Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Dissidences Pyrénéennes.

Dissidences Pyrénéennes.

Infos,patrimoine, politique locale, environnement,

Publié le par G.
Publié dans : #réflexion

Créer des liens !

Dans le crane d'un être humain, l'intelligence se développe par l'addition de nouveaux liens et la multiplication des possibilités d'échange entre chacune des composantes.

(Lire "le Cerveau sur mesure" de Marie et LLedo)

C'est une réalité connue depuis la nuit des temps et dont la science vient de prouver le fondement. Or, ce qui "crée" l'intelligence, c'est la pratique ! (Voir A. Einstein : L'important c'est la pratique, tout le reste n'est que théorie !)

A nouvelles pratiques, nouveaux liens, donc nouvelle intelligence.

Simplement se servir de ses deux mains ouvre des perspectives cognitives supérieures bien plus que de lire bêtement un traité de mathématiques ou de philosophie !

L'on est comme l'on naît et l'on devient ce que l'on fait ! (voir Pindare : Deviens ce que tu es par ce que tu fais...) 

Faire coïncider des composantes différentes dans une certaine complémentarité n'est pas chose "naturelle" pour ceux qui vivent dans le déni. 

L'on constate un effet cognitif inverse chez cette population qui démontre que plus il y a de "cerveaux" de même "soumission", moins l'on est intelligent !

Ce coté "artificiel" de la complémentarité leur échappe fondamentalement car ils se positionnent systématiquement en opposition dualiste contre les différences.

Or, "l'artifice" intelligent, à leurs yeux, est incompatible avec leur "nature"...

Deux raisons fondamentales, la première correspond au déni et la seconde à la peur de ne plus être reconnu comme "le plus intelligent" et donc de perdre le pouvoir ! 

Certains ne souffrent pas la comparaison d'autant que leur concept est basé sur le jugement et non pas sur la complémentarité !

Pourtant, lorsque l'on veut comprendre il est indispensable d'élargir son champ visuel à d'autres perspectives, à d'autres domaines, sans forcément faire un procès qui de toute façon serait "truqué" par les préjugés.

En conséquences, non seulement les voyages contribuent à développer un regard extérieur mais aussi à le reconnaître comme tel et forcément utile lorsqu'il s'exprime.

Deux "regards" donc, un de l'intérieur vers l'extérieur et un autre de l'extérieur vers l'intérieur...

Si matériellement il est impossible de se situer personnellement dans ces deux situations à la fois, la chose peut toutefois exister dans la mesure où l'on veut bien organiser leur complémentarité.

Pour cela donc, un certain état d'esprit est essentiel autant qu'une organisation fondée sur le bon sens !

Si nous prenons les fondements d'organisation de nos collectivités territoriales, "normalement" nous avions une administration capable de par sa constitution basée sur la formation et les concours, d'offrir une palette de solutions "internes" aux décideurs. En faisant appel à des "experts" extérieurs, l'on devait obtenir d'autres points de vue pouvant amener par la complémentarité un espace de décision dont seul le bon sens dirigerait l'action au travers des choix possibles entre le "on fait", le "on fait faire", le "on fait avec" ou le "on fait pas"...  

Par un mélange hétérogène qui établit une perméabilité permanente entre l'externe et l'interne les élus ont créé un amalgame et encore plus de confusion !

Nous nous retrouvons avec des "responsables" ignorants des fonctionnements fondamentaux au point de "réinventer" les Lois et un irrespect des qualifications réelles des personnels !

Là où précisément la force inertielle de la tradition permettait l'ouverture et la complémentarité nous avons actuellement un grand "n'importe quoi" ! 

Cette "nouvelle façon de gérer" les territoires s'est surtout développée là où précisément le déni et les préjugés sont les plus ancrés dans les comportements des supposés représentants "élus", qui finalement sont bien incapables de ne représenter autre chose qu'eux mêmes...

A l'origine, ce phénomène se pose par la préférence quantitative face à la diversité qualitative et forcément, l'intelligence finit par apparaître "artificielle" !

Notre société ruineuse et confuse par la sclérose identitaire réduite au déni ne peut donc évoluer tant que le concept de "représentativité" sera fondé sur le pouvoir et la "majorité" !

"Le pouvoir corrompt, le pouvoir absolu corrompt absolument !" (origine voir Lord Acton)

Il parait donc évident aujourd'hui pour que notre société évolue en sortant de cette crise, que nous devions aller vers une démocratie réelle et à la fois vers un retour à la tradition de fonctionnement des administrations !

Trop de confusion a produit un amalgame des plus néfastes et a permis le développement d'un déni des plus toxique !

Justement parce que loin d'être "parfaite", mais fondée sur ce qu'est l'humain, la Justice si essentielle à la cohésion de notre société n'est elle pas organisée sur ce principe de "décideurs" tirés au sort et dont le jugement évolue en fonction du regard du président du tribunal, du procureur représentant l'Etat et des témoignages divers fournis autant par les parties adverses que par des experts ?

L'on voit bien ici que les seules personnes qui n'ont pas à être "qualifiées particulièrement" sont les décideurs réels, c'est à dire les Jurés !

Pareillement, si les "décideurs territoriaux" n'étaient plus élus mais tirés au sort, croyez vous que le pays irait plus mal qu'actuellement avec de soi disant "élus qualifiés" mais tellement dépourvus de bon sens ?

Certes, il faudrait néanmoins qu'ils soient encore "ouverts" à l'intelligence" et donc respectueux de la diversité, mère de la complémentarité !

Voilà pourquoi la représentativité est si toxique et également discriminatoire par le quantitatif face au qualitatif !

Ayant vécu ces diverses situations avec des expériences internes et externes, j'en suis arrivé à cette réflexion et c'est sans doute avec aucune confiance que je reconnais les représentants élus pour ce qu'ils sont !

Cependant, il est des devoirs aux quels tout citoyen se doit de répondre et donc autant face à la Justice que face aux urnes, comme devant notre étendard, nous devons être là !

Il n'empêche pour autant, que lucidement, nous nous devons aussi de faire ce que nous pouvons, comme nous le pouvons, du mieux que nous le pouvons pour que notre société trouve un fonctionnement plus respectueux et surtout "plus intelligent" !

La "politique" est décidément affaire trop sérieuse pour être confiée aux "politiciens" !  

G. 

 

 

 

 

 

Commenter cet article