Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Dissidences Pyrénéennes.

Dissidences Pyrénéennes.

Infos,patrimoine, politique locale, environnement,

Publié le par puyvalador-rieutort
Publié dans : #Actualité

Un éléphant, ça "trumpe" énormément !

 

D'un seul coup les regards se figent sur une réalité que nulle élite ne voudrait admettre. 

Pourtant, bien que certains ignorent jusqu'au prix d'une chocolatine, il suffisait de "voir" et "d'entendre" cette rancoeur sévère nourrie en silence contre la forme de pouvoir dictatoriale la plus répandue sur la planète.

C'est l'absence de grogne qui aurait du alerter !  

Le plus terrible poison se distille en un silence que l'on prit pour de la résignation. Il s'accumule de jour en jour au fond des terriers autant que dans les tripes. Puis, il suffit parfois d'un rien...

Lorsque écrasés sous un endettement qui réduit la vie à plus de dépendances et que ceux qui doivent montrer l'exemple font bien pire encore, mais avec l'argent des familles, du peuple, alors  survient une explosion de cette boule acide qui n'a jamais cessé de grossir dans des estomacs saturés de malbouffe. 

Bien au chaud dans leurs soucoupes volant très haut dans des cieux toujours bleus, pourquoi regarder vers ce peuple d'esclaves, ces serviteurs imbéciles au point de poursuivre une illusion entretenue au point que les auteurs eux mêmes finissent par y croire !

Puis, ils ne sont pas fréquentables en dehors d'une campagne spectacle pendant laquelle il ne se dit que ce qu'ils veulent entendre !

Ces gens là, ceux dont on se méfie car rien de ce qui est intéressant ne les intéresse et qui sont encore trop empreints d'une "animalité", d'une bestialité autant pitoyable qu'inquiétante...

Alors devant la réaction de ces "isolés de la vraie vie autant que dans leur isoloir", fusent mille et une rengaines, dans le genre d'excuses que l'on se prête d'autant qu'elles ne coûtent qu'à ceux qui les entendent... 

Facile de retourner le couteau vers la gorge de la victime pour lui faire croire qu'en fait c'est elle la coupable !  

Ce qui n'est pas faux d'ailleurs, car c'est bien eux qui sont les "complices conditionnés" , les instruments de leur instrumentalisation !

Ne sont ils pas des objets, puisque objectivement ils se veulent incapables de distinction ? 

C'est justement eux qui ont contribué par leur "passivité" à ce que dure ce qui les contraint. Sans la contrainte, plus de repères et alors ?

Le plus étrange, quoique naturel, c'est bien la panique des "intellos" européens, alors que les "intellos" américains relativisent par la "confiance" qu'ils ont dans la solidité de leur constitution !

Ce qui les inquiète bien plus encore c'est d'avoir franchi cette limite d'une réaction où plus rien n'est "contrôlable"... 

Ne se "trumpent" ils pas autant les uns que les autres ou ont ils raison de cette inquiétude qui les ronge de "culpabilité" et peut être de cette peur de représailles ?  

Le danger surgit souvent d'où on ne l'attend pas ! 

La réaction viendra de ceux qui sont les grands abusés, ceux qui avaient cru dans un système, ceux qui croient encore à l'illusion "démocrate", ceux qui sont haineux, rappelés par leur nature à ce qu'ils ne voudraient pas ressembler.

Expurger cette violence, cette haine de l'autre et surtout de soi, sans verser de sang, juste en se défoulant un peu... 

Un carnaval sans masque pour répondre à une mascarade et après, chacun retournera chez lui, un peu plus amer si toute la haine n'a pas pu être évacuée, alors ce qu'il en reste se déversera alentours. Le moindre prétexte fera d'un lâche un ersatz de héros revêche, revanchard, un bon con moyen qui déverse dans le caniveau son mal de vivre sans le courage de s'attaquer à la véritable cause de sa douleur. Jusqu'à la "prochaine fois" , amèrement, l'illusion se perpétuera, à moins, à moins que de désillusions en désillusions, d'enfermement en aliénations la folie fasse éclater une colère aveugle comme maintes fois l'histoire nous le démontra.

Peut être en est ce ainsi du fait que l'on se refuse la prise de conscience de la véritable cause de tant de déception ?

La peur finit toujours par engendrer la peur et de la peur vient cette colère étouffée puis la violence n'est que la cristallisation du venin distillé. 

Tant que terrés dans leur terrier, dans leur "téléviecon" ou pouvant trouver dans quelque dérivatif la paix qui leur manque, ils "s'assagissent en rongeant leur frein, le phénomène "complice malgré eux" se poursuit...

Mais jusqu'à quand ?

Voir un milliardaire un peu "bling bling" comme "gendarme du monde", ça ferait "presque" rigoler...

Imaginez un Louis de Funes Président !

Hé bien, ce ne pourrait être pire que ce que nous avons actuellement...

Alors, un "cow-boy", un vendeur de cacahuètes, un super agent immobilier, ce ne sont que des gens qui ont réussi à se frayer un chemin dans la jungle réaliste !

Eux savent peut être mieux le sens des réalités que certains "énarques" ! 

Cependant, ceux qui prennent le fauteuil si convoité n'ont peut être pas réellement le pouvoir...

Les ficelles sont toujours les mêmes, même si l'on change de pantin !  

Le véritable éléphant n'est peut être pas celui que l'on voit. N'est il pas cette masse énorme dont la mémoire multiple engendre de terribles charges aux quelles nul ne peut résister ?

Car, plus qu'une conscience, c'est la colère aveugle, la folie profonde qui sourd.

Toutes les simagrées n'y peuvent rien changer car la réalité bouscule, renverse tout sur son chemin.

L'éléphant va t' il se réveiller ?  

G.

 

 

 

 

 

 

 

Commenter cet article