Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Dissidences Pyrénéennes.

Dissidences Pyrénéennes.

Infos,patrimoine, politique locale, environnement,

Publié le par G.
Publié dans : #réflexion

Le sphinx avait raison !

La célèbre énigme devrait ne jamais s'effacer de nos mémoires.

A négliger ce que l'on est, l'on finit toujours déchiqueté sous les griffes puissantes de la bête qui est en nous.

4, 2, 3, pattes pour un seul être ?

Un seul être qui oublie trop souvent qu'il est les trois composantes et bien d'autres encore...

Se limitant à n'être qu'une seule partie, nous négligeons l'ensemble et les autres parties. En restant assis toujours à la même place autour de la même table, notre vision et notre expérience des choses ne s'en trouvent que plus réduites.

Imaginons que nous soyons assis autour d'une table ronde... 

Si la table tourne et que nous demeurions sur la même chaise, le temps s'écoule et rien ne change.

Si nous changeons de chaise et que la table reste fixe, nous évoluons dans l'espace mais demeurons dans le même temps.

Alors, imaginons que nous changions de chaise et que la table tourne sans que nous ne puissions nous retrouver sur une même portion de sa surface...

Ainsi va la vie de par la complexité des mouvements qu'elle génère et dont elle s'entretient.

En apparences, nous demeurons ici et maintenant,  pourtant même si nous croyons être immobiles, nous nous déplaçons sans cesse.

Pourquoi alors s'entêter d'un point de vue unique, d'un cliché fané avant même qu'il ne soit ?

L'adulte semble dominer l'enfant et méprise déjà le vieillard. Pourtant il meurt chaque seconde un peu plus sans l'enfant qu'il ne nourrit plus et pour autant se flétrit sans espoir de renoncer à ce qui l'emprisonne bien plus que sa fin.

Alors, réduire l'évolution seulement à un mouvement, n'est ce pas en oublier la teneur ?

En changeant de place, la chance nous est donnée de pouvoir se mettre à la place de l'autre et ainsi de mieux le comprendre, sinon de pouvoir "se voir au travers de ses yeux"... Jeune, adulte, vieux, homme, femme, quelque soit notre état, la seule chose qui nous relie est notre "humanité".

Je veux dire en cela, ce qui nous rend plus humains et respectueux de la vie !

Alors, plus que de confiner chacun, chacune, ne doit on pas écouter et entendre pareillement autant l'un que l'autre, jeune, vieux, homme, femme...

Ne parait il pas absurde de se réduire à l'unique "vérité" de l'instant, du lieu et de ne point tenir compte ni du passé, ni de l'avenir, ni d'un sens, ni de son complément ?

En conséquences, comment les espaces décisionnels peuvent ils prétendre à représenter ce qu'ils ne sont ?

Qui plus est, comment ces "représentants" peuvent ils prétendre détenir ce qu'ils oublient volontiers pour n'être plus que quelques nombrils posés sur un siège ?

L'illogisme vient agiter la bête et plus encore la bêtise...

Saucissonnant à tour de bras et d'élections truquées, car réservées à une caste, peut on envisager de nouvelles assemblées dont les chaises et les tables tourneraient ?

Je veux dire en cela que se décollant les fesses de la chaude torpeur que donne un certain pouvoir de l'assise, la mouvance de vie permettrait que le respect devienne une culture et non pas la seule reconnaissance de chairs avachies dans la mollesse du pouvoir absolu !

A force de confondre par l'unique point de vue d'un borgne boiteux et bégayant, le devoir de ce respect du à ceux qu'ils sont sensés représenter, fait trop souvent place à cette toge sanglante dans la quelle ils se drapent...

Pour être respectable, ne faut il pas être respectueux de ceux dont on est sensé représenter une partie sans partie prise, qu'aussi ceux que l'on ne représente soient aussi représentés !  

Alors, démocrates ou démagogues ? 

Ces quelques mots, que certains ne seront certes pas en capacité d'admettre le sens, ne remueront ils pas un peu de cette vase qui trouble le regard d'offusqués demeurés figés dans la place et le temps au point d'en appeler à leur mère en bêlant...

Il sont souvent dénués de la seule vertu qui vaille que l'on fasse la paix, ce sentiment profond, sève et vie qui respecte la vie dans la diversité pour que mieux se produise la complémentarité.

Je renverrais donc à la charte éthique d'engagement que l'on propose à votre sentiment sur le blog de "Libertalia, initiatives citoyennes pour la démocratie" et que s'ils étaient aussi honnêtes qu'ils prétendent, certains ne manqueraient pas de signer et de respecter !

http://libertalia.over-blog.com/

G.  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Commenter cet article