Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Dissidences Pyrénéennes.

Dissidences Pyrénéennes.

Infos,patrimoine, politique locale, environnement,

Publié le par puyvalador-rieutort
Publié dans : #réflexion

L'imagination, c'est la magie en action !

Dans un monde où les sots de tous genres cultivent l'absolue certitude, comme il est bon et salutaire d'arriver encore à s'émerveiller de la part du mystère que nous transmet l'univers.

Chaque fois que se dresse le spectre de l'absolu, c'est toujours dans le relatif que le chemin de la Liberté trace sa plus belle voie lactée. Douter pour goûter au plaisir de l'éphémère dans l'équilibre d'un monde qui doit tout au mouvement, ce n'est pas le "douter pour douter" des grincheux et septiques de tout poil, ni celui des tyrans...

Heureux les humains à l'esprit simple. Heureux ceux qui perçoivent le fil conducteur dans l'écheveau entremêlé de tous ces flux destructeurs.

Heureux, ceux qui pour autant s'émerveillent encore comme des enfants.

Lorsque nos yeux arrivent à voir ce que le cœur perçoit, alors nous savons bien ce que n'est pas ceci et ce que n'est pas cela.

Comme je plains les fous absolutistes qui erreront dans un monde cynique, aussi plat et sans saveur, à l'image de leurs vies perdues. Je compatis...Mais, après tout, c'est aussi leur choix et je peux encore le respecter tant qu'il ne porte pas préjudice aux miens.

Qui se croit encore assez grand, pour aussi petit qu'il soit, pour imposer sans vergogne ce qu'il croit connaitre et qu'il ne sait pas ?

Nous avons encore la chance de vivre dans le sillage de ceux qui nous ont laissé un héritage de cultures et de talents aussi précieux que secrets en ce qu'ils ont de si personnel. Dans la veine bleue du schiste, sous le couvert forestier des grands sapins, ou, là haut, sur les crêtes entre les vallées, nous pouvons encore savoir la limite parfois diffuse entre l'ombre et la lumière.

Réjouissons nous de nos passages en ce qu'ils sont aussi subtils que légers, ne levant du sol que la poussière des étoiles qui colle à nos semelles.

"Grains de poussière, fils du soleil et du vent. Grains de poussières dans l'œil du firmament..." comme l'a chanté J. Higelin.

Aujourd'hui, sous la blancheur d'un printemps Capcinois, le village s'est éveillé d'un sourire sur un visage nouveau. Tout semble vouloir prendre essor en cristallisant ce que les anciens avaient autrefois su cultiver de bon sens, autant dans la terre meuble, que dans le cœur de nos villages.

Pour un printemps Capcinois, ce semble bien être un printemps villageois !

G.

Commenter cet article