Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Dissidences Pyrénéennes.

Dissidences Pyrénéennes.

Infos,patrimoine, politique locale, environnement,

Publié le par puyvalador-rieutort
Publié dans : #Actualité

La "république" des égos hisse l'égoïsme des "Moi je"...

Toujours cette même rengaine qui devrait nous alerter !

L'on devrait se méfier à chaque fois qu'un candidat ou une candidate d'un soi disant parti politique se prétendant respectueux de "la démocratie" emploie le "Moi Je...".

Dans la vie courante, c'est si facile de repérer les égoïstes qui étalent la tartine de "l'intention personnelle" en évitant de mettre "la main à la pâte". 

Hélas, les exemples ne manquent pas et comme dans le dialogue de M. Audiard : -"Les cons ils osent tout !"

-"Oui, c'est grâce à ça qu'on les reconnaît."

Ils osent le dire et ils ne font rien de ce qu'ils ont dit, ou alors si peu...

Les "cons" sont ceux qui les ont élus ?

Alors que l'on s'attendrait à un "Nous", à un "les militants", à un "le peuple de France", c'est ce foutu "Moi Je..." qui s'impose.

C'est une corruption déclarée d'une intention qu'ils n'ont jamais eu !

C'est l'aveu prématuré de toutes les trahisons qui vont suivre !

Nous en savons quelque chose, non ?

Quelque soit la "tendance", même rengaine ! 

Ce n'est pas nouveau et pourtant cela ne cesse de se renouveler, car il semble que la mémoire est si courte tant l'espoir est grand, puisque nous continuons "d'élire" ces menteurs professionnels. 

Le problème est ce "candidat" qui n'est déjà plus un représentant, puisqu'il tire la couverture à lui, avant même de se vautrer dans le lit du pouvoir !

Toute l'étendue du désastre se résume dans ce "Moi Je..."

Lorsque le candidat ou la candidate passe à la première personne du singulier, singulièrement c'est l'aveu qu'il ou elle ne sait pas ce qu'en pense ses électeurs ou qu'il ou elle n'est pas d'accord avec eux, donc c'est déjà une rupture avec ceux ou celles qui "militent"... 

Cette habitude révélatrice est d'une banalité élémentaire !

Cependant, nos "experts" en communication qui évitent ce piège ne sont pas pour autant sincères. Le hic réside dans un système corrupteur, car "républicain" et si peu "démocrate".

Nous sommes dans la verticalité vertigineuse du pouvoir et non plus dans la transversalité de la Démocratie !

Les décisions viennent d'en haut et plus d'en bas.

Qui plus est, dès qu'ils ou elles sont élus, ils cessent d'être de véritables représentants pour devenir les représentants d'autres personnes que celles qui les ont élus... 

Pour changer de fonctionnement, il faut changer de système et pour changer le système il faut des élus, qui ne respecteront peut être pas leurs engagements !

Le serpent se mord la queue...

Il y a peu de chances venant des élus en place, pour ne pas dire aucune, qu'ils "légifèrent" afin de "s'auto obliger" à respecter leurs engagements ! 

Le désaveu ne peut donc venir que des électeurs qui sont avant tout des citoyens.

Outre de ne pas réélire ceux qui ont trahi, rien n'empêche de s'exprimer en dehors de l'isoloir.

Mais, difficile de trouver autre chose qu'un "forum" et donc de voir un jour aboutir cette volonté s'élever contre la corruption permanente.

Donc, sans tenter tout ce qui peut contraindre un candidat ou une candidate par des statuts, une charte éthique, un engagement sur l'honneur à les respecter, des procédures d'exclusion et donc un nouveau parti, rien ne peut évoluer. 

Les "primaires" sont si précaires en vérité, qu'elles deviennent ce piège à électeur, ce miroir aux alouettes qui se feront plumer !

Elles constituent une réponse au vote blanc plus qu'à la réelle inquiétude de répondre par l'ouverture à la multitude des opinions. Sitôt élus la coupure est flagrante, plus de consultation, sinon quelques sondages aussi révélateurs que ceux pratiqués avant la primaire de droite !

Etrange, non ? 

Cependant, rien n'est plus irresponsable que de s'abstenir et de laisser s'installer une dictature encore plus affichée.

Donc, si le choix appartient à chacun, l'avons nous vraiment ?

C'est pour cela que nous nous sommes lancés dans un mouvement de concertation citoyen pour trouver ensembles de nouvelles réponses aux attitudes irrespectueuses de la corruption permanente.

Face aux "Moi Je" il faut construire un "Nous" puissant et résolu de ne plus subir, mais d'agir pour les générations à venir.

Le mouvement s'étend en débordant tous les jours un peu plus ses départements d'origine.

Rejoignez le, ou alors ne vous plaignez plus d'être les alouettes d'une farce bien amère.

Vous pouvez nous contacter par le biais de JP : 
envoi d'un mail à j-p.p@live.fr

G. 

 

 

 

 

Commenter cet article