Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Dissidences Pyrénéennes.

Dissidences Pyrénéennes.

Infos,patrimoine, politique locale, environnement,

Publié le par puyvalador-rieutort
Publié dans : #réflexion

Sous la cendre des habitudes couve le feu de trop de certitudes.

Serions nous en guerre plus qu'en crise ?

Rien n'est sur si ce n'est le regard que nous portons, le seul qui compte pour chacun, bien sur, c'est chacun le sien !

Si nous tentons d'observer ce qui nous entoure d'un point de vue différent, c'est encore le nôtre et non pas véritablement celui d'un autre...

Mais, plus que l'enfermement sous un seul cliché, l'ouverture demeure le moindre des mots !

Alors, pouvons nous évoluer ?

Je serais tenté de dire oui, mais...non !

Oui, il ne tient qu'à chacun d'écouter, de voir, d'entendre et de sentir et même de toucher à d'autres domaines sans tomber dans le piège des préjugés.

Non, cette attitude n'est pas coutumière et se doit de se cultiver en permanence car sitôt l'instant passé, nous avons tendance à retrouver bien vite nos habitudes.

Cependant, rien n'est plus vain que le feu que nous laissons mourir. A souffler sur les braises autant que ce soit sur toutes plutôt que sur une seule.

De plus si un feu se construit, il faut l'alimenter sans cesse.

C'est en cherchant, en vivant, en allant à la rencontre d'autres personnes que nous mettons de nouvelles bûches au foyer.

S'il est des bois sains, à la flamme vivace, il en est aussi de vives braises et encore d'autres qui charbonnent et enfument en rendant toute vision opaque.

Cultiver un bon feu, c'est savoir éviter les mauvaises bûches dans le foyer, les laisser là d'où elles viennent et bien choisir ses amis.

Le problème lorsque vous vous faites livrer du bois par un prestataire ou simplement que vous allumiez votre récepteur de télévision, c'est que vous ne choisissez pas les bûches qui se sont invitées toutes seules chez vous avec la complicité de votre livreur et de celle de votre laisser faire habituel.

Alors, s'adapter, c'est peut être aller chercher son bois soi même, même si c'est plus dur, plus difficile et que parfois on se trompe de lune et que la bûche qui a coûté tant de peine se met elle aussi à fumer !

Le droit à l'erreur, nous l'avons tous si ce n'est qu'au travers du jugement dont nous nous auto flagellons à chaque fois que nous ne sommes plus en conformité avec ce que dit notre juge intérieur.

Mais si nous arrivons à le faire taire, à diminuer le son de sa voix et que les flammes se mettent alors à nous parler d'autres choses...Alors, c'est une autre chaleur que celle de l'enfer glacial des certitudes. C'est la liberté retrouvée et la force d'un émerveillement décuplé par ce feu intérieur que nous alimentons d'un soleil éternel.

Alors rien n'est vain et même ce qui le parait trouve sa place dans ce feu que nous construisons de bien plus de brindilles que de grosses bûches.

Car, ce qui importe alors n'est plus l'une ou l'autre, mais le feu dans son ensemble et la chaleur qu'il nous procure autant que ce que nous pouvons nous en servir pour notre cuisine interne ou familiale,

Nous sommes en crise à chaque fois que nous ne trouvons pas d'accord avec le juge intérieur et que la pénurie de bûches se fait sentir.

Nous sommes en guerre par ce qui nous agresse et dont nous subissons la fumée irritante, suffocante et qui obstrue l'horizon de notre avenir.

Mais plutôt que de mourir sous la cendre, ne faut il pas souffler sur les braises de la vie ?

Gilles.

Commenter cet article

Goupil30 07/09/2013 14:29

Bonjour. Nous arrivons d'un séjour d'une semaine à Matemale et lors de nos balades, nous avons trouvé un superbe pont sur le ruisseau de Cirerol à Puyvalador. Ce pont se nomme le pont de la Polideta. je vous remercie d'essayer de me donner plus d'infos sur cet ouvrage que nous avons trouvé exceptionnel : construit pas qui, pour quoi son histoire en somme.
Merci de votre aide. Jm Luitaud 30360 Gard Goupil30@free.fr

gilles 06/09/2013 11:15

Hou la là !
Si les bûches se mettent à penser !
Mais ne serait ce pas nous qui leur prêtons nos paroles et nos idées préconçues ?
Alors, c'est qui l'égoïste ?
Choses inanimées, avez vous donc une âme ?
G.

Luigi de Formiguères 06/09/2013 09:17

Mais la bûche ne nous a pas choisi...On lui impose notre présence et elle se demande :
-"Vont-ils faire correctement le feu ? savent-ils que pour allumer un feu je ne suis pas suffisante ? Il me jettent sur d'autres bûches qui brûlent déjà et me forcent à m'enflammer alors que je souhaitais rencontrer mes amis les Vers de bois qui m'utilisent pour leurs petits à naître ! J'en ai rien à faire de plaîre à des égoîstes qui ne pensent qu'à leur petit confort et leur petite chaleur quand je n'aspire qu'à aider les oiseaux et les rongeurs l'hiver ! Si encore ils me demandaient mon autorisation, mais non ils considèrent que c'est de leur droit dont il retourne, et que c'est mon devoir d'aller alimenter leur foyer ! Je n'en veux pas des ces "amis" là mais je n'ai pas le choix. C'est la vie et je ne peux même pas choisir celui qui saura m'aider à produire de la belle Lumière et de la douce chaleur. Il m'est imposé dans une guerre dont nous les Bûches ressortirons toujours perdantes. Est-ce que c'est parce que je n'ai pas d'yeux que seul le regard de l'autre compte et pas le mien ?"
Luigi