Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Dissidences Pyrénéennes.

Dissidences Pyrénéennes.

Infos,patrimoine, politique locale, environnement,

Publié le par puyvalador-rieutort
Publié dans : #Fables

Le cercle de l'Aigle.

 

 

Avec le soleil qui grimpe dans le ciel infini, l'Aigle entame sa course.

Les ombres s'allongent subitement avant de disparaître sous l'aplomb de l'astre flamboyant. Chaque détail est mis en relief et rien ne peut échapper à l'oeil expert du roi céleste. Il trompette appelant ses proies au mouvement qui leur sera fatal.

Le lièvre sait bien se méfier de son ombre et s'il court en tentant de ne pas la voir, au gîte elle doit se fondre dans son abri de fortune. Peu importe ce qui se passe, il est pétrifié et se laissera brûler par l'incendie plutôt que de révéler celle qui le suit inexorablement.

Là haut, le cercle de vol dans le cercle de vie se fondent dans celui de la pupille dilatée du rapace.

L'ensemble du territoire sera exploré méticuleusement pour alimenter en proies sanguinolentes l'aire rocheuse. Dans le nid, un bec acéré, un gouffre à rassasier et un avenir qui s'éloignera de ses parents.

Majestueuses, la mort et la vie se combinent dans le vol de celui qui surplombe. La mort pour les victimes, la vie pour le prédateur et sa descendance.

Pour accentuer la pression, il s'abaisse et tente d'affoler ceux qui se terrent. Le sifflement de l'air dans ses ailes devient assourdissant. Le virage entamé doit inciter le mouvement. Celui qui tente de se sauver vient de se perdre. La chute de cet ange sombre s'arrêtera dans la chair que les serres viendront perforer.

L'envol sera pénible et long le retour vers le futur. Mais le temps finira par s'estomper devant l'ogre miniature qui attend sa pitance. Le cercle de vie issu du cercle de vue se nourrit goulûment de l'espace et du temps qui ruissellent en filets grenats. Chaque vie capturée viendra prolonger celle de l'aiglon qui forcit.

Un jour, son cercle s'éloignera de celui de ses parents. D'autres paysages trembleront alors sous le vol d'un nouveau maître. Le levraut qui vient de naître le sait déjà. C'était en lui avant que la première lueur ne pointe à l'horizon de sa vie toute fraîche.

De cette incandescence qui se détache sur les crêtes surgira l'ombre terrorisante du destin. Ainsi va la vie sauvage qui suit inexorablement le cycle des saisons et celui d'une vie promise par sa fin à l'éternel renouveau.

Que de cercles imbriqués et solidaires !

Tantôt Aigles et sitôt proies, seule la lumière nous sépare dans l'ombre du doute de ce qui met en relief la vérité.

Sachons respecter les cycles. Par la concentricité de nos vies qui s'imbriquent, soyons des aigles indépendants et conscients de l'Univers que nous survolons en passagers éphémères du vent.

Là, d'autres sont déjà passés et parfois le sol porte encore le tracé d'un cercle majestueux où quelques perles de rubis demeurent accrochées étincelantes.

Gilles.

 

 

Commenter cet article