Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Dissidences Pyrénéennes.

Dissidences Pyrénéennes.

Infos,patrimoine, politique locale, environnement,

Publié le par G.
Publié dans : #Actualité

30.000,00 € en avance de trésorerie, en plus pour la RMSL... Remboursables ?

Oui, bien sur...

Avec un prêt de la commune ?

De trains de vie qui diminuent en hausses d'impôts qui continuent et maintenant, il faut le dire, avec ces avances de trésoreries qui amplifient l'insondable déficit !

La pratique des avances faites en avance pour pallier les défaillances prouvent bien que si gérer c'est prévoir, une coupe vide n'en remplira pas une autre sinon par des impôts...

Combien de factures encore en suspend, réellement ?

Merci donc à l'Etat, à son représentant, aux édiles complices, voisins, ou épisodiquement passant en silences convenus.

Merci à tous ceux qui profitent de cette misère entretenue qui assassine tout espoir de lendemains, juste pour ce jouet qu'ils alimentent de nos deniers !

Merci aussi à ceux qui fuient ainsi qu'aux bradeurs menteurs dont le seul et unique but est bien de se tirer sans trop y perdre, eux qui sont aussi la cause de ce qui les fait partir... 

Les rats quittent le navire qui chavire et nous continuons de ramer, de payer, de voir nos biens dévalués, nos impôts s'envoler, nos villages se vider, notre vie se dégrader.

Bravo aux clowns dans ce dernier tour de piste qui finit dans le mur !

Champions les téméraires, courageux de cette lâcheté qui les fait complices taiseux du désastre montagnard !

Quelles merveilleuses innovations, si profitables à nos villages qu'il en demeure l'impression d'un désert qui s'installe !

Méticuleux jongleurs, illusionnistes  saltimbanques qui cultivent la déroute en chantant "La, là, las !" Hélas, pauvres résidents obligés de subir ce spectacle payant d'où l'on revient de tout en étant nulle part.

Gageons qu'à ce train train d'avances, il finisse encore en retard de règlement sinon qu'à perte de vue, illusion d'un mirage tueur qui d'un coup de crayon effacera la dette en y ajoutant quelques zéros de plus.

Pourquoi s'arrêter là, tant qu'il reste encore quelque chose à brader et qu'il faille tant détruire de forêts et de biens pour que quelques crétins hilares de niaiseries puissent encore passer quelques fins de semaine à descendre les pistes et contribuer ainsi à piller des caisses si vides que l'écho lui même s'y perd...

Le ridicule ne tue pas et c'est bien dommage !

Nous serions débarrassés de ces sinistres imbéciles prétentieux qui pensant gouverner font concurrence ouverte à Mr Jules Verne dans ses fictions habiles qui elles, nous faisaient rêver.

Mais, las, se poursuit ce cauchemar infernal aux grincements de pylônes et aboiements de hyènes s'offusquant que quelque vérité soit si dure à entendre ou à lire, qu'il faudrait interdire cette publicité que l'on veut mensongère tant le déni est grand !

Alors, si par quelque "miracle", s'éveillant enfin à la réalité, les plus hautes instances prenaient  la seule décision d'imposer le silence aux ferrailles grincheuses et le départ aux porteurs de la peste, peut être les derniers rescapés se pencheraient vers la terre éventrée et comprendraient qu'il est d'autres chemins respectueux de la vie que ces saignées infantiles utilisées par des débiles drogués. 

L'histoire tarde à s'achever, bien que les auteurs soient encore à creuser au delà de la Chine et qu'il faudra une bien longue échelle pour étaler au soleil la guirlande tragique de ces papiers dont le recouvrement hypothétique relève du trou noir, de cette antimatière que certains pensant intelligente s'en servent de cerveau pour gérer nos affaires ! 

Peut être qu'au lieu de ces sinistres champs de ruines laissés en témoignage de l'incompétence et de la bêtise, quelques myosotis rappelleront aux passants qu'ici une fleur ne fait pas le printemps. 

Celles qui artificiellement imitent la neige sont si coûteuses et en rien comparables à ce que fait la nature lorsqu'elle est respectée !

C'est vierge de traces et de dettes que le manteau des cimes nous laisse tels des enfants à aimer ce pays difficile qui quoique en disent les parasites accourus, est encore le nôtre sans jamais être le leur !  

G. 

 

 

Commenter cet article