Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Dissidences Pyrénéennes.

Dissidences Pyrénéennes.

Infos,patrimoine, politique locale, environnement,

Publié le par G.
Publié dans : #réflexion

Au Pays des aveugles, les borgnes sont Rois...

Et, qui sont ceux qui se prennent pour des rois, si ce ne sont les borgnes !

La "domestication" par la quelle nous sommes empreints d'une forme se voulant "unique" contraint à un aveuglement sournois.

Ce, d'autant plus qu'il passe par la culture d'un "réflexe éduqué" qui n'est autre que le jugement.

Or, le jugement ne concerne que celui qui le porte et passe à coté de ce que voir permet.

Arriver à voir simplement ce qui est, tel qu'il est, en respectant toute différence d'être, de vivre et de penser ne peut advenir sans un cheminement particulier au point qu'il soit si différent de l'un à l'autre qu'il demeure intransmissible. 

En dehors des "formatages" variés que nous subissons parfois même sans nous en rendre compte, "Le ciel est trop grand pour qu'il n'y ait qu'un seul chemin" disait Confucius.

Peut être devant tant de fenêtres faut il y voir des cribles permettant de mieux se comprendre soi même pour mieux voir ce qui nous entoure et dont nous sommes éléments.

Avant ce voyage vers les étoiles par une cosmologie ou de découvrir le monde et la vie qu'il exprime, ou encore d'utiliser quelque tapis magique, pour mieux voir faut il d'abord s'être vus tels que nous sommes... personnellement et non pas tels que nous "croyons" être !

Le voyage des chamans commençait par la descente au plus profond pour ensuite remonter au plus haut. 

Hélas, de ces connaissances anciennes, que reste t' il en nous, affaiblis par tant d'égoïsme sans gène et par ce déni affiché tel un rideau de fer ? 

Comme le premier humain qui découvrit l'étincelle et embrasa la terre, le manteau de la vie que nous appelons hasard, nous permet parfois de bien étranges découvertes...

Il suffit d'une étincelle pour que naisse en nous un feu qu'il faudra entretenir. Un feu vivant comme un enfant et qui se nourrit de la seule véritable vertu de l'homme, de celle qui le rend plus humain. Tout simplement de cet amour qui ne dispense pas d'être intelligent, comme le dirait Coluche !

Pour autant, ce feu se meurt à chaque fois qu'on l'étouffe sous les cendres de nos préjugés, de tous ces tombeaux érigés sans amour et qui ne prêchent que la violence, l'exclusion et la mort !

Plus que de regarder d'un seul oeil, il faut voir au travers des apparences pour entendre et comprendre. 

Outre le fait de mieux se retrouver dans cette construction qui est la nôtre, l'ouverture permet de créer l'action pour et par celui qui agit.

Celui qui agit alors que vous "dormez", n'est il pas ce coeur qui espère et soupire des rêves que vous ne comprenez ?

Plus que de la théorie, il s'agit d'expérience et c'est bien là l'essentiel... 

Seuls les faits sont "magiques" et seuls les faits comptent réellement, le reste n'est qu'intention avortée.

Voir, entendre, comprendre commence donc avec cette forme pronominale que le verbe adapter devrait aussi plus souvent suivre...

Alors, seul compte l'exemple donné par la pratique et les semailles, pour que les terres puissent révéler leur potentiel à mieux nourrir les humains.

S'abstenir, c'est déjà mourir avant d'avoir semé et donc il n'y aura ni moissons, ni pain, fut il supra substantiel... 

Plus que de "juger", voir permet aussi d'agir, de se construire et donc de construire... 

Cependant, face à des choix tout aussi désespérant les uns que les autres, d'autres chemins restent possibles, ceux qui ne sont pas encore tracés...

L'auteur de "Délits d'élus", de "Du goudron et des plumes", de "Pilleurs d'état" et du futur "pilleurs de voix" à paraître en Février prochain, Philippe PASCOT préconise le vote "blanc".

Et après ?

Quel que soit le parti pris gagnant, nous serons toujours les éternels perdants si nous nous résignons à ces chemins douloureux.

Le fatalisme ne conduit qu'à la mort !

Bien qu'il faille savoir renoncer aux apparences trompeuses de ce que l'on nous enseigne pour ne plus avoir peur de la mort, la vie est faite de ce feu que l'on entretient !

Puisse donc le chaos qui arrive enflammer vos consciences du nécessaire investissement dans l'espace et le temps qui nous est compté, pour faire évoluer ce sur quoi nous pouvons agir. Plus que de nous mêmes, cet avenir ne nous appartient plus, puisqu'il est déjà demain et qu'il s'agit de celui des générations futures, s'il en est...

L'heure de la "révélation" sonne son glas pour tous les endormis, les aveugles volontaires, les sourds et tous ceux qui ne marchent qu'avec le même sabot, celui d'un diable qui divise ! 

Si quelque part il est encore en vous cette étincelle ou ce feu qui couve sous la cendre, vous savez ce qu'il vous reste à faire pour ne pas mourir d'effroi.

Le lien :   http://libertalia.over-blog.com/

G.   

 

 

 

 

 

 

 

 

Commenter cet article