Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Dissidences Pyrénéennes.

Dissidences Pyrénéennes.

Infos,patrimoine, politique locale, environnement,

Publié le par puyvalador-rieutort
Publié dans : #Actualité

Les charges fiscales sont partagées...en fonction d'un principe d'équité.

Ceci induit que ceux dont les biens représentent une valeur supérieure payent plus. C'est la Loi !

Est ce une raison pour creuser encore une dette qui apparait de plus en plus pharaonique ?

Le détournement de subventions à d'autres fins que leur première destination ne constitue pas à mes yeux une preuve de bonne volonté. Pas plus que l'utilisation de fonds destinés à l'investissement pour combler le gouffre du fonctionnement.

Pas plus encore, que de rajouter des strates d'employés de complaisance dont les qualifications ne sont pas à la hauteur du besoin réel de la commune ne constitue l'ossature d'une administration éfficace...

Qui plus est, sans tête pensante, que sont les membres d'un corps pantelant ?

Le déficit apparaît grandissant au fur et à mesure que surgissent des factures "disparues"...

Étonnante pratique de transparence !

Quant à vendre les bijoux de famille...pour contribuer à entretenir une machine infernale insatiable...

Cela nous ramène à une époque pendant la quelle l'occupant vendait les bijoux...oui mais ceux des familles qu'il avait envoyé en camps de concentration !

 Nous ne sommes pas prêts d'oublier les paroles prononcées sans analogie et voulant placer les gens du pays derrière les grillages du parc animalier.

Décidément, il semble que certaines idées soient tenaces !

Égalité ?

Comment se fait il que, contrairement à ceux d'en bas les "loueurs" aient été exemptés de charges ?

Payer ? Bien sur, et là encore, ce n'est que le début. Ça fait d'autant plus mal que ce soit pour les dettes créées par d'autres et contre tout avis tendant à en limiter la portée. 

Les réseaux ont un sérieux besoin d'être repris car ils se délitent. Que ce soit les rues défoncées, l'adduction avec ses fuites et ses chutes de pression, les égouts...

Que restait il pour les besoins des enfants, des personnes agées, pour tout simplement "l'animation-vie" des communautés ?...

Pendant que certains "louaient" ce qui n'avait jamais été déclaré qu'en tant que garage...

d'autres skiaient avec des forfaits périmés...

Où est l'honnêteté dans ces pratiques ?

Oui ! Nous nous sommes battus pour que vive la station et nous ne souhaitons la mort de personne, mais seulement le retour à la raison.

J'ai demandé que nous ouvrions la saison dernière à la seule condition que soit immédiatement lancée une DSP tant que l'outil fonctionnait, ce qui assaillait la crédibilité de la démarche.

Vous devez connaître ce qu'il en advint !

La majorité élue et représentant les intérêts particuliers n'a jamais donné suite à la seule solution qui apparaissait logique pour sauvegarder l'outil et étaler la dette que l'on soupçonnait importante et qui au demeurant, l'est encore plus que ce qui pouvait être envisagé raisonnablement.

Ce jeu volontaire de "cache cache factures" dévoile aujourd'hui l'étendue du désastre !

Dites bravo à ceux qui vous ont conduits tels des moutons de Panurge et que vous écoutez encore aujourd'hui !

L'avenir qui s'annonce est d'autant plus noir que les ressources espérées s'évaporent avec la fermeture inévitable de la station.

Jusques là, j'étais d'accord, mais je devais être le seul, à vouloir sauver encore ce qui pouvait l'être.

Que nous reste t il sinon la reconversion dans l'utilisation de l'espace vers d'autres activités ?

Le pays est encore LE SEUL RECOURS à la survie, voire au développement.

Lancer des activités de pleine nature en conservant une structure allégée en pied de pistes avec une orientation répondant aux besoins de la clientelle, ne me parait pas utopique.

Toutefois, il se pourrait une fois de plus que ça le devienne, si aucune action de communication et de recherche de clientèle ne venait contribuer à la relance.

Il faut échapper à la spirale infernale actuelle, mais sans moyens, comment faire ?

Soit nous sommes capables de lâcher prise sur des concepts qui nous ont conduits à la ruine et nous nous réorganisons en concertation dans un respect mutuel pour un possible avenir. Soit, la confrontation débile va devenir inévitable en obstruant toute possibilité d'évolution...

Le dépouillement des biens communs, rêvé par les sots et déversé par des bouches folles, n'est pas une solution éternelle.

Cela ne constitue qu'un pansement sur une jambe de bois !

C'est à la racine qu'il faut traiter les problèmes !

Comprenez, que lorsque vous vous trouvez quasiment seul face à une dictature, il est impossible de faire évoluer les choses. 

Une majorité établie et agissante dans l'intérêt et le respect de tous est indispensable à toute décision constructive !

Hélas, je n'ai pas eu la chance de la voir et ceux sur les quels j'aurais espéré compter se sont débinés vers des intérêts plus personnels.

Les associations qui se constituent me paraissaient vouloir lancer une dynamique intelligente. Hélas, je doute au vu de certaines réactions fascisantes et "nombrilistes", de l'honnêteté de leurs démarches.

J'attends des preuves réelles, autrement que par la captation décisionnelle dans un concept centralisateur.

Vouloir démonter ce qui existe en différences identitaires n'est que le reflet de l'incompétence à pouvoir gérer en intelligence.

Ce n'est pas l'uniformisation qui amènera la perspective d'un quelconque avenir.

Regrouper ça ne marche, que lorsque ça se fait dans le respect et l'écoute mutuelle.

Ce côté unilatéral des discussions ne fait que raviver des clivages stériles. Pour que nous puissions rebondir, il faudrait se rencontrer sur un terrain neutre. Mais avant d'envisager un possible "pow wow" il faut que les volontaires sortent des rangs et se dévoilent de façon désintéressée.

Sans cette première démarche le reste ne sera que vain.

Demeurant à vôtre écoute...

GP



 





Commenter cet article