Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Dissidences Pyrénéennes.

Dissidences Pyrénéennes.

Infos,patrimoine, politique locale, environnement,

Publié le par puyvalador-rieutort
Publié dans : #Actualité

Le premier magistrat vient de quitter son logement où il avait établi son domicile faute de s'acquitter...

Le bruit court d'une démission...

Votera t'on à nouveau ?

Pas sur !

S'il démissionne de ses fonctions de Maire, rien ne l'empêchera de continuer son mandat de conseiller municipal. Eh oui, commune de moins de 2000 ha oblige, bien des choses paraissent possibles qui ne le sont pas ailleurs !

Du déjà vu par le passé !

Il suffit de se rappeler une sombre affaire de faux et usage de faux dans l'intention de faire surseoir une plainte en cours déposée par une célèbre contribuable de Rieutort à la quelle la justice à souvent donné raison, n'en déplaise à nos menteurs patentés...

Une invitation à démissionner avait contraint le malandrin à jouer les marionnettistes le reste de son mandat.

Ses successeurs ne sont donc pas innovateurs dans la continuité de comportement largement héritée du passif...

Pourtant, faute d'humilité et de modestie, les opérations de charme se multiplient.

C'est de la com !

Là haut l'espace touristique rappelle plus un vaisseau fantôme qu'une station de ski en préparation d'ouverture.

Pas de changement dans la continuité !

G.

Voir les commentaires

Publié le par puyvalador-rieutort
Publié dans : #Actualité

La guerre du bois fait ses victimes et parfois ça pourrait être pire !

Nous compatissons avec les victimes de ce qui aurait pu prendre une tournure bien plus tragique.

Évacués en urgence par l'hélicoptère de la protection civile, ils ont pu être rapidement hospitalisés. Leurs jours ne sont pas en danger.

Mais, les blessures sont là et le stress engendré ne laisse jamais indemne ceux qui regarderont désormais la forêt avec une crainte fondée.

Puisse la leçon servir en faisant redoubler de prudence...

L'expérience ne fait pas tout et la vigilance se doit de tout instant. Malgré une préparation méthodique, un bon équipement, le risque zéro n'existe pas. C'est sa vie qui se joue sur un rien qui peut l'anéantir autant que désoler une famille en si peu de temps.

Trop d'assurance tue la sécurité et souvent le doute est salvateur par des précautions qui ne sont finalement jamais assez nombreuses.

Sur cette partie ancienne des coupes d'affouagistes, la rupture de pente est bien proche...Un arbre pendu et qui ne vient pas, un axe de traction pas évident, une branche qui coince le câble, un engin fatigué, précipitation, énervement, parfois un manque de communication...

Alors, chance de se trouver face à un tronc pouvant retenir avant le grand plongeon. Malheur des freins qui lâchent au mauvais moment sans chauffeur. Treuil débrayé qui se dévide avant de tendre le câble en bout de course...Malchance d'être au mauvais endroit au mauvais moment...

C'est l'accident !

Dire que bien des gens nous envient de prendre des risques qu'ils ignorent !

Nous souhaitons un bon rétablissement aux deux bûcherons frappés par le câble et les incitons à encore plus de prudence à l'avenir.

Gilles.

Voir les commentaires

Publié le par puyvalador-rieutort
Publié dans : #Actualité

La certitude, c'est le contraire du fatalisme ?

Le fatalisme, c'est la certitude de réussir sa fin !

L'Indépendant de ce jour porte un article sur les Neiges Catalanes et "l'optimisme" voire l'obstination quasi délirante des gérants de station...

Comme on connait les saints..."on les adore !".

Élections obligent, il ne faudrait pas gâcher le plaisir de se voir réélire par de fâcheuses vérités que personne ne veut entendre en bonnes autruches que sont les électeurs moyens...

La station du Puigmal ferme en laissant une ardoise de plus de 9 Millions d'Euros que les villages associés vont devoir régler.

Bien sur, la démographie n'est pas la même que sur la commune de Puyvalador...

Donc la répartition par habitant est bien moindre !

5 %, c'est ce que dit représenter en potentiel fréquentation cette clientèle à conquérir. Répartie sur l'axe routier qui dessert nos stations et compte tenu de la dégressivité liée à l'éloignement, ceux qui sont en bout n'en percevront pas grand chose !

Ne rêvons pas. Par les manques de neige de ces stations situées versant Nord de la chaîne et leur périodes de fermetures qui en découlent suite aux épisodes venteux, cette clientèle était déjà répartie sans grande conséquence sur les chiffres d'affaires des stations.

La pilule est amère pour ceux qui payent et pour ceux qui perdent leur emploi surtout s'ils sont aussi contribuables !

Ce n'est pas le cas des petits malins qui bossent en station mais qui vivent dans des villages qui n'ont pas à subir les déficits consécutifs au manque de neige et à un effondrement de fréquentation lié à une crise majeure.

Crise économique, sociale, culturelle, crise des ressources énergétiques, de l'emploi, des usines qui s'expatrient avec les capitaux vers des cieux moins fiscalisés et aux travailleurs "dociles". Crise morale de ceux qui profitent, de ceux qui ne peuvent plus payer, crise des sur-endettés, crise profonde et Européenne qui est plus dure ici à cause d'une rugueuse réalité d'abandon et d'incompétence. Crise humaine de la désertification, de la démotivation...Crise immobilière des agences qui ferment, des logements vides, des emprunts qu'on ne peut plus couvrir. Crise de ce placement immobilier qui devait garantir une retraite "pépère" et qui ne se loue plus, qui perd toute valeur et qui plus est, devient totalement invendable. Crise des prix et des impôts qui s'envolent. Mais aussi crise de la discrimination qui fait plus porter le fardeau sur l'échine de ceux qui vivent à l'année et qui payent des impôts !

Crise politique et morale de ceux qui font passer leurs intérêts avant ceux des collectivités.

A qui profite l'os que nous payons ?

Tant d'obstination cache quelque chose de trouble dans le jeu des complicités au cœur du milieu des élus et des affairistes qui les soutiennent...

Y aurait il des machines à laver cachées sous les pylônes rouillés ?

Alors, lorsque tout est en place et que le chaland ne vient pas ?

Le principe des vases communicants trouve sa limite dans la dégressivité croissante d'une clientèle en voie d'extinction.

C'est vers d'autres clients, voire d'autres activités qu'il faudrait peut être enfin se tourner, non ?

Le phénomène d'osmose implique qu'au travers d'une membrane poreuse les fluides se déplacent toujours vers les milieux les plus concentrés jusqu'à un certain équilibre... Donc, ne parlons pas d'osmose salvatrice qui ne peut que convenir qu'à ceux qui ont déjà une clientèle et des prestations étoffées.

Pour ce qu'il en est d'une osmose de solidarité, là aussi ce serait plutôt TPMG (Tout Pour Ma Gueule !). Chacun étant au plus mal et ceux qui n'ont pas de station ne sont pas encore prêts à venir en aide à ceux qui en supportent les inconvénients...

Qu'attendre alors de l'État ?

Là, il semblerait que tout dépende des "relations" plus que du problème...Ni égalité, ni équité véritable. Face à une proportion aggravée par un faible potentiel fiscal, l'on peut se demander pourquoi d'un côté on ferme le Puigmal et de l'autre on entretient les illusions de communes bien plus mal en point...

Attendre parce qu'on ne peut plus reculer ?

Attendre pour étaler les fermetures inéluctables ?

En tout cas, le contribuable payera. Quoi de plus naturel puisque c'est son rôle de contribuer à ce que les autres gaspillent pour leur propre profit !

En attendant, certains hallucinés qui pensent avoir sauvé leurs fesses ressentiront bien assez tôt qu'ils sont eux aussi les dindons d'une farce qu'ils ont contribué à dramatiser un peu plus. Même si les "impôts locos" n'augmenteront pas cette année, ce grâce à la pression de l'opposition et aux réclamations des contribuables, nous n'y échapperons pas pour les années qui suivront le constat inéluctable d'incapacité de gestion.

À moins, à moins que ne se produise LE MIRACLE !

D'un seul coup, un repreneur arrive et casque une fortune pour relancer une station fantôme et ses équipements obsolètes...

À moins que, LE MIRACLE !

D'un seul coup, sans recherche véritable, sans étude ni sans commercialisation concertée, ne survienne une déferlante d'une clientèle venue de Chine, du Japon, de Russie, de Suède, des States, d'un autre hémisphère, ou voir même de Mars...

Mais, nous ne sommes pas à Lourdes et seulement lourde est notre dette et faibles nos espoirs.

L'os "mausse" est rongé par les profiteurs. Il nous reste l'os "Hausse fiscale" en devenir et si le vase n'est pas vraiment communicant, la vase putride de la désertification est en train de se répandre inéluctablement sur les godasses reluisantes des futurs candidats éclairés.

Faisons leur confiance pour sauver les leurs...

Bel avenir qui, s'il ne se conjugue pas au mode conditionnel de reconversion vers de nouvelles perspectives, cessera d'en être un...rapidement.

G.

Voir les commentaires

Publié le par puyvalador-rieutort
Publié dans : #réflexion
Le principe et la sagesse...

depuis toujours, elle était avec le principe et sans elle rien ne se fait d'harmonieux...

Le principe crée et définit l'espace à partir d'un centre inamovible. Sans la sagesse point d'équilibre et tout retourne au chaos...

Il en est de chaque chose comme il en est du tout et de chacun.

Tout étant lié, car issu du même principe, chaque chose interfère plus ou moins sur ce qui l'entoure. La logique des Lois naturelles fait le restant.

Lorsque nous interférons sur l'espace naturel sans respecter ce que la tradition a mis des siècles et des siècles à élaborer, il s'en suit un désordre qui peine à retrouver un nouvel équilibre.

En changeant le centre de l'intérêt primordial, tout le reste se trouve inéluctablement perturbé.

Sur nos montagnes paissaient les troupeaux des montagnards et ceux qui transhumaient dans le respect du nombre et de l'espace.

Lorsque le nombre n'était pas respecté, la montagne s’appauvrissait et les bêtes revenaient plus maigres. Alors on revenait à l'ancien nombre...

La faune sauvage était régulée et le tout se trouvait un équilibre conduit d'année en année par une règle invariable.

Par l'un vivait l'autre et l'autre vivait pour l'unité du tout.

Aujourd'hui, bien loin sont les principes et oubliée la règle de vie. Les sorciers réinventent des recettes et expérimentent des comportements qui ne mènent qu'au chaos.

La surcharge d'animaux domestiques sur les estives crée un "sur-pâturage" qui laisse aux pelouses l'aspect d'un terrain de golf sans rien à croûter pour une faune sauvage ayant dépassé elle même un nombre raisonnable. Ce, d'autant plus que de nouvelles espèces ont été introduites par nos sorciers locaux avides de revenus et de pouvoirs.

Il s'en traduit un changement de comportement de la faune qui se retourne vers les espaces cultivés, d'où, d'importants dégâts...

De même, les espaces de la zone de combat ne portant plus autant de diversité de cultures, les perdrix et les cailles disparaissent.

Trop de zones de fauche nuisent finalement aux cultures agricoles ou traditionnelles.

Alors que les quidams s'extasient sous les brames des cerfs, le pas et la danse d'amour de la perdrix ne donne plus la mesure de la sagesse qui guidait nos anciens.

Les saignées des pistes de ski de la station se trouvent pourtant enherbées dangereusement. La couche herbeuse constituera un vide facilitant la fonte et l'instabilité du manteau neigeux. En attendant l'hiver, le risque d'incendie est accru par la prolifération des genêts et repousses de pins constituant la reconquête naturelle sur l'oeuvre artificielle des hommes.

La gestion des espaces ne répondant qu'à des notions de "profits", la pensée globale n'existe plus car les centres de décisions ont échappé aux montagnards.

De nouveaux principes, sans sagesse...

Le conseil des anciens n'est plus et ceux qui vantent une nouvelle agora sont dépourvus de l'essence traditionnelle qui fit l'harmonie de nos paysages et de la vie montagnarde.

Faute de la connaissance, l'expérience désastreuse amènera t' elle une réflexion vers de nouveaux horizons proches de la réalité éprouvée ?

Rien n'est moins sur car l'intérêt de quelques uns prime sur le salut de tous !

Pourtant, les vaches seront maigres et la nature ne laissera qu'amertume dans les cœurs.

Alors ?

Un sursaut, un miracle ?

Ou, tout simplement une ouverture vers ce que les anciens nous ont laissé de sagesse ?

Gilles.

Voir les commentaires

Publié le par puyvalador-rieutort
Publié dans : #nature
St Luc, le grand truc...

De tradition, la fièvre monte et les montagnards aussi...dans les cols !

Là haut, c'était le plus beau jour des passées.

La maladie bleue, celle des volées de palombes qui se succèdent face au vent d'Espagne et qui passent plus près des hommes.

Ici, rares sont ceux qui gagnent les hauteurs pour des heures d'impatience et de jubilations enfiévrées. Mais, il en passe aussi, moins depuis quelques années...

Les palombes se sédentarisent aussi...

Donc, ce soir, les yeux plongés dans l'immensité, je me suis régalé de couleurs irisées faute de vagues bleutées.

Une lumière magique qui nous parle d'un temps qui s'appelait Chronos et de la fin d'un ciel nuageux appelé Zeus, dans un bain de sang précédant Ouranos l'étoilé.

Faute de palombes, les vagues de génisses ondulaient sur une prairie grasse.

Bovins lumineux d'un éclairage rasant et dont la robe s'allume d'argent et de cristal...

Rêveries d'un soir d'automne, un soir de St Luc, c'est forcément Lumineux !

Gilles.

St Luc, le grand truc...
St Luc, le grand truc...
St Luc, le grand truc...
St Luc, le grand truc...
St Luc, le grand truc...
St Luc, le grand truc...
St Luc, le grand truc...
St Luc, le grand truc...
St Luc, le grand truc...
St Luc, le grand truc...
St Luc, le grand truc...
St Luc, le grand truc...

Voir les commentaires

Publié le par puyvalador-rieutort
Publié dans : #nature
Et si ?

Si la station n'ouvrait pas...

Le paysage changerait il ?

Le calme majestueux, la luminosité seraient ils moins profitable ?

N'est ce pas un luxe aujourd'hui, l'espace, le temps ?

Qui n'aimerait pas en profiter pour sortir du bruit, de la pression, du stress ?

Alors ?

Si la station n'ouvrait pas...peut être y aurait il une vie...meilleure !

G.

Et si ?
Et si ?
Et si ?
Et si ?

Voir les commentaires

Publié le par puyvalador-rieutort
Publié dans : #Actualité

Des impôts qui doublent, mais soit disant une dette qui ne devrait être qu'un mauvais souvenir d'ici 4 à 5 ans....

A condition de ne pas continuer à la creuser !

Tant que l'obstination et l'égoïsme seront les marques d'une "équipe municipale", rien ne pourra s'améliorer.

Leurres, mensonges et perversité sont bien le cortège des enfermés dans leur démence.

DSP promise, mais leurre à alouettes...

Si les décisions furent prises officiellement, qu'en reste il vraiment qui ne soit pas mort avant que d'être ?

Aucune recherche réelle sinon par quelque fantomatique obscurantiste...Sous le suaire, rien ne transpire !

Il ne s'agit donc que d'un pieux mensonge révélant toute la perversité du fait que la volonté de la DSP n'a jamais existé.

Si leur démarche suicidaire ne s'arrêtait que là, mais c'est bel et bien vers un holocauste collectif qu'ils nous conduisent de toute la force de leur mauvaise volonté.

Or, à force de vouloir soi disant sauver les meubles...c'est le bateau qui sombre encore plus.

Si vous en prenez un peu plus conscience à chaque fois qu'augmentent vos impôts, à plus de 88 %, vous ne devriez plus donner aucun crédit à une équipe qui continue ce que d'autres ont provoqué et qui dure depuis 20 ans !

Aucune différence réelle ne sépare ceux qui ont poussé les gestionnaires privés dehors de ceux qui crient : -"c'est pas moi !"

Et si ce n'est toi...c'est donc ton frère ?

Et pourtant ne pourrait on pas plaider coupables...Tous coupables !

Nous sommes tous coupables par pensées, actions ou omissions.

Pour sortir de ce purgatoire fiscal, il faut une purge électorale. Vous savez à quoi vous en tenir...

A bons électeurs...

G.

Voir les commentaires

Publié le par puyvalador-rieutort
Publié dans : #nature
Nos vacances en Tchétchénie...

Ce matin, la guerre se faisait sous un voile léger...

Derniers voyages sous la neige, dans la boue, mais au milieu d'un paysage fabuleux.

Subtilité des couleurs nuancées par le voile neigeux, motivant un effort Dantesque pour de belles flambées.

Dur dur tout de même la guerre en dentelles de soies blanches pour une chaleur au mérite...

Gilles

Nos vacances en Tchétchénie...
Nos vacances en Tchétchénie...
Nos vacances en Tchétchénie...
Nos vacances en Tchétchénie...
Nos vacances en Tchétchénie...
Nos vacances en Tchétchénie...
Nos vacances en Tchétchénie...
Nos vacances en Tchétchénie...
Nos vacances en Tchétchénie...
Nos vacances en Tchétchénie...
Nos vacances en Tchétchénie...
Nos vacances en Tchétchénie...
Nos vacances en Tchétchénie...
Nos vacances en Tchétchénie...
Nos vacances en Tchétchénie...
Nos vacances en Tchétchénie...
Nos vacances en Tchétchénie...
Nos vacances en Tchétchénie...
Nos vacances en Tchétchénie...
Nos vacances en Tchétchénie...
Nos vacances en Tchétchénie...
Nos vacances en Tchétchénie...
Nos vacances en Tchétchénie...
Nos vacances en Tchétchénie...
Nos vacances en Tchétchénie...
Nos vacances en Tchétchénie...
Nos vacances en Tchétchénie...
Nos vacances en Tchétchénie...

Voir les commentaires

Publié le par puyvalador-rieutort
Publié dans : #nature
Vert tardif et blanc précoce...

Surprise ?

Pas vraiment, mais quand même !

Un 5 Octobre nous avions eu 1,5 M de neige, tous les signes de l'automne étaient bien présents et la transition brutale, spectaculaire, on s'y attendait un peu...

Après tout, c'est bien le Capcir ici.

L'on passe d'une chose à l'autre d'un seul coup.

Après les patates, c'est le bois de chauffage.

Après un été de verdure persistante, voici la marque de l'hiver !

La prise de conscience s'impose d'un réalisme naturel et les Capcinois ne sont pas versatiles mais simplement à l'image de leur pays...

Il est cependant des réalités qui nous échappent.

L'obstination démentielle des propriétaires de chalets qui veulent continuer coûte que coûte de creuser une dette colossale et d'une préfecture qui accompagne nonchalamment d'une complicité "passive" ce désastre en font partie.

Les mêmes causes...les mêmes effets !

Donc, ouverture de station, hausse des impôts !

Ne parlons pas du reste, de ce qui suit un comportement de colonialiste malveillant et esclavagiste de nos vies de plus en plus miséreuses...

Qui sait, après un saupoudrage neigeux ou de subventions...la réalité arrivera t' elle à s'imposer faute que les impôts nous en indisposent que trop !

G.

Vert tardif et blanc précoce...
Vert tardif et blanc précoce...
Vert tardif et blanc précoce...
Vert tardif et blanc précoce...
Vert tardif et blanc précoce...
Vert tardif et blanc précoce...

Voir les commentaires

Publié le par puyvalador-rieutort
Publié dans : #nature

Encore une année de galère !

Ravagées sans cesse par le gel, le mildiou, le fil de fer (Taupin), la sécheresse, les sangliers, maintenant les biches...dur, dur de faire assez de rendement pour s'en sortir !

Estimation faite c'est 2 Tonnes cette année qui sont passées à la trappe,soit en comptant les dégâts sur les céréales, un désastre irréparable.

En cinq ans, une seule récolte digne de ce nom.

Heureusement, l'ambiance demeure sympathique entre amis venus "patater" dans les sillons et malgré la dureté de la tâche, la convivialité est de mise.

Peut on en dire autant de la "solidarité" de nos chasseurs locaux ?

Gilles.

Voir les commentaires

1 2 > >>