Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Dissidences Pyrénéennes.

Dissidences Pyrénéennes.

Infos,patrimoine, politique locale, environnement,

Publié le par puyvalador-rieutort
Publié dans : #Actualité

Consternation !

Pour qui est attaché aux valeurs de la démocratie, difficile aujourd'hui de cultiver des convictions sans cesse bafouées.

Citoyens et élus honnêtes ne se retrouvent plus dans la façon de fonctionner des partis politiques actuels, quelque soit leur tendance.

Plutôt que de laisser "la chaise vide" et les mains libres à des gens peu scrupuleux de la réalité, nous devons réagir.

Réagir, c'est avant tout poser de nouvelles bases de garantie contre une corruption et une conduite décomplexée d'élus au comportement irrespectueux.

L'on ne peut raisonnablement trouver de nouvelles solutions avec des gens au pouvoir dont l'état d'esprit est la cause des problèmes actuels. 

Le fondement du fonctionnement des partis et formations politiques est basé sur un concept identique qui est celui de la verticalité représentative.

Tout en haut un "chef", en dessous les sbires et tout en bas, les citoyens sans contrôle sur leurs élus et sans véritable voix ! 

Ce schémas vectoriel est obsolète et dans bien des entreprises performantes l'on voit se développer une organisation matricielle établissant une transversalité pour une meilleure utilisation des compétences et des qualifications réelles ! 

Le désintéressement qui fait suite à des scandales impensables et à une traîtrise des candidats élus qui ne font pas, sinon le contraire de ce à quoi ils se sont engagés, a conduit un abandon, une démotivation, qui éloigne le citoyen des isoloirs et ne lui confère plus l'importance naturelle qu'il devrait avoir auprès de ses "représentants".  

-"Peu importe qu'il y ait moins de gens qui votent, tant qu'il en reste assez pour voter pour nous et nous faire élire !" 

Voilà bien leur façon de faire !

La porte est grande ouverte aux débordements émotionnels et donc à des prises de position de plus en plus extrémistes, d'autant qu'elles trouvent certaines tendances organisées et qui ne sont pourtant pas des modèles reconnus en matière de valeur démocratique.

Le passé nous a enseigné que les mêmes causes produisent toujours les mêmes effets ! 

Devant la réelle vacuité en matière de démocratie, la seule chose possible pour réinvestir le sens politique et lui redonner de saines valeurs reste la création d'un parti politique défendant ce concept par la transversalité et le contrôle citoyen des fonctionnements.

L'engagement des candidats ne pouvant se réaliser sans un contrat d'éthique reconnu et signé sur l'honneur, la nouvelle organisation se trouvera dotée du pouvoir d'exclure les contrevenants ayant démontré par leur conduite l'inaptitude à suivre les valeurs qu'ils sont sensés défendre et promouvoir, sinon de les pousser à la démission par tous les moyens de pression légaux et envisageables.    

De nouvelles garanties pour contrôler la sincérité et l'engagement des élus reposent sur la constitution de comités citoyens indépendants. 

Le pouvoir corrompt et le pouvoir absolu corrompt absolument. Nul besoin de le démontrer !

Si l'on ne peut contrôler ceux qui nous gouvernent, alors, il ne faut pas s'étonner des dérives actuelles, car nous ne pouvons compter sur eux mêmes pour "s'auto sanctionner" ! 

D'autant que nous voyons bien les porosités induites autant par népotisme que par les complicités entre le monde des affaires et celui de la "politique"...

Ce n'est pas un hasard si nous voyons autant de tentatives des "élus" pour empêcher la justice de fonctionner en indépendance du pouvoir politique !

Tous les moyens leur sont bons, pourvu qu'il n'y ait pas de bruits...  

Pour remotiver les citoyens que nous sommes, il nous faut une organisation légale et reconnue qui puisse réellement nous représenter et défendre nos valeurs et nos convictions démocrates.

Voilà donc pourquoi nous vous sollicitons pour que vous participiez à la création de votre parti politique, afin de mettre un terme aux dérives actuelles.

G.  

 

 

 

 

Commenter cet article