Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Dissidences Pyrénéennes.

Dissidences Pyrénéennes.

Infos,patrimoine, politique locale, environnement,

Publié le par puyvalador-rieutort
Publié dans : #réflexion

A quelque chose malheur est bon !

Contre l'incertitude entretenue volontairement par l' oligarchie dirigeante, le seul remède amer, mais indispensable passe par la création d'un parti politique.

Cependant, s'il est un piège à éviter, c'est bien dans le fond que se situe l'enlisement possible du fait que les mêmes causes provoquent toujours les mêmes effets !

Constituer un parti politique dont l'ossature serait semblable à l'existant des partis actuels ne conduirait finalement qu'à la même déception, aux mêmes échecs !

Démocratie, un nom si souvent galvaudé, qu'il lui manque tout le sens et l'essence de ce qu'il est sensé contenir et amener.

Les formes classiques de gestion des potentiels s'appuient sur la dépendance de la verticalité.

C'est un principe bien "masculin", pour ne pas dire "macho" qui a toujours repoussé la moitié de l'humanité vers un rang secondaire et les 99 % vers toujours plus de misère !

Un chef, un roi, un président, un directeur, voir même un dieu, fussent t' ils féminins, si forts soient ils ou elles, la dominance entraîne une vision partielle finissant par écraser sinon déconsidérer ceux qui sont en dessous.

Au faîte du pouvoir, ces "têtes" s'enferment dans une bulle qui est leur réalité et donc qui ne peut aucunement être celle de ceux qu'ils dominent.

D'ailleurs, celui qui vit au milieu du désert se souci t' il de ce qui se passe à Paris ou ailleurs ?

Le désert pour lui, ne représente t' il pas le centre de son Univers ?

Bien que parfois certaines "têtes" se penchent pour y voir plus clair, en aucune mesure elles ne peuvent avoir l'expérience réelle de ce que vivent leurs sujets puisque eux mêmes ne sont pas assujettis...

Seul le pouvoir est devenu le seul objet digne de désir !

Or, pour faire évoluer les hommes vers plus d'humanité, l'intention ne peut aboutir sans accéder au pouvoir de la réaliser, donc d'accéder légalement et légitimement au pouvoir de décision et d'action.

Le général De Gaulle l'avait bien compris. Lui qui n'aimait pas les partis politiques, n'en a t' il pas du créer un pour accéder à la possibilité d'imposer son pouvoir patriarcal sur le peuple ?

La réponse du berger à la bergère serait également de créer un parti pour que ceux qui constituent l'ensemble des "soumis" actuels puissent inverser l'illogisme organisé de ceux qui les maintiennent en état de dépendance.

Pour ne pas retomber dans l'éternelle tentation de la confiscation systématique d'un quelconque Stalinisme de gauche ou de droite, les charges de chacun doivent être définies et limitées dans l'espace et dans le temps pour que soient garanties les possibilités d'expression et le respect mutuel entre toutes les composantes de la société.

Il ne devrait plus s'agir de dominer, mais chaque rôle défini devrait être configuré pour la coordination dans la complémentarité.

Avec un ensemble de réels représentants qui ne seraient pas "professionnalisés", la seule forme d'organisation garantissant l'Egalité, la Liberté et la Fraternité ne peut fonctionner que par un cadre Fédéral dans un système de type matriciel.

La verticalité et la symétrie d'opposition n'ayant toujours engendré violences et conflits, c'est donc par l'égalité des niveaux et l’asymétrie que nous pourrions enfin échapper aux logiques de guerre et de dictatures déguisées même en soi disant "démocraties" !

Un Parti Fédéral Démocrate est indispensable à la redistribution des espaces de décision et au respect mutuel des composantes de la société.

Vouloir recommencer les mêmes erreurs d'un pouvoir "jacobin" construit comme nombril du monde mènerait automatiquement aux mêmes déconvenues que nous subissons actuellement.

Il faut donc passer par le "jeu électoral conventionnel" pour pouvoir enfin le réformer en profondeur.

Toutes ces intentions "citoyennes", tous ces efforts d'écoute et de partage finiront par avorter dans une "récupération" jacobine quelconque ou dans une lassitude qui produira à la longue un tel désintéressement que les choses n'évolueront certainement pas.

Il faut donc franchir le Rubicon !

Le choix ne s'impose pas, il est impératif si nous voulons nous donner la chance d'évoluer, d'autant que la joute politique de la présidentielle est déjà engagée et qu'il ne reste guère qu'un peu moins d'une année pour renverser la tendance suicidaire actuelle.

Pour cela il faut renoncer à une identité faite d'habitudes décidément illusoires qui ne peuvent que nous reconduire à toujours plus de déceptions et d'autoritarisme d'un pouvoir dictatorial monopolisé par une oligarchie quelconque.

Si le choc de cette crise économique, climatique et conflictuelle ne permet pas d'éveiller les consciences et de faire naître un autre type de société, alors la crise identitaire risque de perdurer tel un serpent qui se mord la queue !

Au final, le serpent finira t'il par s'étouffer ?

Démocratie, tout simplement le nom d'un nouveau parti fédéral à créer, seule source d'évolution possible !

G.

Commenter cet article