Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Dissidences Pyrénéennes.

Dissidences Pyrénéennes.

Infos,patrimoine, politique locale, environnement,

Publié le par G.
Publié dans : #réflexion

Perversité maladive, ou cognition absente ?

Nous connaissons actuellement la position de la préfecture et celle de la cour régionale des comptes Occitanie.

D'ailleurs, cette ouverture de parapluies est bien tardive et inefficace lorsque la perversité enfin démasquée n'évolue en rien !

Nous pourrions croire à quelque maladie débilitante, voir à un déni collectif, face à tant d'obstination gratuite pour certains et si onéreuse pour la population imposable et sincère...

Nous savons exactement l'importance de l'effondrement financier, social et démographique de PUYVALAMORT !

Irréversiblement et quoi qu'en mentent les pervers, c'est plutôt vers les

-350.000,00 EUROS par an !

Sous le maquillage outrancier de fausses "vérités" et la destruction du patrimoine se cache la Réalité !

Tant de mauvaise foi ne saurait mentir !

Donc autant de persévérance perverse laisse à penser que l'intérêt public, dont on voit la négligence, est bafoué pour quelques mesquineries d'ordre privées.

Le syndrome de la "reine d'un jour"

Comment ne pas se rappeler tous ceux qui sont venus chercher ici un pouvoir et une "notoriété" qu'ils n'ont jamais eu chez eux !

Ils furent si nombreux à repartir comme des rats quittant un navire en perdition, du fait notamment qu'ils en percèrent la coque et les fonds !

Tout leur serait dû, simplement parce qu'un jour ils se retrouvent sous l'éclairage d'une mandature quelconque !

Gens insignifiants, en manque de reconnaissance, égoïstes avant tout, rien ne doit entacher ni entamer la pourpre de leur manteau !

Le mal réside en l'accumulation et le "renouvellement" de ces débiles accourus en grande faim et qui prophétisent les insanités les pires, que chez eux ils n'auraient jamais osées !

Nul n'étant prophète en son pays, ils ont trouvé oreilles imbéciles en ceux qui voient tout nouveau, tout beau !

Pires sont certainement les traîtres à leur pays, les collabos serviles, attachés eux aussi à quelque avantage substantiel...

(Certains continuent de sévir encore après plus de 30 ans de nuisances diverses et infâmes !)

Le terreau était là bien avant les doryphores et force de constater que la multiplication des parasites se fait cause de la désertification progressive des autochtones...

Si la scène se renouvelle, le spectacle se fait de plus en plus pitoyable !

Ainsi, grotesques pantins désarticulés, ils s'acharnent à détruire les décors pendant que se vide la salle !

"La reine d'un jour" est malade d'un ego surdimensionné qui finit par l'aveugler face à la réalité !

L'avare

Gagne petit et petites gens sont victimes de ce qu'ils n'ont pas dans la mesure où ils placent leur "profit" en dette de la société.

Que ne feraient ils pas pour quelque forfait "gratuit" que nous autres payons de nos impôts !

Puisqu'ils n'ont rien que ce si peu qu'ils voient comme un tout, forcément tout leur est dû !

Avares de ce qu'ils n'ont pas, envieux et méprisants, leur mauvaise foi autant que leur mensonges veules n'ont aucune limite. 

Mielleux devant un public confidentiel, fielleux en coulisse, à peine sur le devant de la scène que déjà ils sont avares de leur présence !

Mais ne confondons pas, ces avares ne sont pauvres que d'esprit et de coeur, ils n'en ont point !

Les démunis sont ceux qui les servent en serrant les dents et qui parfois se noient dans quelques mensonges artificiels...

L'imbécile prétentieux

Alors, là, vous avez le "meilleur" !

Trop souvent cette espèce est commune du fait qu'on la voit partout étaler une science sans aucune pratique. C'est dire l'assurance du déni qu'ils cultivent...

Ils osent tout et c'est d'ailleurs à cela qu'on les reconnait ! (M.Audiard)

D'autant plus "crédibles" qu'on ait pu les élire, c'est à dire leur accorder l'importance qu'ils n'ont pas, tout ce qu'ils disent est forcément vérité... 

Mais, à vérifier, leur vérité est bien loin de la Réalité !

Peu importe, si on leur démontrait, ils persistent et signent au nom de tout ce qu'eux mêmes ne voudraient se voir imposer. 

D'ailleurs, bien souvent, ils s'en gardent...

Les bienheureux mythomanes

Formatés à la "bien penser", ils nagent dans les limbes illusoires d'un bonheur qu'ils voudraient avant tout pour eux mêmes et par conséquent devrait s'étendre à toute humanité !

Ils sont les plus dangereux, car l'enfer étant pavé de bonnes intentions et les leurs étant pures de nuire, c'est en "bonne conscience" qu'ils assassinent impunément sous quelque prétexte de bien vouloir faire...

D'un si beau petit village accroché à sa colline ils ont tôt fait d'en faire un gouffre infernal dont la fiscalité forge des chaînes lourdes de conséquences...

Nous ne nous étendrons pas plus sur ces "sujets" douloureux, il suffit d'écouter ce qu'ils n'ont pas à nous dire pour comprendre ce qu'ils nous veulent réellement !

7 péchés capitaux !

Ce sont les péchés dont découlent tous les autres.

"Capitaux", en un lieu où la dette est si forte autant que les impôts qu'elle entraîne, serait un paradoxe si l'origine du mot (ou des maux, plus précisément), ne venait de malsaines pensées !

Caput, c'est la tête. Il faut constater que celle ci doit être bien malade pour imposer tant de débilités au corps électoral et à un territoire dont la beauté serait à ses yeux l'injure de ce qu'elle n'est pas.

A moins, qu'il s'agisse d'un autre organe insignifiant qui, empestant par ce qu'il ne fit, ait pris le pouvoir sur tout le reste !

Nous vous laissons à cette réflexion fondamentalement éloignée de l'art culinaire qu'il ne déverse que ruines des merveilles de la cuisine...

Faire ou ne pas faire, être ou ne pas être, le premier serait plutôt décliné dans l'impossibilité de faire à force de mal faire !

Quant à être, il faut avoir une âme et de cela ils n'ont point à voir que de nos Hêtres ils en font un festin !

La fainéantise est elle un péché ou simplement une conséquence ?

Assez dit de l'acédie, paresse s'il en est d'autant que l'on eu pu. 

Mais alors, excuse peut être, par ce dont la nature ne donna point à d'incertains zélateurs la luxure d'un talent qu'ils n'ont pas !

L'orgueil de se croire "la reine d'un jour", la gourmandise, la luxure, l'avarice, la colère et l'envie, au travers de ces vices sévissent ceux et celles qui font de la vie un enfer !

La colère est mauvaise conseillère surtout quand de l'envie elle se pare...

Combien de sabotages et combien de ravages dénoncent encore la lâcheté de s'attaquer nuitamment à ce que de jour la lumière vous nuit...

Gardez vous braves gens d'en être les partisans, car complices et malandrins fussent ils en costumes de velours, se verront enchaînés aux mêmes fers qu'ils ont contribué à forger !

Ainsi, nous terminerons ce terrible constat non pas d'une supplique mais encore d'une réalité que si puissants qu'ils furent, bien faibles ils ne sont que d'avoir collaboré au désastre actuel.

Bienveillance voudrait qu'ils réparent ces maux par les quels leurs mots assassinèrent une commune, son patrimoine et ceux qui y vivent vraiment !

Alors, Préfets et sous préfets, représentants de l'Etat, réfléchissez encore à ce que de ployer fit de nos vies un enfer ! 

L'ingérence de certains fut à hauteur de ce que d'autres ne firent.

Si Janus nous démontre les liens entre ce d'hier et de demain, c'est toujours au présent que se conjuguent les causes produisant les effets. 

Mais, avoir du courage n'exclue nullement ni volonté, ni même intelligence. Il suffit de chercher par quels moyens et faire que cesse ce qui n'a que trop duré.

Tâchez de réparer ce qui par votre faute additionna de dettes et multiplia nos maux !

Voilà qui fut dit mais dont tant reste à faire, avant que tout disparaisse et qu'il n'en soit un désert...

Car, au nom d'un emploi qu'aucun ne peut se leurrer d'être d'un népotisme affligeant, l'on fait de ces lieux l'insolent tombeau de la vie et celui des enfants du Pays.

Nos morts pour la patrie se retournent de voir encore tant d'imbéciles jouer sur leurs cadavres et tentés par quelques artifices de se faire une gloire d'un monument factice de sincérité totalement déplacée.

Le marbre froid est en nos églises, le nom de nos martyrs s'y grave de temps à autre, mais, pudiquement les gens simples préfèrent le silence pour mourir que de tapageuses étreintes d'étranges étrangers, hypocrites menteurs dont les maux et la douleur des victimes ne sert qu'à s'enrubanner d'un lambeau de tissu arraché au destin.

Honte à ceux dont la gloriole servile masque l'humanité enfouie au fond des âges ! 

 

G.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Commenter cet article