Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Dissidences Pyrénéennes.

Dissidences Pyrénéennes.

Infos,patrimoine, politique locale, environnement,

Publié le par puyvalador-rieutort
Publié dans : #réflexion

Seuls, nous ne sommes rien !

Si, travailler est un verbe à conjuguer à tous les modes et à tous les temps, il ne peut donner de bons fruits sans la volonté et la participation la plus large.

Or, compte tenu de ce que nous traversons aujourd'hui, il apparaît encore plus évident que nous ne pouvons envisager l'avenir sans participation extérieure au développement local sous peine de désintégration du territoire et de ses patrimoines.

Cependant, que pouvons nous espérer et de qui, si une motivation supérieure ne vient pas renforcer et permettre de concrétiser la volonté locale ?

C'est pour cela qu'envisager le moindre avenir ne peut se concevoir sans un élargissement du spectre de pensée.

Les collectivités locales dans la configuration de la communauté de communes entrent dans une certaine concurrence commerciale et de captation de moyens financiers et décisionnels. Il apparaît difficile de mutualiser concrètement l'ensemble des moyens couvrant aussi l'aspect commercial et de communication.

Difficile également de faire appel à celles qui géographiquement et hiérarchiquement, se doivent de servir, égalitairement, tant les unes que les autres. Qui plus est, sans les ressources suffisantes pour y parvenir décemment...

Loin du concept gagnant-gagnant, l'impasse se révèle irréversible.

Pour arriver à faire vivre un pays comme le nôtre, il faut réduire les coûts de production et la pression fiscale, (ce que nous sommes loin de pratiquer actuellement), sans entraver une progression de la capacité d'attraction.

Pourquoi, alors, ne pas proposer aux villes portes trans-frontalières une association dans un projet commun, couvrant par la production d'énergies solaires, éoliennes, hydroélectriques, géothermiques, et basées sur l'utilisation de la bio-masse, les besoins élevés de nos stations et collectivités ?

De ce partenariat permettant de produire plus que de consommer nos impôts, d'autres ouvertures devraient pouvoir s'envisager vers le secteur privé.

L'exploitation des ressources locales telles que les eaux chaudes naturelles et l'aspect climatique ne peuvent décemment se développer sans l'attrait touristique d'activités complémentaires.

Nous le voyons aujourd'hui, là où certaines ont disparu, la baisse de fréquentation n'en a été que plus flagrante.

Qui plus est, peut on avoir la prétention de satisfaire une clientèle et des usagers qui aspirent à des besoins que nous ne pouvons actuellement satisfaire ?

La re-visitation des PLU et des cahiers des charges en matière de construction immobilière devrait s'envisager également au travers d'une réflexion élargie au concept de complémentarité plutôt qu'à celui restrictif de la seule concurrence.

Pour de tels projets, il va sans dire que la conceptualisation souffre de la hauteur de qualification des personnels administratifs limités par les réflexes vieillots de certains élus.

Pour s'ouvrir au monde sans perdre son âme, faut il encore être capable de la cultiver à l'aune d'une vision dégagée de préjugés obsolètes.

Personne ne nous viendra en aide s'il n'a pas lui même quelque intérêt à en retirer.

Les solutions ne viendront en conséquence que de l'ouverture d'esprit aux concepts élargis dans une globalité intégrante de l'ensemble des potentiels publics et privés.

Tout peut alors se réaliser.

Sinon,...tout peut disparaître définitivement dans une désertification irréversible.

-"Soyons raisonnables, exigeons l'impossible !"

Ce slogan exprimé par une certaine collectivité aurait du trouver une dynamique supérieure en réponse à l'identité locale.

Je pense qu'il n'est jamais trop tard pour bien faire, et, plus qu'hier, parce que l'impératif ne s'en fait que plus sentir, répondre présents au pari de résistance contre la logique de destruction que nous subissons les bras ballants.

Investissez vous, engagez vous pour l'avenir, dans l'intérêt de tous, mais encore plus, pour celui de chacun.

Je vous laisse à ces quelques réflexions personnelles, qui je l'espère, sauront trouver en vous un cheminement concret...

Gilles.





Commenter cet article