Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Dissidences Pyrénéennes.

Dissidences Pyrénéennes.

Infos,patrimoine, politique locale, environnement,

Publié le par puyvalador-rieutort
Publié dans : #réflexion

Ce texte m'a été transmis par un ami et vu son intérêt, je n'ai pu résister.

Qu’est-ce qu’un cercle ?

C’est une courbe plane fermée délimitant un espace ainsi parfaitement déterminé ; cet espace est le plus vaste possible pouvant être inclus dans un périmètre donné. Cet espace ne saurait exister sans la circonférence qui le délimite et en quelque sorte le caractérise en lui donnant consistance.

Dans l’iconographie médiévale (voir la reproduction en fin de texte), illustrant les plus anciens commentaires de la Genèse, Dieu Créateur trace une circonférence (par ex. : Job 26,10 : “Il a tracé un cercle à la surface des eaux comme limite entre la lumière et les ténèbres” ou encore Prov. 8,27) et chacun de nous connaît les multiples significations pouvant être dévolues aux termes “lumière” et “ténèbres”. Selon la théorie du tsimtsoum d’Abraham Aboulafia (1240 – 1291 ?), la création se maintient parce qu’elle se trouve dans l’espace vide, dans le cercle tracé par la contraction de Dieu – son retrait –, dans l’espace ainsi laissé libre.

Cet espace fonde notre liberté, il est celui dans lequel se meut notre liberté. Cette liberté est ainsi, en quelque sorte, non pas restreinte mais plutôt non extensible de façon indéterminée. Nous y jouissons du “mouvement” mais de par l’existence de la circonférence délimitant cet espace nous sommes soumis à la “limitation”.

Le Divin en l’homme, plus exactement l’aspiration de l’homme à la présence du Divin en lui, est à la fois ce mouvement et cette limitation. Le mouvement est corrélatif de la notion de désir prise dans son sens étymologique ancien issu de desiderium : retrouver quelque chose que l’on a connu et perdu. S’il n’y a pas de désir, il ne peut y avoir de mouvement. Ce mouvement nous incite à sortir de nous-mêmes qui sommes un point dans cet espace qui nous est tout à la fois intérieur et extérieur, il est une sorte de force, une tension, qui nous pousse à aller vers ..., et la prise de conscience de ce “aller vers...” est une injonction à nous dépasser. Mais en acceptant et tentant la réalisation de ce “aller vers” nous nous heurtons à la limite de la circonférence qui marque tout à la fois notre finitude et les limitations imposée par l’Ecriture.

Qu’est-ce que cette limite ? C’est celle de ce qu’il est donné à l’homme de connaître (Siracide 3,21 “Ne cherche pas ce qui est trop difficile pour toi, ne scrute pas ce qui est trop fort pour toi.” Mais sans oublier que “Le commencement de tout bien est la connaissance qui fonde l’action et l’action qui fonde la connaissance. C’est pourquoi nulle action n’est bonne sans la connaissance, et nulle connaissance ne progresse sans l’action.” – Elie d’Edictas, XI° siècle, Constantinople) Cette limite est aussi la notion que tout n’est pas permis, que tout n’est pas égal. Mais au plan de la vie, c’est également la limite de notre espace qui signifie que nous devons laisser à l’autre son propre espace. Et laisser à l’autre son espace nous renvoie au Commandement “Aime ton prochain” donné en Matt. 19,19 en reprise de Lévitique 19,18, verset que Rashi commente en disant que “C’est le plus important de la Thora”. Injonction qui, dans cette lecture particulière, se trouve être en rapport direct avec le 8me Commandement du Décalogue (Ex. 20,13) : “Tu ne voleras pas”, c’est-à-dire ici : “Tu ne voleras pas l’espace de liberté de ton prochain.”

La conjonction de l’espace libre du cercle et de la circonférence, qui ne peuvent exister l’un sans l’autre, indique à l’homme qu’il doit demeurer dans ses limites, et ces limites sont triples : ses limites propres, les limite des autres et celles du monde créé. C’est peut-être en partie pour cela que Bernard de Clairvaux écrivait : “Quelle que soit l’étendue de ton savoir, il te manquerait toujours, pour atteindre à la plénitude de la sagesse, de te connaître toi-même. (…) Il ne mérite pas le nom de savant, celui qui ne l’est pas de soi.” (De la Considération II, 6)

Voir les commentaires

Publié le par puyvalador-rieutort
Publié dans : #réflexion

Heureux qui comme Ulysse a fait un long voyage...

De nos jours, nous nous réduisons souvent à croire ou ne pas croire. Or la liberté ne se conçoit que par la possibilité du mouvement et donc toute forme réductive la contraint.

Plus que de s'enfermer dans une forme réductive, pour évoluer nous sommes donc contraints de transgresser toute forme définie qui nous aliénerait qu'à une partialité infernale.

Le travers des dogmes est d'entrouvrir une porte tout en empêchant de la franchir en s'affranchissant de l'aspect formel induit.

Croire pour voir et comprendre ce qui nous dépasse, pour cela, nous nous donnons des formes, signes ou mots somme toute réductifs en eux même, mais qui nous ouvrent des perspectives sans limites sinon celles aux quelles nous voulons bien nous réduire...

L'évolution de la représentativité évolue en fonction de nos moyens pour rendre le plus prés possible l'expression de l'idée ou du mécanisme que nous voulons exposer.

Passer du point de vue unique au cercle réductif par sa surface et ensuite aller vers le volume pour pouvoir ensuite le dépasser ne s'est pas fait en un jour.

Et pourtant l'humain s'y emploie depuis la nuit des temps !

Ce qui sépare le cercle de la sphère, ce n'est qu'une dimension...Au delà de l'espace, il est aussi le temps courbe qui veut que même immobiles, nous bougeons. Le fait de ne pas se mouvoir étant lui aussi un mouvement comme le souligne H. Rives.

Or, la bulle demeure hermétique tant qu'elle n'explose pas. Nous savons aujourd'hui que notre univers se propage dans une forme de cône et que de part et d'autre, nous ne savons pas encore ce qu'il peut bien y avoir ou ne pas y avoir... Donc, ce n'est pas parce que nous n'avons pas de réponse actuelle, sinon ce constat de la "limite" fugitive devant nos progrès de ce que nous savons, qu'il faut pour autant s'y tenir...

Sinon, à quoi servirait il de chercher ?

Ainsi, la terre serait toujours plate, le soleil tournerait autours d'elle et dieu aurait une barbe blanche...(peut être la voie lactée).

En cherchant sur le rebord du monde nous explorons aussi nos bordures et nos profondeurs.

En découvrant petit à petit les limites de notre conscient, nous avons ouvert les portes sur la découverte de notre subconscient.

Si l'on comparait aujourd'hui ce que l'on sait de notre univers à notre partie consciente, le restant à découvrir le serait en équivalent de notre subconscient.

Dans une immensité non définissable par quelque forme que ce soit, se propage ça et là, un ou plusieurs couloirs partant chacun d'un point d'origine vers sa destinée et sa forme future inconnues de nous aujourd'hui.

Ce que nous constatons sont plus les effets que les causes et par ses effets nous pouvons en deviner les causes et les identifier en tentant de les réduire à un concept symbolique par un nom ou une forme ou un signe qui ne traduisent que quelque chose échappant à toute réduction.

Voila peut être pourquoi l’innommable ne peut avoir de nom parce qu'il est le tout englobant le tout et le rien...

Plus "réductivement"...Si nous nous comparions à un iceberg détaché de sa banquise lointaine, la partie émergée serait notre conscient et la partie immergée notre subconscient dérivants entre les eaux et sous un ciel immense, dont nous sommes issus et donc que nous pouvons explorer par analogie de ce que nous connaissons de nous même.

Encore plus "réductivement", le conscient serait le directeur d'une usine et le subconscient le sous directeur qui fait réellement fonctionner l'usine sans que le conscient n'intervienne nécessairement. Les deux pouvant interférer l'un sur l'autre et réciproquement à l'inverse.

Analogiquement les conflits ne manquent pas dans le monde du travail et c'est souvent la méconnaissance qui en est à l'origine ainsi que les limites imposées qui en dérivent.

Lorsque nous explorons par le fil de la pensée la profondeur des effets à la rencontre des causes, nous pouvons mieux nous connaitre et comprendre les problématiques que nous rencontrons et éventuellement, dans la mesure de nos possibles tenter d'y trouver remède sinon de relativiser les effets tout en étant conscients des causes...

L'important finalement dans la recherche étant de dépasser les formes et le coté réducteur de situations particulières pour comprendre les mécanismes qui issus de forces invisibles font de nous et de notre univers ce qu'ils sont, c.à.d, des choses issues des mêmes causes et dont les analogies possibles sont fondées par les mêmes principes.

Le pourquoi nous le faisons ou ne le faisons pas demeure dans le rapport à nous mêmes et aux autres humains ou univers...

Si nous souhaitons harmoniser nos rapports et éviter les conflits, il faut connaitre nos limites pour mieux les dépasser pour ce qu'elles ne sont pas en sachant qu'elles peuvent évoluer par la recherche et la pratique.

Pourquoi harmoniser nos rapports sinon pour mieux nous harmoniser nous mêmes dans une identité vers la quelle nous tendons en espérance d'une amélioration amenant une paix de "l'âme" et une justice pour les hommes...

Or une paix de l'âme comprend l'acceptation de sa dissolution possible tout comme la chair quitte les os...

Accepter cet inacceptable qui fait de nous des humains...C'est à dire aussi des entités biologiques périssables qui n'ont pas envie de mourir et dont pourtant c'est la destinée.

Alors, tout est vain ou nous le sommes nous mêmes si nous nous limitons à ce que nous savons.

Comme nous explorons l'univers et nous mêmes, nous cherchons des réponses qui sont parfois si contradictoires qu'elles ne peuvent être réduites ni par une forme, ni par un mot et donc nous concevons ce qui ne peut l'être par le symbole se substituant à ce qu'il n'est pas mais vers lequel nous tendons à l'image de notre univers...

En conséquence, nous nous mettons en situation ou en condition d'échapper à notre condition ou situation, ce pour mieux nous connaitre dans nos soi disant "limites" évolutives.

C'est par cet effet miroir que nous tentons de découvrir, de lever le voile d'Isis sur ce que nous nommons un infini car nous n'en savons ni la forme exacte ni les limites possibles tout en espérant qu'il n'y en ait pas...

Bonne réflexion.

Gilles.

Voir les commentaires

Publié le par puyvalador-rieutort
Publié dans : #Actualité

2eme convocation

Puyvalador, le 26/05/2015

REUNION DU CONSEI L MUNICIPAL

MARDI 2 JUIN 2015,

a 19hoo,

Salle du Conseil a Puyvalador (nouvelle salle)

Ordre du jour :

  1. Vote des comptes administratifs 2014 suite a defaut de quorum le 23/04/2015,

Principal,

Eau et assainissement,

CCAS,

RMSL

Pour Le Mai e,

L'Adjoint au M_iiire, D niel MARIN

Puyvalador, le 26/05/2015

REUNION DU CONSE I L MUNICIPAL

MARDI 2 JUIN 2015,

a t9hts,

Salle du Conseil a Puyvalador (nouvelle salle)

Ord re d u jour :

    1. Modification des statuts d u SITV,

    2. Ava nt projet de reha bilitation de la Station d'Epu ration, dossiers de dema ndes de subventions,

    3. Questions diverses.

Voir les commentaires

Publié le par puyvalador-rieutort
Publié dans : #réflexion

Comme c'est fatal, on laisse faire ?

Dans notre ploutocratie, à chaque niveau se sont installés les amateurs se prenant pour des "pros" et qui confisquent le pouvoir au nom de leurs vénérés "Maîtres" secrets au point que souvent ils ne savent même pas qui ils servent réellement...

Souvent serviles inconscients et égoïstes plus que serviables, ils construisent en s'appuyant les uns sur les autres la servitude du peuple contribuable résigné, ainsi manipulé votant ou ne votant plus, mais toujours travaillant et payant de plus en plus !

Mais peu importe puisque même si vous ne votez plus, d'autres le font encore à votre place...

Quant à payer...

La terrible mais invariable constituante, c'est que nous les mettons en place et les entretenons dans leur mégalomanie par une inertie incompréhensible d'autant que les progrès technologiques notamment en matière de communication nous permettraient de construire autre chose que la ploutocratie des cratoploucs !

De la bande des 4 dans une petite commune des Pyrénées en passant par bon nombre de communes, départements, régions, sans oublier tous ces services dont les zélés "agents administratifs" jouent la carte du caporalisme à fond, nous ne manquons pas de ces "Cratoploucs" qui dirigent le peuple qu'ils méprisent sous le couvert d'une dictature déguisée en soi disant "démocratie".

Bien fait pour nous ?

Le piège des clivages "politiques" ou d'un quelconque conflit sert de miroir aux alouettes pendant que la partie consciente des véritables décideurs induit et conduit par leurs valets constituant le subconscient. C'est par une stratégie agissant en primate sur une société constituée à leurs désirs uniquement pour nourrir leurs appétits insatiables, qu'ils abrutissent, broient ou noient dans le flot qu'ils maîtrisent puisqu'ils en sont les véritables propriétaires !

Ça marche, puisque ça continue !

Chaque élection devient une farce à laquelle ne croient que les inconscientes victimes du pouvoir bien conscient. Pauvres militants !

C'est le système qui veut ça, parce qu'il est fait pour ça par ceux qui l'on voulu ainsi...

Les cratoploucs servent les ploutocrates et les ploutocrates entretiennent l'élevage des cratoploucs en finançant et encourageant sans cesse plus leurs besoins exponentiels.

Plus que dans une constitution, ce qui gène c'est que c'est devenu leur nature à l'insu de leur plein gré que d'agir en réflexe de ce qui n'est pas écrit pour et par ceux qui l'ont voulu.

Une nouvelle constitution ? Une nouvelle République ?

Mais, n'est ce pas déjà la continuité de quelque chose de plus profond qui pousse inconsciemment à adapter de nouveaux mots pour des maux qui demeurent ancrés au plus profond de la nature des hommes, notamment ceux de "pouvoir" ?

Pour se défendre d'un peuple qui peut se retourner contre lui, le ploutocrate utilise la chaîne de dépendance à la propriété et à ce soi disant droit au bonheur matérialiste à tout prix. Forcément, car la propriété, c'est lui avant tout !

En analysant le fond du subconscient, le conscient agit par la kinesthésique pour leurrer et modifier à sa guise les mouvements et les idées du peuple ainsi asservi.

Tout est fait, conçu et exercé pour la dominance sournoise qui veut même qu'en réagissant contre, finalement l'on ne fait que servir ce qui nous dessert...

L'analyse et le constat de la polarisation a permis de contraindre les courants entre deux extrêmes de la même chose.

Pour sortir de ce clivage esclavagiste, il faudrait s'extraire de la matrice génitrice de nos habitudes pour retrouver la lucidité suffisante et construire de nouveaux comportements.

Une méta-société dont les valeurs seraient autrement conçues d'autant qu'elles ne dépendraient plus de réflexes primates mais d'une conscience enfin retrouvée !

Tant que le consumérisme dirigera les junkies du pouvoir, nous continuerons de détruire notre planète en proliférant pour le plus grand apaisement d'une faim qui ne se satisfait jamais que par la fin de l'humain !

A quand la révolte du subconscient esclave contre un conscient ploutocratique ?

Faudrait il encore que les cratoploucs puissent devenir conscients !

Bonne réflexion !

G.

Voir les commentaires

Publié le par puyvalador-rieutort
Publié dans : #Actualité

Tout va bien !

Tout se passe comme prévu...Copiez le lien, pour le faire circuler et allez vous rendre compte par vous même !

La vérité exposée dans ce soir ou jamais par un prof lucide : Etienne CHOUARD.

Le lien : https://www.facebook.com/video.php?v=10204569192140196&fref=n

G.

Voir les commentaires

Publié le par puyvalador-rieutort
Publié dans : #Actualité

MAIRIE DE PUYVALADOR-RIEUTORT

66210 PUYVALADOR

REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL DU 23 AVRIL 2015

Le vingt trois avril deux mille quinze, le Conseil Municipal s'est réuni, au lieu ordinaire de ses séances, sous la présidence de Mr GIL, Maire.

Présents: Mr AGUZOU Jean Luc, Mme BOCCARDI Marie Françoise, Mr GIL Rolland, Mr MARIN Daniel,

Absents: Mr ROSSI Michel, Mr ROSART Sylvain

Pouvoirs :

M. AGUZOU a été élu secrétaire de séance et Mme BOCCARDI suppléante.

Début de séance à: 20 H 05

  1. Vote des comptes de gestion 2014 :

BUDGET Principal

Monsieur le maire rappelle que le compte de gestion constitue la reddition des comptes du comptable à l'ordonnateur. Il doit être voté préalablement au compte administratif. Après s’être fait présenter les budgets primitifs de l’exercice 2013 et les décisions modificatives qui s’y rattachent, les titres définitifs des créances à recouvrer, le détail des dépenses effectuées et celui des mandats délivrés, les bordereaux de titre de recettes, de mandats, le compte de gestion dressé par le receveur accompagné des états de développement des comptes de tiers ainsi que les états de l’actif, du passif, des restes à recouvrer et des restes à payer,

Après s’être assuré que le receveur a repris dans ses écritures le montant de chacun des soldes figurant au bilan de l’exercice 2013, celui de tous les titres émis et de tous les mandats de paiement ordonnancés et qu’il a procédé à toutes les opérations d’ordre qu’il lui a été prescrit de passer dans ses écritures,

Considérant que les opérations de recettes et de dépenses paraissent régulières et suffisamment justifiées,

Après en avoir délibéré, le conseil municipal,

Approuve le compte de gestion du trésorier municipal pour l'exercice 2014 du budget principal. Ce compte de gestion, visé et certifié conforme par l'ordonnateur, n’appelle ni observation ni réserve de sa part sur la tenue des comptes.

Vote : 4 Pour 4 Contre 0 Abstention 0

BUDGET Eau et Assainissement

Monsieur le maire rappelle que le compte de gestion constitue la reddition des comptes du comptable à l'ordonnateur. Il doit être voté préalablement au compte administratif. Après s’être fait présenter les budgets primitifs de l’exercice 2013 et les décisions modificatives qui s’y rattachent, les titres définitifs des créances à recouvrer, le détail des dépenses effectuées et celui des mandats délivrés, les bordereaux de titre de recettes, de mandats, le compte de gestion dressé par le receveur accompagné des états de développement des comptes de tiers ainsi que les états de l’actif, du passif, des restes à recouvrer et des restes à payer,

Après s’être assuré que le receveur a repris dans ses écritures le montant de chacun des soldes figurant au bilan de l’exercice 2013, celui de tous les titres émis et de tous les mandats de paiement ordonnancés et qu’il a procédé à toutes les opérations d’ordre qu’il lui a été prescrit de passer dans ses écritures,

Considérant que les opérations de recettes et de dépenses paraissent régulières et suffisamment justifiées,

Après en avoir délibéré, le conseil municipal,

Approuve le compte de gestion du trésorier municipal pour l'exercice 2014 du budget eau et assainissement. Ce compte de gestion, visé et certifié conforme par l'ordonnateur, n’appelle ni observation ni réserve de sa part sur la tenue des comptes.

Vote: 4 Pour 4 Contre 0 Abstention 0

BUDGET CCAS

Monsieur le maire rappelle que le compte de gestion constitue la reddition des comptes du comptable à l'ordonnateur. Il doit être voté préalablement au compte administratif. Après s’être fait présenter les budgets primitifs de l’exercice 2013 et les décisions modificatives qui s’y rattachent, les titres définitifs des créances à recouvrer, le détail des dépenses effectuées et celui des mandats délivrés, les bordereaux de titre de recettes, de mandats, le compte de gestion dressé par le receveur accompagné des états de développement des comptes de tiers ainsi que les états de l’actif, du passif, des restes à recouvrer et des restes à payer,

Après s’être assuré que le receveur a repris dans ses écritures le montant de chacun des soldes figurant au bilan de l’exercice 2013, celui de tous les titres émis et de tous les mandats de paiement ordonnancés et qu’il a procédé à toutes les opérations d’ordre qu’il lui a été prescrit de passer dans ses écritures,

Considérant que les opérations de recettes et de dépenses paraissent régulières et suffisamment justifiées,

Après en avoir délibéré, le conseil municipal,

Approuve le compte de gestion du trésorier municipal pour l'exercice 2014 du budget CCAS. Ce compte de gestion, visé et certifié conforme par l'ordonnateur, n’appelle ni observation ni réserve de sa part sur la tenue des comptes.

Vote: 4 Pour 4 Contre 0 Abstention 0

BUDGET RMSL

Monsieur le maire rappelle que le compte de gestion constitue la reddition des comptes du comptable à l'ordonnateur. Il doit être voté préalablement au compte administratif. Après s’être fait présenter les budgets primitifs de l’exercice 2013 et les décisions modificatives qui s’y rattachent, les titres définitifs des créances à recouvrer, le détail des dépenses effectuées et celui des mandats délivrés, les bordereaux de titre de recettes, de mandats, le compte de gestion dressé par le receveur accompagné des états de développement des comptes de tiers ainsi que les états de l’actif, du passif, des restes à recouvrer et des restes à payer,

Après s’être assuré que le receveur a repris dans ses écritures le montant de chacun des soldes figurant au bilan de l’exercice 2013, celui de tous les titres émis et de tous les mandats de paiement ordonnancés et qu’il a procédé à toutes les opérations d’ordre qu’il lui a été prescrit de passer dans ses écritures,

Considérant que les opérations de recettes et de dépenses paraissent régulières et suffisamment justifiées,

Après en avoir délibéré, le conseil municipal,

Approuve le compte de gestion du trésorier municipal pour l'exercice 2014 du budget de la régie municipale. Ce compte de gestion, visé et certifié conforme par l'ordonnateur, n’appelle ni observation ni réserve de sa part sur la tenue des comptes.

Vote: 4 Pour 4 Contre 0 Abstention 0

  1. Vote des comptes administratifs 2014 et affectation de résultats:

BUDGET Principal

L’assemblée vote le compte administratif de l’exercice 2014 et arrête ainsi les comptes :

DEPENSES RECETTES

Section de fonctionnement : 555 896.06 832 681.67

Section d’investissement : 116 606.29 83 414.56

Mr le maire quitte la salle avant le vote à 20 h 52

Vote: 3 Pour 3 Contre 0 Abstention 0

Mr le maire rentre à 20 h 54

Le conseil municipal après avoir approuvé le compte administratif de l’exercice 2014 ce même jour,

Statuant sur l’affectation du résultat d’exploitation de l’exercice 2014

Constatant que le compte administratif fait apparaître :

  • Un excédent de fonctionnement: 276 785.61

  • Un déficit reporté de : 660 993.65

Soit un déficit de fonctionnement cumulé de : 384 208.04

  • Un excédent d’investissement de : 80 165.64

  • Un excédent des restes à réaliser de : 28 026.00

Soit un besoin de financement de : 0.00

DECIDE d’affecter le résultat d’exploitation de l’exercice 2014 comme suit :

RESULTAT D’EXPLOITATION AU 31 DECEMBRE 2014 : DEFICIT 384 208.04

AFFECTATION COMPLEMENTAIRE EN RESERVE (1068) 0.00

DEFICIT REPORTE EN FONCTIONNEMENT (D002) 384 208.04

Pas d’affectation de résultat de fonctionnement.

Vote: 4 Pour 4 Contre 0 Abstention 0

BUDGET Eau et Assainissement

L’assemblée vote le compte administratif de l’exercice 2014 et arrête ainsi les comptes :

DEPENSES RECETTES

Section de fonctionnement : 59 248.32 124 543.72

Section d’investissement : 0.00 7561.93

Mr le maire quitte la salle avant le vote à 21 h 02

Vote: 3 Pour 3 Contre 0 Abstention 0

Mr le maire rentre à 21H03

Le conseil municipal après avoir approuvé le compte administratif de l’exercice 2014 ce même jour,

Statuant sur l’affectation du résultat d’exploitation de l’exercice 2014

Constatant que le compte administratif fait apparaître :

  • Un excédent de fonctionnement: 65 295.40

  • Un excédent reporté de : 247 142.62

Soit un excédent de fonctionnement cumulé de : 312 438.02

  • Un déficit d’investissement de : 6791.20

  • Un excédent des restes à réaliser de : 0.00

Soit un besoin de financement de : 6791.20

DECIDE d’affecter le résultat d’exploitation de l’exercice 2014 comme suit :

RESULTAT D’EXPLOITATION AU 31 DECEMBRE 2014 : EXCEDENT 312 438.02

AFFECTATION COMPLEMENTAIRE EN RESERVE (1068) 6791.20

EXCEDENT REPORTE EN FONCTIONNEMENT (R002) 305 646.82

Vote: 4 Pour 4 Contre 0 Abstention 0

BUDGET CCAS

L’assemblée vote le compte administratif de l’exercice 2014 et arrête ainsi les comptes :

DEPENSES RECETTES

Section de fonctionnement : 284.80 0.00

Section d’investissement : 0.00 0.00

Mr le maire quitte la salle avant le vote à 21H09

Vote: 3 Pour 3 Contre 0 Abstention 0

Mr le maire rentre à 21 H 10

Le conseil municipal après avoir approuvé le compte administratif de l’exercice 2014 ce même jour,

Statuant sur l’affectation du résultat d’exploitation de l’exercice 2014

Constatant que le compte administratif fait apparaître :

  • Un déficit de fonctionnement: 284.80

  • Un excédent reporté de : 3188.23

Soit un Excédent de fonctionnement cumulé de : 2903.43

  • Un excédent d’investissement de : 0.00

  • Un excédent des restes à réaliser de : 0.00

Soit un besoin de financement de : 0.00

DECIDE d’affecter le résultat d’exploitation de l’exercice 2014 comme suit :

RESULTAT D’EXPLOITATION AU 31 DECEMBRE 2014 : EXCEDENT 2903.43

AFFECTATION COMPLEMENTAIRE EN RESERVE (1068) 2903.43

DEFICIT REPORTE EN FONCTIONNEMENT (D002) 0.00

Vote: 4 Pour 4 Contre 0 Abstention 0

BUDGET RMSL

L’assemblée vote le compte administratif de l’exercice 2014 et arrête ainsi les comptes :

DEPENSES RECETTES

Section de fonctionnement : 631 256.96 545 445.01

Section d’investissement : 0.00 0.00

Mr le maire quitte la salle avant le vote à 21 h 14

Vote: 3 Pour 3 Contre 0 Abstention 0

Mr le maire rentre à 21 H 16

Le conseil municipal après avoir approuvé le compte administratif de l’exercice 2014 ce même jour,

Statuant sur l’affectation du résultat d’exploitation de l’exercice 2014

Constatant que le compte administratif fait apparaître :

  • Un déficit de fonctionnement: 85 811.95

  • Un excédent reporté de : 35 805.25

Soit un déficit de fonctionnement cumulé de : 50 006.70

  • Un excédent d’investissement de : 0.00

  • Un excédent des restes à réaliser de : 0.00

Soit un besoin de financement de : 0.00

DECIDE d’affecter le résultat d’exploitation de l’exercice 2014 comme suit :

RESULTAT D’EXPLOITATION AU 31 DECEMBRE 2014 : DEFICIT 50 006.70

AFFECTATION COMPLEMENTAIRE EN RESERVE (1068) 0.00

DEFICIT REPORTE EN FONCTIONNEMENT (D002) 50 006.70

Vote: 4 Pour 4 Contre 0 Abstention 0

  1. Délégation au Maire pour représenter la Commune auprès de l’ACCA de Puyvalador,

Mr le Maire expose à l’assemblée la nécessité au conseil municipal de délibérer pour donner délégation au Maire afin qu’il participe aux suffrages lors de l’assemblée générale de l’ACCA en tant qu’apporteur non chasseur.

Après en avoir délibéré, le conseil municipal,

Donne délégation au Maire ou à ses adjoints pour représenter la commune à l’assemblée générale de l’ACCA en tant qu’apporteur non chasseur.

Vote: 4 Pour 4 Contre 0 Abstention 0

  1. Convention de délégation temporaire de maître d’ouvrage entre la commune de Puyvalador et l’Office National des forêts (Démantèlement d’ouvrages « EDF »)

Mr le Maire expose le programme suivant :

Electricité De France a établi un programme quinquennal de démantèlement de l'ensemble des ouvrages des anciennes chutes du Carcanet et d’Escouloubre 1 devenus inutiles à la production d'électricité et dont la dégradation générale ne permet plus une remise en état et ne garantit plus la sécurité des personnes.

Plusieurs de ces ouvrages sont implantés en forêt communale de PUYVALADOR relevant du régime forestier mis en œuvre par l’ONF, en application de l'article L211-1 du code forestier et sur des propriétés appartenant à EDF (DIVISION FISCALE SA ELECTRICITE DE France).

L'Office National des Forêts a été retenu par EDF pour procéder au démantèlement des friches et à la réhabilitation des différents sites d'emprise. Une convention fixe le cadre technique et financier de cette coopération.

Dans ce cadre, il est demandé à la municipalité de PUYVALADOR de déléguer temporairement à l'ONF l'autorisation de procéder à ces opérations de démantèlement et travaux connexes dans les conditions fixées par la présente convention, sur la propriété communale.

Mr le Maire cette convention présente à l’assemblée.

Après en avoir délibéré, le conseil municipal,

Décide d’autoriser Mr le Maire ou ses adjoints à signer la convention dé délégation temporaire de maîtrise d’ouvrage.

Vote: 4 Pour 4 Contre 0 Abstention 0

  1. Proposition vente de coupes de bois ONF : Forêt sectionale de Rieutort parcelles 3.3/5.3

Le conseil prend connaissance du projet d’inscription à l’état d’assiette de l’exercice 2015 par l’ONF des coupes suivantes : Parcelles 3.3/5.3 suivant le plan ci- joint

Après en avoir délibéré, le conseil municipal,

Accepte le projet d’inscription des coupes ci-dessus,

Demande que ces coupes soient mises en vente publique le 2 juin 2015, sur la base des recommandations du responsable commercialisation des bois de l’ONF,

Confie à l’ONF la fixation du prix de retrait,

Donne pouvoir au Maire de fixer, en relation avec l’agent Responsable de la coupe ou, en son absence avec l’agence, la destination des produits accidentels mobilisables dans les coupes en cours et d’approuver le prix moyen unitaire de vente des bois à l’acheteur proposé par l’Office.

Vote: 4 Pour 4 Contre 0 Abstention 0

  1. Proposition vente de coupes de bois ONF : Forêt communale de Puyvalador parcelles 1.1/2.1

Le conseil prend connaissance du projet d’inscription à l’état d’assiette de l’exercice 2015 par l’ONF des coupes suivantes : Parcelles 1.1/2.1 suivant le plan ci- joint

Après en avoir délibéré, le conseil municipal,

Accepte le projet d’inscription des coupes ci-dessus,

Demande que ces coupes soient mises en vente publique le 2 juin 2015, sur la base des recommandations du responsable commercialisation des bois de l’ONF,

Confie à l’ONF la fixation du prix de retrait,

Donne pouvoir au Maire de fixer, en relation avec l’agent Responsable de la coupe ou, en son absence avec l’agence, la destination des produits accidentels mobilisables dans les coupes en cours et d’approuver le prix moyen unitaire de vente des bois à l’acheteur proposé par l’Office.

Vote: 4 Pour 4 Contre 0 Abstention 0

  1. Décision de prorogation de l’UTN

Mr le Maire expose à l’assemblée que l’UTN de Puyvalador, autorisée par arrêté préfectoral a fait l’objet d’un permis de construire permettant d’affirmer qu’à ce jour, les travaux d’aménagement n’ont pas été interrompus pendant un délai supérieur à quatre ans et que donc l’UTN est en cours de validité.

Monsieur le Maire précise néanmoins que cette autorisation d’urbanisme a été délivrée le 19 juillet 2011 et que par conséquent d’autres travaux doivent êtres engagés avant le 18 juillet 2015, délai qui manifestement ne pourra pas être respecté.

Monsieur le Maire indique que dans cette hypothèse, les communes ont la possibilité, en application de l’article L.145.11 du code de l’urbanisme, de proroger de 4 ans les opérations UTN autorisées antérieurement à la date de publication de la loi n°2005-157 du 25 février 2005 relative au développement des territoires ruraux et qu’il se trouve que l’UTN de Puyvalador entre bien dans le champ d’application de cette prorogation. Monsieur le Maire propose donc de décider cette prorogation,

Entendu cet exposé et après en avoir délibéré, le conseil municipal,

Décide de proroger la validité de cette Unité Touristique nouvelle en application de l’article L145-11 du code de l’urbanisme et ce pour une nouvelle période de 4 ans à compter du 18 juillet 2015 soit jusqu’au 17 juillet 2018.

Vote: 4 Pour 4 Contre 0 Abstention 0

  1. Questions diverses

  • Prescription pour la révision du POS en PLU

Nécessité de passer en PLU

Deux hypothèses sont à étudier :

Soit on délibère sur l’ensemble du dossier

Soit on complète avec annulation partielle.

La commission d’urbanisme pilotera la démarche.

  • Rénovation de la voirie en lien avec la communauté de communes. Il faudra étudier les chantiers les plus urgents.

  • SIS Nouvelles organisations des temps scolaires. Les enseignantes sont favorables à la répartition des 45 minutes quotidiennes.

  • On est face à un problème avec la station d’épuration. Il faudra se rapprocher d’un bureau d’étude qui éditera un cahier des charges afin d’étudier une réhabilitation de la staion d’épuration.

Fin de la séance 22 h 13

Voir les commentaires

Publié le par puyvalador-rieutort
Publié dans : #Fables

La goutte d'eau...

Dans un autre monde, une autre dimension où tout fonctionne à l'envers de celui ci, au fond d'une caverne vivait un vase toujours vide.

Chaque fois qu'un des occupants quittait l'endroit, le vase se remplissait d'une goutte d'eau.

Chaque fois qu'il en venait un, c'était l'inverse.

Or, le vase était toujours vide.

Jusqu'au jour où, précisément suite à des obsèques d'un mort qui ne voulait pas mourir et d'un vivant qui était mort sans le savoir, quelques uns jurèrent que le vivant mort ne serait jamais le mort vivant...

Un poison fut élaboré à base d'hellébore...

Versé dans le vase à l'insu de ceux qui l'avaient distillé, il fit office de contenu attirant tant et plus d'eau que la sécheresse d'un hiver gelait à pierre fendre. Les mots n'étaient pas dits et des maux en firent le maudit. Peut être était ce l'inverse aussi !

Le vase se remplissait, la caverne se vidait et les pierres se fissuraient.

Vint alors un temps, celui de la goutte d'eau qui fit déborder...le vase.

Alors, ceux qui étaient encore là et las le furent d'autant plus qu'hélas ils accusèrent la goutte d'avoir fait déborder le vase.

Soudain, le vase se mit à parler d'une voix que nul ne connaissait puisqu'ils ne l'avaient jamais entendue...

-"Vous qui vous lamentez et faites des pleurs le malheur, voyez comme l'eau cours de vos discours !

Poissons d'un poison que vous distillez sans cesse et qui rajoute ce qu'il fallait ôter, que vous n'eussiez bue cette eau croupie plutôt que la verser et de la préserver là où elle finit par déborder !"

Le vase s'agitait maintenant au dessus des têtes tremblantes et résonnantes de tant de pleins qui avaient fait le vide...

-"Plutôt que de fermer le robinet de vos cœurs que n'eussiez vous ouvert celui ci. Vous murez la porte d'entrée et dans la noirceur d'un tombeau le vivant soleil ne peut plus ni entrer ni faire évaporer ce qui vous tue en vous laissant croire qu'il vous fait vivre !

Vous faites payer un droit d'entrée si cher et si amer, que rares ne viennent et que petit à petit tous s'en vont."

Alors, voyant qu'ils ne comprenaient rien à rien, le vase se mit à vomir tant d'eau et de poison que tous périrent noyés dans la caverne où ils s'étaient enfermés.

Sous la pression, la porte cédât et l'eau se répandit à la surface du monde.

Ce premier déluge ne vint pas des cieux, mais bel et bien du poison distillé dans le cœur des hommes...

Eux qui ne voyaient que des ombres sur les murs de leur caverne finirent par en devenir aussi dans leur cœur racorni de tant d'inondation.

Est ce vraiment la faute de cette dernière goutte, de toutes celles qui la précédèrent, ou simplement du poison qui agit en chacune ?

Seul le soleil qui sèche les larmes connait le remède en accordant le pardon.

Il est au fond d'une caverne un vase toujours vide et des cœurs pleins d'une eau de jouvence et qui rient au soleil qu'ils partagent en le laissant entier au plus profond d'eux mêmes...

Le conte aussi profond qu'il soit paraîtrait achevé pour ceux qu'éclaire une certaine lumière, s'il n'est cette question errant autour d'un tombeau : -" mais où en est le niveau ? ".

Laissons donc les morts avec les morts et les vivants bien vivants sous un soleil qui vide les coupes amères et finalement ne fait seulement pleuvoir que des larmes de joie...

G.

Voir les commentaires

Publié le par puyvalador-rieutort
Publié dans : #réflexion

Substitution ou personnification par l’identification ?

Agenouillé dans la pénombre d'une chapelle devant un christ en croix, seul sur une crête de montagne et tourné autant vers le soleil levant que vers son plus profond intérieur, méditant sur les écritures de tel sage ou de tel philosophe, tant de postures ouvrant par substitution à s'identifier pour tenter d'évoluer...

Doit on devenir ce que l'on n'est pas ou faire se révéler la nature profonde d'une entité en nous présente ?

Vivre, vivre simplement, car heureux les hommes à l'esprit simple et qui laissent leur âme s'épanouir comme une fleur et leurs sens s'éveiller en les comprenant et en sachant en tirer la substantifique et puissante utilité...

Se mettre dans une disposition, une orientation propices à la magie d'un rituel pour mieux ouvrir le champ des possibles, c'est bien. Mais, pour quoi au juste si nous sommes incapables de l'appliquer au dehors de ce contexte favorisant ?

L'Art et la maîtrise ne valent que s'ils s'opèrent réellement, le reste demeure dans la tentative, dans l'intention qui ne fait pas tout.

Or, si ce n'est pour évoluer soi même envers soi et ceux qui nous entourent, rien ne justifie tant de douleur, de peine et de travail.

Même si la vie peut paraître longue, elle est bien éphémère.

Ce qui advient, nul ne le sait sinon que quelque chose meurt.

Est ce l'Esprit ?

Est ce l'Âme ?

Est ce simplement le corps ?

Ou, peut être les trois qui n'en font qu'un et qui se répandent à nouveau dans un tout où ils ne sont plus ce qu'ils étaient du temps où ils étaient ensemble ?

Bien des religions et philosophies proposent ou plus souvent imposent leurs concepts d'un au delà et affirment haut et fort qu'elles sont les seules à avoir raison...

Sachant que toutes ces idées ne viennent que d'hommes "se voulant plus que des hommes", le pas est vite franchi que de vouloir en faire des dieux et de tenter d'imiter ce que l'on veut bien nous en laisser entendre...

Une humanité qui se cherche dans la peau de ce qui le dépasse pour trouver dans le trépas la simple raison de vivre !

En fait, à force de forcer le trait, la ligne finit par se briser et croire ne suffit plus.

La farce est bien amère si ce que l'on laisse n'a pas laissé plus de bonheur que de larmes.

En conséquence, pour vivre, ne faut il pas vivre Libre, dégagé de toute emprise de ce qui nous contraint par des idées fussent elles des Lois, règlements, religions etc ?

Pour apprivoiser un animal, il faut qu'il nous apprivoise d'abord, il faut s'y abandonner totalement sans réticence, si ce n'est d'une prudence entretenue par une vigilance bienveillante d'une attention à tout ce qui se produit que pour mieux comprendre et le vivre. Ce n'est qu'ensuite que le lien n'est plus soumis à l'emprise de la contrainte. La confiance devient réciproque...(Faut il ne pas confondre apprivoiser et dressage...voir conditionnement.).

Or, pour personnifier l’immatériel, il en est de même.

Il ne suffit pas de penser, faut il encore ne plus penser comme un vivant n'usant que des simples mots, mais penser autrement par la forme et le fond, sans plus de limite...mais par la pratique bien réelle celle là.

S'adonner à recevoir pour mieux donner !

Comme Lug à la grande main ou tant d'autres bouddhas et sages en toute époque, être ce vase, cette coupe vide à la quelle les lèvres tendent pour trouver autre chose qu'un breuvage.

L'ambroisie est ce qu'elle n'est pas, puisqu'elle n'est qu'un symbole traduisant l'intraduisible attitude à recevoir ce qui n'est pas.

Il est cependant un récif qui n'est pas le moindre. A force de tenter de devenir cet immatériel, le piège est de se prendre réellement pour lui, c.a.d un Dieu !

L’orgueil, voilà où le bas blesse et qui me laisse de marbre brut !

Pour vivre et vivre Libre, il faut être plus qu'un homme, un humain qui ne se prend pas pour un surhomme...

Lorsque nous retombons dans le travers, nous chutons de quelque chose qui n'existe que parce que nous y croyons tout en sachant que ce n'est qu'une illusion qui nous sert de bâton...

Si quelque chose existe, c'est bien parce qu'il a été créé et donc que sa création répond à l'expression de forces en mouvement qui elles mêmes proviennent d'un tout ou même le rien existe.

Doit on alors passer par le rien pour comprendre le tout ?

La démarche consiste à défaire une marche pour en comprendre le sens afin de lui donner du bon sens en chaque chose.

Mais pourquoi chercher la sagesse si le monde ne l'est pas ?

C'est peut être en ne la cherchant pas qu'elle vient s'offrir pour qu'insaisissable elle se matérialise...

Quant à l'Amour, n'en est il pas de même ?

Lorsque certains parlent d'amour, de quel amour parlent ils ?

Celui physique qui mène son emprise sur le monde et assure la voie des pères ?

Celui de l'âme, tout en torture des sens et qui nous livre à l'enfer ?

Celui idyllique de l'Esprit qui frôle la folie par la raison d'être sage ?

Trois mauvais compagnons...

L'Amour n'est il pas tout simplement ce qui reste lorsque l'on a tout oublié, tout pardonné, tout essayé sans n'être plus esclave ni de l'une ni de l'autre de ses formes tout en les vivant toutes à la fois ?

Être sans être tout en étant rien et tout à la fois que ce point dans un tout, conscient d'être conscients ?

Il ne saurait suffire de s'extraire car sans être impliqué, tout ne devient qu'une illusion de plus, un fantasme qui traîne son boulet dans les corridors gelés d'une vie pour rien.

Tout comme tout provient d'un tout sans être le tout, tout prend forme esprit et s'anime dans ce qu'il produit. Donc, si l'homme est pourvu d'un corps, d'un esprit et d'une âme, pourquoi pour toute chose il en serait différent, y compris du tout ?

Une conscience Universelle ?

Une âme composite et commune ?

Un corps où tout se tient ?

En conséquence, tout est sacré sinon rien ne peut l'être...

Donc, aucune religion ni forme organisatrice d'un quelconque pouvoir n'est fondée sinon par son utilité et sa nuisance.

Si nous considérions que tout est sacré et que seul le rituel d'un culte permet de se mettre en situation, de s'orienter autant vers l'Origine que vers le futur, autant vers le haut que vers le bas, nous vivrions dans une sphère tout en y échappant pour ne pas en devenir esclave soumis à cette seule contrainte de l'emprise.

Le problème est aussi de ne pas rester coincé dans sa bulle...

Lao Tseu a dit que le ciel est trop grand pour qu'il n'y ait qu'un seul chemin.

A force de passer au même endroit, l'envers du décor creuse le chemin des multiples passages et finalement s'il imprime au marcheur solitaire, il ne remue qu'un peu de poussière dans l'Univers.

Faut il être cet obéissant appliqué à reproduire ou ce voyageur imprudent qui ose s'aventurer ailleurs que dans les traces qu'il a déjà laissé ?

Si le monde est tel qu'il est, en avons nous une réelle idée et cette représentation n'est elle pas limitée du fait que nous le sommes nous mêmes par ce que nous percevons et qui n'est que peu de chose envers ce qui nous entoure?

Ce qui veut dire que se substituer ne peut en aucun cas nous permettre d'être, sinon que de tenter de ressembler en toute modestie à ce qui nous dépasse.

Bonne méditation !

G

Voir les commentaires

Publié le par puyvalador-rieutort
Publié dans : #Actualité

Les chasseurs seront ils les seuls payeurs en plus des fiscalisés pris en otages par les colonialistes de la station de ski ?

Je viens de l'apprendre à l'instant.

Mais, finalement cela ne m'étonne en rien.

Nos chers chasseurs vont devoir banquer !

Déjà des offres ont été faites à montant de 6.000,00€ et plus par an.

Il s'agit de la mise en location des terrains communaux et du droit de chasse de Puyvalador et qui sait des terrains de la section de Rieutort et pourquoi pas aussi des terrains appartenant en propre à la commune et qui sont cadastrés sur Réal !

Aucune hésitation, déjà les demandes se pressent bien plus que celles de reprendre la moribonde station de ski où bien des rats ont quitté le navire !

Avis donc aux amateurs, il s'agirait de "diminuer" la pression fiscale, alors tout est bon pour que les colonialistes s'en tirent à meilleur compte !

Amusez vous bien !

G.

Voir les commentaires

Publié le par puyvalador-rieutort
Publié dans : #réflexion

Faisant défaut, le bon sens paysan est il totalement oublié ?

Au voir de tant de gaspillages, surtout lorsqu'il s'agit de l'argent et des biens d'autrui, l'on en vient à le déplorer tout en regrettant la sagesse des anciens.

Si tout tend à nous faire croire que tout va plus vite, la terre tourne pourtant à la même vitesse sur elle même et autour du soleil !

En fait, ce sont ces croyances qui induisent en erreur ceux qui le veulent bien ou ceux qui n'ont jamais médité sur l'invisible apparence des réalités.

Au delà de l'apparence que l'on nous désigne comme vérité et qui souvent n'est qu'un leurre, il est la réalité de ce qui tend à l'emprise sur le monde.

Nous voyons aujourd'hui les chimères s'agitant sur fond d'écran ou d'affiches et qui par la contrainte veulent nous faire croire à la Liberté.

Menteurs professionnels et manipulés faisant office de faux témoins qui croient d'autant plus à leurs propres mensonges qu'ils leur sont propres plus qu'à tout autre...

Lorsque les religions se sont substituées à ce qui n'en étaient surtout pas, ce fut par la terreur et le mensonge. Lorsque la politique politicienne fit son apparition, naturellement il en fut de même.

Pourquoi s'étonner alors lorsque jonglant avec des chiffres non sincères l'on voudrait nous faire croire qu'un déficit permanent et entretenu serait "rentable" ? (peut être pour ceux qui le prêchent et pas pour ceux qui en font les frais...)

Lorsque la soi disant main gauche tente de copier une droite qui elle même louche, ce n'est pas clair !

Ne parlons donc pas des extrêmes qui ne font que prolonger ce qui déjà s'égare depuis le début.

Il manque donc au tableau quelque chose qui dépasse le cadre, en fait il manque l'esprit et l'âme de cette vieille croûte fade que l'on nous sert en pitance.

Tant de maux dont le sens échappe aux gens de mots, tant l'attribut en est fossoyé par une menteuse rhétorique.

Lorsque le libéralisme ensevelit la Liberté, que le communisme assassine ce qui est de commun , c.à.d les différences, pour prôner la dictature du nivellement par l'uniformisation, lorsque le syndicalisme ne défend plus les travailleurs mais les soumet à la politique ou à quel qu’autre intérêt, nous devrions en tirer leçon pour toute chose !

Il manque peut être un parti politique qui n'en soit pas un, une religion qui n'en soit pas une et surtout une Liberté sans l'emprise mégalomane de ces gens de pouvoir.

Si la démocratie était réellement le pouvoir par, pour et avec le peuple, ça se saurait !

Donc, nos "démocrates" qui ne le sont pas plus que nos "républicains", oublient volontairement la donnée fondamentale qui n'est autre que l'Esprit, l'Âme de la Nation, c'est à dire son Peuple !

Un peuple ambidextre, dont la complexité donne à faire mentir les droitiers autant que les gauchers et qui prouve que la vérité si elle n'est multiple n'est qu'un mensonge consenti.

Mais pour représenter faut il encore avoir le courage et l'honnêteté plus que d'écouter mais de comprendre ceux que l'on oublie volontiers d'autant qu'ils ne pensent pas comme vous...

Là où le "communautarisme" s'érige en dictature des partis pris, il manque ce fédéralisme si propre aux peuples de Gaule.

Comment d'ailleurs voir le monde autrement qu'en borgne, si non seulement l'on plonge dans l'obscurité égoïste , mais de surplus l'on assassine toute ouverture ?

Depuis la terreur de 1793, fi donc des Girondins et du pluralisme si ce n'est que dans une boiteuse république décidément Jacobine qu'elle qu'en soit la tendance.

Il manque donc ce parti qui n'en est pas un et qui défende la pluralité en la fédérant.

Plus que la sectorisation lobbyiste ou la vectorisation hiérarchisée qui rend amnésique ceux qui sont au sommet, un système matriciel à géométrie variable serait enfin le bien venu.

La place d'un chef n'est pas plus en haut qu'en bas, elle est bien au milieu et dans le cœur de ce qui l'anime.

Il n'est pas utopique pourtant de l'espérer malgré que ceux qui sont contre soient justement ceux qui sont au pouvoir et qui forcément ne feraient rien pour que ça arrive...

L'inertie étant la plus grande des forces, le phénomène est amorcé car profondément ancré dans ce subconscient de la mémoire collective que l'on appelait parfois "le bon sens paysan".

Même un Parisien a le cul terreux, s'il veut bien se souvenir qu'avant que ne soit Paris, la Terre était un jardin !

A fortiori, les provinciaux qui font du parisianisme sans le savoir sont ils encore plus éloignés de leurs origines gauloises ?

Redonner du bon sens aux maux de la tribu passe par changer le sang des mots sans attribut que celui du mensonge renouvelé.

Alors, le bon sens devrait éclairer d'un jour nouveau un tableau dont le cadre tiendrait compte de la toile (du tissus local), du Pays où il se situe, ainsi que de ce qui l’anime réellement, à savoir, ce peuple de Gaule que l'on assassine impunément au nom d'une "pluralité" qui n'est pas la sienne !

Bonne réflexion dans le miroir de l'essentiel...

G.

Voir les commentaires

1 2 > >>