Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Dissidences Pyrénéennes.

Dissidences Pyrénéennes.

Infos,patrimoine, politique locale, environnement,

Publié le par puyvalador-rieutort
Publié dans : #réflexion

S'enferme dans les vices qui veut !

L'enfer à proprement parler n'existe pas, ou plutôt, il peut être présent en permanence.  

Plus qu'un cauchemar, c'est une idée que l'on se construit soi même du monde. Si l'enfer c'est les autres, alors regardons nous, car nous sommes aussi les autres de quelqu'un.

En fait il suffirait de se rappeler que les jugements ne concernent que celui qui les porte et donc que s'ils n'impliquent que l'autre, c'est bel et bien qu'ils ne peuvent nous concerner que dans la mesure où nous nous jugeons aussi nous mêmes...

Plus que de la crédulité il s'agit surtout de l'absence de réalisme !  

Pourquoi apporter de l'eau au moulin qui nous broie, alors que ce moulin n'est qu'une idée artificielle.

Prenons les émotions comme conçues par notre logique et les sentiments ancrés au plus profond de notre subconscient. La haine s'apprend à nos dépends puisque ce n'est autre que nous mêmes qui forgeons nos lourdes chaînes.

En revanche l'amour ne s'apprend pas, il est là, tout simplement et rien ne peut éteindre la flamme qui nous consume. 

L'amour serait donc réel et la haine artificiellement édifiée.

Donc l'enfer n'est qu'un mauvais rêve que nous nous faisons nous mêmes.

Si nous "ouvrons" les yeux, rien n'a changé sinon l'idée que nous nous faisons de telle ou de telle chose. En réalité, les choses et les gens ne sont que ce qu'ils sont, ni ce que nous croyons, ni ce qu'ils croient...

Alors l'enfer n'existe pas et nous sommes tous au paradis ?

Cependant, si l'idée de paradis peut se concrétiser au même titre que celle de l'enfer, il existe dans la mesure ou rien de mauvais ne nous atteignant ou seulement ce qui est bien réel, alors nous nous trouvons en harmonie ici et maintenant !

Alors, si modestie, humilité, ne sont que des attitudes construites, la seule chose qui vaille reste encore la sincérité. Être vrai pour être libre ! 

Quitte à déplaire, soyons sincères ?

Là vient se poser la notion de respect d'autrui et cette règle qui nous dit de ne pas faire aux autres ce que l'on ne voudrait que l'on nous fit...

Les vertus ne seraient rien sans les règles.

Or les règles servent à bâtir l'ordre et par cette structure l'on arrive à se structurer.

Chaque fois que nous nous trouvons pris au dépourvu, cette structure peut nous permettre de nous retrouver réellement.

Plus que des textes, il s'agit d'expériences vécues qui donnent une orientation à la vie et donc autant de raisons de se réjouir par le retour du "fils prodigue" que nous sommes nous mêmes envers nous mêmes.

G.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Commenter cet article