Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Dissidences Pyrénéennes.

Dissidences Pyrénéennes.

Infos,patrimoine, politique locale, environnement,

Publié le par puyvalador-rieutort
Publié dans : #Actualité
Identité Catalane ou esprit d'indépendance ?
Identité Catalane ou esprit d'indépendance ?

Rien n'est simple si ce n'est les simplistes !

Heureux les hommes à l'esprit simple et non pas les simples d'esprit... Quoique...

L'on voit après coup les "résultats du Brexit Anglais" divisant plus que fédérant !

Une pétition court déjà sur le web pour dire OUI au Pays Catalan, NON à la région baptisée "Occitanie". Une pétition qui ne dit pas ces choses ourdies par des groupuscules d'extrême gauche indépendantistes...

Les quelques anciens ayant encore souvenir de la guerre civile d'Espagne pourraient raconter que pendant que les anarchistes tiraient sur les fascistes, les Staliniens leur tiraient dessus !

C'est encore un Catalan qui assassina Trotski au Mexique sur ordre de Staline...

Une histoire d'assassins qui s'assassinent !

Que dire de tous ces démocrates abattus par les uns comme par les autres ?

Une histoire de ces éternelles victimes de toute forme de dogmes !

Ne parlons pas de tous ceux qui avaient fui... bien avant la fin du conflit et surtout pour des raisons d'intérêt personnel...

Une histoire de riches qui sont lâches !

Bien sur, la "retirada" qui mêla les uns et les autres sur les sentiers de l'exil...

Rien n'est simple et il faudrait sans cesse se rappeler les affres du passé pour ne plus les reproduire. Mais en est on capable et sinon en avons nous la volonté ?

Ceci dit voici quand même le lien de cette pétition :

https://www.change.org/p/comit%C3%A9-oui-au-pays-catalan-non-%C3%A0-l-occitanie-oui-au-pays-catalan?recruiter=362303704&utm_source=petitions_show_components_action_panel_wrapper&utm_medium=copylink%0b%3e%20%3e%20

Chacun doit se faire sa propre opinion et décidément, lorsque tout se réduit à un OUI ou à un NON, cela cache trop de choses pour être honnête...

Ras le bol de cette "dualité" simpliste qui nous enferme dans la débilité !

Gens de pouvoir, manipulateurs en tout genre, tous poussent à réduire la complexité, la diversité en une opposition symétrique ne générant que violences et conflits.

Ne serait il pas trop tard pour s'exprimer autrement ?

Chaque fois que nous nous enfermons dans cette "logique" dualiste, nous passons à coté de l'essentiel.

La VIE !

Car à qui peut on faire croire que la vie se résume à un OUI ou à un NON, au blanc ou au noir ?

Ce qui manque à toutes ces idées simplistes, c'est justement le respect de la vie.

Paradoxe de plus, une contrainte en entraîne une autre et au bout chacun se retrouve prisonnier de ses paroles...

"Méfies toi de tes paroles car elles peuvent devenir tes pensées. Méfies toi de tes pensées car elles peuvent devenir tes actes. Méfies toi de tes actes car ils peuvent devenir tes habitudes et méfies toi de tes habitudes car elles conduisent ta VIE !"

L'on devrait se rappeler de l'efficacité de la propagande Nazie et des résultats qu"elle entraîna.

Les "Staliniens" avaient ouvert le cortège funèbre bien avant eux et n'oublions pas les Jésuites et autres inquisiteurs ayant empreint l'histoire tant de noirceur qu'éclaboussé de sang un monde qui n'avait pas encore compris !

Il faut aussi se remémorer toutes ces soi disant associations élitistes, "bonnes conseillères" regroupant de Gentils Organisateurs, au point de vouloir sans cesse se suppléer à la véritable voix de la population !

Pouah !

Toutes ces gens qui pavent notre vie en un enfer si riche de leurs "bonnes intentions !

Sommes nous des moutons, ou croyons nous que nous ne le sommes pas ou encore est ce l'idée que nous nous faisons qui nous empêche de voir la réalité, de comprendre et d'évoluer ?

Personnellement, je n'ai pas plus envie que l'on nous range dans une catégorie qui nie notre identité, mais je n'ai pas plus envie de voir des extrémistes diriger un Pays quel qu'il soit !

Donc, attention, derrière cette révolte qui naît de l'injustice et encore plus de subir une atteinte à son identité, il peut se cacher une tentative de récupération tout aussi liberticide que ce qui provoqua le ressenti.

Il y a de quoi se révolter, mais à vrai dire, depuis quand aurait il fallu le faire, car que ce soit Toulouse ou Montpellier, il n'y a qu'à constater l'état de décrépitude empirant de notre département pour comprendre que nous avons été et serons toujours la dernière roue de la charrette dans une contrée qui ne respecte pas la diversité....

A moins que la raison n'ait pas aussi pour origine la piètre valeur de nos "représentants locos", meilleurs à dépenser nos deniers et à s'enrichir qu'à se préoccuper réellement des besoins et volontés de ceux qu'ils sont sensés représenter !

Si un jour nous devions nous prononcer comme viennent de le faire les "Anglais", j'espère que ce ne sera pas sur une question n'ayant qu'un OUI ou qu'un NON à proposer...

Le découpage des régions autant que ces appellations frustrantes, qu'elles soient identitaires (Occitanie) ou géographiques (Aquitaine), constituées par un impératif "électoraliste", démontrent une fois encore la faiblesse d'un système communautariste.

Que ce soit autour d'une Europe du fric plus que des peuples, dans le prononcé manipulé d'un "Brextit anglais" ou dans une "votation" dualiste, rien ne laisse espérer le Pyrénéen ou le Catalan du Nord qu'une tant espérée Confédération Démocratique !

G.

Voir les commentaires

Publié le par puyvalador-rieutort
Publié dans : #Actualité

Le "Brexit" Catalan aura t'il lieu ?

Occitanie ?

Il faut être quelque peu prétentieux de vouloir réduire à si peu ce qui fut autrefois un monde si riche et si jalousé que les "saigneurs" du Nord y menèrent une longue "croisade" de 800 ans et plus...

Il faut croire que finalement le dualisme l’emporta sur la richesse de la diversité !

Être ou ne pas être, là est la question qui tue !

Dans les "cagades" qui nous prouvent que rien n'est "simple" que la simplicité, les réponses "majoritaires" du sondage simpliste concernant le nom de la "grande région" annoncent une volonté identitaire plus que géographique démontrant une fois encore la dominance Jacobine dans l'irrespect des composantes !

Comme si un nom pouvait niveler les Pyrénées, les effacer, du moins les trois quart d'une chaîne amputée de son couchant...

Occitanie, le nom vient de là où se parle la langue d'Oc, c'est à dire la moitié Sud de la France et au delà, dans le val d'Aoste, dans le vall d'Aran !

La moitié Sud ?

Entre Toulouse et Montpellier, il manque quelque chose qui remonte à la Loire, si ce n'est l'essentiel !

Presque tout, et si l'on convient que la Langue Catalane n'est pas le dialecte occitan...

C'est une fois encore poursuivre la "croisade" dont on s'est fait défenseur en reniant la Catalogne et le royaume d'Aragon de Pierre II qui vinrent au secours du conté de Foix et du Toulousain assailli. Sans parler du refuge qui accueillit tant de persécutés, comme Bellibaste...

Découpages et découplages de la volonté jacobine de diviser pour mieux régner ont rendu tant de bizarreries que toute la contrée du "Fenouillèdes" s'est retrouvée dans le département Catalan des Pyrénées Orientales.

Table rase des différences entre les "gavach's porcs" et ces "bourrous de Catalans", ou justement entretien dualiste, opposant symétriquement une diversité par la réduction à deux principes ?

Minoritaires au sein d'une majorité, voila où se révèle la logique destructrice qui oppose et sépare plus qu'elle ne rassemble !

Ce "cadeau" empoisonné des gens du Nord, c'est à dire surtout des Francs d'origine germanique et de l'église Catholique romaine poursuit son clivage toxique chez ceux qui en furent autrefois les victimes et aujourd'hui les complices !

Quoi de plus naturel pour des Jacobins centralisateurs qui sont régionalistes chez eux et intolérants ailleurs...

Que reste t' il du "Midi Rouge", sinon une teinte rosée dont l’âcreté ferait oublier les tanins des chênes pour ne laisser que les chaînes jacobines ?

La sagesse Gauloise est bien morte avec le renoncement et la trahison de l'esprit fédérateur qui aurait pu nourrir le respect mutuel.

Au lieu de cela, qu'entendons nous, sinon des Pyrénéens bafoués et des Catalans qui se demandent si leur place n'est pas avec Barcelone plutôt qu'avec les traîtres à leurs origines...

Derrière le mot "Occitanie", il y avait l'espoir de la reconnaissance mutuelle dans des diversités qui firent tant de richesses de dialectes que de caractères originaux.

Derrière la bannière "Occitane" L'esprit du Vall d'Aran s'arrête désormais à la frontière établie par les dictateurs parisiens.

Comprendre la diversité et s'enrichir de nos différences sous entend l'abolition des frontières dualistes et la perméabilité responsable dans le respect mutuel.

Déjà, certains autonomistes se sentent pousser des dents encouragés par le succès du "brexit Anglais". Le OUI au "Pays Catalan" prône la réunification dans une "Région Etat" dont la richesse est fondée sur l'échange et le commerce...

Nous n'en sommes pas à un paradoxe prés !

Ce qui tue, plus que l'étroitesse de certains esprits limités, ce sont toutes les frontières de l'exclusion qui ont creusé les fosses communes, alimentés les feux des bûchers que réduits en dépendance miséreuse les "minorités identitaires" !

Dans un département sinistré, parce que différent du reste de la région, bien que "géré" par les mêmes sbires jacobins, quelle sera sa destinée et sa part de révolte face à cet oubli Stalinien qui ne sait niveler que par la mort, l'indifférence ou l'indécision ?

Quant à tous ces nouveaux "accourus" du Nord vers ces territoires prometteurs d'une retraite ensoleillée, ou d'un chômage moins sévère, ou encore d'un travail plus agréable, ont ils réellement connaissance d'un passé résolument enseveli sous des tonnes de bêtise parisienne pour deviner le réel enjeu de cette imbécillité locale qui imite l'inimitable réduction à un mot plutôt qu'à des peuples dont l'intelligence semble aujourd'hui fossilisée ?

A vrai dire, ils doivent se sentir comme chez eux, plus que nous chez nous...

G.

Voir les commentaires

Publié le par puyvalador-rieutort
Publié dans : #Actualité

Carrément, il a osé Le geste de trop !

Depuis Maurice Papon, depuis la guerre d'Algérie, jamais une manif n'avait été interdite !

L'obstination d'un bourricot qui a tout oublié de la sagesse Catalane !

Une honte pour notre petite région attachée au respect, à la diversité et à la richesse d'enseignement de la philosophie !

La folie de ce têtu de service, à ce "Madrilène déguisé en Catalan", va conduire à un soulèvement hétérogène, à une instabilité ouvrant sur l'insécurité permanente et à de nauséeuses manipulations.

Par le "ni, ni", le ni manif, ni discussions, l'attitude liberticide de ce gouvernement fait preuve d'une lourde faute historique.

La mémoire est courte, ou alors, nous nous trouvons encore dans une "savante" manœuvre stalinienne, une de plus !

De même que le "plan" montra son "efficacité" en URSS, nous imaginons déjà les résultats de tels calculs...

Si, finalement nous sommes dans une Samba politique tentant par une reculade "savante" de faire remonter dans les sondages en vue de la "primaire de gauche" le sortant qui devrait ne plus se présenter, ce ne serait pas étonnant...

Pousser les Français à la désobéissance, c'est ouvrir un peu plus la porte à la grève générale et peut être à un début de guerre civile crédibilisant les terroristes de tous bords et ce encore plus si la répression se durcit !

Une fracture aussi énorme entre le peuple et ce gouvernement va plus loin que de la communication ou de la provocation calculée, c'est l'aveu antidémocratique, c'est la révélation flagrante d'un comportement insupportable qui appelle à l'affrontement !

Par cette interdiction, non seulement se voit confirmée l'incompétence, mais carrément, il n'y a que la démission de cette équipe de "branquignoles" qui pourra laver l'outrage irrespectueux aux principes et aux valeurs de notre pays !

Le coup du forcing juste avant l'été, c'est un classique de tous ces gouvernements issus d'un jacobinisme sournois, mais, cette interdiction fait franchir un cap inquiétant et révélateur d'un système qui n'a rien de démocratique !

En franchissant les limites, ce gouvernement fait preuve d'une volonté pyromane incontestable et de l'inqualifiable intolérance des dictatures staliniennes !

Lamentable !

Un seul mot : DÉMISSION !

G.

Voir les commentaires

Publié le par puyvalador-rieutort
Publié dans : #Actualité

Qui ne dit mot qu'on sent, finit par puer... la corruption !

Les agneaux silencieux du "fameux projet Excellence Grand Domaine Skiable" ont du mal à parler la bouche pleine et pour cause...

Ce que l'on ressent bien, c'est cette odeur fétide de la compromission. Car à ne rien dire, ce n'est jamais sans raison que celle d'un intérêt dissimulé et dont on ne souhaite surtout pas qu'il apparaisse sur la blancheur de "l'innocence" dont on se drape silencieusement...

Il est vrai que cela ferait tâche !

Il y a ce qui s'écrit en lettres Capitales et ce qui demeure dans le minuscule, forcément insignifiant et donc qui a tout intérêt à demeurer silencieux pour recueillir quelques miettes...

Décidément, les vieux réflexes d'une noblesse de "robe" qui a tant exaspéré par le passé, semblent bien avoir survécu au couperet des guillotines jacobines !

Le compromis, voilà bien le propre qui fait tâche sur une population toujours sacrifiée dans un irrespect dissimulé sous "tant de bonnes intentions"...

Il flotte dans les airs un parfum de soumission qui suinte sous de juteux subsides ou peut être quelques promesses "à la hauteur" de ce que représentent les agneaux silencieux !

Après tout, si ce projet ne touche pas directement leur territoire...

Car, c'est toujours la même histoire, celle de "Matin brun" ( Nouvelle écrite par Franck Pavloff en 1998), celle de la collaboration passive, celle qui empoisonne la vie à chaque fois que l'on se tait, que l'on laisse faire parce que l'on n'est pas directement "con cerné"...

C'est la même odeur fétide qui monte des eaux empoisonnées du lac de Puyvalador parce que justement "C'est pas chez nous..." et que forcément, cela ne nous concerne pas !

Or, tout se tient, tout est forcément lié et donc chaque fois que se laisse installer "le trouble" chez le "voisin" l'on finit par être aussi victime soi même, tôt ou tard !

Le territoire est un tout qui ne s'arrête pas à la considération de l'étal d'un commerçant, ni aux limites d'une commune. Notre Pays est en train de crever d'une idée obsolète qui s'obstine !

Contre toute réalité, avec toute la hargne de ceux qui ne veulent ni voir, ni écouter le bon sens naturel, ils continueront de s'acharner sur tout ce qui dépasse. Ici l'on étête, là, on arrose !

Bien sur, certains "bénéficieront" des "largesses" avec des promesses d'aménagement, d'autres seront peut être "subventionnés", si ça se fait... Mais, nul n'en veut douter !

Bref, cela ne coûte pas cher de promettre et pas grand chose en rapport à la masse fiscale et d'investissement qui non seulement coûtera les yeux de la tête à tous les contribuables, mais balafrera le pays jusqu'à ce que les pylônes et les câbles tombent en lambeaux de rouille...

Il faut croire qu'à ce moment là, il n'y aura plus grand monde dans le secteur...

Mais ce n'est pas grave, du moment où, pour l’instant, l'on continue de rêver, de projeter, de miser, comme au casino de Font Romeu, l'argent, le temps et l'espace sur un tapis vert usé, voir déchiré !

Malgré le désaveu de la "Région", malgré une pétition nourrie sans cesse de nombreux soutiens, faute de "Votation", malgré une conjoncture qui révèle que seuls les plus riches "ont de l'argent", l'obstination ira jusqu'au suicide !

G.

Lien de la pétition :

https://www.change.org/p/monsieur-jean-louis-demelin-maire-de-font-romeu-pr%C3%A9sident-de-la-cc-capcir-haut-conflent-non-au-projet-de-grand-domaine-skiable-des-pyr%C3%A9n%C3%A9es-catalanes?tk=ZIEdyKiQXJVSWqNGw2wFmSKVz1d-LfLXW4nStP6c1VQ&utm_source=petition_update&utm_medium=email#delivered-to

Voir les commentaires

Publié le par puyvalador-rieutort
Publié dans : #Actualité

Le gouvernement dans l'impasse démago !

Intox à tour de bras, sur impressionnisme projeté sur fond d'une "primaire de gauche", les signes incroyables s'affichent chaque jour de façon on ne peut plus évidente.

Même laminés dans les sondages, c'est le refus de la démocratie qu'ils déguisent en supercherie, encore une tentative mensongère de totalitaristes, d'une oligarchie aux abois pour se maintenir à flot dans un naufrage rappelant tout du "radeau de la Méduse".

Tant encouragés à se saborder de façon encore plus évidente par une "droite" aussi pernicieuse qu'elle même, cette gauche autant cannibale que "caviar" persiste dans l'urgence à nous démonter son incompétence et son irrespect de la population.

Si certains rêvaient encore que cette démocratie tant espérée ne pouvait éclore que dans un nid gauchisant, c'est loupé !

Il n'y aura pas "d'évolution" !

C'est le forcing dans la nasse parlementaire et si ça ne passe pas, ça passera quand même !

Soit, les sénateurs de droite baisseront la garde au nom de ceux qui les financent, soit il y aura encore un coup de 49.3 !

Peu importe que le peuple râle, se rebiffe, de toutes façons, s'il fallait écouter la population pour gouverner, où irait on ?

Non, ce ne sont pas des démocrates, ils ne l'ont jamais été et ne le seront jamais !

Dans tous les pays d'Europe la lassitude fermente une sourde colère qui n'attend plus qu'une étincelle pour exploser. L'Europe ne fait plus rêver, elle est le cauchemar éveillé de tous ses habitants pris en otages par ses technocrates communautaristes.

Le seul signe d'espoir réside dans cet éveil, dans cette guérison du syndrome de Stockholm qui maintenait un semblant de cohésion alors qu'il ne s'agit que de lourdes chaines forgées par le monde de la finance !

L'Europe des peuples n'a pas eu lieu et elle ne risque pas de voir le jour au sein de cet espace qui "schlingue" et qui flingue à coup d'impôts, de contraintes et de délocalisations.

Par habitude, à force de tirer à boulets rouges sur une population désarmée, l'on pourrait se demander si finalement la révolte n'est pas plus espérée que crainte afin de la décrédibiliser un peu plus !

Les stratégies staliniennes sont toujours en action et "La mort résout tous les problèmes" ! (J.S)

Ces peuples tant haïs par leur dirigeants seront encouragés à fuir ou éradiqués et remplacés par d'autres plus dociles... Ben voyons, l'important n'est il pas de maintenir un niveau de profit raisonnable ?

G.

Voir les commentaires

Publié le par puyvalador-rieutort
Publié dans : #Actualité

700 à 800 casseurs hier à la manif, nous dit on dans la presse !

Une petite armée de terroristes qui s'infiltre dans la manif contre la "Loi travail", défiant tout contrôle policier ou syndical, il y a de quoi se poser quelques questions...

D'un coté un gouvernement "soi disant de gauche", complice des financiers et du patronat, largement désapprouvé, qui fait le coup du forcing bien droit dans ses bottes, de l'autre le mouvement syndical dans sa plus grande diversité et entre eux des casseurs organisés. Infiltrés comme virus opportunistes, ils démontrent une expérience de conflit qui ne laisse aucun doute sur le fait d'une réelle coordination !

Tout est là, du slogan prônant le meurtre à l'encadrement dans la violence.

Vêtus de noir le plus souvent, cagoulés, c'est bien pratique pour les reconnaître et pourtant rien n'est réellement fait pour les maîtriser...

Comme par le plus grand des hasards, leurs actions violentes, si visibles aux caméras, ne servent qu'à décrédibiliser la manif elle même et finalement conforter l'action d'intoxication menée par un gouvernement et relayée par une presse largement vendue aux mécènes de nos "très chers" politiques !

Chacun y va de son indignation, de son petit mot assassin. La recherche de tout élément visuel pouvant conforter ces "brèves" est flagrante. Par contre le filtrage est réel lui aussi quant aux propos des organisateurs de la manif... L'info est réellement manipulée !

Mais qui est "humilié", le gouvernement qui ne veut pas négocier, trop fier de laisser une empreinte juteuse ou les travailleurs ?

Il suffit d'avoir participé et vécu quelques manifestations de l'intérieur et aussi de l'extérieur pour comprendre la complexité des interactions dans ce que l'on voudrait nous faire passer pour une vérité globale.

Par ces expériences m'ayant permis d'apprécier d'un coté comme de l'autre le déroulement et l'organisation, il est évident que cette guérilla urbaine n'est pas que le fruit trop mur d'une colère, d'un ras le bol face à une inertie organisée par un gouvernement en fin déliquescente d'un règne loupé.

Que les mouvements extrémistes soient souvent le ferment de la violence, il n'y a nul doute, mais l'on sent bien des complicités qui si elles ne sont directement évidentes, laissent passer, voir incitent en sous main.

Ce qui surprend le plus, c'est l'absence d'action du service d'ordre des syndicats. Il est vrai que ces bandes organisées de casseurs opèrent souvent en "parallèle", sur des rues qui ne sont pas sur le parcours déclaré de la manif. Ce qui sous entend "une fuite" d'info dans l'un des deux camps...voir dans chacun !

Dans la pratique, il suffit de se souvenir d'un certain "cortège" de chefs d'états qui défilait en parallèle et que l'on nous montrait en "tête" d'une manif "je suis Charlie"...

Les phénomènes "d'entrance" comme les infiltrations ne sont pas nouveaux et parfois l'on a même vu certains "anars" propulsés aux plus hauts postes de décision de certain parti politique dit démocratique... Ne parlons pas de ceux qui "pointaient" au KGB !

Là, la ficelle est un peu grosse face à une telle mobilisation de "casseurs" et regrouper autant de factions possibles relèverait du réel exploit s'il n'y avait pas quelques financements particuliers...

Bien sur, aucun de ces marionnettistes ne l'avouera, d'autant que ces actions occultes sont souvent relayées par des "indépendants" garantissant la "blancheur" de leurs commanditaires !

Ne soyons pas dupes de cette "globalisation systématique", si pratique pour décrédibiliser les uns en crédibilisant les autres. Le fait de cette si facile symétrie d'opposition ne peut laisser que perplexe quant à la sincérité de la presse, du pouvoir et de leurs mécènes !

Il est vrai que l'obstination de ces "perdus d'avance" qui ne veulent pas lâcher le manche révèle également l'importance de l'enjeu qui va pousser l'avenir dans une précarisation systématique.

Lorsqu'une situation n'est pas prévue réglementairement, c'est le code du travail qui s'applique. Or, si le code du travail est détricoté, c'est la porte ouverte au grand esclavage, à la transformation d'hommes et de femmes en denrées périssables et jetables selon la moindre envie !

Qui a réellement envie de voir ses enfants soumis, pieds et poings liés, à ce que nos anciens avaient versé tant de sang et de larmes dans la lutte syndicale pour que soient écartés tant d'abus du grand patronat ?

Cherchez à qui profite le crime...

G.

Voir les commentaires

Publié le par puyvalador-rieutort
Publié dans : #Actualité

Voir les commentaires

Publié le par puyvalador-rieutort
Publié dans : #Actualité

Même la folie possède sa logique... Orlando, Magnanville...

Plonger dans la folie meurtrière revient à rejoindre une communauté dont sans l'identité affirmée, certains ne passeraient pas à l'acte.

C'est dans l'impression d'exister à nouveau grâce au prétexte dogmatique incitatif que le paradoxe meurtrier s'établit.

Il ne faut pas confondre la politique terroriste construite et aidée matériellement et la récupération par la légitimation d'actes isolés. Cependant le terrorisme vient aussi de ce qui incite à franchir la limite dans l'irrespect de la vie.

D'un coté, il y a ces organisations et de l'autre des fous en mal d'exister, d'être reconnus enfin !

Le prétexte dépasse le contexte car le malaise profond relève de la crise identitaire dans ses degrés d'atteinte.

Tuer pour retrouver un semblant de cohérence dans une nouvelle identité qui s'affiche en gras sur les manchettes de journaux, en rouge sur les petits écrans et en noir dans les cœurs des victimes !

Il en faut peu pour franchir la barrière de la raison ou de la peur, cette dernière étant parfois plus salutaire dans la mesure où lorsqu'elle opère, c'est en fait parce qu'il reste encore quelque bribes d'un ego qui tente encore de préserver son petit confort...

Au delà, tout comportement découle non pas que de la perte de repères mais de nouveaux repères induits par cette nouvelle identité recherchée.

Entre la folie furieuse, la démence qui explose dans une violence contre soi même ou contre ce qui passe à portée et la folie froide, déterminée, d'un errant qui vient de se retrouver dans une logique qui légitime ses actes, il est deux mécaniques séparées.

Dans la première, les centres de la raison et le fonctionnement cérébral sont perturbés par la destruction des connections entre les pôles autrefois construits par l'éducation, le milieu familial, l'expérience...

Ces liens qui étaient confortés par cette notion de plaisir que l'on forge dans la satisfaction d'avoir positivement répondu à ses besoins dans le respect d'autrui sont les gardes fous de la raison et le ciment de la sociabilité.

L'orage cérébral grille des pans entiers des circuits à l'origine de l'harmonie de l'individu.

Drogues, maladies, stress, les origines sont diverses et causent des dégats identifiables en intensité et comportements.

Les thérapies évoluent avec les progrès des sciences qui aujourd'hui ont franchi les ponts de la ségrégation corporatiste pour trouver d'autres démarches enrichies des domaines autrefois rejetés. La considération du malade dépasse le cadre de sa personne et l'environnement est pris en compte autant dans l'origine de la maladie que pour la prise en charge du patient. Si certains cas peuvent trouver remèdes et évoluer plus ou moins lentement, les dégâts considérables sont souvent irréversibles et les soins se limitent alors à contenir le feu dans un brouillard que l'on voudrait le plus apaisant possible...

Pour cette folie meurtrière qui tente de se justifier au travers d'un "dogme" perverti, il peut y avoir autant d'éléments déclencheurs différents que de personnes atteintes.

Il ne suffit plus que de la dénonciation, du regret de la communauté d'où l’hérésie provient, c'est d'une condamnation réelle et efficiente par les actes qu'il serait espéré de ne plus voir de telles déviances autant que de telles récupérations !

Le point d'achoppement étant la négation des valeurs de la vie, que ce soit d'abord la sienne et par voie de conséquence, celle de tous les autres, la déconstruction passe par une crise de perte de repères.

Lorsqu'un individu ne se reconnait plus dans ce qui l'entoure, dans ce qu'il fait ou dans ce qu'il subit, le fil de la raison est fragilisé. Il suffit d'un rien pour qu'il cède et que le passage à l'acte soit motivé par quelque prétexte que ce soit.

Globaliser derrière le mot terrorisme la politique agressive d'un dogme quelconque, délibérée et cette récupération occasionnelle d'une folie à la quelle en donnant une légitimité l'on provoque le passage à l'acte, c'est une fois encore de la manipulation symétrique et donc aussi une forme de terrorisme qui maintient la population dans l'indécis, voir provoque une haine en retour.

En jouant délibérément sur la peur d'être atteint dans son intégrité identitaire ou seulement dans son égoïsme tout autant que dans sa vie, le politique dit "démocrate" contraint la population à adhérer de nouveau à un système qu'elle rejetait encore la veille...

L'un légitimant l'autre, tout est bon à prendre surtout lorsque les sondages ne sont plus favorables.

Au delà des manipulations de tous ces gens qui tant les uns comme les autres ne respectent pas la vie des autres il y a toutes ces victimes et leurs proches touchées par la douleur.

Ce qui perdure dans les cœurs et dans les têtes, c'est ce vouloir comprendre et en même temps ce besoin d'expulser cette torture qui dure...

Un procès, s'il ne condamne jamais à la hauteur de cette douleur permet de l'exprimer et de commencer un deuil qui s'il n'apaise pas totalement, au moins, permet de vivre un peu mieux avec...

Rendre hommage à toutes les victimes de toutes les folies permet de se retrouver dans cette identité Nationale qui rassure par le partage de mêmes valeurs, de mêmes repères.

C'est un confort qui fait couler des larmes et lave les douleurs sans véritablement les effacer totalement.

Demain sera toujours demain et il y aura toujours des fous pour augmenter sans cesse le nombre des victimes, du moins tant que notre monde ne sera pas en mesure d'évoluer.

La prévention demeure dans l'attention, dans la bienveillance plus que dans des mesures policières souvent en manque de moyens réels. Tant que le mal ne sera pas traité à sa racine, tant que le monde vivra sur un modèle sacrificiel et égoïste de surcroît opposant les minorités pour les récupérer dans une "majorité", la violence répondra à la violence en la légitimant dans une escalade symétrique qui utilise tous les moyens de destruction, y compris l'errant esseulé, isolé dans la perte de ses repères.

Il ne suffit pas de gémir pour autant que l'on partage la douleur des victimes, mais d'apporter toute sa bienveillance dans l'attention quotidienne.

Lorsque chacun commencera à ne plus regarder que son nombril et tournera son regard respectueux vers les autres, alors le monde évoluera...

Tant que le système reposera sur le concept d'une représentativité par une délégation déchargeant chacun de sa responsabilité, nous ne serons pas en mesure d'assumer cette sociabilisation que tous désirent tout en la repoussant sur le palier de sa porte.

Tant que ces portes fermées empêcheront la reconnaissance et le respect mutuel, il y aura des fous pour les enfoncer et venir vous égorger jusques dans votre sommeil le plus profond !

G.

Voir les commentaires

Publié le par puyvalador-rieutort
Publié dans : #réflexion

Ne pas être pour devenir...

Avant toute chose importante chacun se prépare, se concentre, fait le vide pour se décentrer de ses préoccupations, pour chasser ses mauvaises pensées et pouvoir se concentrer sincèrement sur ce qu'il doit réaliser ensuite.

Faut il encore laisser remonter à la surface ce qui nous trouble ou nous révolte pour pouvoir maîtriser ces obsédantes pensées, cette voix de la conscience qui doit laisser la place à la plénitude par le vide.

L'on est que ce que l'on n'est et refuser de l'admettre, c'est déjà plonger dans les affres du déni.

Plutôt que de se mentir, ne vaut il mieux pas ouvrir les yeux du cœur et clore ceux de la tête dans une bienveillance à tout ce qui nous compose, à nous pluriel et aux autres nous mêmes ?

Il ne s'agit peut être pas de se juger, ni de se condamner, mais de comprendre, d'évoluer pour adopter de nouvelles attitudes qui rectifient nos habitudes...

Le secret réside peut être dans cette construction qui nous permet de ne plus nous appartenir, d'accéder à une autre dimension de notre existence supérieure dans la quelle nous ne sommes plus individu, mais baignés profondément dans une existence multiple, dans un éloignement qui nous rapproche de la plénitude, de l'ouverture, de la porosité...

Faut il vouloir se soumettre à une discipline pour se libérer du superflu, du superficiel, de la partie émergée de l'iceberg tout en gardant cette attention bien réaliste des choses.

Pour mieux voir, Odin, dieu Nordique, s'était sacrifié d'un œil. Ainsi gardait il une ouverture permanente sur deux domaines, l'un superficiel, l'autre intérieur tout en vivant dans un troisième, celui des dieux, dit on. Ce domaine existe en chacun dans ce qu'il place au dessus de tout...

Si la nature du principe de vie est en chacun de nous, puisque notre origine est la même, alors nous sommes tous détenteurs de cette même étincelle de vie et si certains diraient que cela fait aussi de nous des "dieux", ce n'est pas tout à fait faux dans la mesure ou dieu n'appartient à personne et que c'est justement lorsque nous nous libérons que notre individualité que nous nous en rapprochons le plus...

Que ce soit dans l'état de ce que nous sommes ou dans ce qui nous constitue, il est toujours ces trois domaines indissociables, mais que nous refusons d'admettre tant nous pensons n'être que dans celui qui est superficiel, celui de cette petite voix qui parle sans cesse, la voix nous dit on de la conscience. Et si la véritable conscience, ce n'était pas que cette voix ?

Pour maîtriser ce qui nous constitue, les anciens déployaient une stratégie de l'acte dans l'espace en séparant les trois domaines par trois pièces distinctes dans un temple réel qui matérialisait celui qu'ils bâtissaient ensemble à chaque fois qu'ils y pénétraient sincèrement, même si matériellement, ils n'étaient pas là...

L'antichambre, la chambre et celle où ils ne pouvaient entrer qu'au plus haut degré de leur évolution, ce "plus que sacré" du sur conscient, non accessible au commun des hommes demeurés dans leurs préjugés...

Plus que l'espace lui même, il s'agit d'une autre dimension d'existence permettant aussi de se ré générer...

Mais, avant d'en arriver là, fallait il encore sincèrement laisser ses préoccupations et ses mauvaises pensées dans l'antichambre de la liberté...

S'il y a toujours une ouverture sur l'impénétrable, elle est souvent symbolique, comme une serrure fictive qui permet d'ouvrir un domaine intérieur qui n'est pas seulement le notre, personnel...

C'est un peu comme si l'on entrait dans un jardin public où nous étions non seulement chaque chose, mais chaque être, différencié dans ce que nous ne soyons plus nous mêmes, mais existant en étant toute forme, tout acte, toute énergie, toute pensée dans ce que le même principe de vie unit et lie à jamais.

L'un ne va pas sans l'autre et au delà de l'espace matérialisant l'état, il y a toute la démarche construite qui est véritablement la main qui fait tourner la clef dans la serrure.

Sans sincérité, sans rectitude, sans cette discipline du geste qui contraint douloureusement l'esprit par le corps, difficile d'ouvrir son âme ou les champs Élysées de l'humanité.

Bien des dogmes placent volontiers la réalisation dans un au delà de la vie, alors qu'il s'agit simplement de "ici et maintenant" !

La véritable intelligence dépasse le formalisme de la tête ou du corps seulement. Elle est une totalité qui n'appartient à aucun être en particulier. Elle est en toute chose comme dans chacun, telle un livre ouvert dont le rôle de l'humain serait d'en garder lisibles et compréhensibles toutes ensembles les pages de vie...

Mais, si le livre demeure ouvert, faut il encore vouloir y lire et y vivre le sens du principe commun et non pas se murer derrière le déni d'une fausse vérité, d'une vie illusoire et illusionnée par ses certitudes et ses préjugés. Voir, comprendre, évoluer, adopter de nouvelles attitudes au lieu de pour se débarrasser de ses aspérités grossières, les projeter sur autrui et ensuite de le sacrifier lui...

Renoncer à être ce que l'on croit être pour ne plus être dépendant ni de soi, ni de ses illusions construites, c'est déjà faire un premier pas dans l'antichambre de la liberté !

Le reste de la démarche est un long cheminement personnel qui, s'il ne fait pas des nous des "saints", du moins, nous permet de vivre plus dignement en accord avec nous mêmes et avec le principe de toute vie.

Bien sur, beaucoup trouvent un réconfort dans une croyance, un appui dans un bâton, mais le seul bâton qui vaille, n'est il pas de dépasser ses croyances et de vivre debout, libres, sincères, dignes du principe de vie en évoluant dans le respect de soi et de la vie elle même ?

Pour ceux là, n'est ce pas se réconcilier avec ce dieu qu'ils portent dans leur âme en se mettant en accord réellement dans leur vie ?

G.

Voir les commentaires

Publié le par puyvalador-rieutort
Publié dans : #Actualité

Comme dans les années 30, une minorité tente de dicter aux autres minorités qui constituent la majorité !

Une minorité de gens très riches tiennent les cordons de la bourse, de celle des "élus" qui eux mêmes ne sont qu'une minorité qui s'appuie sur une minorité de conseillers pour aiguiller leur politique...

Minorité de Juifs, de Bretons, de Catalans, de Basques, de Corses, minorités de gens constituant des partis eux mêmes minoritaires...

Minorité de CGT'istes, de grévistes, de revendicatifs, de râleurs, minorités de Droites, minorités de Gauche, minorité d'humanistes...

Majorité de cons ?

Il n'y a que des minorités et pourtant elles constituent cette majorité qui ne veut pas s'entendre !

La crise permanente réside plus dans cette mésentente et ce qui l'entretient c'est bel et bien un système pensé et voulu par une minorité pour écraser la majorité...

Tout doit il être quantifiable pour autant ?

Qualitativement, c'est la reconnaissance qui permet à ces identités multiples et complexes de se retrouver dans un intérêt commun.

Or, notre gestion politique "communautariste" ne peut fournir un véritable espace de respect mutuel car aucune de ces minorités ne semble vouloir céder pour une autre. La lutte, moteur de la crise permanente s'auto entretient justement dans la culture d'opposition basée sur une symétrie sourde et muette qui prêche la transparence et en fait qui ne décide que dans l'obscurantisme !

Ce qui est décidé se fait dans l'irrespect de toutes les minorités, c'est à dire dans l'irrespect de la majorité !

Le système de "représentativité" ne construit que des clivages et dans le même temps voudrait tout niveler en tondant l'ensemble des moutons constituant le troupeau.

Cependant, il y aura toujours un mouton noir. C'est bien pratique car, comme tous les bons bergers le savent, lorsque l'été déploie sa force, les mouches sont plus attirées par les couleurs sombres...

Pendant que ces maudits insectes se ruent sur le mouton noir, les autres peuvent paître et produire tranquillement...

Chaque minorité représente un mouton noir et il est si facile d'en sacrifier un de temps en temps.

Mais parfois, le mouton noir devient enragé et se venge des autres moutons, rarement du berger ou du propriétaire du troupeau...

De toute façon, tous les moutons finiront à l'abattoir ou à l'équarrissage !

Les humains ne sont pas des moutons, quoique, parfois...

Il ne le sont pas lorsqu'ils ne se comportent pas en moutons !

La différence vient du fait qu'ils sont conscients du rôle du berger, de celui du propriétaire et de celui des chiens de troupeau et donc qu'ils aspirent à autre chose que de bouffer du foin...

En général, dans un troupeau, l'exploitant a délibérément choisi une race particulière qui répond aux contraintes climatiques et aux impératifs du marché. Notre société est constituée d'une multitude de races et de cultures différentes et le vivre ensemble tient plus de l'intelligence, c'est à dire des liens tissés entre les différentes composantes que de la tête du berger ou du propriétaire...

Cependant, nos politiques, c'est à dire ceux qui se prennent pour les bergers et les familles de financiers, c'est à dire ceux qui se prennent pour les propriétaires, ne veulent pas admettre que ces minorités additionnées multiplient la richesse et ne sont pas des moutons !

Alors quoi de plus naturel pour les bergers et les propriétaires que de soustraire et de diviser ?

Donc, l'état de gestion monopolisé par ces tenanciers d'une vérité minoritaire ne peut plus répondre aux besoins réels de l'ensemble des minorités constituant la majorité.

A quand donc un véritable changement vers une véritable Démocratie ?

Il semble bien qu'à force d'échecs, peut être verrons nous quelques initiatives allant vers une écoute fédérale, respectueuse de chaque composante de la société humaine.

Cependant rien n'est moins sur car les réflexes de soumission sont profondément ancrés dans le conditionnement aveugle des moutons !

G.

Voir les commentaires

1 2 > >>