Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Dissidences Pyrénéennes.

Dissidences Pyrénéennes.

Infos,patrimoine, politique locale, environnement,

Publié le par G.
Publié dans : #Actualité

La vie fait son chemin, insidieusement parfois...

Depuis quelques temps, en observant "l'illumination" du fronton de notre église, nous cherchions la signification géométrique, voir symbolique que traçait une guirlande aussi bleue que froide.

Schtroumpfement triste !

Bien sur, ce n'est peut être pas en rapport avec l'ombre portée par nos gargouilles de fontaines qui souvent muettes, laissent le profil du diable se dessiner insidieusement, passé midi... 

En fait, c'est encore une question de "perspective" et "d'éclairage" !

En observant bien à une certaine distance, il suffit d'imaginer ce tracé non pas par la verticalité naturelle mais par l'horizontalité. 

D'ailleurs, ici, même les finances sont à plat ! 

Ce qui souligne l'encadrement des cloches devient les pieds. Puis, en y regardant bien apparaît dans la partie basse le surlignage de la porte et de son petit vitrail qu'avait réalisé Maurice Lerner. Là, surprise, il s'agit de la tête couverte d'un bonnet et pourvue d'un beau nez ! 

A partir de là, le surlignage "lumineux" des petits toits venant en contrefort du fronton dessine les épaules et les bras.

L'on dirait qu'il aplatit ses poches de ses mains pour ne pas qu'on lui pique ses derniers subsides !

Curieux non ! 

El Pitufo financièro s'ha mort !

Nous sommes en présence d'un être bleu, allongé entre terre et ciel et puisqu'il ne bouge pas, un schtroumpf mort ?

La vie insidieusement a t' elle tracé par pannes interposées cette symbolique du fameux "Puyvalamort" ?

Hasard, ou révélation d'un tracé prédestiné ?

Souvent les formes qui nous sont "révélées" sont déjà en nous, nous les projetons sur ce que l'on voit et elles se "matérialisent" !

Rien d'étonnant à cela, lorsque l'on se penche quelque peu sur le fonctionnement de l'être humain... 

Mais, si l'ombre du "diable" s'invite au quotidien dans le silence de nos fontaines, point de superstition !

Cela porte malheur...  

Il s'agit simplement de rappeler aux passants que nous sommes, que pour se désaltérer réellement, il ne faut rien avoir à se reprocher !

Lucifer fera la lumière là où règnent les ténèbres de la bêtise !

Or, avec d'aussi simples messages, peu sont enclins à les lire et encore moins à rectifier leur conduite...

Après lecture du compte rendu de la dernière réunion du conseil municipal, nous apprenons qu'une facture de "canons à neige", supplétive et en dehors des installations financées par le biais de la communauté de communes, n'aurait pas été réglée ! 

Comme d'habitude sous les différentes "mandatures" précédentes, nous constatons une fois encore la désinvolture cynique de certains représentants qui ont engagé la commune tout en sachant très bien que les finances ne suivaient pas !

Bref, comment investir sans un rond...

Au montant de la dette, à celui des emprunts, il faut rajouter les impayés !

Rien d'étonnant alors que ces gens là, au déni si probant, fassent étal de leurs "talents" de comptables !

Dire qu'en plus certains continuent de croire qu'on va leur payer les forfaits de ski sur d'autres stations !

Décidément, ils n'ont aucune honte !

Si les signes de la déchéance et du malheur sont inscrits dans notre paysage quotidien, en revanche le maquillage chiffré ne se révèle qu'au fur et à mesure que la note s'allonge et que les factures resurgissent.

Pour "relever" Puyvalamort, (el pitufo financièro), il faudra certes du temps mais aussi un changement dans la mentalité des parasites qui ont conduit la commune à la ruine !

Mais, comme ces derniers ne sont pas enclins à "s'améliorer", autant qu'ils quittent le territoire !

Ils ne sont pas en état de pouvoir se "dés altérer" à la fontaine de la réalité.

L'équipe des représentants élus a bien du mérite et du courage de relever le défi de la réalité et nous ne pouvons que les saluer et les encourager pour cela.

Nonobstant, pour que Puyvalamort se relève, outre le remboursement à perte de vue, il faudra redonner une dynamique cohérente à la commune.

Les plaies sont encore trop fraîches, mais passé la froidure, il sera temps de relancer une vie associative autour de belles tablées !

Une vie associative réelle !

Pas du genre qui fait "figure de", pour encaisser des subventions qui ne servent qu'à certains !

Ferons nous danser le mort qui sommeille ?

Réveillerons nous le schtroumpf ?

Lorsque les faquins et autres "Gargamelles" seront partis, ou qu'ils auront évolué, le temps viendra alors où de ces villages l'on dira :

-" Puyva ?"...  

-"J'adore !" 

-"C'est schtroumpfement génial !

G. 

 

Faire danser le "Pitufo Financièro" (le schtroumpf financier) !

 

Pour l'instant, à Puyvalamort, Peyo est impayable ! 

 

Commenter cet article