Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Dissidences Pyrénéennes.

Dissidences Pyrénéennes.

Infos,patrimoine, politique locale, environnement,

Publié le par puyvalador-rieutort
Publié dans : #réflexion

Nous n'allons pas dans le mur, nous nous sommes emmurés depuis fort longtemps !

Lors de la constitution des premières communautés, sont apparues des formes de communication directes de plus en plus complexes. Non pas par plaisir d'échanger, mais sous la contrainte de la nécessité face au danger.

Chasser, certes, était une entreprise risquée, mais vivre ensemble l'était tout autant !

Avec de vieux réflexes de prédateurs, la domination et l'instinct d'appropriation amenèrent naturellement la jalousie, l'envie et les premiers meurtres pour d'autres motifs que ceux de la perpétuation de l'espèce.

Face à l'insécurité et à la suspicion permanente, le langage ou papotage, se développa pour reconquérir la confiance en des entités qu'il devenait difficile d'identifier comme amicales ou rivales.

La perte de repères surs amena naturellement les hommes à devenir "plus humains" !

Or, si cette évolution en marche ouvrait la voie à plus d'intelligence, par contre elle ouvrait la porte à la suprématie d'un concept unique imposé à tous sous peine de représailles.

Cependant, dans le doute...

Il fallait trouver un palliatif de justice équitable et donc sans preuve, sans certitude sur celui qui avait pu commettre "l'irréparable", la communauté cherchait un "coupable" virtuel en relation directe avec l'auteur présumé.

Le bouc émissaire était né pour mourir en sacrifice d'un retour à une paix garante de la continuité dans la communauté.

Trop de vengeance avait conduit jusqu'à l'extermination réciproque des opposants.

Cette attitude nouvelle de l'homme le différenciait de ses origines animales.

Le réflexe pris, il dure et se perpétue sous différentes formes au travers de notre histoire.

Là est justement le hic, ou plutôt le mur qui nous empêche d'évoluer vers d'autres fonctionnements que ceux d'utopiques dictatures plus ou moins déguisées en démocraties.

Si dans le monde du travail l'on retrouve chez beaucoup les réflexes de primates, il est aussi des gens qui ont compris et qui appliquent d'autres fonctionnements que les systèmes hiérarchisés, ce d'autant que les seuils de compétence ont justement révélé l'incompétence de dirigeants souvent devenus obsolètes de par leur capacité forcément réduite...

Si "l'intelligence" commence à deux neurones, chez certains, il n'est pas sur que ceux ci fonctionnent "normalement".

Donc la détermination du fonctionnement d'une équipe de travail repositionne le responsable au cœur du groupe comme un chef d'orchestre à l'écoute de ses musiciens pour que ne mieux leur laisser la meilleure expression de leur art se conjuguant aux autres pour la plus belle harmonie.

La richesse naît donc de la complémentarité et non de l'autoritarisme d'un soi disant dirigeant qui n'est ni chef d'orchestre, ni même géomètre d'un espace qu'il est incapable de concevoir tant le sien est limité.

Il est navrant de constater que l'ensemble des partis politiques soient bâtis sous l'ancien principe communautariste qui tente d'imposer un seul mode de fonctionnement, de pensée à tous !

Un pour tous... Tous pourris !

Bien sur, il y a eu des efforts conséquents pour instaurer "une certaine ouverture", mais in fine, le travers tentation du pouvoir centralisé revient toujours, d'où la "professionnalisation" de la politique républicaine ainsi que toutes les dérives abusives qui loin de garantir le mieux vivre ensemble ou celui de chacun parmi les autres, c'est bien sur celui d'une "élite" qui prédomine au détriment de tous les autres...

Qu'il s'agisse de népotisme comme dans certains milieux, de lobbyisme communautariste ou de pur intérêt concurrentiel, sans compter sur toutes les manipulations confiscatoires d'ouverture à d'autres fonctionnements, nous ne sommes décidément pas sortis de cette grotte meurtrière !

L'exemple Islandais qui intrigue beaucoup nos politiques se base non pas sur des élections locales, mais sur un tirage au sort de ses représentants parmi des habitants reconnus de bonne moralité et sans condamnation...

Évidemment, combien de nos "élites" ne pourraient légitimement faire partie de telles listes ?

Mais plutôt qu'un seul type de choix pour tous les niveaux d'intérêt, si chacun de ceux ci trouvait son mode le plus approprié, le paysage politique serait moins morose et la corruption finirait par disparaître petit à petit, si toutefois une véritable éducation commençait par une prise de conscience dans l'intérêt de chacun et de tous...et que l'effort soit réellement effectué et entretenu.

Lorsque l'on reconnaît que le jugement ne concerne que celui qui le porte, l'on comprend aisément que la complémentarité des points de vue amène une vision d'autant plus étendue que l'écoute et l'expression de chacun dans le respect deviennent les plus grandes possibles.

Il parait évident que les niveaux et capacités de chacun sont si variables qu'il ne saurait y avoir ni un seul discours, ni une seule méthode qui puisse être totalement universelle.

Ce qui prouve bien entre autre la nécessité territoriale d'avoir des entités homogènes tels les pays, les régions, les communes, etc.

Que ces entités se regroupent sous la contrainte ou par besoin, il demeure primordial qu'elles ne perdent pas leur identité propre sous peine d'une crise sacrificielle déployant à nouveau son cortège d'exclusions et de boucs émissaires...

Dans le "branle" du monde comme dirait Mr Michel de Montaigne, c'est la douleur qui conduit le navire de l'effort. Il n'est pas impossible donc que de passer par le pire n'engendre pas le meilleur, si toutefois réaction il y ait !

Or qui ne dit que nous ne soyons pas dans le pire ou qu'il arrive à grand pas ?

Ce qui est certain, c'est que tous les efforts voulus ou involontairement consentis par la caste dirigeante sont vains à sortir d'une crise qu'elle a créée et entretenue pour son plus grand profit.

La grande offensive néo libérale qui porte atteinte aux droits acquis de longue lutte sonne le glas d'un fonctionnement archaïque totalement en inadéquation à la réalité et en fait à toute possibilité d'évolution de l'humanité. Le glas du peuple, certes, mais par conséquent aussi celui de ses dirigeants !

Le vieux réflexe totalitariste de Louis XIV est encore vivace, tant dans l'esprit des tenanciers économiques que politiques ou religieux de ce monde.

Même si la contrainte imposée donne un semblant de cohésion, elle ne sera jamais à la hauteur d'un fédéralisme respectueux, à l'écoute et permettant d'évoluer par l'adaptation !

Donc, nous sommes dans le mur et rien ne sera fait par ceux qui ont intérêt à nous y maintenir pour que s'écroulent les préjugés, superstitions et habitus de ce monde en perpétuelle crise identitaire et sacrificielle.

Si aucun des partis politiques n'est enclin à une véritable réforme fondamentale, soit l'évolution s'imposera d'elle même par une extinction de notre espèce, soit la réaction risque d'être aussi violente qu'elle repousserait encore plus loin toute tentative de progrès humain.

Un parfum de soufre monte déjà en pointant du doigt une exclusion encore plus systématique, ce d'autant qu'aucune autre alternative ne soit initiée et que les partis se murent dans leurs décevantes attitudes d'incompétence et de manipulations gesticulatoires...

L'état climatique et la dégradation écologique de notre planète sonnent le tocsin depuis que la démographie galopante et la ruée vers les centres urbains prédominent au déclin d'un monde s'auto détruisant.

"Je laisse à César ce qui appartient à César" disait un messie dans une colonie soumise au joug romain. Si justement nous continuons à laisser faire, l'inévitable holocauste se produira.

Pour que l'humanité retrouve un chemin qu'elle a consciencieusement évité depuis ses origines, il appartient à chacun d'y prendre part active.

D'abord en travaillant sur soi même, puis en se mobilisant autour d'un système fédératif qui reste à créer entièrement.

Les petits ruisseaux faisant les grandes rivières, il n'est pas dit que le mouvement prenne rapidement de l'ampleur pour sauver ce qui peut encore l'être...

Bonne réflexion !

Et plus si vous êtes conscients d'être conscient et conscients et que votre volonté vous amène à vouloir retrouver la route de l'évolution plutôt que l'échéance d'une disparition pure et simple !

G.

Voir les commentaires

Publié le par puyvalador-rieutort
Publié dans : #nature
Cerisiers rouges et bouleaux se dorant à la froidure...
Cerisiers rouges et bouleaux se dorant à la froidure...

L'automne est là, éclaboussant de vives touches nos versants pyrénéens.

Ici, Par la hêtraie se tintant de rouille, là, par bandes entières d'ors abondants animés par cette lumière vivifiante et crue de l'automne, là par boqueteaux enflammés, plus loin en mosaïque impressionniste d'un Monet sans limite de tableau sur cette toile Pyrénéenne bien vivante !

Fruits généreux aux pommiers sauvages et prunelles agglutinées aux redoutables épines, sorbes ployant les branchages en promesse d'un hiver froid...

Mais promesses d'un temps passé qui ne demeure que dans cette expérience des anciens en voie de disparition...

Une pensée pour Isidore Bataille, enfant de la terre Capcinoise et de ces forêts secrètes...

Il est parti, laissant les coulées de lièvre écrire l'histoire d'une passion qui se perd, d'un amour sans limite que celle de l'éthique du chasseur respectueux de la terre à la quelle il appartient.

Il a posé sa cognée, son fusil comme il posait son regard gris bleu sur les hommes et leurs chiens, avec cette bienveillance animée de respect.

Homme des bois, homme du Galbe, enfant d'un pays qui oublie ses origines en s'enfonçant dans de dérisoires soubresauts irrespectueux de l'âme et de la terre sauvage.

Il est parti mais demeure dans nos cœurs.

Adieu donc, Isidore !

Te souhaitant de trouver la paix des âmes sauvages autant dans les souvenirs partagés que dans l'éternité de ces matins d' argent aux perles gourmandes de l'odeur subtile et discrète d'un énigmatique lièvre menant les chiens en haleine.

Subtil et secret, se méfiant de la lune, aussi léger sur la neige qu'une pensée dans la grande nuit silencieuse, blotti sous le vent et tapi dans nos cœurs d'enfants...

Bonne chasse Isidore !

G.

De mille feux !
De mille feux !
De mille feux !
De mille feux !
De mille feux !
De mille feux !
De mille feux !
De mille feux !
De mille feux !
De mille feux !

Voir les commentaires

Publié le par puyvalador-rieutort
Publié dans : #Actualité

REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL DU 01 OCTOBRE 2015

Le premier octobre deux mille quinze, le Conseil Municipal s'est reuni,au lieu ordinaire de ses seances, sous la presidence de Mr GIL, Maire.

Presents: Mr AGUZOU Jean Luc, Mme BOCCARD! Marie Franoise, Mr GIL Rolland, Mr MARIN Daniel

Absents: Mr ROSART Sylvain, Mr ROSSI Michel. Pouvoirs :aucun pouvoir

  1. AGUZOU Jean-Luc a ete elu secretaire de seance et Mme BOCCARD I suppleante. Debut de seance a : 19h30

    1. Convention de recolte de Plantes Sauvages :La Gentiane.

Dans le cadre de la valorisation du territoire et de la protection de la flare, en partenariat avec le Pare Naturel Regional,une convention est a l'etude concernant la recolte de la gentiane jaune sur des parcelles communales identifiees. Ces parcelles communales seront reperees en fonction du potentiel de recolte qu'elles offrent. Les conditions de recolte et de defraiement ainsi que de restitution du terrain seront posees dans le cadre de cette convention. Si les conditions requises sont reunies, le Conseil Municipal autorise M. le Maire a signer cette convention pour une experimentation eventuelle durant le mois d'octobre 2015.

Vote : Pour 4 Contre 0 Abstention 0

Eglise de Puyvalador : Restauration de la statue « la vierge et l'enfant ». moyens a mettre en ceuvre pour la protection et la mise en securite de la statue.

Suite a la restauration de la statue de la « vierge et l'enfant » le Maire expose a l'assemblee la necessite de realiser la mise en securite, la protection et la valorisation de la statue. II propose notamment d'acquerir une vitrine adaptee a cette statue et de prevoir une alarme ou d'autres

moyens de protection dans l'eglise de Puyvalador

Apres en avoir delibere, le conseil municipal decide de mettre en place les moyens adaptes afin d'assurer la conservation et la securite de cette patrimoine de la commune de Puyvalador

Vote : Pour 4 Contre 0 Abstention 0

    1. Deliberation suite a la consultation d'entreprise, selon la procedure adaptee pour la

« fourniture d'electricite pour les infrastructures de la « station de ski »

Dans le cadre de consultation en procedure adaptee, une seule entreprise a repondu a l'appel d'offre pour la fourniture d'electricite pour les infrastructures de la station de ski.

M. le Maire presente le dossier re,u de l'Entreprise EDF suite a la consultation lancee.

Apres en avoir delibere le Conseil Municipal decide de retenir l'Entreprise EDF, seule reponse au marche, pour la fourniture d'electricite pour les infrastructures de la station de ski.

Et autorise le Maire a signer la lettre d'engagement.

Vote: Pour 4 Contre 0 Abstention 0

    1. Avenant au tarif des Remontees Mecaniques

M. le Maire presente la modification de la grille tarifaire proposee pour la saison 2015/2016, II propose a l'assemblee de valider ces tarifs.

Apres en avoir delibere, le conseil municipal decide de valider la presente grille.

Vote :Pour 4 Contre 0 Abstention 0

    1. Association des Neiges Catalanes :suite aux modifications des statuts : Designation des membres du College « Proprietaire des domaines skiables » et du College « Exploitants des domaines skiables ».

M. le Maire informe qu'a la suite des modifications des statuts de !'Association des Neiges Catalanes,

ii y a lieu de designer des membres des Colleges Proprietaire et Exploitants des domaines skiables.

Apres en avoir delibere, le conseil municipal designe

Pour le College Proprietaire Titulaire : M. Roland GIL et M. Daniel MARIN

Suppleante : Mme Marie Fran,oise BOCCARD!

Pour les exploitants des domaines skiables : Titulaire : M. Jean-Luc AGUZOU

Suppleant : M. Didier TISSOT

Vote : Pour 4 Contre 0 Abstention 0

    1. Questions Diverses

Le samedi 14 Novembre 2015 a 11h, on procedera a !'inauguration des nouveaux locaux de la mairie. Une invitation sera adressee a la population pour partager ce moment de convivialite.

Communication du second rapport de la Chambre Regionale de la Cour des Comptes reu le 1°

Octobre 2015.

Reunion du syndicat lntercommunal scolaire : on se dirigerait vers deux poles de scolarisation du premier degre, un sur la Commune de Matemale, l'autre sur le Haut Conflent est à l'etude par les maires des differentes communes.

Fin de la seance 21 H 35

Voir les commentaires

Publié le par puyvalador-rieutort
Publié dans : #Actualité

Le dernier avis de la CRC... des efforts, mais un perpétuel déficit de la RMSL !

Le lien :

https://www.ccomptes.fr/content/download/85905/2073887/version/1/file/LRA2015-66-012+II.pdf

Notez que la notion de DSP semble avoir sombré autant que nos comptes si bien tenus...

Alors, oui, ras le bol !

G.

Voir les commentaires

Publié le par puyvalador-rieutort
Publié dans : #Actualité

Pourquoi pas ?

La RMSL communique une fiche pour commander et payer ses forfaits saison...originale !

En effet, question de confiance, confieriez vous vos données bancaires à quelqu'un bien connu pour ne pas bien gérer ses propres comptes ?

Ne reculons devant rien !

Voici donc le type de fiche communiqué :

COMMANDE FORFAIT SAISON PUYVALADOR 2015-2016

NOM

PRENOM

ADRESSE

EMAIL

TEL

FORFAIT 1 FORFAIT 2

NOM NOM

PRENOM PRENOM

AGE AGE

FORFAIT 3 FORFAIT 4

NOM NOM

PRENOM PRENOM

AGE AGE

PAIEMENT

Je sousigné règler la somme de € par chèque / CB / Chèques vaccances

Paiement par CB (AMEX non acceptée)

J'autorise la RMSL Puyvalador à utiliser mes coordonnées bancaires pour le prélèvement de la somme de €

Nom :

Prénom :

Numéro de carte :

Date d'expiration :

Cryptogramme (3 chiffres) :

Date des trois paiements :

50 % à la commande €à débiter le / / /

25% avant le 31/10/2015 €à débiter le / / /

25% avant le 30/11/2015 €à débiter le / / /

A le Signature

Ben, voyons, la confiance règne !

G.

Voir les commentaires

Publié le par puyvalador-rieutort
Publié dans : #réflexion

Toc, toc, Toc...

Diabolum, ce qui divise,... Il est en permanence présent en toute chose et par un symbole sensé rassembler toutes ses formes, nous lui donnons le visage d'un être "bis-cornu", acharné à diviser, à séparer de façon obstinée, têtue, voir unilatérale quand ce n'est pas de ce point de vue unique que l'on forge dans cet égoïsme forcené qui nous caractérise si bien lorsque nous ne luttons pas contre la nature originelle de notre animalité, de notre matérialité !

Autant que les dieux dans l'aspect supérieur, le diable n'est qu'une projection inférieure, touchant autant au conscient qu'au subconscient de notre animalité.

Par la "croyance", nous lui donnons forme, force, conscience et vie dans toute l'importance que nous lui accordons.

Si, par effet miroir, il nous inspire crainte et prudence, il demeure si pernicieux car attaché aux apparences au point que nous le préférons à l'originelle cause dont il n'est que l'effet par opposition !

La nature de l'homme est agressive, c'est un prédateur détruisant tout ce qu'il touche. Or, l'humain qui réside et se construit en lui ne se satisfait pas de l'apparence et c'est pour celà que nous cherchons au delà...

Trouver ce cheminement dont les causes ne se révèlent que par l'analyse des effets demande une vigilance particulièrement pénible, car demandant une attention permanente non pas sur ce que l'on voit, mais justement sur ce que l'on ne voit pas...

Nos langages se déclinent au travers d'un même support en ce qui se constate, en se qui se déduit et en ce qui est induit ou qui émerge dans ce qui n'est pas dit, écrit, exprimé ou même senti...

Trois niveaux d'écriture ou d'expression pour traduire différemment une même chose qui aucunement ne peut être comprise sous l'un de ses seuls aspects !

Bien sur la face du diable est bénéfique au demeuré simpliste qui se complaît dans l'apparence des superficielles tromperies qu'il veut bien accorder aux évidences que tout autre dépasserait pour chercher la ou les origines...

La peur artificielle de ce diable par ce qu'il peut nous atteindre est construite sur cette apparence illusoire et cependant préventive de par son essence éducative.

Mais, n'est il pas tout aussi utile en raccourci de ce qui ne peut être compris en une seule forme et donc qui par sa complexité composite, échappe à l'entendement de nos piètres compréhensions dans la vérité invisible multiple et complexe ?

Aujourd'hui, face au simpliste horizon des imbéciles prétentieux, il est bon de rappeler que le diable frappe sans cesse à la porte de la facilité et du plaisir pour échapper au complexe et au douloureux sens des réalités.

Si le progrès humain se doit par la douleur de pouvoir un jour faire évoluer l'Humanité vers plus de bonheur individuel et collectif, l'accouchement ne se fera certes pas sous la coupe unique d'une vision unilatérale et encore moins d'un égocentrisme forcené !

Certes la vie par essence est précaire et tout ce qui vit est voué à disparaître un jour ou l'autre. Mais, dans la continuité d'un infini forcément perpétuellement inachevé et donc relatif, doit on privilégier ce qui était ou ce qui peut advenir, si nous le voulons bien ?

Ainsi, cette précarité est elle une fatalité ou ce contre quoi nous devons nous dresser pour que notre avenir perdure en une évolution bienfaitrice ?

Lorsqu'un incertain diabolique enfonceur de porte ouverte, un de ces imbéciles prétentieux qui croient tout détenir de l'intelligence vient à vociférer contre la notion même de progrès sous le couvert qu'il vient de "redécouvrir" l'Amérique "puritaine", capitaliste et libérale...nous retombons dans les méandres obscurs d'un moyen age encore assis sur la féodalité recluse dans ses châteaux forts, ses prisons, ses oubliettes et forcément imbue de sa soi disant supériorité !

L'obsolescence n'a finalement que cette constance du sans avenir que l'on prête à ce qui vient du passé sans penser à ce qu'il en advient lorsqu'elle évolue...

Le grand "Saïtan" vient frapper à nos portes closes et jusques derrière nos fenêtres doublement vitrées que pour mieux retourner le couteau dans une plaie salvatrice par le fait qu'elle nous tient éveillés.

Alors, du micron au macron, s'il est un lien qui dépasse l'entendement, plus que de s'escrimer à seulement essayer de le percevoir, ne vaudrait il pas mieux d'ignorer ou d'éviter ces gens d'apparence qui montrent ce qu'ils ne sont pas et qui devraient peut être s'appliquer à devenir ce qu'ils voudraient bien paraître ?

La précarité des peuples affluant sur des côtes "civilisées" pour échapper aux monstres sanguinaires ou à une réalité sans lendemain que celle de la déchéance, du renoncement à son identité, à son bonheur, à sa vie, n'a t' elle pas le même goût amer que celle d'agriculteurs "fonctionnaires" dépendants plus des subventions que de leur travail et de leur culture ?

Cette précarité "naturelle" n'est elle pas source de corruption lorsque le niveau de vie et d'espérance de progression en carrière des agents de l'État ou des collectivités territoriales en est réduite à truander pour simplement vivre "normalement" ?

Qu'en est il de tous ces "entrants" pistonnés d'un népotisme induit par le rejet d'élus contre ce pouvoir qu'est la fonction publique institutionnalisée par ses principes et ses fondements ?

Le pouvoir corrompt et ce n'est pas d'aujourd'hui que nous le constatons à nos dépends...

Les "élus" de la soi disante République nous le démontrent tous les jours en bafouant les principes mêmes de la démocratie par leur jeu de ploutocrates avertis !

Ne voit on pas les cousins et les frères d'une même race se déchirer sous le prétexte que chacun détient "La Vérité" ?

Ne voit on pas les Nations soi disant communautaires qui n'attendent que le prétexte diviseur pour imposer aux autres un seul point de vue, une seule façon de vivre et qui sait...de mourir !

Ne parlons pas des dogmes politiques, religieux...

Le grand diviseur est leur essence et leur moteur polluant et détruisant tout sur le tracé de son autoroute nauséabonde.

Alors, peut on être sage sans amour et que devient la prudence sinon un camp de concentration lorsqu'elle meut l'ignorance absolutiste en règle de comportement ?

Bonne réflexion !

G.

Voir les commentaires