Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Dissidences Pyrénéennes.

Dissidences Pyrénéennes.

Infos,patrimoine, politique locale, environnement,

Publié le par B.P.
Publié dans : #Actualité

Monsieur Le Maire, Madame et Messieurs les Conseillers Municipaux,

 

Je viens de prendre connaissance de l'ordre du jour du Conseil Municipal de Puyvalador.

Celui-ci comprend la demande de la carrière "ARENY" pour accéder à des parcelles communales. J'imagine que c'est ce n'est pas pour y faire du tourisme...

 

Je comprends le souhait d'extension de cette entreprise. Cependant, ne perdons pas de vue que :

  • L'enjeu du développement économique de la commune et du territoire passe obligatoirement par une diversification des activités.
  • La préservation de l'environnement est également un moteur de développement économique, autant que l'on veuille avoir la lucidité de le reconnaître.  Aujourd'hui, et demain plus que jamais, l'espace naturel représentera un potentiel attractif pour une population citadine en manque. Certainement une piste à suivre dans le cadre d'une reconversion territoriale des activités communales...
  • La carrière jouxte un site archéologique (Cazalets, village de l'âge du bronze, avec un cimetière d'urnes et d'anciens mégalithes qui mériteraient une attention des plus bienveillantes) à préserver impérativement (les partenaires institutionnels et le conservateur du patrimoine en seront alertés).
  • Les terres concernées sont des terres agricoles : l'agriculture est une activité essentielle pour le développement et l'entretient du territoire, et nous y revenons toujours, la diversification de son économie.

 

Je vous demande donc de bien vouloir considérer que des sondages géologiques pour un accroissement futur de la carrière ne sont pas la réponse appropriée pour l'avenir du village et du territoire des Pyrénées Catalanes. Il n'est donc pas souhaitable de donner l'aval de la municipalité.

Il s'agit aujourd'hui de sauver ce qui peut encore l'être, sans détruire et brader ce qui appartient déjà à nos enfants.

 

Par avance, merci de bien vouloir communiquer ce présent courriel en réunion du conseil municipal !

 

Sincères salutations d'une administrée attristée.

 

 

Brigitte Pouvreau.

Voir les commentaires

Publié le par G.
Publié dans : #Actualité

Toujours des "promesses"...

Chaque "cortège" de menteurs nous a servi la même soupe "à la grimace" !

Dans les moments critiques, les mêmes rengaines et plus c'est gros, mieux l'on voudrait que ça marche.

De 100 "containers vacance", l'on passe à 50 chalets, mais bien sur !

Puis un plan pour "résorber" la dette... L'on voit bien, suite aux précédents engagements, comment elle a diminué avec un déficit annuel de 350.000,00 € par saison !

Il y aurait même un "repreneur"... d'un centre en si piteux état, vu l'absence de l'entretient que devait réaliser la commune et dont bien sur l'argent qui devait être "approvisonné" s'est "évaporé" dans la station de ski !

J'en passe et des bien pires... 

Le constat ? Il suffit de lire le rapport de la cour régionale des comptes et ses conclusions pour voir la réalité. Mais que n'inventerait on pas pour "grignoter" une saison de plus... 

25 Ans de grignotage qui ont conduit une commune à la ruine, à la désertification et à une fiscalité démentielle ! 

Les panneaux à vendre n'ont jamais été si nombreux que l'on en vient à se demander si toutes ces "annonces" ne sont pas "un coup de pub" pour que certains arrivent à se débarrasser de leur chalet ou de leur appartement ! 

Un constat catastrophique !

La réalité ? Toutes les stations de ski du secteur sont dans le rouge !

Le réseau routier est dans un état qui rappelle vaguement l'Espagne sous le Franquisme et la fréquentation générale est en baisse !

Il n'y a qu'à voir l'abandon de la "piste cyclable" pour faute de budget !

L'Etat se désengage devant "l'irresponsabilité" en matière de gestion territoriale qui a décrédibilisé les collectivités devant les banques par trop d'emprunts. La dotation globale de fonctionnement s'est vue diminuer de moitié et devrait disparaître carrément !

La "clientèle" des années illusoires, celles de la "démocratisation du ski", cette clientèle n'a plus les moyens de partir en vacance !

L'évolution climatique n'augure rien de bon et l'on nous prévoit même la disparition de la neige sur tout le massif Pyrénéen d'ici moins de 30 ans !

Pourtant l'on continue de "rêver"...

C'est si facile avec l'avenir des autres et leurs impôts, bien sur !

Alors, encore des mensonges ?

Nous espérons que le bon sens éclairera le représentant de l'Etat quant à ces "intentions ravageuses" dont nous subissons les dérives depuis trop longtemps !

En tout état de cause, l'espace "Ginévra" devrait faire l'objet d'un classement en "réserve naturelle" permanente pour la protection du coq de bruyère et de la faune sauvage pour constituer un observatoire privilégié de la reconquête par la nature d'une zone sacrifiée par la bêtise humaine !

Cette initiative compléterait une palette d'activités et de caractéristiques décidément encore absentes sur le secteur ! 

Cette station de ski fut la dernière erreur commise dans le plan d'aménagement "Montagne" !

Déjà, à l'époque, l'on se demandait s'il était raisonnable d'ajouter une station décentrée de l'axe routier principal et faisant une concurrence parasitaire aux domaines existants.

D'affreux soupçons pesèrent même quant à la possibilité que ce projet ne masque une "machine à laver", si pratique en période électorale...

Nous n'en sommes plus là, mais l'obstination poussée à la folie n'aidera en rien un pays en complète déconfiture !

Si le bon sens venait à éclairer quelques lanternes, il s'agirait de mener une réorientation du site vers un espace nature et d'une architecture ouverte sur la perspective d'un respect de l'environnement et de l'habitat montagnard traditionnel !

Bien sur, il en faut pour tous les goûts et bien que les égouts du Capcir se déversent impunément dans le lac de Puyvalamort, les infrastructures touristiques capables d'attirer une nouvelle fréquentation et les services d'accès devraient faire l'objet d'une réelle mutualisation territoriale.

Mais, verrons nous se matérialiser la pleine responsabilité réciproque au pays des égoïstes ?

Le seul à pouvoir inciter à cette clairvoyance, c'est le Préfet !

Pour tous les autres, le doute est permis... 

Bien que les Lois de décentralisation aient autorisé un laxisme dévastateur, il a encore son mot à dire en matière de sécurité et de constructions...

G.

 

Voir les commentaires

Publié le par G.
Publié dans : #Actualité

Ordre du jour :

1) Vente d'une coupe de bois... parcelle 2.1 (tant qu'il en restera...)

2) Carrière : demande d'accès sur des parcelles communales... (en avant le massacre !)

3) Délibération suite à avis 2017-66-022 de la cour régionale des comptes concernant la RMSL... (Parrirons nous sur un dégagement en touche ?)

4) Questions diverses. (Open bar ?)

G.

 

Voir les commentaires

Publié le par G.
Publié dans : #Actualité

Toujours pareil !

Aucune "nouvelle" d'une éventuelle réunion du CM pour clôturer les activités nécrosant tout espérance d'avenir par l'abusive fiscalité sur la population imposable !

Juillet/Août sont passés par là et certainement cet effet de vacance semble vouloir forlonger l'utopique pensée comme quoi, le Préfet aurait "oublié" lui aussi ce dossier !

Ou, peut être certaines distensions se seraient elles révélées au sein même du conseil, au point de mettre le maire en minorité ?

Les bruits courent dans les rues abîmées de nos villages et l'on ne sait plus de quel bois se chauffer, d'autant que les réticences pour payer le marquage des coupes ont aussi contribué à révéler un état d'esprit autant qu'un état des finances désastreux !

Si de nouveaux arrivants errent encore dans la découverte de l'absurdité territoriale, d'autres s'en vont en n'ayant toujours rien compris, ou du moins en ayant fait semblant de tout ignorer pour revendre à la va vite un bien tellement dévalué...

Or, peu importe le nombre de foyers fiscaux, la réalité dépasse l'illusion par la profondeur décidément insondable d'un gouffre ahurissant !

Par le moindre, deux décennies ne suffiront pas à combler et si cela devait se poursuivre en l'état actuel, plusieurs siècles peut être...

Nous resterons donc vigilants aux saisines préfectorales et aux dérives mafieuses de ce à quoi nous nous attendons.

Plus que la bêtise, allons nous assister à la couardise ? 

G.

 

Voir les commentaires

Publié le par G.
Publié dans : #Cuisine

Bouille, bouille le fumet !

Une recette facile, légère, goûteuse, juste pour bien commencer l'automne.

 Pour dix personnes voir douze...

Ingrédients :

Trois gros oignons, 3 kg de patates du Capcir (Mona Lisa de préférence), un demi litre de tomate pulvérisée, 2 boites de bisque de homard, un bouchon de pastis, un bouchon de gnôle, 3 fleurs de badiane, un "cube" de bouillon de volaille, 500 g de moules surgelées, 1 kg de calamar, 2 kg de filets de merlu, sel (peu), poivre, thym, romarin, piment d'Espelette (une grosse pincée), une grosse pincée de curry, une bonne pincée de safran et surtout 1 grain d'ail pressé !

Pour les cuissons, huile d'olive avec Parsi et Mony, bien sur ! 

La recette :

Hacher les oignons et les faire dorer saupoudrés d'herbes de garrigue et d'un peu de poivre.

Déglacer avec la pulpe de tomate et rallonger de 3 litres d'eau froide. A la reprise d'ébullition, ajouter la bisque de homard, le bouchon de pastis, celui de gnôle et les trois fleurs de badiane, l'ail pressé, puis ajouter le safran, le curry et le cube de volaille.

Peler les patates, les couper finement en tranches. les plonger dans le bouillon. (40 minutes de gazouillis...)

Ajouter les moules et bien remuer.

Couvrir et réserver.

Faire dorer les calamars, les couper en dés, les incorporer à la préparation.

Saisir les filets de merlu agrémentés d'herbes de garrigue sur un filet d'huile d'olive. (3 mn de chaque coté), les disposer sur le dessus du plat.

Couvrir et ne réchauffer qu'en début de repas environ cinq minutes de gazouillis sympathiques !

Servir agrémenté de fromage râpé et accompagné d'un petit vin blanc bien glacé !

Une belle table et chacun chantera comme un roi !

Bon appétit !

Petit conseil, servez à l'assiette...

Prévoyez plusieurs tournées ! 

G.

Voir les commentaires

Publié le par G.
Publié dans : #Actualité

Force de n'y avoir été, ils ont dévoré le symbole de l'évolution.

Quel maire se vanterait d'avoir vendu le patrimoine de sa commune et pire encore : l'école de son village ?

Un étrange étranger, bien sur ! 

Mais, certains autochtones ont fait souvent pire en trahissant les leurs...

Complices haineux et bêtes de surcroît, le moteur auxiliaire qui leur tient lieu à la place du coeur les tient animés et nuisibles.

Mais, ces "béni oui oui" ne font pas tout et d'ailleurs ils s'en révèlent si souvent incapables !

Alors, ceux qui sont venus "conquérir" et confisquer un pouvoir qu'ils n'ont jamais eu chez eux se déchaînent d'autant qu'ils ont avec eux et pour eux une inertie doublée d'oreilles "compatissantes"(en deux mots)...

Un cannibalisme perpétré en vain !

Au vu de l'immensité de la dette, des emprunts et des "impayés", le résultat de cette abomination ne représente qu'une goutte d'eau dans un océan bien "salé"...

Les remontées mécaniques génèrent de fait des contrôles coûteux. Avec "la grande visite" dite V3, ce sont plus de 350.000,00 € qui sont à provisionner....

Bien sur en plus du déficit habituel !

Or même payable en trois fois, le compte n'y est pas ! 

Ce n'est pas par hasard que le Préfet a saisi la cour régionale des comptes !

A force d'avancer dans une impasse, l'on en est arrivé au bout et c'est bel et bien dans le mur de la réalité que nous sommes.

Il n'en serait d'autant plus révélateur que pareille obstination se poursuive et le Préfet l'a bien compris.

Mais, est ce le cas de ceux qui n'ont aucun remord d'avoir vendu l'école du village, ni de piller son patrimoine ?

Le résultat se fera peut être discret, mais d'ici une dizaine de jours, le rideau tombera définitivement. Pour ce qu'il en est du couperet, c'est chose faite et nous en sommes réduits à payer fort longtemps les inepties et les égoïsmes d'imbéciles prétentieux !

G.

 

 

Voir les commentaires

Publié le par G.
Publié dans : #réflexion

La déconfiture cérébrale !

Chaque époque a démontré ses particularités et lorsque la mentalité n'est pas en mesure de s'adapter, la catastrophe s'aggrave encore plus.

Il est des systèmes qui "ont fait leur temps" et dont on s'évertue tant bien que mal à poursuivre les illusions. Non point qu'ils se soient montrés judicieux en leur temps, mais la pauvreté intellectuelle et le vice en ont fait des réflexes agissant presque à "l'insu" des décideurs.

Faute culturelle ? Absence de créativité ? Il s'agit bien sur de la nature de ceux qui sont sensés nous représenter et du principe de la "représentation" !

A la croisée des chemins entre différentes crises qui se télescopent, force nous est donné de constater un potentiel humain et culturel en pleine déconfiture.

Si "les meilleurs" sont partis et que les pires sont arrivés, comment envisager sereinement l'avenir ?

Le constat est d'autant plus amer qu'il semble ne pouvoir déboucher sur de réelles solutions, tant le potentiel semble aussi mince qu'un fil d'araignée, mais pas aussi solide...

Les dysfonctionnements de la société proviennent majoritairement d'un détournement par la "légalisation" de pratiques que le bon sens et la morale réprouvaient encore il y a peu de temps.

Avec une systématique des "règles d' exception", nous voici dans une nouvelle ère des privilèges et donc dans l'absence des principes fondamentaux de la Réelle Démocratie.

Les "législateurs" au pouvoir déréglementant le fonctionnement des administrations dans un flou "artistique" qui veut que l'on complique à souhait dans le seul but de détourner le sens des choses, nous avons constaté par cette rhétorique machiavélique que la fonction et le grade dissociés ont ouvert la porte à un "népotisme" des plus scandaleux !

Avec cette fragmentation qui ouvre des postes sensés être "qualifiés" par des concours à des incompétents notoires, certains représentants ont gardé la main mise sur l'espace décisionnel, hélas, avec toutes les conséquences néfastes que l'on constate à nos dépends...

Car non seulement "l'addition" s'avère de plus en plus salée mais l'avenir se pose d'autant en soustraction de tout espoir ! 

L'"amateurisme" entretenu nous a démontré l'absence de culture, mais aussi la méconnaissance "volontaire", ou pas, des procédures élémentaires.

In fine, gaspillage de temps, d'énergies et surtout de nos deniers que l'on dilapide en absence totale du moindre remord. Forcément, sans conscience pourrait on en avoir ?

Il ne s'agit plus seulement d'un système "mafieux", imposant une nébuleuse de relations indépendantes et inter agissantes, mais d'une faillite désorganisée d'autant que les tenanciers se sont installés dans un déni entretenu de façon fort coûteuse !

Ils "pensent" avoir d'autant plus raison qu'ils sont élus et donc reconnus. 

Or, la paupérisation en marche ne peut être confondue justement que par la vacuité de concertation réelle et par un entêtement aussi acharné que l'absurdité en parait flagrante.

Ces amateurs qui se prennent pour des professionnels "auraient" centré leur démarche sur "l'utilité", or si tant une chose puisse être utile, c'est bien la part du rêve et de l'espérance qu'elle génère qui fait son succès commercial !

Ces gens là "rêvent à l'envers".

Au bilan, le rêve est devenu un cauchemar et l'inutilité de ce qu'ils considèrent comme utile conduit les hauts cantons à la faillite ! 

Certains sont encore persuadés qu'il faille entretenir une recherche de clientèle qui en fait n'a plus les moyens financiers de profiter d'infrastructures ruineuses...

Ce qu'ils appellent "concertation" n'est que de la "communication" de leur insane volonté !

Or, nous sommes otages de ce système de "représentativité" basé par la corruption sur la corruption.

"Si le pouvoir tend à corrompre, le pouvoir absolu corrompt absolument..."

(John Emerich Edward Dalberg-Acton, dit Lord Acton. 10 Janvier 1834 - 19 Juin 1902)

L'on est en droit de s'inquiéter pour le devenir des hautes terres devant la difficulté et l'urgence de renouveler la "classe politique" quant au faible potentiel humain s'aggravant d'autant qu'une désertification notable est en marche.

Il ne faut pas compter sur les "idées" de ceux qui ont contribué au désastre pour amener de fiables solutions !

Cependant, suffirait il encore que nous eussions une volonté de changer réellement le fonctionnement des espaces décisionnels que nous ne le pourrions tant le noyautage est établi par une des constitutions les moins adaptées... Et pour cause !

En conséquence, l'avenir des "hauts cantons", plus que partout ailleurs, parait lié à la mobilisation citoyenne afin de "réformer" la Constitution.

Sachant que nous ne pouvons faire confiance à ces gens corrompus (sensés légiférer pour nous...), l'initiative doit venir de la population !

Au delà d'un "forum", d'une pétition, c'est un véritable mouvement qu'il faudrait créer.

Or, en ces lendemains et forts déçus de ces "élections" présidentielles et législatives, contre tout espoir d'illumination d'élus "locos", que nous reste t' il ?

Le "système" actuel épuisera forcément sa crédibilité tant qu'il n'y aura pas de transversalité ni de réelle concertation citoyenne. 

Donc, l'effet de crise s'amplifiera de plus belle et le pays sombrera tout entier dans une misère intellectuelle, sociale et financière que ne partageront toujours pas les petits "nantis" des classes privilégiées ainsi que les nouveaux "riches" illusionnés par le mythe de "cette France qui réussit".

Au final, si la nébuleuse "politico-mafieuse" s'effondrera inexorablement dans l'absence de crédibilité, le véritable pouvoir reviendra totalement entre les mains des grandes familles de "banquiers".

Mais, n'est ce pas ce qui est en train de se produire ?

Une "caste" possédant tout et des serfs dépossédés même de leurs cerveaux !

G.

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Publié le par G.
Publié dans : #Actualité

L'Indépendant en quête de vérité...

Paraissait en page 5 de l'indépendant du Samedi 5 Août 2017 un article de Frédérique BERLIC concernant la grogne des prestataires sis autour du lac de Matemale et celle de touristes énervés par l'absence de cette gratuité à la quelle ils s'étaient si bien habitués !

Cet article qui entend bien donner la parole aux protagonistes démarre par un "tour" de la situation exposé du point de vue du Président de la Communauté de Communes "Pyrénées Catalanes".

Aménager un site touristique coûte un investissement dont les collectivités ne sont pas toujours à même de financer à la hauteur de la demande.

Ici, l'on a tendance à faire comme on peut et parfois à la va vite. La saison "d'été" est si courte et les esprits sont plus souvent focalisés sur celle "d'hiver" qui pose de nombreux problèmes...

Les communes sont "sur endettées" et de plus en situation concurrentielle.

Même s'il existe une certaine "coopération", la réalité d'un effondrement de la fréquentation et du chiffre d'affaire impute sérieusement les budgets.

Alors, quand vient l'été tout est presque dit et il faut faire comme on peut...

Cependant, la restructuration par le fait des compétences déléguées ne fait pas le bonheur de tous, surtout s'ils sont pénalisés outrageusement par un été pourri, une crise qui grimpe, un pouvoir d'achat qui dégringole, une fiscalité qui s'envole et des aménagements qui contribuent à faire baisser leur chiffre d'affaire...

Le "sens de circulation" en forêt de la Matte et la "révision" des conventionnements lèsent certains au profit d'autres...

Jalousie ou mauvaise gestion ?

Le fait est que durant une saison aussi courte que celle d'un "été Capcinois", il faut engranger un max en un minimum de temps. Ce, d'autant que cette année les sottes d'humeur du climat pénalisent fortement des petits commerçants vraiment au bord de la rupture !

Certains annoncent même une baisse de 200.000, 00 Euros !

Avec un chiffre d'affaire qui dépasse allègrement celui de la station de ski de Puyvalamort, l'on peut comprendre leur inquiétude...

Mais pour la majorité, le montant des recettes est encore loin de ce plafond ridicule.

Les petits "survivent" comme ils peuvent et ne sont pas loin de mettre la clef sous la porte !

Coté vacanciers, peu se posent la question de ce que pensent les gens du pays lorsqu'ils sont rackettés dans les parkings de la ville !

Là, il ne s'agit pas de 2 malheureux Euros pour la journée...

Mais, les habitudes sont tenaces et à force de leur laisser croire que le client est "roi", ils ont fini par le croire !

Bien sur, ici tout est gratuit et il n'y a qu'à se servir...

Pourtant toutes les activités de la forêt de la Matte sont payantes !

Pourquoi donc le parking devrait l'être lui aussi ?

Il y a bien une autre solution, mais elle passe par la fiscalité...

Parking gratuit, ça veut dire impôts sur les emplacements commerciaux !

Bien sur, là ce sont les prestataires qui ne sont pas d'accord.

Pendant que tout ce "joli monde" s'exerce au sport favori des Français, la grogne permanente, l'été file et le pays se meurt !

Bien sur des "concertations" il y en a eu, mais souvent elles sont dirigées et le népotisme n'est toujours pas écarté comme tant de mauvaises habitudes qui ont la vie dure...

Nous payons des impôts qui servent aussi à mettre des "vélib's" payants à disposition du public, mais ceux ci sont loués par des prestataires dont certains "profitent" plus que d'autres...

C'est un peu comme l'histoire des bus à 1€ dont les transporteurs profitent plus que les foyers imposables, ou que les autres entreprises départementales...

L'enfer est pavé de bonnes intentions !

Mais, ce sont toujours les mêmes qui en profitent...

Pendant que se chamaillent les intérêts privés autour d'un lieu public, le lac de Matemale se révèle pollué par un taux de cyanobactéries dont évidemment il est exclu d'en évoquer la présence... C'est dire le respect de ceux qui y trempent !

Que dire du pourrissoir, de la fosse septique qu'est devenu le lac de Puyvalamort ?

Là, motus et bouche cousue !

Il ne faudrait pas boire à la tasse... 

Ni les écolos, ni la presse et encore moins les prestataires, ni les élus ne pipent !

Lamentables petits égoïstes, pollueurs et complices qui empoisonnent impunément l'environnement des communes "inférieures".

D'ailleurs, il est surprenant que le procureur de la République, passant comme le sous préfet aux champs, n'ait rien remarqué, ni que la police des eaux, ni la gendarmerie, ni l'ONF, ni l'ONCFS ne verbalisent chaque jour de tels manquements aux codes et aux Lois dont ils ont compétence à faire respecter le droit !  

Que dire des "gardes" pêche aux épaisses lunettes noircies par le désespoir d'une impuissance suspendue telle une épée de Damoclès ?

Complice des empoisonneurs faute d'empoissonner... 

Les pêcheurs râlent aussi de ces pollutions et menacent de prendre leur permis dans d'autres départements !

Certains ne pensent même plus le reprendre du tout. 

Serait ce mettre la charrue avant les bof's ? 

G.

Le lien de l'article de l'Indépendant du Samedi 05 Août 2017 (F.B.) :

http://www.lindependant.fr/2017/08/04/les-amenagements-du-lac-de-matemale-les-angles-critiques,3039635.php

 

 

 

 

Voir les commentaires

Publié le par G.
Publié dans : #réflexion

Perversité maladive, ou cognition absente ?

Nous connaissons actuellement la position de la préfecture et celle de la cour régionale des comptes Occitanie.

D'ailleurs, cette ouverture de parapluies est bien tardive et inefficace lorsque la perversité enfin démasquée n'évolue en rien !

Nous pourrions croire à quelque maladie débilitante, voir à un déni collectif, face à tant d'obstination gratuite pour certains et si onéreuse pour la population imposable et sincère...

Nous savons exactement l'importance de l'effondrement financier, social et démographique de PUYVALAMORT !

Irréversiblement et quoi qu'en mentent les pervers, c'est plutôt vers les

-350.000,00 EUROS par an !

Sous le maquillage outrancier de fausses "vérités" et la destruction du patrimoine se cache la Réalité !

Tant de mauvaise foi ne saurait mentir !

Donc autant de persévérance perverse laisse à penser que l'intérêt public, dont on voit la négligence, est bafoué pour quelques mesquineries d'ordre privées.

Le syndrome de la "reine d'un jour"

Comment ne pas se rappeler tous ceux qui sont venus chercher ici un pouvoir et une "notoriété" qu'ils n'ont jamais eu chez eux !

Ils furent si nombreux à repartir comme des rats quittant un navire en perdition, du fait notamment qu'ils en percèrent la coque et les fonds !

Tout leur serait dû, simplement parce qu'un jour ils se retrouvent sous l'éclairage d'une mandature quelconque !

Gens insignifiants, en manque de reconnaissance, égoïstes avant tout, rien ne doit entacher ni entamer la pourpre de leur manteau !

Le mal réside en l'accumulation et le "renouvellement" de ces débiles accourus en grande faim et qui prophétisent les insanités les pires, que chez eux ils n'auraient jamais osées !

Nul n'étant prophète en son pays, ils ont trouvé oreilles imbéciles en ceux qui voient tout nouveau, tout beau !

Pires sont certainement les traîtres à leur pays, les collabos serviles, attachés eux aussi à quelque avantage substantiel...

(Certains continuent de sévir encore après plus de 30 ans de nuisances diverses et infâmes !)

Le terreau était là bien avant les doryphores et force de constater que la multiplication des parasites se fait cause de la désertification progressive des autochtones...

Si la scène se renouvelle, le spectacle se fait de plus en plus pitoyable !

Ainsi, grotesques pantins désarticulés, ils s'acharnent à détruire les décors pendant que se vide la salle !

"La reine d'un jour" est malade d'un ego surdimensionné qui finit par l'aveugler face à la réalité !

L'avare

Gagne petit et petites gens sont victimes de ce qu'ils n'ont pas dans la mesure où ils placent leur "profit" en dette de la société.

Que ne feraient ils pas pour quelque forfait "gratuit" que nous autres payons de nos impôts !

Puisqu'ils n'ont rien que ce si peu qu'ils voient comme un tout, forcément tout leur est dû !

Avares de ce qu'ils n'ont pas, envieux et méprisants, leur mauvaise foi autant que leur mensonges veules n'ont aucune limite. 

Mielleux devant un public confidentiel, fielleux en coulisse, à peine sur le devant de la scène que déjà ils sont avares de leur présence !

Mais ne confondons pas, ces avares ne sont pauvres que d'esprit et de coeur, ils n'en ont point !

Les démunis sont ceux qui les servent en serrant les dents et qui parfois se noient dans quelques mensonges artificiels...

L'imbécile prétentieux

Alors, là, vous avez le "meilleur" !

Trop souvent cette espèce est commune du fait qu'on la voit partout étaler une science sans aucune pratique. C'est dire l'assurance du déni qu'ils cultivent...

Ils osent tout et c'est d'ailleurs à cela qu'on les reconnait ! (M.Audiard)

D'autant plus "crédibles" qu'on ait pu les élire, c'est à dire leur accorder l'importance qu'ils n'ont pas, tout ce qu'ils disent est forcément vérité... 

Mais, à vérifier, leur vérité est bien loin de la Réalité !

Peu importe, si on leur démontrait, ils persistent et signent au nom de tout ce qu'eux mêmes ne voudraient se voir imposer. 

D'ailleurs, bien souvent, ils s'en gardent...

Les bienheureux mythomanes

Formatés à la "bien penser", ils nagent dans les limbes illusoires d'un bonheur qu'ils voudraient avant tout pour eux mêmes et par conséquent devrait s'étendre à toute humanité !

Ils sont les plus dangereux, car l'enfer étant pavé de bonnes intentions et les leurs étant pures de nuire, c'est en "bonne conscience" qu'ils assassinent impunément sous quelque prétexte de bien vouloir faire...

D'un si beau petit village accroché à sa colline ils ont tôt fait d'en faire un gouffre infernal dont la fiscalité forge des chaînes lourdes de conséquences...

Nous ne nous étendrons pas plus sur ces "sujets" douloureux, il suffit d'écouter ce qu'ils n'ont pas à nous dire pour comprendre ce qu'ils nous veulent réellement !

7 péchés capitaux !

Ce sont les péchés dont découlent tous les autres.

"Capitaux", en un lieu où la dette est si forte autant que les impôts qu'elle entraîne, serait un paradoxe si l'origine du mot (ou des maux, plus précisément), ne venait de malsaines pensées !

Caput, c'est la tête. Il faut constater que celle ci doit être bien malade pour imposer tant de débilités au corps électoral et à un territoire dont la beauté serait à ses yeux l'injure de ce qu'elle n'est pas.

A moins, qu'il s'agisse d'un autre organe insignifiant qui, empestant par ce qu'il ne fit, ait pris le pouvoir sur tout le reste !

Nous vous laissons à cette réflexion fondamentalement éloignée de l'art culinaire qu'il ne déverse que ruines des merveilles de la cuisine...

Faire ou ne pas faire, être ou ne pas être, le premier serait plutôt décliné dans l'impossibilité de faire à force de mal faire !

Quant à être, il faut avoir une âme et de cela ils n'ont point à voir que de nos Hêtres ils en font un festin !

La fainéantise est elle un péché ou simplement une conséquence ?

Assez dit de l'acédie, paresse s'il en est d'autant que l'on eu pu. 

Mais alors, excuse peut être, par ce dont la nature ne donna point à d'incertains zélateurs la luxure d'un talent qu'ils n'ont pas !

L'orgueil de se croire "la reine d'un jour", la gourmandise, la luxure, l'avarice, la colère et l'envie, au travers de ces vices sévissent ceux et celles qui font de la vie un enfer !

La colère est mauvaise conseillère surtout quand de l'envie elle se pare...

Combien de sabotages et combien de ravages dénoncent encore la lâcheté de s'attaquer nuitamment à ce que de jour la lumière vous nuit...

Gardez vous braves gens d'en être les partisans, car complices et malandrins fussent ils en costumes de velours, se verront enchaînés aux mêmes fers qu'ils ont contribué à forger !

Ainsi, nous terminerons ce terrible constat non pas d'une supplique mais encore d'une réalité que si puissants qu'ils furent, bien faibles ils ne sont que d'avoir collaboré au désastre actuel.

Bienveillance voudrait qu'ils réparent ces maux par les quels leurs mots assassinèrent une commune, son patrimoine et ceux qui y vivent vraiment !

Alors, Préfets et sous préfets, représentants de l'Etat, réfléchissez encore à ce que de ployer fit de nos vies un enfer ! 

L'ingérence de certains fut à hauteur de ce que d'autres ne firent.

Si Janus nous démontre les liens entre ce d'hier et de demain, c'est toujours au présent que se conjuguent les causes produisant les effets. 

Mais, avoir du courage n'exclue nullement ni volonté, ni même intelligence. Il suffit de chercher par quels moyens et faire que cesse ce qui n'a que trop duré.

Tâchez de réparer ce qui par votre faute additionna de dettes et multiplia nos maux !

Voilà qui fut dit mais dont tant reste à faire, avant que tout disparaisse et qu'il n'en soit un désert...

Car, au nom d'un emploi qu'aucun ne peut se leurrer d'être d'un népotisme affligeant, l'on fait de ces lieux l'insolent tombeau de la vie et celui des enfants du Pays.

Nos morts pour la patrie se retournent de voir encore tant d'imbéciles jouer sur leurs cadavres et tentés par quelques artifices de se faire une gloire d'un monument factice de sincérité totalement déplacée.

Le marbre froid est en nos églises, le nom de nos martyrs s'y grave de temps à autre, mais, pudiquement les gens simples préfèrent le silence pour mourir que de tapageuses étreintes d'étranges étrangers, hypocrites menteurs dont les maux et la douleur des victimes ne sert qu'à s'enrubanner d'un lambeau de tissu arraché au destin.

Honte à ceux dont la gloriole servile masque l'humanité enfouie au fond des âges ! 

 

G.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires