Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Dissidences Pyrénéennes.

Dissidences Pyrénéennes.

Infos,patrimoine, politique locale, environnement,

Articles avec #histoire patrimoine catégorie

Publié le par G.
Publié dans : #Histoire Patrimoine

La lumière bascule, où ?

Depuis les temps les plus reculés l'on fête ce solstice d'été qui voit les jours diminuer et la nuit s'étendre.

Au fond de l'obscurité sont les fleuves de larmes et de feu. Fous que nous sommes de croire en des utopies meurtrières. Mensonges de ces gens qui voulant inscrire l'homme avec une grande hache (H) plongent le monde dans un bain de sang.

Chacun porte en lui sa porte, sa chapelle et bien que faisant chacun et chacune partie d'un tout, seuls, nous ne sommes riens !

Bien des religions se sont égarées perverties par le pouvoir de l'homme sur l'homme et leurs paroles se sont perdues dans la nuit de la complicité.

Le temps est venu de ce qu'elles voient sous le soleil juste les ombres de leurs défauts.

Il est venu le temps de revenir à l'essence première.

Il est temps de nettoyer les temples des marchands de l'inutile, de ceux qui se sont servis des lieux de prière comme de refuges pour exercer le mal et le répandre dans l'immunité contre la justice civile.

S'il est une Justice, elle n'est pas de ce monde de complices orgueilleux.

Aussi voici venir l'enfermement dans l'illusion, le virtuel et la fin des temps se matérialise un peu plus comme la lumière diminue avec la venue de l'hiver.

Voici venir l'hiver du monde !

A chacun de laver ses carreaux, à chacun d'ouvrir son âme comme l'on ouvre une porte sur un seuil éclairé. A chacun et à tous de retrouver le trésor de vie et de le protéger enfin.

Sinon, il n'y aura plus de solstice d'hiver...

Le blé ne germera plus et les abeilles ne produiront plus de miel, les mers seront empoisonnées et les orgueilleux périront tous par ce à quoi ils se sont adonnés.

G.

 

 

 

Voir les commentaires

Publié le par G.
Publié dans : #Histoire Patrimoine

Transversalité Catalane !

ELS SEGADORS 

Catalunya triomfant
Tornarà a ser rica i plena
Endarrara aquesta gent
Tan unfana i tan superba !

Bon cop de falç
Bon cop de falç, defensors dela terra
Bon cop de falç

Ara és hora segadors
Ara és hora d’estar alerta
Per quan vingui un altre Juny
Esmolem ben bé les eines !

Bon cop de falç
Bon cop de falç, defensors dela terra
Bon cop de falç

Que tremoli l’enemic
En veient la nostra ensenya
Com fem caure espigues d’or
Quan convé, segem cadenes

Bon cop de falç
Bon cop de falç, defensors dela terra
Bon cop de falç

Le lien You tube avec les paroles sous titrées : 

Els Segadors !

 

Traduction Française

ELS SEGADORS 
LES MOISSONNEURS (d'éternité !) 
Hymne National Catalan écrit le 7 juin 1640

Catalogne triomphante
Redeviendra riche et abondante.
En arrière ces gens là
Tant orgueilleux et si sûrs d’eux... 

Bons coups de faux
Bons coups de faux, défenseurs de la terre
Bons coups de faux !

Maintenant, c’est l’heure, moissonneurs !
Maintenant, c’est l’heure d'être alertes
Pour quand viendra un autre Juin
Aiguisons bien nos outils !

Bons coups de faux
Bons coups de faux, défenseurs de la terre
Bons coups de faux !

Que tremble l’ennemi
En voyant notre étendard
Comme nous faisons tomber les épis d’or
Quand il le faut, nous coupons les chaînes ! 

Bons coups de faux
Bons coups de faux, défenseurs de la terre
Bons coups de faux !

Le lien de "L'estaca" LLuis LLach :

L'Estaca   

Voir les commentaires

Publié le par G.
Publié dans : #Histoire Patrimoine

3 à 4 semaines à toc, quelques journées de plus de fréquentation et le reste de l'année, ça tique ! 

C'est l'échec de la politique de l'autruche qui devrait amener une véritable réflexion, mais la tête dans le "bac à sable", les joyeux profiteurs du système n'en veulent pas démordre.

Pourquoi s'ouvriraient ils d'un intérêt quelconque sur une réalité qui n'est pas la leur ?

La seule considération qu'ils puissent développer ne vise en fait qu'à l'exploitation, voir même le pillage des ressources et des biens communs dans le seul et unique objectif de poursuivre leur folie destructrice, consommatrice outrancière des budgets au point de générer des dettes colossales aucunement en rapport avec les moyens réels, les potentiels et encore moins les résultats... déficitaires !   

La conception du territoire est totalement différente selon que vous y viviez ou tentez d'y vivre "décemment" à l'année ou si votre objectif serait d'en profiter "à moindre coût" !

Pour continuer d'engranger les subsides sonnantes et trébuchantes de locations non déclarées, tout est bon !

D'ailleurs, peu importe si les "impôts locos" s'envolent car vu la surface déclarée... C'est encore ridicule en rapport au revenu de ces "loyers" joyeux et nets d'impôts !  

La différence la plus importante se situe peut être là, entre cette "économie au black" et celle des "otages" du système qui eux n'y coupent pas !

Le touriste peut louer son chalet, son appartement ou sa maison, le permanent lui, il y vit ! 

L'injustice est flagrante devant tant d'obscurantisme mensonger face à la réalité toujours minimisée par les mafieux du tourisme montagnard.

Tout est faussé dans un refus de considérer l'entité territoriale dans chacun de ses aspects et dans chacune de ses saisons.

En conséquence l'on peut considérer cette vision politique des territoires montagnards comme une parasitose !

Aucun espoir de sortir de ce gouffre sans fond si ce n'est par l'intervention de l'Etat au travers ses organismes de contrôle tels que la Cour Régionale des Comptes, ou dans la maîtrise des autorisations de construire, comme d'ouvrir un outil devenu un ogre lobotomisé. 

Si la "solidarité" territoriale jouait pleinement, la problématique ne reposerait pas uniquement sur les épaules de ceux qui sont honteusement pris en otages de cette folie meurtrière.

Même si cette "solidarité" venait à se concrétiser, il n'en demeurerait pas moins la réalité d'un système irréaliste économiquement parlant.

La demande n'est plus assez importante pour couvrir ni le fonctionnement et encore moins les investissements nécessaires de ces entreprises fortement concurrentielles.

Trop de stations ou trop de concurrence, le fond du désastre s'amplifie par la baisse de fréquentation et l'irrégularité des ressources. Au plus fort de la saison certaines stations arrivent à cette situation irréelle d'équipements insuffisants pour répondre à la demande sur cinquante à soixante journées, mais au delà, la plupart des volets restent clos, les consciences aussi ! 

Le facteur "Météo" n'est pas le moindre avec une dépendance liée à l'exposition sensible des téléportés aux vents violents, une incertitude du manteau neigeux liée à l'augmentation des températures et à des périodes de pluviosité suffisamment précoces pour tout remettre en question y compris la neige de culture ! 

L'absence de palliatifs d'activités pour la grande majorité de ceux qui viennent encore profiter de la montagne est une réalité. Actuellement sur 5 personnes en vacances sur le secteur seules deux pratiquent régulièrement le ski alpin...

Le ski est redevenu un sport de riches, bien qu'il fut à l'origine un moyen de locomotion des peuples montagnards et nordiques.

Les coûts des séjours ne sont plus aussi abordables qu'avant l'apparition de l'Euro et de la grande crise entretenue que nous subissons encore pour une période qui ne semble pas vouloir s'achever...

Sans la fréquentation d'une clientèle hispanique et plus particulièrement Catalane, les trois quart des stations de ski du secteur seraient fermées depuis longtemps !

Il est évident que la dynamique économique de la Catalogne et la proximité de Barcelone sont des facteurs déterminants de la survie des infrastructures touristiques. Mais, sont elles réellement adaptées aux besoins de cette clientèle ?

Beaucoup ne viennent qu'à la journée et repartent le soir venu vers Puigcerda, LLivia, etc.

Qu'avons nous pour concurrencer le parc immobilier locatif Catalan, la diversité des activités, animations et lieux de convivialité ou de consommation outre frontière ?

L'attractivité d'un prix de forfait ski ne suffit pas !

Le pari responsable et solidaire de la nouvelle "grande région" serait d'établir un véritable partenariat (voir même transfrontalier) afin de développer une économie montagnarde diversifiée et respectueuse de ses trésors naturels ainsi que des populations qui tentent d'y vivre à l'année.

Il y a loin de la coupe amère aux lèvres des élus régionaux qui ne voient midi qu'à leur seuil ! 

Donc, si l'on ne peut compter que sur soi, il en va de la raison de tenter de sauver ce qui peut l'être dans un premier temps pour tenter de se redéployer avec plus de diversité dans un second temps. Comme il semble que nous devions n'avoir rien à espérer d'un "miracle" solidaire régional, national ou européen, seules les initiatives du secteur privé permettront au pays de ne pas se désertifier. 

Tant qu'il est temps, ce sont ces énergies qu'il faut encourager et pour cela, les collectivités territoriales se doivent de se désengager de la gestion de secteurs commerciaux dont elles entretiennent de mauvais fonctionnements par un népotisme déplacé, la précarisation des contrats de travail et le carcan de salaires minables !  

Il est évident que les dotations de l'Etat vont continuer de diminuer quelque soit le résultat des prochaines élections et qu'en conséquence, la ventilation de la fiscalité en fonction des besoins réels deviendra encore plus difficile.

Tout se concentre de plus en plus autour des "mégalopoles" et la ruralité, fut elle montagnarde, n'est pas leur préoccupation première...

Revisiter les potentiels montagnards ne doit pour autant devenir un pillage inconsidéré des ressources et des biens, car, les paysages fragiles sont encore la seule garantie d'authenticité et donc d'attrait de clientèle, autant que d'autres activités ne dépendant pas forcément du tourisme. 

Pour développer une véritable réflexion, faudrait il encore que tombent les préjugés et les illusoires impressions de "supériorité" de certains élus qui se prennent pour des "pros" ou des "princes" et qui ne sont même pas des amateurs... 

D'avenir il ne saurait y en avoir sans la considération, l'écoute et la participation de toutes les composantes de la société montagnarde, habitants, résidents et des partenaires implantés, voisins ou potentiels.

Or, nous n'avons pas encore cette conscience développée de l'ouverture pour instaurer la véritable démocratie dans notre culture...

Là est bien la carence la plus grave, car l'union fait la force tant qu'elle respecte la diversité dans une optique de complémentarité.  

G.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Publié le par G.
Publié dans : #Histoire Patrimoine

 

Voir les commentaires

Publié le par puyvalador-rieutort
Publié dans : #Histoire Patrimoine

Patrimoine négligé ou ignorance cultivée ?

La plus gande statue menhir du Sud de la France !

Ce n'est pas rien d'avoir un témoignage d'il y a 6000 ans !

Pourtant au vu de ce qui l'entoure et dissimule ce trésor, il y a de quoi soulever quelques doutes sur l'ignorance ou la négligence, à moins que ce ne soit encore l'une de ces fautes de goût si communes aux gens médiocres ?

Petit à petit, tout se dégrade autour...
Petit à petit, tout se dégrade autour...
Petit à petit, tout se dégrade autour...

Petit à petit, tout se dégrade autour...

De quoi faire pleurer une pierre !

Cette statue menhir authentifiée par un archéologue de renom est unique dans notre département et même dans la région !

Aucun support pédagogique pour ne serait ce indiquer ce qu'est cette pierre dressée, rien pour la protéger ou la mettre en valeur...

Il existe bien d'autres témoignages historiques menacés actuellement sur la commune.

Lorsque l'unique priorité se porte vers les pentes pas encore enneigées...

Négligence ou fruit du hasard ? 

G. 

 

Voir les commentaires

Publié le par puyvalador-rieutort
Publié dans : #Histoire Patrimoine
Caganer Catalan, un santon fertile ?
Caganer Catalan, un santon fertile ?

Tradition, le "caganer" illustre la fertilisation de la terre, mais surtout le fait que nous sommes tous égaux !

Cette figurine qui ridiculise ceux qui pètent plus haut que leur c... devrait nous ramener à plus de modestie et de respect.

Cependant, l'idée seule ne peut rien et l'on se retrouve vite dans un lisier putride et particulièrement irrespectueux. Particulièrement nauséeux pour ceux qui sont en aval de ceux qui s'appliquent à nous empoisonner et d'autant que ces derniers ne veulent pas voir ni sentir ce qu'il nous envoient comme "fertilisants" !

Il n'y a qu'à se rendre au bord du lac de Puyvalador ou le long de l'Aude en aval de la "station d'épuration" de Matemale et de sa décharge rebaptisée déchetterie...

Bien sur tout a l'air propre, du moins pour la déchetterie dont l'horreur est enfouie dans un terrain qui laisse filtrer les jus peu glorieux d'un passé obscur...

Les rapports d'analyse révèlent la présence de "substances toxiques" provenant d'anciennes décharges...

Pour la station "d'épuration", l'air est tout de suite révélateur de ce qui se cache...

Ensuite la rivière assassinée révèle d'étranges limons qui finiront bien un jour ou l'autre par arriver dans la fosse septique du lac de Puyvalador.

Ce qui est surprenant, c'est cette étrange manque de réaction de la fédération départementale de pêche et de l'ONEMA qui est l'organisme chargé de constater et de verbaliser toute pollution.

La "police des eaux" passe bien le long de l'onde, mais le courant ne passe pas !

Qu'est ce qui peut bien parasiter son action et motiver cette cécité doublée d'un rhume chronique ?

Est ce du fait que ce bassin versant soit "délégué" au Préfet de l'Aude et que par le plus pur des hasards, les représentants du comité local soient justement ceux qui polluent le plus ?

Bien sur, le Préfet de l'Aude ne peut pas "geler" les permis de construire des communes des PO qui font à coté du pot !

On est Mal !

G.

"épuration" ? La Shoah de l'Aude !
"épuration" ? La Shoah de l'Aude !
"épuration" ? La Shoah de l'Aude !
"épuration" ? La Shoah de l'Aude !
"épuration" ? La Shoah de l'Aude !
"épuration" ? La Shoah de l'Aude !
"épuration" ? La Shoah de l'Aude !
"épuration" ? La Shoah de l'Aude !

"épuration" ? La Shoah de l'Aude !

Voir les commentaires

Publié le par puyvalador-rieutort
Publié dans : #Histoire Patrimoine

Le mot religion vient de relier...

Le mot intelligence se définit comme le potentiel à créer des liens, notamment pour établir des rapports...

Une religion devrait être en conséquence "intelligente" et évolutive pour s'adapter au fil du temps aux diverses circonstances de la vie en découvrant les rapports entre toutes choses, en les révélant et donc, dans le respect de la vie, orienter les consciences vers de nouveaux comportements...

Comment rester figé sur des mots prononcés il y a fort longtemps, qui plus est souvent déformés autant par la plume des traducteurs, des scribes que par l'évolution dans la signification qu'ils portent, notamment du fait d'une rhétorique qui leur fait dire exactement le contraire de ce qu'ils étaient signifiants ?

Le contexte évoluant, les canons devraient changer de poudre, car souvent humide, ils finissent par exploser à la figure de ceux qui allument la mèche.

Partant du constat que tout ce qui a été créé vient de la même origine, tout est lié et donc tout fait partie du principe créateur. Pour autant chaque partie ne peut être qu'une partie sans être la totalité du principe créateur.

Là demeure la différence fondamentale dans le concept de ce qui est et dans ceux qui projettent un concept anthropomorphe ou un substitut symbolique comme référence personnelle, souvent en oubliant que cette représentation n'est pas pour autant le principe créateur universel !

Dans la perspective que tout est lié, non seulement tout est forcément "sacré", mais se pose surtout la différence par l'acceptation de la responsabilité de ce que font les hommes et qui nuit à la vie et de ce qui relève de la création, qui est naturel et lié à une logique qu'il faut découvrir pour la respecter et donc adopter la meilleure attitude pour éviter le pire...

En conséquence, comment se tourner sans cesse vers un créateur dont on bafoue le principe par la destruction de la vie, que l'on ne respecte pas l'essence de la nature et ce exclusivement par l'action ou l'inertie des hommes ?

Comment oser prétendre lui faire porter la responsabilité qui nous échoie de par notre conduite irrespectueuse de la vie ?

Le propre de la vie, c'est d'évoluer par des adaptations génétiques adoptées suite à une sélection naturelle, soit à des stratégies comportementales tenant compte des problématiques et du contexte.

Or, tout au long de l'histoire de l'humanité, les religions se sont bornées à graver dans la pierre ou sur le papier un ensemble de contraintes figées et de comportements bien définis dans le contexte de l'époque où ils ont été conçus dans le but de les imposer par un pouvoir hiérarchisé et centralisé à toutes leurs ouailles !

Dans certaines religions, à coté de "la loi fondamentale", il y avait une interprétation mûrement réfléchie selon les domaines de préoccupation...

Hélas, cette recherche permanente trouvait sa limite dans les conflits internes ou s'épuisait faute de participants véritablement intéressés...

L'on comprend bien l'attachement des sociétés à la codification et à la force des Lois de par le constat empirique de situations de conflits pouvant les conduire à l'anéantissement.

Les us et coutumes révèlent ce coté dont une certaine superstition obture le raisonnement en le noyant sous les effets constatés sans en découvrir réellement les causes...

Qui plus est, l'on avait en conséquence une tendance fâcheuse à attribuer la responsabilité à un concept supérieur nous échappant et donc à le "diviniser"...

Une religion intelligente devrait donc s'attacher à distinguer ce qui relève de la responsabilité de l'homme en l'accompagnant dans la compréhension de celle ci, de ce qui est naturel sans en imputer systématiquement la responsabilité au principe créateur. Ces églises se sont séparées du principe créateur en confondant de plus en plus le pouvoir temporel au profit d'un système ecclésiastique, avec sa mission de réflexion, d'adaptation, de soutient moral et matériel aux populations démunies devant les grands périls de leur cheminement vers une humanisation de la société respectueuse de la vie.

En justifiant la violence et les sacrifices, en légalisant les massacres par des décisions terre à terre, ces religions sont devenues le tombeau de la vie et donc celui du principe créateur.

Elles finissent par finaliser la vie et la justifier uniquement par la mort. Toute la démarche vers un au delà appuyant encore plus des comportements irrespectueux de la vie...

Cependant, selon que l'on reste attaché à la lettre, ou que l'on tente d'en retrouver l'esprit, les effets de l'écriture peuvent révéler bien des origines quant au principe créateur dans ce qu'il est et non pas dans ce que l'on voudrait qu'il soit !

Retrouver les lignes de vie entre bien des maux écrits demande une démarche résolument tournée vers la vie. Lorsque l'on parcours des textes comme les deux testaments, même dans les écrits les plus divergeant du respect de la vie, ils finissent par révéler leur opposé, car sans l'un il est difficile de percevoir l'autre...

Si aucune religion ne peut être parfaite car conçues par des hommes, elles contribuent néanmoins à entretenir des mécanismes fondateurs de la société et ne peuvent justifier leur crédibilité que par l'adaptation du fait d'une réflexion qui ne bute pas sur le scandale de l'oppression qu'elles organisent elles mêmes.

Plutôt qu'une réécriture des textes anciens, c'est une nouvelle démarche de lecture et de vie à laquelle elles devraient s'attacher pour que le monde évolue enfin dans le respect de la vie et donc du principe créateur !

En recentrant leurs fonctionnements autour de ce respect, de cet amour, elles ont la chance de pouvoir changer le monde avant qu'il ne soit trop tard...

L'adaptation étant le maître des mots, une nouvelle religion n'amènerait rien de nouveau, c'est aux anciennes d'évoluer en se rapprochant les unes des autres autour de la même motivation de vie !

G.

Voir les commentaires

Publié le par puyvalador-rieutort
Publié dans : #Histoire Patrimoine

Demain sera toujours demain ?

Un film intitulé "Demain" vient de sortir dans les salles, il apporte un autre regard sur des réalités repoussées, mais des réalités flagrantes dans la réalisation d'autres comportements qui existent déjà, mais qui sont sans cesse minimisés voir écartés pour raison "d'intérêt supérieur" !

Allez donc voir ce film !

Alors que l’humanité est menacée par l’effondrement des écosystèmes, Cyril, Mélanie, Alexandre, Laurent, Raphäel et Antoine, tous trentenaires, partent explorer le monde en quête de solutions capables de sauver leurs enfants et, à travers eux, la nouvelle génération. A partir des expériences les plus abouties dans tous les domaines (agriculture, énergie, habitat, économie, éducation, démocratie...), ils vont tenter de reconstituer le puzzle qui permettra de construire une autre histoire de l’avenir.

Le lien : http://www.demain-lefilm.com/

Des solutions existent !

G.

Voir les commentaires

Publié le par puyvalador-rieutort
Publié dans : #Histoire Patrimoine

Brigitte, Brigante, ça va de soi !

Ancienne divinité celtique, à la fois mère, sœur et fille de tous les dieux anciens, devenue le prénom d'une "sainte" trouvant son origine étymologique dans un sens de "très haut, très élevé" voir d'exaltée...

Il y aurait matière à se pencher sur nos origines et coutumes indo européennes et avant tout sur cette période d'avant les invasions barbares des soi disant civilisés romains !

En tout cas, voici le lien sur un petit éclairage de wikipedia :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Brigit

Sainte Brigitte de Suède, qui fut l'une des saintes patronnes de l'Europe, naquit en 1302. Elle eut huit enfants dont Catherine de Suède. Sainte Brigitte consacra sa vie à l'Église après la mort de son mari. Elle s'installa à Rome en 1349 et choisit d'y mener une vie simple. Elle fonda l'ordre des "Brigittines" et fit un pèlerinage en Palestine. Elle est honorée le 23 juillet, date de son décès.

En société, Brigitte peut toutefois paraître distante. Mais ceux qui prendront le temps de la connaître seront récompensés par son amitié sans faille.

G.

Voir les commentaires

Publié le par puyvalador-rieutort
Publié dans : #Histoire Patrimoine
Bois joli ou azalée des bois, plante toxique !
Bois joli ou azalée des bois, plante toxique !

Beltaine.

Il est fleuri le bois joli !

La tradition Capcinoise voulait que l'on en offre un bouquet à l'élue de son cœur en cette occasion particulière.

La dame sollicitée choisissait son élu pour l'année...

Depuis l'avènement du christianisme puis du Catholicisme, les mœurs ont "évoluées"...

Le bouquet est toujours là, mais, cette union libre (surtout pour les dames, qui avaient une place prépondérante dans la société et qui par suite luttent encore pour la reconquérir...) s'est vue condamnée par l'église qui ainsi soumit les femmes à leurs époux, encore un reliquat du "pêcher originel" . Tu parles, un prétexte à renverser la vapeur du pouvoir des femmes sur les hommes en leur faisant endosser tous les malheurs du monde et particulièrement celui de donner la vie aux autres !

Pour le solstice d'été, les promis sautaient ensemble le feu dit de la St Jean et à la mi Août (fête de la vierge marquant ici la fin de la fenaison), on les mariait...Unicité, unicité dans la monogamie, parfois dans la monotonie... de quoi fondre parfois de mélancolie (autre plante toxique (l'Ancolie) !

Sachant que le bois joli, azalée de bois, est une plante toxique...Le mariage commençait finalement par un cadeau empoisonné !

Allez, un peu de folklore indo Européen...

Voici quelques extraits de "sites spécialisés" :

"Beltaine (Bealtaine, Beltane ou Beilteine, Beltan en breton, cornique, et gallois) est la troisième des quatre grandes fêtes religieuses de l’année celtique protohistorique, Traditionnellement célébrée la nuit du 30 avril au 1er mai et toute la journée. Elle vient après Samain et Imbolc et marque la fin de la saison sombre et le début de la saison claire. Elle est en rapport avec Belenos, Lug et Belisama. Le principal rituel de Beltaine consiste en des feux allumés par des druides où le bétail passait afin qu'il soit protégé des épidémies pour l'année à venir.

Elle était en fait célébrée lors de la première floraison de l’aubépine. Y sont associées les fleurs du moment : Aubépine, violettes en Gaule et bois joli en contrées montagneuses... Le muguet du 1er Mai également provient de cette tradition "récupérée...

Histoire

Contrairement à Samonios, Beltane n’est pas la fête des trois fonctions de la société celtique. C’est une fête sacerdotale.

Beltane, Belteine ou Beltaine est la fête du feu et de la lumière.

Bel signifie "brillant" mais fait certainement référence à Belenos et Belisama, le couple brillant des Dieux gaulois. Tous deux représentent la jeunesse, le soleil et le feu.

Teine signifie "feu".

De fait, nous sommes en présence d’une fête rituelle en l’honneur du renouveau de la lumière rayonnante, la victoire du jour. Nous entrons dans la partie claire de l’année qui durera jusqu’à Samonios.

Les celtes avaient pour habitude de célébrer la nuit.

On tend à penser aussi qu’ils devaient fêter Beltane lors de la pleine de lune de mai.

Cette fête est attestée en Irlande mais aussi en Gaule.

Le feu - la tradition

Le Feu de Bel est un feu bénéfique. Les druides le créaient par leur magie et leurs incantations. Et il était d’usage en Irlande qu’ils fassent passer les troupeaux de bétail entre deux feux pour qu’ils les protègent toute l’année.

Le Feu de Beltane est un feu puissant, sacré et fort, celui qui l’allume est une personne de pouvoir. (Sa fonction est loin d’être anodine…)

Les druides sacrifient aussi à Beltane d’où, comme pour Samonios, l’intérêt de l’offrande aux Dieux lors de la cérémonie. Le sacrifice n'étant que symboliquement celui des attitudes aux quelles l'on renonce pour évoluer...vers celles référencées par les "divinités" sensées les représenter.

Beltaine marque une rupture dans l’année, on passe de la saison sombre à la saison claire, lumineuse, c’est aussi un changement de vie puisque c’est l’ouverture des activités diurnes : reprise de la chasse, de la guerre, des razzias, des conquêtes pour les guerriers, début des travaux agraires et champêtres pour les agriculteurs et les éleveurs.

Beltaine est la période de prédilection pour les rites de passage entre les périodes froides et chaudes, entre l’obscurité et la lumière, entre la mort psychique symbolique et la renaissance spirituelle prises comme références de nouvelles attitudes à conduire ici et maintenant !

De manière générale, Beltaine est la fête du changement du rythme de vie. Du rythme hivernal, on passe au rythme estival. La fête marque ce passage tant physiquement que spirituellement. Beltane est aussi la période de prédilection pour les rites de passage entre les périodes froides et chaudes, entre l’obscurité et la lumière, entre la mort psychique symbolique et la re-naissance spirituelle. Peut-être que les rites anciens d’enfermement dans les chambres des dolmens se passaient durant la nuit de Beltane. Cela demeure une excellente manière de faire l’expérience du passage ainsi que de la personnification par la "re-naissance" inspirée du cycle naturel. La volonté humaine de s'améliorer...étant l'élément primordial !

La tradition veut que l’on se lève avec le soleil pour cueillir des fleurs, des rameaux verts (symbole de la Déesse) pour servir de décoration rituelle ou pour se parer.

Une autre coutume consistait à faire passer les troupeaux entre deux feux, dans lesquels brûlaient si possible des branches de chêne. Le bétail était alors protégé des épidémies jusqu'à l'année suivante, et on pouvait l'emmener paître dans les prés. On sautait entre deux feux pour s’assurer une bonne destinée, un bétail en bonne santé, de la prospérité, et la fertilité au sens propre comme au figuré. Les gens dansaient pour célébrer le retour du soleil, de la nature fertile et vivante, les espoirs réalisés etc.

Ils se promenaient aussi avec des torches pour encourager le soleil à continuer son ascension en réchauffant la Terre.
Les feux de Beltaine ont des vertus purificatrices et fertilisante
s.

En Europe avant que le 1er mai devienne la fête de Jeanne d'Arc, puis la fête du travail on avait pour coutume de planter un arbre le premier mai en symbole de prospérité.

Jadis, en Angleterre, on plantait des arbres de mai dans la Terre mère en tant que symbole phallique célébrant l’union de la Déesse et du Dieu.
C’est le commencement de l’été celte. L’arbre de mai était un pin communal que l’on avait décoré lors de Yule et qui avait perdu la plupart de ces branches à cette période de l’année. On y accrochait en hauteur des rubans rouges et blancs (on peut y mettre aussi des fleurs, des guirlandes de plantes etc). En effet le rouge peut représenter le Dieu du Soleil ou la Déesse dans son aspect Femme-Mère (sang/règles/perte de virginité/accouchement) et le Blanc la Déesse Vierge et son aspect lunaire de réceptacle et de miroir.
Les participants prenaient un ruban (rouge pour les hommes et blancs pour les femmes) et dansaient autour du mat. Les rubans tissaient ainsi une sorte de canal symbolique de la naissance entourant le mat phallique. Le tout étant l’emblème de l’Union du Dieu et de la Dée
sse.

C’est en premier lieu une fête de fertilité soulignant la renaissance de nature que devient évidente. Le pouvoir des esprits élémentaires (fées, elfes, gnomes, ondines, salamandres etc.) devient plus important et atteint son apogée lors de la fête du Solstice d’été.

C’est un moment magique qui, comme Samhain, voit le voile entre les mondes se lever pour nous permettre de rencontrer le petit peuple et faciliter l’entrée dans les états modifiés de conscience...(Ceci n'étant que la rencontre avec ses propres états d'esprit, si diversifiés qu'un peuple n'y suffirait pas...)

Le principal aspect de la Déesse à cette période est celui de la femme fertile, humide, attirante et lumineuse. La jeune fille éclatante d’Imbolc est à présent une femme prête à concevoir en son sein.

La fête de Beltane appelle à faire l’amour dans la forêt dont les énergies grisantes du printemps aiguisent les sens. La joie étant omniprésente lors de la fête, les enfants conçus cette nuit, sentiront à quel point, ils sont aimés et désirés. D’ailleurs, attention ! Si vous ne souhaitez pas concevoir cette nuit là, évitez de faire l’amour de manière rituelle, les moyens de contraceptions ont tendance à faire défaut dans cette situation.

Autrement, c’est une bonne période pour faire ensemble un enfant avec conscience et Amour, sous l’oeil protecteur de la Déesse.

Beltane peut être une bonne période pour réfléchir à notre comportement sexuel d’une manière générale. Il existe plusieurs manières de vivre sa sexualité, certainement autant que d’individus. Cependant, il est important de garder le respect de soi. A chacun de voir ce que cela signifie pour lui.

En tant que prêtresse ou prêtre, le corps est aussi le Temple de la Déesse et des Dieux, se laisser aller à avoir des relations avec de nombreuses personnes en recherchant le sexe pour le sexe, risque de ne pas vous permettre d’obtenir les résultats escomptés…

Pourtant Beltane se prête tout à fait à un moment de partage charnel qui peut ne pas déboucher sur une relation. Mais il n’est pas forcément nécessaire de vivre une histoire longue pour passer un moment d’amour physique et spirituel avec quelqu’un.

Le paganisme sanctifie l’amour physique pour diverses raisons : les centres énegétiques en ont besoin, l’esprit aussi, la libération des hormones endorphines pendant l’orgasme permettent à la fois de se libérer des tensions et de gagner en énergie, le naturel de l’acte rapproche de la nature et de notre être primordial, la magie de la conception d’un enfant : le fruit de l’amour et du partage…etc.

En somme, les rituels de Beltane seront axés sur l’offrande aux Dieux Belenos et Belisama, à la Déesse en général, sur les rituels de prospérité de chance et de réussite pour l’année claire et donc active qui vient, sur les rites de fertilité, les rites de passage (adolescence, premiers sangs, unions/mariages etc.), les rites d’initiation divers etc".

La fonction sociétale de cette fête est basée, outre le renouveau et l'évolution, sur une liberté consentie sans l'entrave de la notion de propriété qui engendra tant de drames...

Un tronc commun indo européen est facilement identifiable dans les pratiques rituelles et mœurs des peuples Celtiques, Norois que Gaulois...Seuls les noms changent et évidemment quelques adaptations liées au milieu de vie...

A fortiori, l'incompatibilité de fonctionnement amenée par la nouvelle religion forcée permit de sédentariser les peuplades, "pacifier" leurs coutumes et de construire une société civile et militaire différente. Une certaine "pax romana" n'y fut pas étrangère, mais à quel prix !

Toutefois, nombre de consensus ont perduré puisque nous retrouvons encore de nos jours les traces de ces antiques traditions initiatiques dans notre folklore...jusques dans les cathédrales et autres monuments !

Faut il encore savoir que les projections "divines" anthropomorphiques s'inséraient dans des pratiques rituelles dont l'objet était l'amélioration humaine terrestre des êtres en prenant pour rythme celui naturel des cycles de vie...

"Ce qui est en haut, comme ce qui est en bas" (H. T. la Table d'émeraude)

G.

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 > >>