Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Dissidences Pyrénéennes.

Dissidences Pyrénéennes.

Infos,patrimoine, politique locale, environnement,

Publié le par G.
Publié dans : #réflexion

“Ce n’est pas en regardant la lumière que l’on devient lumineux, mais en plongeant dans son obscurité.” 
 

(Carl Gustav Jung)

A l'heure obscure des tristes constats, s'obstiner ne sert qu'à poursuivre la spirale infernale.

Prendre conscience repose sur la sincérité et le rejet des dénis, or, si nous en sommes tristement réduits à une situation des plus alarmantes, c'est bel et bien parce que le refus de la réalité est doublé perfidement à la fois d'une suffisance "confortable" et d'un manque de créativité.

Si créer une structure aide à se structurer, les nôtres ne répondent plus à la réalité évolutive.

S'adapter est le maître mot s'il est dans le mouvement, or, c'est plus souvent un cliché totalement figé qui répond en retard à d'autres clichés déjà dépassés eux mêmes. 

Être dans le mouvement correspond donc à anticiper et donc à investir l'avenir.

Quoi de plus naturel au pays des "mille soleils", que de provoquer la réflexion !

"Penser global, agir local", c'est assembler ce qui est dispersé. 

Une assemblée regroupant des architectes, des paysagistes, mais aussi tous les corps de métiers de la montagne autour d'un four solaire serait certainement une source lumineuse pour notre avenir.

Il est vital de repenser tout le fonctionnement et la stratégie de nos territoires.

Or, si le simple constat est toujours utile, il n'est pas une solution en lui même. Les solutions ne seront viables que si elles sont elles mêmes évolutives.

Si notre potentiel avenir passe par notre patrimoine naturel et ce que l'on peut y amener tout en le respectant, c'est automatiquement l'urbanisation et l'aspect paysager qu'il devient impératif de moduler.

Le parcellaire hétéroclite, l'anarchie architecturale et l'absence de cohérence commerciale sont liés à une pratique touristique obsolète et un clientélisme des plus déplorables.

La crise économique, les perturbations climatiques, l'évolution culturelle de notre société sont en relation avec une crise identitaire profonde. Avec la césure des racines et des traditions, avec l'insécurité permanente et cette fausse paix qui ne repose plus que sur un mot, la nature des besoins s'est transformée tout comme elle subit une discrimination profonde par des moyens financiers et temporels.

L'espace et le temps sont devenus des "luxes" et peu sont en mesure d'en profiter pleinement.

Or, le plaisir restera toujours la motivation première qui engendre le profit. Plus rarement l'inverse...

Penser en matière de "profit"  par une "logique" comptable inhibe la créativité.

Si, une telle assemblée voyait le jour, il serait primordial qu'un travail soit fait en amont pour que les participants ne viennent pas en tant que représentants, mais en potentiels d'évolution !

Donc, il faudrait qu'ils soient engagés dans le renoncement de leurs habitudes et résolus à tenter de trouver d'autres fonctionnements, d'autres réflexions que celles qui forgent leur préjugés et leurs habitudes !

Maintenant, pour faire briller l'avenir de "mille feux", il parait évident que les miroirs doivent servir à autre chose que de renvoyer la lumière... 

C'est au delà du miroir que réside l'énergie !

Alors, chacun sera un soleil et éclairera l'avenir d'un jour nouveau...

G. 

 

Commenter cet article