentants élus par les "collectivités locales"...

Fils de la terreur, jacobins dans l'âme, si l'on peut dire qu'ils en aient une, ils continuent leurs colonnes infernales en hachant tout espoir de se délivrer par une nouvelle constitution de leur emprise mortifère.

Nos "verts galants" n'ont pas échappé à la règle et en cela, faisant fi de toute logique, perpétuent ce qui tue le moindre espoir de voir naître enfin une véritable Démocratie !

Tous ces "avorteurs" de réalisme font avaler au peuple les couleuvres qu'ils nourrissent en leur sein. 

Bon public !

Et pour cause...

Le peuple a peur de lui même. Il ne se fait pas confiance parce qu'il n'a pas conscience avérée de ses possibilités, de ses capacités et préfère "déléguer le courage" aux couards professionnels, si "lucides", eux ! 

Pourtant sans le peuple que serait un pays puisque c'est lui qui fait tout !

Cependant, ces "matamores" n'aiment pas leur public. Ils n'aiment que ce qui en émane.

L'argent, la reconnaissance, c'est à dire ce pouvoir d'exister autrement...

En plaçant au dessus de lui l'un de ces "matamores", le peuple croit encore à son ancien fantasme !

Cependant la supercherie s'auto entretient et l'hydre bien repue multiplie ses têtes toujours plus dans la même panoplie de clones !

Nos "forces de l'ordre" savent bien qu'elles n'ont rien à attendre de ces têtes qui ont contribué à déliter la justice et ses moyens seulement pour se protéger d'eux mêmes !

​​​​​​​C'est une "véritable mafia" qui tient les manettes d'un pouvoir absolu.

Le reste, ce n'est que cette éternelle représentation maintes fois rejouée dans de piètres théâtres populaires.

Ce n'est certes pas une "Révolution" qu'il faudrait "refaire", l'on sait que les mêmes maux provoquent les mêmes douleurs et les mêmes mots, les mêmes aigreurs !

Ce qui devrait advenir, si le courage ne manquait à ce point, ce serait plutôt une "Evolution" !

Renverser ce système ne peut se faire avec la même pensée qui le conduit et l'entretient. 

Les policiers ne peuvent pas s'exprimer sans se faire sanctionner, mettre au placard, muter...

Les militaires, c'est pire !

Quoi de plus normal que ces esclaves de la "république" ne soient que des silencieux dans leur douleur, dans l'injustice qu'ils subissent.

Après tout, "L'esclave forge son orgueil à la braise de son maître" disait  Antoine de Saint-Exupéry !

Normal qu'ils doivent rester "taiseux" ?

Alors viennent les menaces, l'on vous écoute mais l'on vous sanctionne. Il faut bien quelques "boucs émissaires". C'est dans l'ordre des choses !

Sinon, où irait t' on ?

Nous irions peut être vers la Démocratie...

​​​​​​​L'armée du peuple est morte de honte devant le mur de l’incompréhension, de la bêtise de ses dirigeants qui souhaitaient tant cet holocauste au point d'en faire une "armée de métier".

De leucocytes ils en ont fait des virus semés alentours, propagés dans "l'intérêt" de ceux qui sont au pouvoir et non plus de ce que l'on aurait pu placer au dessus de tout.

Non pas qu'il ne faille des cadres à toute organisation, mais plutôt que des clones, c'est de cœur qu'il manque !

Il manque ce qui se place au centre pour irradier et coordonner les capacités !

C'est bien de cela dont nous sommes démunis.

La pensée n'est rien si le cœur ne précède pas, de même que le cœur n'est rien si la pensée est absente. Or le tout, c'est ce corps démembré qui gît sur les marches peu glorieuses de mausolés antiques dédiés aux retraités stériles et séniles ! 

Tous ces vieux qui ne veulent pas mourir et qui ont toujours sacrifié la jeunesse parce ce qu'ils en ont peur. Peur de ce qu'ils étaient autrefois avant qu'ils ne deviennent ce qu'ils sont !

Or, l'avenir n'est pas une tombe. L'avenir, c'est la vie et la vie c'est cette jeunesse que l'on empêche d'évoluer.

Ce qu'il manque aux penseurs alanguis, c'est cette intuition, ce souffle de vie qui tente et qui innove.

Plus qu'une police de jeunes aux effectifs et moyens renouvelés, mais avec l'extrême consigne d'un silence contractuel, c'est l'esprit de jeunesse, le cœur de la jeunesse dans un corps régénéré enfin, qu'il faudrait non seulement à cette administration mais au pays tout entier !

Comment faire avec si peu qu'on leur laisse ?

Il faut leur reconnaître tout ce mérite d'une foi et d'une abnégation devant une tâche de plus en plus difficile, d'autant que la proportion de ce qu'il faudrait ne suit pas le flux d'une population anarchique, sans plus de cohérence depuis que nos "représentants ont fait du pays une "banlieue" européenne de plus en plus délaissée. 

Le pays peut bien vaciller sous les incohérences, les cacophonies. Il peut bien mourir en déliquescence. L'essentiel est ailleurs...

Alors, si l'on ne peut rien espérer de cette pensée stérile qu'entretiennent les "grands partis politiques" pourquoi ne trouve t' on pas le courage d'oser autre chose, chez ceux qui n'ont rien à espérer ?

Lâcheté ? Soumission ? Manque de lucidité ?

Ou, tout simplement un archaïque réflexe dont il est difficile de se débarrasser ?

Si le vert est couleur de la peur, n'est elle pas aussi celle de l'espérance ?

Il y a de quoi douter !

"A vaincre sans péril, l'on triomphe sans gloire." Mais est ce de victoire dont il s'agit ?

Est ce même une attente ?

Même avec tous les moyens modernes, avec tous les effectifs possibles, la Paix sociale n'est qu'une illusion dans ce monde obnubilé par la mort et si irrespectueux de la vie.

​​​​​​​Pourtant, il suffirait de peu, de ce peu de courage, de ce cœur unissant les membres d'un corps renouvelé par sa jeunesse. Il suffirait de retrouver une cohérence réelle dans une conscience et une identité reconnue par sa diversité et sa complémentarité.

Cependant, il y a loin de la coupe aux lèvres !

Ce petit pas vers la Démocratie serait un pas de géant pour l'humanité.

Verrons nous alors un programme sensé proposé par des rêveurs ?

Je terminerai cet article en rappelant encore ce bon mot de Pierre DAC : -" Il faut une infinie patience pour attendre toujours ce qui n'arrive jamais... "

G.  

Commenter cet article